Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

L'oculaire interférentiel de Françon.


  • Veuillez vous connecter pour répondre
13 réponses à ce sujet

#1 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 24 janvier 2011 - 10:36

Il existe de nombreux procédés interférentiels .

Un des procédés les plus simples est celui de Françon.
Il suffit d'un diaphragme à fente dans le condenseur et d'un oculaire un peu spécial.

Les résultats sont étonnants , le seul défaut est qu'il est grand consommateur de lumière.

Scan10111-30.JPG


Voir la Video
  • 0

#2 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 24 janvier 2011 - 09:54

Il existe effectivement de nombreux procèdés interférentiels en microscopie.
Plusieurs sont destinés à opèrer des mesures (dispositifs interféromètres inspirés du système de Michelson).

Ce n'est pas vraiment le cas de cet oculaire de Françon qui permet surtout l'observation en contraste interférentiel différentiel.

L'intérèt de ce système est qu'il s'applique à n'importe quel microscope.

Malheureusement, l'éclairage est très réduit par une fente étroite sous le condenseur qui ne doit pas dépasser le 1/4 de l'ouverture de l'objectif.
Ce système a donc été remplacé par ceux à 2 prismes.

La vidéo du lien, réalisée par Maurice Françon:
http://www.cerimes.f...-isotropes.html
ne présente que brièvement cet oculaire.

Mais elle traite des phénomènes d'interférences en lumière polarisée et des procèdés de contraste interférentiel.
  • 0

#3 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 25 janvier 2011 - 07:51

Plusieurs sont destinés à opèrer des mesures (dispositifs interféromètres inspirés du système de Michelson).
Ce n'est pas vraiment le cas de cet oculaire de Françon qui permet surtout l'observation en contraste interférentiel différentiel.


Bien sûr que si, tout système interférentiel permet d'effectuer des mesures d'épaisseur.*

*Bien entendu je saisis ta nuance 'pas vraiment le cas', mais ou un système permet la mesure ou elle il ne le permet pas.
  • 0

#4 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 25 janvier 2011 - 11:20

*Bien entendu je saisis ta nuance 'pas vraiment le cas', mais ou un système permet la mesure ou elle il ne le permet pas.


La logique binaire est efficace chez les ordinateurs. Elle fonctionne moins bien dans la réalité et chez les humains!
Entre oui et non, il y a :
oui, mais mal.

voila l'explication de ma nuance:
si j'ai bien compris mes lectures en allemand, il faudrait des lames compensatrices guère réalisables pour faire des mesures avec cet oculaire interférentiel de Françon. Par conséquent, ce système aurait d'abord été utilisé pour le CID, et aurait été moins utilisé pour les mesures que d'autres systèmes interférentiels à placer en interféromètres..

Regarde ce que montre la couverture de la brochure publicitaire de l'époque que tu as scannée:
ce n'est pas un usage en interféromètre pour les physiciens des matériaux avec des franges d'interférences, mais bien une image en contraste interférentiel différentiel comme il est apprécié des amateurs!
  • 0

#5 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 25 janvier 2011 - 04:24

Tu as tout a fait raison, l'esprit humain est plein de nuances.
Mais souvent ses nuances sont source de confusion.
Pour moi, qu'une auto avance lentement ou vite, elle avance.

Toujours pour moi, quelle que soit le moyen de les produire, les interférences de part leur nature, sont des instruments de mesure.
De même, une couleur équivaut à une fréquence ou à une longueur d'onde et une seule.

Cordialement.
  • 0

#6 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 25 janvier 2011 - 04:57

Pour moi, qu'une auto avance lentement ou vite, elle avance.

Certes, une voiture qui ne dépasse pas le 10km/h avance.
Mais l'utiliserais tu pour avancer?
Et tes suiveurs diraient: "il n'avance vraiment pas"!!! :lol:

Quelle que soit le moyen de les produire, les interférences de part leur nature, sont des instruments de mesure.
De même, une couleur équivaut à une fréquence ou à une longueur d'onde et une seule.

Bigre!
Il me semble qu'on apprend au lycée que les couleurs sont un peu plus complexes que cela...

Le contraste interférentiel différentiel Nomarski n'est pas un instrument de mesure pour ses utilisateurs.
Il permet de contraster des objets peu colorés; c'est un procèdé de contraste qualitatif pour l'observation.

