Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

Phénomènes quantiques dans les organismes vivants


  • Veuillez vous connecter pour répondre
3 réponses à ce sujet

#1 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 671 messages

Posté 10 février 2014 - 12:56

Un article publié ce mois-ci dans la revue "automates intelligents" (la lettre mensuelle est gratuite à recevoir par inscription)

Phénomènes quantiques dans les organismes vivants
Jean-Paul Baquiast - 19/01/2014


Nous avons plusieurs fois mentionné les hypothèses selon lesquelles des mécanismes fondamentaux du monde vivant ne se produiraient pas sans l'intervention de phénomènes quantiques. Ceux-ci, par leurs propriétés fondamentales (superposition d'état, non localité notamment) rempliraient dans le vivant des rôles essentiels, que les atomes et molécules du monde dit macroscopique ne pourraient pas assurer. On a souvent dit que le milieu biologique, chaud et humide, ne pouvait permettre aux particules quantiques de conserver leur "cohérence", c'est-à-dire de ne pas devenir des particules comme les autres au contact de la matière ordinaire. Mais un nombre croissant d'expériences confirme qu'il n'en est rien. La biologie quantique paraît une réalité dont aujourd'hui encore on n'étudierait qu'un nombre limité d'exemples. 

Deux séries d'expériences, ayant fait l'objet de publications, illustrent cette constatation. Elles ne concernent pas des phénomènes nouveaux, car les domaines en cause avaient été évoqués depuis quelques années. Il s'agit de la fonction chlorophyllienne dans les cellules végétales et des vibrations se produisant à l'intérieur des microtubules des neurones cervicaux, susceptible de jouer un rôle dans la production de la conscience. Ce sont les mécanismes quantiques supposés les produire qui se précisent aujourd'hui. 

La fonction chlorophyllienne

Les processus grâce auxquels les cellules végétales recueillent et utilisent la lumière afin de fabriquer les molécules de la chimie organique dont elles ont besoin semblent n'avoir pas d'équivalents dans la physique classique. Les macromolécules qui jouent ce rôle sont composées de chromophores (responsables de la couleur verte) attachés aux protéines de la cellule et constituant le premier stade de la photosynthèse. Elles capturent les photons de la lumière solaire et transfèrent l'énergie associée vers le reste de la cellule.

Aujourd'hui des chercheurs de l'University Collège London pensent avoir identifié des processus quantiques assurant l'efficacité de cette fonction, dont il n'existerait pas d'équivalents dans la physique classique. Selon leurs observations, les vibrations des chromophores responsables du transfert d'énergie ne pourraient pas se produire classiquement. Leur efficacité dépendrait de mécanismes quantiques. 
Les vibrations moléculaires résultent de mouvements périodiques des atomes dans une molécule. Quand deux chromophores vibrent à l'unisson, une résonance apparaît et des échanges efficaces d'énergie peuvent se produire. Dans certaines conditions que nous ne décrirons pas ici, des unités discrètes d'énergie, autrement dit des unités quantiques, sont échangées. Ceci en un très court temps (inférieur à la picoseconde) et à température ambiante.

Mais ne s'agit-il pas de processus de la physique classique ? Les chercheurs montrent qu'il n'en est rien. En physique classique les probabilités de trouver les chromophores dans certaines positions et impulsions seraient positives, autrement dit il serait possible de prévoir ces positions et impulsions. Or l'expérience montre que ceci n'est pas possible. Les chromophores ne peuvent être identifiés en position et impulsion que d'une façon probabiliste, autrement dit collective, ce qui rend impossibles les prédictions individuelles. Il s'agit donc bien d'un mécanisme quantique, correspondant à l'échange cohérent d'un quantum d'énergie. Une superposition d'états quantiques, non prédictible en physique classique, s'établit entre excitations et transfert de charge à l'intérieur du chromophore. 

D'autres processus quantiques proches ont été identifiés. Nous nous bornerons à les évoquer. Il s'agit des changements structurels qu'enregistrent les chromophores associés à la vision lors de l'absorption de photons ou de la reconnaissance d'une protéine par une autre lors de l'olfaction. Pour explorer plus en profondeur ces phénomènes indispensables au fonctionnement des organismes supérieurs, il faudrait examiner les dynamiques vibratoires associées. Elles constituent clairement, selon les chercheurs, des phénomènes non classiques, c'est-à-dire relevant de la physique quantique. Les théories proposées sont très complexes et ne peuvent être présentées et moins encore discutées ici. On se bornera à retenir la conclusion générale qui s'en dégage: les organismes biologiques trouvent leurs origines dans la physique quantique. Ceci pourrait contribuer à l'idée que la vie serait universelle dans l'univers, car cette physique n'est pas associée nécessairement aux conditions observées sur la Terre par des organismes comme les nôtres, qui se sont développées en exploitant les propriétés déterministes de la physique macroscopique. Elle pourrait dominer dans d'autres planètes.

