Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Eléments de mycologie microscopique 2


  • Veuillez vous connecter pour répondre
3 réponses à ce sujet

#1 jmaffert

jmaffert

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 577 messages

Posté 05 janvier 2014 - 09:20

Chapitre 2   Les surfaces fertiles

 

 

Le premier chapitre a décrit les asques et les basides. Voyons où on les trouve sur les champignons.

 

1 Basidiomycètes

 

1.1 Hymenomycètes

Chez beaucoup de champignons, les basides tapissent une surface et constituent ce qu’on appelle l’hyménium. Chez les champignons à lames, l’hyménium tapisse la surface des lames;

 

Exemple Cortinarius orellanus (mortel !)

 

Cortinarius_orellanus.jpg

 

 

chez les bolets et les polypores (champignons à tubes, coriaces, poussant souvent sur le bois), il tapisse l’intérieur des tubes;

 

Exemple Boletus pinophilus

 

Boletus pinophilus.jpg

 

 

chez les hydnes, il tapisse les aiguillons qui sont sous le chapeau;

 

Exemple Hydnum repandum

Hydnum repandum.jpg

 

 

enfin il existe des champignons à surface presque lisse (clavaires en forme de massue ou de buisson ; corticiés, formant une croûte sur le bois) recouverte de l’hyménium.

 

Exemple Clavulina cristata

 

Clavaria cristata.jpg

 

 

On remarquera que les lames, les tubes et les aiguillons sont les seules manières géométriques de multiplier la surface fertile pour une taille de champignon donnée.

L’hyménium peut être constitué uniquement de basides (toutes ne portent pas de spores et apparaissent sous forme de massue) ou peut contenir des cellules stériles appelées cystides. Contrairement aux basides dont la forme est assez constante dans une famille de champignons, les cystides, de même que les spores, sont beaucoup plus utiles pour aider à la détermination d’une espèce. On appelle trame, la chair du champignon à l’intérieur des lames. Le dessin suivant présente l’hyménium :

 

Hymenium.jpg

 

 

 



1.2 Gastéromycètes

 

Chez les gastéromycètes (les plus courants sont les Lycoperdon ou vesses-de-loup)

 

Exemple Lycoperdon decipiens

 

Lycoperdon decipiens.jpg

 

il n’y a pas d’hyménium, mais l’intérieur du champignon (la gleba), généralement blanche chez le jeune, se transforme à maturité en une poudre brune (les spores, généralement sphériques) mélangée à des filaments (le capillitium). Les basides ne sont visibles qu’au stade intermédiaire. Il n’y a donc pas d’hyménium. On observe couramment les spores (dimensions, ornementation) et le capillitium (ramifications, cloisons, perforations).

 

 

1.3 Microphotos :

 

Galerina vittiformis

Galera_vittiformis 1.jpg

 

 

Melanoleuca nivea

 

Melanoleuca_nivea 1.jpg

 

 

Mycena vitilis

 

Mycena_vitilis 3.jpg

 

 

Photos prises avec un objectif 40x, coloration au congo ammoniacal.

 

Je n’ai pas d’espèces courantes parce que quand je les connais, je ne me donne pas la peine de faire des préparations…

 

Pour observer l’hyménium sur un champignon à lames, on peut découper une mince tranche du chapeau, comprenant quelques lames, puis tenant la tranche entre le pouce et l’index, on coupe perpendiculairement à l’arête des lames en commençant par la surface du chapeau. On finit par obtenir un morceau ressemblant à un peigne, que l’on monte entre lame et lamelle. La coupe doit être la plus fine possible. On peut couper à main levée, en travaillant sous une loupe binoculaire. Cette méthode donne quand même une préparation assez épaisse, qui n’est pas la meilleure pour obtenir de belles images des cellules, mais on a l’avantage de bien voir la structure de l’hyménium, ainsi que la structure de la trame.

 

Coupe

 

Coupe.jpg

 

Excusez mes talents de dessinateur, très limités.



