Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

A la recherche de l'éclairage oblique, 2


  • Veuillez vous connecter pour répondre
46 réponses à ce sujet

#1 pablito

pablito

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre Modérateur
  • 1 163 messages

Posté 06 juillet 2014 - 09:59

Bonsoir, 

 

On est toujours intéressés par la technique, et par les éclairages possibles.

D'autre part, Pablito m'a posé plein de questions sur les remarques de Tryphon sur l'éclairage oblique de Sébastien.

Tout ceci mérite donc que l'on creuse, je lui ai donc proposé des expériences d'éclairage sur des diatomées.

 

Première expérience : lumière fond noir, versus lumière transmise.

 

Voilà donc deux photos d'une même diatomée, l'une prise en lumière fond noir (j'ai acheté chez bresser un petit substitut au condensateur abbe qui fait cela), l'autre en lumière transmise.

Le fond noir, ainsi réglé, c'était TRES beau à l'observation, mais, dans ce cas, on voit moins de détails (je ne généralise pas, c'est avec notre matériel et cette observation.

 

2A9C4841_V9.jpg

 

stacking diatomée3_V9.jpg

 

Deuxième expérience, : lumière incidente, versus lumière transmise

 

Bien sûr c'est à chacun de trouver ses réglages. Notre condensateur d'ABBE possède en dessous une petite loupe pour centrer la lumière, c'est sur cette loupe que se porte nos essais de lumière oblique via des caches.

Cela marche bien, on va de peu d'effet à un fond presque noir, et un éclairage latéral.

Premier point, et cela se voit dans l'expérience, Tryphon à raison, L'eclairage modifié déforme sensiblement l'objet.

Deuxième point, tryphon a raison, encore, l'éclairage oblique fait, Dans cette expérience, un effet de bord déplaisant et ici en plus une accentuation des artefacts colorés, alors que mon objectif X 10 ne me fait pas trop de problèmes sur ce plan.

Troisième point, sur les détails, je pense qu'ici les images donnent des détails différents et se complètent, mais je ne vois pas de perte de détails liés à cette technique. Pas dans ce cas.

 

Photo avec lumière oblique, légère

 

2A9C4857_V9.jpg

 

Photo lumière transmise directe

 

stacking diatomée2_V9.jpg

 

Bonne soirée, Pierre & Pablito


Modifié par pablito, 06 juillet 2014 - 10:00 .

  • 0

#2 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 07 juillet 2014 - 08:20

Bonjour les déviants,

 

Ce n'est pas pour vous vexer , pour faire référence à ceux qui essayent de dévier la lumière pour en voir les effets.

Dans ce domaine toute recherche personnelle est inintéressante , ne serait-ce que pour se convaincre, qui ne faut pas dérégler son microscope.

 

possède en dessous une petite loupe pour centrer la lumière

Je ne peux pas dire à quoi sert cette lentille, mais certainement pas pour centrer et encore moins décentrer la lumière.

 

Dans un microscope, il est important que tous les éléments optiques soient centrés de la source de lumière, à l'oeil.

Tout décentrement apporte des aberrations qu'on a mis des siècles à supprimer.

 

Les utilisateurs des microscopes à éclairage externe savaient bien tous les effets que l'on pouvait obtenir en modifiant l'inclinaison du miroir ! 

Mais il n'y a qu'un seul réglage correct, celui où le système optique est centré.

 

C'est pour cela que les "modulateurs pupillaires" officiels sur les microscopes (FN, CP, DIC) n'utilisent pas ces méthodes sauvages pour augmenter le contraste de l'image.

Bon, ces bricolages existent, mais ce sont des ersatz à ne manipuler qu'en connaissance de cause, à savoir, que les performances du microscope (résolution, correction des aberrations ) sont fortement dégradées.

 

Maintenant, à t'on le droit de faire tout et n'importe quoi avec un microscope ?

 

Bien évidemment oui ! Mais on ne fait plus de l'observation objective, mais une interprétation de la réalité, autrement dit de l' art.

Un exemple pour dépassionner le débat: 

Vous prenez une guitare acoustique bien accordée (1), vous lui collez des micros et ensuite vous triturez le son , genre Leslie, Wah wah, fuzz box etc.

C'est toujours de la musique, puisque la musique est un art et qu'il suffit qu'un bruit soit agréable à l'oreille pour être considéré comme un son.

Dans la même idée une image "trafiquée" peut paraître agréable à certains, tout en ayant perdu toute valeur scientifique.

C'est toute la nuance entre l' Art et la Science.

 

Amitiés.

 

 

 

(1) On peut très bien jouer avec une guitare désaccordée et trouver cela beau !

 

 

 


  • 0

#3 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 598 messages

Posté 07 juillet 2014 - 09:17

Bonjour,

 Il y a deux façon de voir l'éclairage oblique, l'aspect esthétique, là tout est permis, ça peut être très joli... mais on ne fait qu'un tableau pas une observation microscopique.