Résumé de l'article publié par Nature Communications 

Advancing the debate on quantum effects in light-initiated reactions in biology requires clear identification of non-classical features that these processes can exhibit and utilize. Here we show that in prototype dimers present in a variety of photosynthetic antennae, efficient vibration-assisted energy transfer in the sub-picosecond timescale and at room temperature can manifest and benefit from non-classical fluctuations of collective pigment motions. Non-classicality of initially thermalized vibrations is induced via coherent exciton–vibration interactions and is unambiguously indicated by negativities in the phase–space quasi-probability distribution of the effective collective mode coupled to the electronic dynamics. These quantum effects can be prompted upon incoherent input of excitation. Our results therefore suggest that investigation of the non-classical properties of vibrational motions assisting excitation and charge transport, photoreception and chemical sensing processes could be a touchstone for revealing a role for non-trivial quantum phenomena in biology.


Reference:
Edward J. O’Reilly, Alexandra Olaya-Castro, "Non-classicality of the molecular vibrations assisting exciton energy transfer at room temperature", Nature Communications, 2014, DOI : 10.1038/ncomms4012 (open access)

 

 


  • 0

#2 vasselle

vasselle

    Invertébré

  • Visiteur *
  • PipPipPip
  • 332 messages

Posté 10 février 2014 - 01:24

Très bon article.

Cordialement Seb.


  • 0

#3 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 784 messages

Posté 10 février 2014 - 11:36

Bonjour,

 

C'est en effet intéressant, mais il y a évidemment beaucoup à dire .

Je ferais simplement une remarque sous forme de question.

Je n'ai pas trouvé la source du résumé. ( je viens de le trouver : http://philoscience....-quantique.html )

Je voulais vérifier l'origine d'une erreur de traduction fréquemment commise : 

 

des vibrations se produisant à l'intérieur des microtubules des neurones cervicaux

 

Les neurones cervicaux, cela n'existe pas , je suppose que l'auteur aurait voulu dire des neurones cérébraux.

En français cervical fait référence au cou (plus exactement au col, car il y a aussi le col de l'utérus : exemple la glaire cervicale )  et non au cerveau.

On retrouve très, très, de mauvaises traductions de certains termes de l'anglais vers le français qui dénotent de l'inculture scientifique des traducteurs (même dans les grands congrès scientifiques, la majorité des traducteurs sont des littéraires (ce n'est pas péjoratif, mais un fait))

Les "bugs" les plus fréquent sont les mites. (sans jeu de mot) .

Mite doit désigner en anglais toutes sortes d'insectes et en français une seule bestiole

Ainsi, j'ai vu pendant une heure un reportage à la TV sur les coccinelles qui étaient appelées mites pendant une heure...

Et il y en a bien d'autres. (dentition et denture, moelle épinière et moelle osseuse, météores et météorites, télescopes et lunettes astronomiques, cameras et appareils photos...)

 

Sur le fond, il y a un certain nombre de contradictions, mais si j'en parle, cela peut déclencher des cataclysmes (quantiques)... 

 

En tout cas, je note que la revue est passionnante et grossièrement, dans la mesure de mes capacités à juger de tels écrits est suffisante, il n'y a pas plus d'incohérences dans cette revue que dans d'autres comme Science & Vie que j'aime beaucoup.

 

A recommander dans la mesure où on sait garder la tête froide (mais pas trop) et un esprit critique.

 

Merci pour ce sujet (en triple !)


  • 0

#4 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 671 messages

Posté 10 février 2014 - 03:32

Effectivement, en général Basquiat écrit d'une façon très sérieuse et très "propre", mais là, attribuer des neurones au col de l'utérus, c'est osé.

Les articles que cette revue présente sont toujours très intéressants, un rien sectaires (par exemple nous vivons l'ère anthropotechnique) malgré une grande ouverture

et un véritable souci d'être pointu. Je dois avouer que nombre d'articles ne m'intéressant pas directement, comme ceux relatifs à l'astronomie par exemple, me sont du vrai chinois.

Mais comme cette revue se base sur de nombreuses et officieuses revues de haut vol, elle permet de moins s'encombrer.

 

Y aurait-il quelques bugs dans le déroulement des pages du forum ?

Ici, j'ai effectivement eu des difficultés à envoyer le texte mais encore

je n'ai plus accès à aucun sujet récent, même en filtrant, j'ai juste cinq titres à droite qui s'annoncent en fonction du temps qui passe

SDS


  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!