Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Coloration


  • Veuillez vous connecter pour répondre
8 réponses à ce sujet

#1 TitusVIII

TitusVIII

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 27 messages

Posté 11 février 2012 - 07:08

Bonjour à tous,

J’ai fait une sporée sur lame d’un champignon de Paris acheté au super marché.

J’ai pris une photo avec l’objectif 40x. Ensuite, j’ai déposé une goutte d’huile à immersion (Type A) directement sur la sporée puis, j’ai recouvert d’une lamelle et photographié en immersion à 100x.

Voici les deux photographies :

120209_agaricus_bisporus__spores_09.jpg





120209_agaricus_bisporus__spores_31.jpg




La spore d’Agaricus bisporus contient des organites, des gouttelettes lipidiques et des granules de glycogène.

Est-ce que quelqu’un peut me renseigner sur l’origine des colorations verte et violette qu’on voit dans les spores? Je n’ai pas fait de coloration.

Merci pour votre collaboration,

Guy
  • 0

#2 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 11 février 2012 - 07:46

Bonjour Guy,

C'est bien beau tout çà ! (et bien bon * ).

Pour la coloration, c'est certainement la coloration naturelle!

La lumière qui traverse ses corpuscules réfringents, y laisse au passage des "plumes".
Certaines longueurs d'onde sont absorbées, et les autres, qui traversent, sont de cette couleur.
Pour le vert, si c'est celui que l'on voit en périphérie des spores, c'est probablement un résidu de chromatisme.
en défocalisant, il devrait passer au rouge.
Sinon, il est dû à la réfraction.

Pour la technique de montage, c'est celle que j'utilise.
Je monte à l'huile à immersion.
Cela met pas mal de temps à sécher mais ensuite çà ne bouge plus.

On reconnait aussi l'artefact Coolpix.

Cordialement.

* Ceci dit, les champignons cultivés n'ont pas beaucoup de goût comparés aux champignons sauvages de la même espèce.
  • 0

#3 TitusVIII

TitusVIII

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 27 messages

Posté 12 février 2012 - 02:45

Merci Michel,

Je croyais que le virage du vert au violet était peut-être dû à une réaction chimique quelconque
entre l’huile d’immersion et un constituant des spores, lipides, glycogène ou autres.

Merci, Guy

P.-S. Oh oui, les champignons sauvages ont bien meilleur goût (nous épuisons actuellement
les récoltes de l’été dernier mises en saumure ou à sécher). Malheureusement, au Québec,
en février, en fait de champignons sauvages, y’a pas grand-chose de plus que des
polypores congelés à se mettre sous l’objectif ou la dent.
  • 0

#4 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 12 février 2012 - 05:10

Re,

J'ai peut-être mal compris ta question!
Tu dis virage du vert au violet ?

Avant l'huile vert, après l'huile violet ?
Je ne pense pas que l'huile se comporte comme l'iode vis à vis de l'amidon, je pense qu'il s'agit alors d'un problème d'indice.

Il faudrait avoir l'avis des chimistes du forum.

Cordialement.

PSS ! Pour les champignons sauvages, j'ai ramassé à l'automne des "Pradels" (Agaricus campestris) sur la pelouse du parking d'un Confo en pleine ville. Et je ne pense pas que ce soit la pollution qui leur donne un si bon goût, c'était le même gout que les Pradels de mon enfance ramassés dans les prés à vaches entre les bouses. Actuellement il ne pousse que de l'herbe dans les prés à vaches et les champignons cultivés n'ont plus gout , relativement, à rien. Je n'en tire aucune conclusion morale ou politique, simplement en rapport avec la microscopie en particulier ou la science en général, comment peut-on expliquer ce phénomène ?
Cela ne se voit pas dans les spores, mais la génétique pourrait-elle nous en dire plus?
  • 0

#5 TitusVIII

TitusVIII

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 27 messages

Posté 13 février 2012 - 12:45

C’est bien ça Michel, c’est après avoir mis l’huile à immersion directement sur les spores
que le contenu de celles-ci est passé du vert au violet.
On aura peut-être l’opinion d’un chimiste ou d’un spécialiste en optique sur ce phénomène?

Je profite de ce message pour remercier tous ceux qui donnent généreusement de leur temps
et partagent leur expérience en écrivant les articles qu’on retrouve sur Mikroscopie
et dans le magazine Microscopies et en répondant aux interrogations des débutants.
Depuis mon adhésion au forum, j’ai fait pas mal de progrès en microscopie en phagocytant
des dizaines d’articles et en butinant d’un sujet à l’autre à tel point que je ne sais plus à qui je dois quoi!

Donc, Merci à tous en bloc.

P.-S je mets en post-scriptum la suite du sujet qui ne relève
de la microscopie que par la bande : la mycologie gastronomique.

Voici Michel ce qui va te rappeler des souvenirs de l’été dernier :

http://www.flickr.co...l-84638739@N00/

Pradel, ça lui va bien.
  • 0

#6 Jean Marie Cavanihac

Jean Marie Cavanihac

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Co-Admin
  • 3 260 messages

Posté 13 février 2012 - 07:53

Bonjour Titus,


les couleurs à l'intérieur de la spore me font penser à une bulle (d'air ou d'eau) pour laquelle le changement d'indice du mileu traversé par la lumière , dû à l'huile, fait apparaitre des phénomènes d'irrisation. Je pense à de l'air car certaines spores vues de coté (à 11 heures et 5 heures sur la 2° photo) ont un profil d'assiette creuse

amitiés,
JMC
  • 0

#7 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 13 février 2012 - 10:46

Bonjour Titus, Jean-Marie, tous,

Je ne m'étais intéressé qu'à la formation des couleurs pas à la nature des inclusions.

Mais après la juste observation de Jean-Marie, je crois comme lui que ces formes sombres sont des inclusions de bulles d'air .
Il faudrait chauffer progressivement la préparation pour voir si les "bulles" grossissent.
Mais pour les éliminer je pense que ce ne sera pas possible.
Il faut avant de mettre l'huile déposer un peu de xylène sur les spores et mettre l'huile avant que le xylène ait séché.

Il faut quand même vérifier sur d'autres spores la réaction au Lugol (iode).

Cordialement.
  • 0

#8 TitusVIII

TitusVIII

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 27 messages

Posté 13 février 2012 - 07:03

Bonjour Jean-Marie, Michel,

Je vais refaire une sporée et reprendre l’expérience en mettant du xylène avant l’huile.
Je vais aussi tester la réaction des inclusions à la chaleur.

Pour ce qui est du test au Lugol ce ne sera pas possible,
je n'ai pas encore réussi à m'en procurer.
Mais qu’est-ce que la réaction au Lugol m’apprendrait?
C’est un fixateur je crois, est-ce que le formol pourrait le remplacer?
Je pourrais m’en procurer.

Mes salutations, Guy
  • 0

#9 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 13 février 2012 - 08:07

Re,

Le Lugol n'est pas indispensable !
Ce qui est actif dans le Lugol est l' Iode!
On en trouve partout , teinture d'iode, antiseptiques iodés, cela marche bien à la Bétadine.

Une pharmacie te conseillera.
Un test rapide :
Tu prends de la mie de pain et tu mets dessus une goutte d'antiseptique iodé et tu vois s'il faut le diluer ou non.
Si la solution est trop concentrée la mie devient noire, diluer la solution.

Ce n'est pas un fixateur, mais un réactif spécifique.

Cordialement.
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!