 Le deuxième aspect, l'observation microscopique justement, là ça n'apporte pas grand chose. Pour l'avoir vécu, la sensation de relief de l'éclairage oblique donne, au début, l'impression de voir "plus" de choses, mais au détriment de certains détails qui disparaissent dans les ombres créées.

Ce besoin de relief du débutant vient de la difficulté à apréhender le volume avec un éclairage transmis normal, mais avec l'habitude, en jouant sur la mise au point on finit par voir les volumes sans y penser ... et sans perdre les détails...

 Cosinus... qui n'engage que lui !


  • 0

#4 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 07 juillet 2014 - 09:42

Bonjour Cosinus.

 

Très sage remarque !

 

Il faudrait préciser une chose importante:

On parle ici d'un éclairage oblique LATÉRAL. 

La source n'est plus centrée, et elle crée des ombres portées.

Cette situation est dramatique pour les structures en réseau (comme les perforations des diatomées par exemple)

Elle favorise une direction privilégiée en faisant disparaître les détails dans les autres directions.

On a l'impression d'avoir résolu la diatomée, on n'a créé qu'un artefact

Un éclairage oblique est plus respectueux de la réalité, c'est l'éclairage oblique circulaire.

Là les rayons arrivent obliques, mais de manière circulaire, ne privilégiant aucune direction particulière.

 

Il faudrait ajouter, que l'éclairage oblique latéral, n'est pas dénué de tout intérêt.

Il peut nous apporter certaines informations sur l'objet observé, mais si on connait précisément les paramètres de l'éclairage.

Nous ne sommes plus dans de l'observation mais dans de la métrologie.

Je voudrais citer comme exemple l'étude des reliefs lunaires au terminateur.

C'est là où la lumière est très rasante et ceci dans une zone où une partie du sol est dans l'ombre et où l'autre est éclairée.

Cette observation va pouvoir nous informer de la hauteur des reliefs si on connait l'angle d'inclinaison des rayons lumineux (en l’occurrence donnés par la position du Soleil de la Lune et de la Terre.

Adapté à la microscopie cela nous donne un éclairage strioscopique .

Le problème se complique car nous travaillons sur des détails à la limite de résolution et donc toute modification de l'image dans cette zone limite, va produire des artefacts.

Appliqué, n'importe comment , ce procédé donne n'importe quoi de totalement ininterprétable tout en masquant des détails.

 

Tryphon l'illuminé.

 

 

 

.


  • 0

#5 pablito

pablito

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre Modérateur
  • 1 163 messages

Posté 07 juillet 2014 - 03:01

Citation:

"Dans ce domaine toute recherche personnelle est inintéressante",

Mais justement, je trouve que la comparaison est instructive, montre que les réglages du microscope sont meilleurs que les déréglages
Que l'on peut bricoler, ... Et enfin que la présente discussion et ses conclusions, que j'approuve, ont leur place ici.

Pablo était enchanté de tester des solutions, même si elles ne sont pas efficaces

Il m'a même inventé un éclairage oblique avec le soleil couchant caressant la préparation avec un effet des plus spectaculaires, et a très bien compris son inutilité scientifique

P&P qui aiment aussi voir au fond des impasses, ... Par curiosité.
  • 0

#6 pablito

pablito

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre Modérateur
  • 1 163 messages

Posté 07 juillet 2014 - 03:18

Citation :
"Je ne sais pas dire à quoi sert cette lentille"

Cette lentille pivote sur un axe décentré de l'axe optique.
Elle est située entre la source lumineuse et le condensateur abbe
La loupe est donnée, sur le mode d'emploi:

- pour les observations x4, retirer la loupe du trajet optique
- pour les observations x10 et x40, mettre la loupe dans le trajet afin de "concentrer la source lumineuse sur l'axe optique"

Pierre
  • 0

#7 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 07 juillet 2014 - 04:36

Tout à fait classique !

 

C'est un collecteur de lumière qui a pour but de modifier l' ON du condenseur et donc de modifier le  diamètre du champ éclairé 

Bien entendu avec un objectif 4X le champ à éclairer uniformément est bien plus large que le champ que l'on doit éclairer avec un objectif 10, 40 et plus.

 

Avec un objectif moyen ou fort l'éclairage a besoin d'être plus concentré et donc la lumière est concentrée sur le diamètre du champ juste nécessaire.

Ce n'est pas fait pour dévier la lumière.

Ce qui est curieux c'est qu'ils appellent çà une loupe ! C'est un peu péjoratif pour l'usage qui en est fait.


  • 0

#8 pablito

pablito

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre Modérateur
  • 1 163 messages

Posté 07 juillet 2014 - 11:51

Je continue, car Pablo est têtu, il veut que je montre son essai d'éclairage personnel.

 

Expérience 3 : Eclairage incident du soleil couchant sur la préparation versus lumière transmise classique

 

il s'agit d'une autre diatomée, éclairée pour la première par un rayon de soleil rasant... en épiscopie oblique, si cette notion existe.