J'ai beau jeu de prédire que tu n'as pas fait une seule mesure utilisant le contraste interférentiel avec ton nouveau microscope Reichert!

Si tu possèdes un oculaire interférentiel, pour l'utiliser, commence par rèpèter les observations qualitatives vues dans la vidéo de Françon...
  • 0

#7 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 25 janvier 2011 - 05:46

Re:

Et tes suiveurs diraient: "il n'avance vraiment pas"!!! :lol:

Et pourtant elle avance ! :lol: :lol:

j'ai bien compris mes lectures en allemand, il faudrait des lames compensatrices guère réalisables pour faire des mesures avec cet oculaire interférentiel de Françon. Par conséquent, ce système aurait d'abord été utilisé pour le CID, et aurait été moins utilisé pour les mesures que d'autres systèmes interférentiels à placer en interféromètres..

Le sujet est vraiment intéressant, il serait dommage que sur des mal entendus, il dérive , même à 10 km/h.
Qu'entends-tu par mesures?

Bigre!
Il me semble qu'on apprend au lycée que les couleurs sont un peu plus complexes que cela.

Sans vouloir polémiquer, la notion de couleur en physique (au lycée ou ailleurs) est très simple.
La couleur est une perception subjective certes, mais derrière chaque couleur, en physique il y a une fréquence ou une longueur d'onde beaucoup moins subjective.
Personnellement c'est cet aspect là uniquement que je considère.
Ceci dit, il ne serait bienvenu d'exposer dans MikrOscOpia des notions fondamentales comme la lumière, la couleur, les interférences...
Si le coeur vous en dit ?

Cordialement.
  • 0

#8 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 25 janvier 2011 - 08:16

J'ai lu pour l'instant plus haut que d'après toi:

tout système interférentiel permet d'effectuer des mesures d'épaisseur.*


En fait, les systèmes interférentiels permettent de distinguer des différences de chemin optique.

Cela permet ensuite de déduire plusieurs paramètres touchant aux matériaux traversés en les comparant:
indice de réfraction, biréfringence, épaisseur, masse de cellules, géométrie de gouttes...

Mais cela s'applique aux interféromètres, aux microscopes à contraste interférentiel shearing, pas au CID de ton Reichert.
  • 0

#9 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 26 janvier 2011 - 09:51

Bonjour Daniel,

Mais cela s'applique aux interféromètres, aux microscopes à contraste interférentiel shearing, pas au CID de ton Reichert.

Ce sujet est assez complexe.
Je crois qu'il faut prendre garde à ne pas le compliquer encore plus.
Jusqu'à preuve du contraire un CID est un "microscope à contraste interférentiel shearing" .
Ce que tu appelles "contraste interférentiel shearing" (par opposition au CID ) est la 'lateral shering interferometry ' mais parlons francais, il s'agit donc de l'interférométrie à décalage lateral
En français, cela fait moins "top" mais plus clair.
Expliquons ce qu'est ce fameux décalage latéral : (1)
Grace à un prisme biréfringent (c'est à dire qui divise un rayon lumineux en deux rayons), on produit deux rayons décalés latéralement, c'est à dire parallèles et sur un même plan que l'on va faire interférer entre eux.
C'est l'interferometrie a décalage latéral dont le DIC fait partie.
Un microscope interférenciel, DIC compris, est bâti autour d'un interféromètre.
Pour moi tout interféromètre permet de faire des mesures.

Françon.jpg


Cordialement.

(1) Ceci est bien expliqué dans le film que j'ai cité dans mon premier message.
  • 0

#10 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 26 janvier 2011 - 10:13

Un simple microscope polarisant permettrait de faire ce genre de mesures.
Mais la majorité des utilisateurs font un usage qualitatif seulement de l'appareil.

Pour clarifier les choses en "français", je vais te renvoyer à la lecture du livre de Gérard Wastiaux "la microscopie optique moderne", qui oppose page 210 CID et contraste interférentiel Shearing.

Je te renvoie aussi à ce que je viens de mettre sur wikipedia:
http://fr.wikipedia...._interférentiel
pour la nuance sur l'importance du fameux dédoublement.

