Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

Les Contrastes Interférentiels Maison.


  • Veuillez vous connecter pour répondre
5 réponses à ce sujet

#1 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 19 janvier 2011 - 06:39

Bonjour à tous, Jean-Marc,

Quelques Microscopistes ont réussi à faire fonctionner des systèmes interférentiels à partir de matériel provenant parfois d'autres microscopes.

Il existe bien des systèmes aboutissant à des Contrastes Interférentiels dont le plus connu est le Nomarski,
Mais aussi, d'autres systèmes qui n'ont rien d'interférentiel (strioscopiques pour la-plupart) produisent des résultats rappelant le CID pur.

Nous savons que le CID correspond à des spécifications très précises comme l'adaptation des prismes à l'ouverture des objectifs ainsi que des régalages pointus.

Comment peut-on être sûr que l'introduction d'un prisme dans le faisceau produit bien des interférences différentielles et non un effet strioscopique ou pourquoi pas une combinaison des deux?

Amitiés.
  • 0

#2 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 19 janvier 2011 - 01:33

Bonjour à tous,
je renouvelle envers Michel la demande d'explication au sujet de "l'effet strioscopique" car il ne me semble pas utiliser le terme dans le sens qui m'est habituel de filtration de la lumière par un diaphragme en fente ou en trou dans le plan de convergence d'une lentille.

Concernant les DIC "bricolés" avec des prismes d'origines diverses comme celui de Jean MArc.
Il me semble aussi que le style d'image permet de distinguer un DIC réussi d'un autre éclairage.

Le respect de l'orientation des polarisants et des prismes ne pose pas de problème et peut être vérifié comme c'est décrit par Jean MArc.

Le problème est plus à mon avis au niveau de la bonne association des prismes entre eux et celle des prismes avec les objectifs.

Effectivement, l'homogènéité du fond en DIC est un critère de bonne association.
MAis il dépend aussi du champ de l'appareil.

Et surtout, je reste curieux d'en savoir plus pour éviter du tatonnement aux bricoleurs: quelles sont les caractéristiques des prismes qui changent? (taille en largeur, en épaisseur, angle du collage du prisme...)
Ces données sont elles communiquées par les fabriquants?
Les amateurs d'optique du forum ont ils de la documentation à communiquer à ce sujet?

Cordialement
  • 0

#3 Jean Marie Cavanihac

Jean Marie Cavanihac

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Co-Admin
  • 3 276 messages

Posté 19 janvier 2011 - 02:10

Bonjour,

il me semble que l'effet strioscopique consiste à placer un écran au point de convergence du faisceau provenant de la source d'éclairage et à laisser passer uniquement la lumière diffractée par l'objet ( qui converge plus loin) ce qui produit un effet de fond noir. Peut être peut on classer la flèche de Mattias dans ces diapositifs mais ce n'est qu'une approche...

amitiés,
JMC
  • 0

#4 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 19 janvier 2011 - 02:16

Bonjour Jean-Marc,

Je ne vais pas contester la définition du dictionnaire du XXème siècle citée dans TLFI, car je vais encore me faire enguirlander !

"TECHNOL. Méthode d'étude des ondes de choc, dans une soufflerie en particulier, grâce à la photographie. (Dict. XXe s.)."

Toutefois je dirais quand même qu'il ne faut pas confondre la strioscopie en général avec une de ses applications !

La strioscopie (qui vient de stries) est une technique optique qui consiste a masquer la lumière directe pour ne laisser passer que les ondes réfractées par les petites structures.
En microscopie, beaucoup de "modulateurs pupillaires" utilisent la strioscopie : Fond Noir, caches de diverses formes placées dans le faisceau, et même le contraste de phase qui est un procédé strioscopique amélioré.
Il ne faut pas oublier l'appareil de Foucault utilisé pour tester les miroirs astronomiques mais qui permet aussi de voir les différences d'indice de réfraction dans l'air et qui est utilisé aussi en aéronautique pour visualiser les turbulences de l'air.

Donc beaucoup de dispositifs placés dans le faisceau d'éclairage du microscope peuvent "interférer" si on n'y prend garde avec un autre modulateur qui n'utilise pas a priori la strioscopie.

D'un autre côté, il existe des tas de contraste par interférences.
En voyant une photomicrographie, on ne pas toujours dire quel est le procédé qui accentué un contraste.
Souvent les résultats se rejoignent.


Cordialement.
  • 0

#5 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 19 janvier 2011 - 02:32

Je m'aperçois, que je n'avais pas envoyé mon message et que deux autres messages se sont intercalés entre la question de Jean-Marc et ma réponse.
(On était entrain d'élaguer mes arbres pour faire passer une fibre optique! Ah les cochons !

Aussi je ne répondais qu'à Jean Marc.

Pour répondre à Daniel, la strioscopie n'est pas un effet mais une technique et j'emploie le mot dans le sens des physiciens .
La strioscopie ne "filtre" pas mais masque l'onde principale par un cache qui permet de ne voir que les ondes réfractées.
On ne filtre rien dans le sens classique d'un filtre polarisant ou coloré mais on intercepte une partie (géométriquement définie) des rayons.
Il ne faut pas raisonner en terme de fente ou de trou, mais en terme de cache.

Pour bien comprendre la strioscopie, on peut imaginer que l'on mette un disque devant le soleil pour arrêter ses principaux rayons et voir ainsi les protubérances.

Jean-Marie, tu es dans le mille !

Cordialement.
  • 0

#6 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 19 janvier 2011 - 03:11

Pour ce qui est du CID (Nomarski) proprement dit:

Je ne vous apprendrais pas le principe: entre polariseurs croisés un premier prisme dédouble le faisceau lumineux en deux faisceaux décalés polarisés orthogonalement.
après interférence due à l'objet les deux faisceaux sont recombinés.

Ce qui importe est que le décalage des deux images soit inférieur à la résolution de l'objectif et en même temps qu'il soit le plus grand possible.
Ce qui implique qu'il faille quasiment un couple de prismes (qui eux même sont doubles) par objectif.

Pour ce qui est des prismes eux-même (de Nomarski) leur fabrication est extrêmement délicate !
Il existait un projet au sein de la commission optique pour en fabriquer, mais après les incidents que vous connaissez, le projet a capoté.
Espérons qu'il puisse reprendre un jour ! ... pour le plaisir de tous !! (ajouté)

Cordialement.
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!