Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
* * * * - 1 note(s)

Urtica dioica : l' armement


  • Veuillez vous connecter pour répondre
7 réponses à ce sujet

#1 Dominique.

Dominique.

    Invertébré

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPip
  • 366 messages

Posté 20 juin 2012 - 08:45

La grande ortie (Urtica dioica L.) -
Petit reportage sur son armement

Comment fait-elle pour nous piquer où nous brûler quand on vient à son contact ?


Quelles sont les armes dont dispose cette plante : à l’examen on en trouve 4

1 Les petits poils urticants - ce type de poils montre 2 zones : le poils proprement dit et à la base une zone ampullaire liquidienne
ortie 1.jpg

2 Les poils intermédiaires la structure est plus complexe - au sommet on découvre une pointe - style de silice - puis un tube creux ayant une paroi de sel de calcium qui assure la rigidité de l’ ensemble - enfin une dilatation ampullaire
ortie 2.jpg

3 Les poils de grande tailles : ce poil est caractérisé par sa taille supérieur à la précédente de plus de la moitie - et surtout remarquable par le volume de sa base et l’ aspect épineux agressif – on trouve les 3 zones ; épine de silice - tube creux et ampoule
A la base par contre on constate nettement une zone de transition entre l’ampoule et le tube
ortie 3.jpg

4 Les vésicules : celles ci – sont disposées le long de la tige principale et le long des armatures de la feuilles - leur présence est surtout très nette sur les jeunes orties - Celles qui font le plus mal -
ortie 4.jpg
  • 0

#2 Dominique.

Dominique.

    Invertébré

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPip
  • 366 messages

Posté 20 juin 2012 - 08:55

ortie 5.jpg

Comment fonctionnent ces armes

Les vésicules se cassent si on les comprime – avec une micro aiguille ( (pour electro-sclérose utilisée ici ) j’ ai posé une vésicule sur l’avant bras sans la casser - il ne se passe rien –si on appuie dessus - malgré sa très petite taille une vive brûlure apparaît et persiste ( faire cela sous bino )

Les poils - cassent très facilement mais de 2 manières *
**Les petites épines elles semblent peu active dans le processus - trop souples elles plient et ne cassent pas
**Les poils intermédiaires cassent à leur pointe . Si la section se fait au niveau de l’ ampoule , l’ampoule se vide – ce qui n ‘ apparaît pas souvent le cas à l observation
**Les gros poils - pénètrent très bien la peau- ( sous bino on les voit s’ enfoncer dans le doigts sans presque rien sentir de douloureux - une minime piqûre au plus
- avec précaution et en respectant l’angle d’entrée on fait ressortir l’aiguille elle est intacte et il ne s’est rien passé.
Par contre si l’aiguille a pénétré et qu il y a un mouvement de glissement
,la sensation de brûlure est immédiate et puissante - En fait ce mouvement latéral infime a ouvert l’ampoule et le contenu de la vésicule s’est rependu sur la peau

Ampoule pleine
ortie 6.jpg


Ampoule en partie vide (la force de capillarité en ne permettant pas la vidange totale)
ortie  7.jpg

L’action urticante est due au liquide contenu dans la base des poils. Il comprend de l'acide formique ( produit projeté par les fourmis ) , de l’histamine, de l’acétylcholine, de la sérotonine et des leucotriènes7. Il reste cependant un mystère car les brûlures d’ ortie peuvent durer des heures voire des jours - ce qui n’ est pas compatible avec la durée de vie des molécules citées – il reste donc des molécules algogénes intervenant sur notre système nerveux à découvrir

Conclusion pratique - comment manipuler une ortie (en se faisant piquer raisonnablement) pour épater sa copine.

La coupe d’une feuille nous montre que la densité des gros poils et des poils intermédiaires est plus important sur la face ventrale que sur la face dorsale - la tige quant à elle est la mieux armée en gros poils agressifs .
ortie 8.jpg

Il faut donc prendre l ortie en utilisant le dessus des feuilles comme s’il s’agissait d’un mouchoir .



