Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

Mettre une échelle sur les photos, (deuxième partie)


  • Veuillez vous connecter pour répondre
4 réponses à ce sujet

#1 pablito

pablito

    Homo sapiens microscopicus

  • Co.Admin
  • 1 288 messages

Posté 08 mars 2014 - 09:33

Bon, le coup de l'épaisseur d'une lamelle, c'est bien, mais cela ne marche pas pour les plus forts grossissements.

Comme on a des photos du sang de papa, depuis peu, on s'est servi de la taille des globules rouges pour préparer une échelle sur les photos agrandies X400 et X1000

 

En effet, papa a un sang "normal" et dans ce cas, le diamètre des globules rouges est de 7,5 microns environ.

On a pu étalonner nos photos à partir de ce nouveau repère : 

 

2A9C0072_V9.jpg

 

2A9C0073_V9.jpg

 

2A9C0075_V9.jpg

 

2A9C0074_V9.jpg

 

 

 

Ça y est, maintenant, on saura DANS TOUS LES CAS mettre une échelle sur nos photos.

Papa me dit de préciser que ces calculs de nombre de pixels, dépendent bien sur de l'appareil, de la taille et de la nature du capteur de l'appareil photo.

Lui, il a un Canon plein format; et l'adaptateur photo Bresser, oculaire deux positions (2,5X, 4X)

 

Bonne soirée, Pablito


Modifié par pablito, 08 mars 2014 - 09:47 .

  • 0

#2 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 181 messages

Posté 09 mars 2014 - 08:16

Bonjour les Pablos,

 

Bravo, très bon travail d'approche!

Et quoi que je dise plus bas, sincères félicitations!

Cette méthode, est une méthode économique pour avoir une échelle, et qui donne une bonne idée de l'ordre de grandeur de la photo, mais on ne peut pas dire que c'est la plus précise.

Plusieurs causes d'erreurs.

Pour les lamelles.

Je trouve que la tolérance donnée sur la boite est importante et ne reflète pas d'un processus de fabrication performant. 

Le fait d'empiler X lamelles n'est pas des plus rigoureux. entre chaque lamelle il y a espace qui vient du fait que deux plans ne vont entrer en contact que par trois points et donc l'espace qui existe entre les lamelles dépend avant tout de la planéité de celles-ci.

Cet erreur de mesure est incluse dans le résultat final.

La deuxième erreur, plus importante me semble-t'il est du à l'instrument de mesure.

Déjà avec un pied à coulisse, selon comment (je devrais dire combien) on appuie , on va avoir des mesures différentes.

alors, avec un double décimètre en plastique...

 

Il y a une autre méthode pour mesurer l'épaisseur d'une lamelle, celle que j'ai toujours employée. (quand j'étais plus jeune).

On trace avec un crayon gras un trait sous la lamelle et un autre dessus.

Si la lamelle n'est pas des plus propres, on n'a pas besoin de tracer de traits.

On fait la MAP avec un objectif moyen sur le trait inférieur et on regarde la graduation de la vis micrométrique.

On refait la MAP sur la face supérieure de la lamelle et on note la mesure.

Cette mesure ne donne pas directement le résultat car l'épaisseur apparente est faussée par l'indice de réfraction du verre.

Il faut donc multiplier le résultat par 1.5.

 

Dans tous les cas de figures, cet étalon lamelle est suffisant pour les grossissements faibles du microscope.

Pour les grossissements forts, il faut des moyens plus précis.

 

Les GR :

A mon avis, la méthode n'est pas valable.

La taille donnée dans les livres d'un GR est une taille statistique qui n'indique pas les conditions de mesure.

Selon leur état, le diamètre d'une hématie peut varier dans de grandes proportions.

Si on mesure la taille d'un GR au cytomètre de flux, on va mesurer un GR dans son environnement presque naturel et il aura une forme plutôt sphérique.

Etalé, sa taille dépend des paramètres de l'étalement. et de sa position.

Sur les photos, les GR non étalés, se mettent en piles d’assiettes (effet sludge) leur diamètre est assez variable.

Dernière remarque, il faut avoir la certitude que les GR sont "sains" et pour le savoir, il faut les mesurer ! 

En effet, la taille des GR est variable selon un certain nombre de pathologies.

 

Alors, si on veut donner une l'échelle pour une bactérie de 1 ou 2 microns en prenant un GR dont l'incertitude sur la taille est de 1 à 2 microns (parfois plus),...

 

Dernière remarque (un peu, mais pas trop) provocatrice, le pixel n'a pas de taille !!

 

Amitiés.