Spores et capillitium d’un gastéromycète indéterminé

 

Capillitium.jpg

 

 

2  Ascomycètes

 

2.1 Discomycètes

Ce sont des ascomycètes qui ont un hyménium où les asques tapissent une surface. La plupart du temps ces asques sont entremêlés de cellules stériles étroites, les paraphyses. Les discomycètes comprennent des champignons en forme de coupe telle qu’Aleuria aurantia, la pezize orangée et Helvella leucomelanea, présentes sur le forum, et les morilles, bien connues des gastronomes.

 

Aleuria aurantia

 

Aleuria aurantia.jpg

 

 

Otidea alutacea

 

Otidea alutacea.jpg

 

La photo est de piètre qualité, mais on voit des asques et des paraphyses à sommet en crosse (contraste interférentiel, pas de coloration).

 

Pour voir les asques et les paraphyses, il suffit de couper un tout petit morceau et de l’écraser entre lame et lamelle. On peut aussi faire une coupe à main levée comme indiqué ci-dessous, toujours sous binoculaire car il s’agit de prélever un tout petit échantillon.

 

Coupe asco.jpg

 

 

2.2 Pyrénomycètes

Chez les Pyrénomycètes, les asques sont dans de petites loges, les périthèces, à peine visibles à l’œil nu. Il est pratiquement impossible de réaliser une vraie coupe à main levée car les périthèces sont souvent cassants. On se contentera de prélever des asques et des spores (cf. Xylaria hypoxylon dans le chapitre 1). Les périthèces sont en général immergés sous la surface du champignon et les spores peuvent sortir par de petits orifices visibles à la loupe binoculaire.

 

Vue en coupe de périthèces de Xylaria longipes

 

Xylaria longipes peri.jpg

 

Objectif 2,5 x. La chair est blanche, la peau est noire. Les périthèces sont noirs et les asques en tapissent la surface interne.

 

Quelques Xylaria longipes

 

Xylaria longipes.jpg

 

Ils poussent en troupe sur des troncs morts. Hauteur 4-5 cm.

 

 

Pour l’observation de l’hyménium, le Rouge congo (ammoniacal ou SDS) est un bon colorant des parois cellulaires et d’un usage assez universel.

 

Meilleures salutations

 

 

 


  • 0

#2 Dominique.

Dominique.

    Invertébré

  • Membre actif.
  • PipPipPip
  • 327 messages

Posté 07 janvier 2014 - 09:17

 

Bonjour  Jmaffert

 

Superbe presentation

 

 Ce qui est curieux   est que  ta  coupe   de Mycena Vitilis  ne soit  colorée qu en surface  comme  si  l’ echantillon avait été coloré avant la coupe .

 

  Quel  est ton milieu de montage  ( Lactophenol ? ) .

 

Amicalement


  • 0

#3 jmaffert

jmaffert

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 577 messages

Posté 07 janvier 2014 - 12:04

Bonjour,

 

non; le morceau de lame (de champignon) est simplement posé sur une lame (de verre), je rajoute une goutte de congo ammonial dessus, je pose la lamelle. Ensuite je fais généralement bouillir (briquet) pour enlever les bulles d'air et je regarde.

Dans le cas de vitilis, il est possible que j'ai placé la goutte de congo à côté du morceau de champignon, puis posé la lamelle. A ce moment, le congo arrive par le côté et pas par dessus, ce qui doit expliquer que seul le bord soit coloré.

 

Je fais en général des préparations rapides et utilitaires pour aider ou confirmer une détermination. La photo me permet de conserver un peu de mémoire, mais je ne fais pas beaucoup d'efforts pour sa qualité. En voyant les magnifiques photos sur le forum, je vois que j'ai beaucoup de progrès à faire pour améliorer la qualité !

 

 

Amicalement


  • 0

#4 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 885 messages

Posté 07 janvier 2014 - 12:10

Bonjour Jérôme,

 

Ta qualité de photo est remarquable !

Après, si on veut passer des heures à empiler des séries focales, je crois que çà dépasse la simple microscopie de base.

Et je ne pense pas que cela apporte plus à la détermination des champignons.

 

Excellent sujet , j'ai hâte de m'y mettre en tout cas cela m'en donne le gout.

 

Amicalement.


  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!