Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Pityriasis & Co


  • Veuillez vous connecter pour répondre
2 réponses à ce sujet

#1 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 20 août 2012 - 07:03

Le sujet original se trouve ICI : http://forum.mikrosc...showtopic=12181

Bonjour Doc,

Pour moi, ceci est un excellent sujet !
Un peu de médecine dans ce monde trop dominé par les préoccupations naturalistes ne fait pas de mal et peut même faire du bien.
Un microscope, un bout de scotch et quelques colorants, et le tour est joué.
Ou presque puisqu'il faut quand même avoir fait des études...
Cependant, déterminer une diatomée n'est pas plus simple que de déterminer pityriasis furfur.

La question que l'on pourrait se poser, est celle de la limite entre un "auto-diagnostic" et un exercice illégal de la médecine : il ne faut jamais se prendre pour qui on n'est pas.

J'ai parfois fait quelques examens de squames cutanées (pour d'autres raisons) et je n'ai jamais trouvé ce champignon, mais un autre plus fréquent mais difficile à visualiser.
Je veux parler de l'agent des pellicules.

Tout jeune microscopiste (une douzaine d'années) et ayant déjà quelques "grains de sel" sur mes épaules, j'ai essayé de voir ce qui pouvait provoquer ces pellicules. Et j'ai trouvé une levure typique (il faudra que je retrouve les lames de l'époque).
Bien entendu, il n'existait pas d'internet et personne ne connaissait autour de moi (médecin y compris) la cause de ce problème.
C'est alors que j'ai trouvé dans une brocante un Traité de Bactériologie clinique ancien ! Un trésor pour moi !

Au chapitre dermatologique, il y avait bien un agent responsable pour les pellicules, et c'était une bactérie ! :
Le bacille bouteille de Malassez ou Pityrosporum Malassezi. (Orthographe de mémoire).
Il était quand même signalé que certains auteurs prenaient ce germe pour une levure, vue sa forme, mais que c'était bien un bacille.
L'avenir a apparemment donné tort à cet auteur et à moi même plusieurs années plus tard puisque je soutenais (comme un perroquet) ce que j'avais lu !

Depuis, j'ai appris beaucoup de choses sur ce microbe, notamment son importance économique à travers l'industrie des shampoings, l'utilisation du Zinc à des fins publicitaires et j'ai l'impression que plus on en parle plus cela profite, mais qu'on n'en fait pas assez pour éradiquer le problème !

Amitiés.

(Je pense toutefois et pardonne-moi pour cette intrusion, que le E de versicolor est plus un E de prononciation qu'une réalité)
  • 0

#2 Dominique.

Dominique.

    Invertébré

  • Membre actif.
  • PipPipPip
  • 326 messages

Posté 21 août 2012 - 03:17

Bonsoir mPx

Il est toujours difficile de savoir ce que l’ on voit – et encore plus facile de passer à côté si ce que je vois ne crée pas en moi des liens avec ce que je sais ou dont j’ ai fait l’ hypothèse
Quand on est jeune on regarde mais on ne classe pas - on passe à côté de choses intéressantes mais on ne s’arrête pas
Le regard que je porte sur les images microscopiques est un chemin tout tracé - par les scientifiques du 19 et 20 eme siècles
On se trouve - à notre niveau d’exploration - comme le sont les estivants sur une via ferrata accrochés et guidés sur la pente.
On ressent malgré tout mais certainement à un moindre degré ce que le précurseur a su deviner là où personne n’avait encore rien vu. –l’ angoisse ne de pas voir, le frisson d avoir vu et la joie de trouver la confirmation de sa découverte dans les ouvrages spécialisés .

Amicalement
Dominique
  • 0

#3 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 21 août 2012 - 04:31

Tout à fait Dominique, bonjour,

Travail très délicat que celui de la recherche !

Il faut être assez souple pour voir ce que l'on est sensé voir (reconnaissance de formes acquises) et en même temps faire abstraction de tout ce que l'on sait, pour ne pas passer à côté d'une découverte.

L'enseignement, pourtant indispensable, est un immense moteur de suggestion.
Combien de gens fort savants, ne voient que ce qu'il faut voir et se trompent toute leur vie quand ce qu'on leur a dit qu'il fallait voir était faux.

On a dit qu'une nouvelle théorie triomphe, quand tous ses adversaires sont morts (Jean Rostand je crois ), autrement dit, beaucoup sont à jamais incapables de revoir leur jugement, même quand la démonstration est là devant eux.
La suggestion de leur enseignement, ou de leur fausse expérience, à été trop forte

Le seul problème avec les vrais découvertes, pas les diagnostics même difficiles, c'est qu'elles ne sont pas encore dans les ouvrages spécialisés.

Le visionnaire ou le découvreur est condamné à voyager seul dans les terres inconnues.

Amitiés.
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!