  • 0

#3 pablito

pablito

    Homo sapiens microscopicus

  • Co.Admin
  • 1 288 messages

Posté 09 mars 2014 - 09:47

D'accord sur tout sauf sur le dernier point
Les pixels du capteur de l'appareil photo de papa ont une taille !!! Ils font exactement 6,1 microns, on a même pensé trouver un capteur d'appareil photo endommagé pour servir d'échelle précise. Mon oncle en a un, on le démontera pour voir si ça marche

Pablito
  • 0

#4 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 181 messages

Posté 09 mars 2014 - 03:11

Bonjour jeune homme,

Quand une nouvelle technologie émerge, il faut bien faire attention au sens des mots , sinon, on a vite fait de tout mélanger.
Un pixel (picture element ) est l'élément de base d'une image numérique.

Une image numérique n'a, pas plus que le pixel, de dimension.

Une image numérique est une matrice de points dans la mémoire d'un ordinateur ( d'où le nom de numérique.)
Numérique = formé à partir de 1 et de 0 (zéro)

Je sais bien que maintenant tout est numérique (c'est moderne) mais il ne faut pas tout confondre.
Un appareil photo peut être "numérique" cela ne veut pas dire qu'il est constitué de 1 et de 0, mais qu'il utilise un codage numérique de l'information.
Donc la photo est codée numériquement avec des UN et des ZÉRO.
La photo que je vais chercher chez le photographe, (ou que j'imprime) prise avec mon appareil photo numérique, n'est pas numérique, et NON, elle est bien réelle .
Ce qui est numérique dans cette photo est sa représentation dans une mémoire, ordinateur ou carte.
Et cette photo numérique est composé d'éléments numériques de base, les pixels.
Comme ce sont des représentations informatiques (des 1 et des 0), ils n'ont aucune taille physique, il n'existent que sous forme de charges électriques dans du silicium.
Aucune dimension dans le sens de la physique.

Parlons maintenant de capteur.
Un capteur électronique, (pas numérique) est un dispositif constitué cellules photo-électriques.
La-plupart du temps c'est une matrice de cellules, mais cela peut être une seule ligne de cellules.
Ces cellules fonctionnent de la manière suivante. Ce sont de petites surfaces qui quand elle reçoivent des photons (de la lumière) elles les convertissent en électrons, c'est à dire un signal électrique analogique (même pas numérique).
Dans le cas d'un capteur électronique d'appareil photo, le signal reçu par une cellule est converti en un ou zéro.
Un, il y a de la lumière, zéro, yen a pas, partie...

Chaque cellule s'appelle en langage "technique", un photo-site, c'est comme une mini centrale photovoltaïque qui transforme la lumière en électricité.
Ce photo-site, lui, il a bien une dimension, mais qu'il soit grand ou petit, le signal est toujours à base de  un ou de zéro.
Bien sûr, à chaque photo-site correspondra un pixel dans la mémoire, mais si le photo-site a une taille, le pixel lui n'en a toujours pas.

Mais comme on ne peut pas voir les charges électriques stockées dans une mémoire, il faudra bien les matérialiser à un moment ou un autre !
alors, comment on fait ?

Plusieurs solutions sont possible : je vais en citer deux les plus courantes, mais il y en a d'autres.
La "visu" autrement dit l'écran d'ordinateur et le tirage papier d'une photo.

La visu, va convertir l'image numérique sans dimension, en un signal lumineux.
C'est en somme le phénomène inverse du capteur.
Ce signal lumineux s'affiche sur l'écran grâce à des "pastilles" (tout dépend de la technologie utilisée) d'une taille donnée qui est totalement arbitraire et indépendante de la taille du photo-site qui est à son origine.
Sur un papier photo, la taille du point correspondant à un pixel et à un photo-site sera encore différente .
 

Un photo-site -> un Pixel -> un point lumineux (ou une tâche d'encre).

 

Ces trois éléments sont des éléments bien distincts qu'il ne faut pas confondre.
Sinon, dans une discussion, Paul parle du "pixel" du capteur, Michel du Pixel Pixel et jacques du Pixel de l'écran et William du pixel de la photo...

Il y en a même maintenant qui mesurent l'efficacité d'une crème anti-âge (celles qui font croire qu'on n'a pas le bon âge !) au pixel près !
Je crois que bientôt on mesurera tout en pixel... :rolleyes:

 

endommagé pour servir d'échelle précise.


Je crois que l'échelle la plus précise, est quand même le micromètre objet sinon, à quoi cela aurait servi que l'Académie des sciences ait défini le mètre en 1791 (et tous les travaux qui ont suivi), si on pouvait le remplacer par des bouts de ficelles... :)

Tryphon inspecteur gadget...


  • 0

#5 pablito

pablito

    Homo sapiens microscopicus

  • Co.Admin
  • 1 288 messages

Posté 09 mars 2014 - 08:36

Oui, je voulais dire photosite, pas pixel
Pardon Triphon
Papa m'a expliqué

Mais, quand on n'a toujours le même capteur, le même microscope, les images font toujours la même taille en pixel. Une fois qu'on a une échelle, le nombre de pixel de l'image peut servir à mesurer, n'est ce pas? Bien sur, c'est avant tout recadrage et réduction de taille. C'est aussi très égoïste car cela ne marche que pour soi.

Pablito
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!