Pour en savoir plus sur l’ortie
Réf : une très belle photo ++
http://www.photomacr...t=urtica dioica

Réf : http://fr.wikipedia....ki/Grande_ortie

Réf : http://urticamania.o...e-51761286.html
  • 0

#3 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 20 juin 2012 - 09:21

Bonjour Doc et tous,

Un très bas coup de chapeau pour cette étude soignée et dans laquelle tu as payé de ta personne en faisant de l'auto expérimentation.


Il reste cependant un mystère car les brûlures d’ ortie peuvent durer des heures voire des jours - ce qui n’ est pas compatible avec la durée de vie des molécules citées – il reste donc des molécules algogénes intervenant sur notre système nerveux à découvrir

Voir la réponse ICI

Amitiés et pardon pour ce HS, enfin, à vous de voir...
  • 0

#4 Jean Marie Cavanihac

Jean Marie Cavanihac

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Co-Admin
  • 3 194 messages

Posté 21 juin 2012 - 09:05

Bonjour Doc !

magnifique étude des poils d'orties. je n'avais jamais remarqué les vésicules .. sont elles spécifiques à une espèce particulière ?

Merci aussi pour l'astuce de saisir les feuilles par le dessus, j'utilisais un sac plastique retourné à l'envers avec la main protégée par le sac.

Sans vouloir polluer ce beau sujet, mais pour compléter, les poils réagissent bien en lumière polarisée comme en témoignent les modestes photos ci dessous :

ORTIEPOL.jpg

amitiés,
JMC
  • 0

#5 Daniel Crabbé

Daniel Crabbé

    Procaryote

  • Membre confirmé
  • Pip
  • 193 messages

Posté 21 juin 2012 - 05:35

Merci beaucoup, très intéressant !

Amicalement.

Daniel
  • 0

#6 Dominique.

Dominique.

    Invertébré

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPip
  • 366 messages

Posté 21 juin 2012 - 08:47

Bonsoir jean- marie

Les vésicules me posent problème - elles sont bien présentes sur toutes les orties que j ai examiné - avec des prélèvements à divers endroits d’ une grande prairie.
Par contre je ne trouve pas de littérature sur le sujet qui fasse mention de ces vésicules - et rien sur le Net et je ne connais pas assez la botanique pour définir l’ espèce .
En fait ces vésicules disparaissent si on faite une préparation histologique classique ; elles semblent visible uniquement grâce à l ‘episcopie sur un examen directe .

Si quelqu ‘ un pouvait nous aider


Amicalement
  • 0

#7 Jean Marie Cavanihac

Jean Marie Cavanihac

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Co-Admin
  • 3 194 messages

Posté 22 juin 2012 - 06:31

En fait ces vésicules disparaissent si on fait une préparation histologique classique


Bonjour,

je suppose en fait qu'elles éclatent lors de la préparation. J'avais pensé qu'il pourrait s'agir de prémices (bourgeons..) d'un futur poil urticant, car en l'état elles ne paraissent pas "agressives" ! Je vais essayer de revoir de plus prés mes anciennes préparations de poils pour voir si j'y retrouve quelques indices ...

à suivre !

amitiés,
JMC
  • 0

#8 Dominique.

Dominique.

    Invertébré

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPip
  • 366 messages

Posté 22 juin 2012 - 09:01

Bonjour jean- marie

j' ai repris l'observation des feuilles et par chance je crois avoir trouver la maniére dont se deroule le processus :

On constate que la formation se fait à partir des petits poils
2 procédés sont en place :

-1-L ‘ « ampullisation » par dilatation progressive de l’ ampoule situé à la base du poils - on remarque sur l’ image la partie distale du poil qui va se détacher
ortie 9.jpg

ortie 10.jpg

-2-Le soufflage – un peu comme la formation d ‘ un vase par le souffleur de verre .

ortie 11.jpg

Sous l’ effet du poids ces vésicules doivent se détacher - une partie reste accrochée entre les poils et une partie doit tomber en particulier celles qui se développent directement sur le limbe de la feuille - restent donc surtout celles qui se sont formées sur les tiges - emprisonnées par les poils adjacents .

amicalement
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!