Mais il ne s'agit que d'une ébauche dont les formulations peuvent être améliorées...
J'attends les propositions constructives.
  • 0

#11 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 26 janvier 2011 - 11:18

SHEARING.jpg Shearing2.jpg


Gerard Wastiaux, nous explique la différence entre le CID et ce qu'il appelle le "procédé SHAERING"(1) mais je ne pense pas qu'il les oppose! (Encore faut-il se mettre d'accord sur le verbe opposer!)

Shaering veut dire "décalage" et justement ( lateral shearing interferometry = interférométrie à décalage latéral)


Pour ce qui est du CID (Nomarski) proprement dit:

Je ne vous apprendrais pas le principe: entre polariseurs croisés un premier prisme dédouble le faisceau lumineux en deux faisceaux décalés polarisés orthogonalement.
après interférence due à l'objet les deux faisceaux sont recombinés.

Ce qui importe est que le décalage des deux images soit inférieur à la résolution de l'objectif et en même temps qu'il soit le plus grand possible.

Gerard Wastiaux nous présente un microscope qui permet de faire varier le décalage des images au delà de la limite de résolution.
Nous sommes toujours dans la même catégorie de microscopes interférentiels, l'un étant plus complet que l'autre.

Le principe de ce décalage est bien expliqué dans la vidéo de Françon.


Cordialement.
(1) Cela me rappelle la méprise concernant la « méthode d'éclairage "Schlieren".
  • 0

#12 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 26 janvier 2011 - 01:16

Gerard Wastiaux, nous explique la différence entre le CID et ce qu'il appelle le "procédé SHAERING"(1) mais je ne pense pas qu'il les oppose! (Encore faut-il se mettre d'accord sur le verbe opposer!)

Tu n'es pas favorable aux votes... :D
Je vais donc prendre une référence écrite. A nouveau très modeste: le "larousse de poche", car ce qui est vrai pour les adolescents est vrai pour les adultes aussi.
opposer:... metttre en vis à vis... mettre en parallèle...
En quoi ces définitions ne s'appliquent elles pas à ce que je t'ai fait lire dans le Wastiaux ou l'on voit 2 tirets successifs?

Shaering veut dire "décalage" et justement ( lateral shearing interferometry = interférométrie à décalage latéral)

La je prends un dictionnaire français-anglais et je constate que Shaering n'existe pas et que Shearing est traduit par cisaillement, tonte ou élagage!!!
(Comme quoi ce n'est pas les spécialistes d'une langue qu'il faut consulter pour une traduction technique!
Mais il faut chercher des spécialistes scientifiques...)
Si on recherche de la documentation en français sur les microscopes interférentiels, on va obtenir quelque chose de plus satisfaisant avec par exemple dans Roblin "microscope interférentiel à large dédoublement"

Nous sommes toujours dans la même catégorie de microscopes interférentiels, l'un étant plus complet que l'autre.

Gérard Wastiaux oppose bien dans son livre ces 2 catégories avec des usages différents, je le cite:

Les microscopes CID sont généralement utilisés pour les observations d'objets de phase difficiles à définir sans colorations vitales
...
LEs microscopes interférentiels suivant le procédé Shearing sont essentiellement destinés aux mesures précises d'objets...


  • 0

#13 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 26 janvier 2011 - 02:04

Tu n'es pas favorable aux votes... :D

Non, pas du tout. En science on ne vote pas, on expérimente.
La science n'est pas démocratique...

Ceci dit, si tu regardes de plus près, nous disons la même chose!
Passons sur le verbe opposer qui a ton sens et le mien en même temps.
Il y a une multitude de procédés interférentiels applicables à la microscopie mais le CID, sans avoir les mêmes caractéristiques que le procédé de Zeiss appelé SHEARING est une variante (une catégorie, un sous ensemble) de l'interférométrie à décalage latéral (lateral shearing interferometry).
La différence je le répète tient dans la distance qui sépare les deux ondes.
Le procédé étant le même et dans le cas du CID, il devient différentiel de part justement sa qualité qu'il a d'avoir des ondes suffisamment proches pour transformer des différences de phases (gradients) invisibles en différences d'intensité lumineuses (éclairement) visibles.

Lumineusement.
  • 0

#14 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 26 janvier 2011 - 08:06

Des réponses sans trop de relations avec le sujet ont été déplacées ici :

http://forum.mikrosc...showtopic=10909
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!