Elle donnait une impression irréelle, mais une sensation de relief impressionnante.

Evidemment, aucun intérêt scientifique par rapport à la photo deux; classique.

Mais quand même, au microscope, le spectacle était impressionnant et on voyait, je reconnais, la diatomée en 3D avec ses yeux qui nous observaient.

 

Je pense que la pluralité des approches restent une source de plaisir, faute de réel intérêt scientifique.

 

Pierre

 

stacking diatomée 6_V9.jpg

 

stacking diatomée 5_V9.jpg


Modifié par pablito, 07 juillet 2014 - 11:54 .

  • 0

#9 admin

admin

    Nucléotide

  • Admin
  • 31 messages

Posté 08 juillet 2014 - 08:12

Bonjour les amis,

Je voudrais préciser au sujet du scientifique (ment correct).

L'Homme est un tout, formé de composantes.
Pour moi les composantes fondamentales sont : la raison, les émotions, et le divin.
Une étudiante, déclarait, effarée, à son professeur, devant la descriptions des maladies mentales, qu'elle avait l'impression de les avoir toutes !
Le  professeur lui répondit, qu'alors, elle était saine d'esprit.
En psychiatrie, on définit l'homme sain, comme l' homme qui a TOUTES les pathologies en même temps, autrement dit qui est en équilibre.
Le malade mental est celui qui n'a qu'une fonction mentale, hyper-développée et qui écrase toutes les autres.
Un Homme qui ne serait QUE rationnel , serait un monstre.
En microscopie, c'est la même chose.
On peut faire une observation dans un but scientifique, de la manière la plus rationnelle qui soit, mais cela n'empêche pas tout le reste.
Le divin, qui existe en nous tous, on y croit ou on n'y croit pas, le respect doit être total envers les croyances et les non croyances (à mon avis cela n'existe pas).
Pour les Émotions, on peut les partager, mais on peut très bien ne pas être d'accord, on peut aimer quelqu'un et ne pas être aimé en retour, chacun a dans ce domaine son entière liberté de penser (ou de ressentir)
La Science est le seul des trois domaines sur lequel on peut se mettre d'accord quand on est de bonne foi, c'est à dire qu'on ne triche pas.
C'est pour cela que je privilégie la science comme lieu ou moyen de débat, mais sans oublier que TOUT le reste existe.

Mikroscopia n'est pas une secte, scientifique, écologique, politique ou autre, elle est faite pour tous les microscopistes, mais il ne faut pas confondre et croire que parce qu'on a acheté un microscope on est devenu sérieux, tout comme si, on achète des pinceaux et des couleurs, on en est pas devenu pour autant un artiste.

Bonne journée .
 


  • 0

#10 Claude Brezisky

Claude Brezisky

    Reptile

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPip
  • 636 messages

Posté 08 juillet 2014 - 10:20

Bonjour,

Je n'ai pas le temps en ce moment par mon boulot et de plus je suis en train de transférer mon labo dans un local de 30 m² environ, un palace, mais j'ai encore beaucoup de bouleau.

J'ai un microscope Olympus BH équipé d'un condenseur décentrable par construction d'origine et mon Olympus Vanox qui a un condenseur décentrable et en plus rotatif par construction d'origine.

Les effets sont impressionnants et permettent d'analyser les reliefs, tout est question de mesure, il faut être raisonnable et ne pas tomber dans les excès de décentrage qui donnent des formes imaginaires.

Cordialement

Claude

 

 


  • 0

#11 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 08 juillet 2014 - 11:57

Bonjour Claude,

 

un condenseur décentrable par construction d'origine et mon Olympus Vanox qui a un condenseur décentrable et en plus rotatif par construction d'origine.

 

A priori tout système de centrage quel qu'il soit est en même temps décentable.

Quel en est le principe.

Quel est l'intérêt d'un condenseur rotatif? A moins qu'il soit solidaire d'un dispositif polarisant..

 

Tryphon le petit  curieux


  • 0

#12 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 598 messages

Posté 17 juillet 2014 - 06:24

Bonjour,

Après avoir dit bien du mal de l'éclairage oblique, je me repends, pour les diatomées...

Une diatomée centrique, du genre auliscus (diamètre 40µ), vue valvaire.... maintenant qu'il sait les nettoyer !

...Avant/Après...

P7170006.JPG

P7170003 - Copie.JPG


Modifié par savant Cosinus, 17 juillet 2014 - 06:27 .

  • 0

#13 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 18 juillet 2014 - 10:06

Cher savant Cosinus,

 

Je ne comprends pas très bien ta démonstration :

Avant et après quoi ?

Où est l'éclairage oblique  en Haut ou en  bas ?

 

Amitiés.


  • 0

#14 Claude Brezisky

Claude Brezisky

    Reptile

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPip
  • 636 messages

Posté 18 juillet 2014 - 10:50

Bonjour Michel,

 

 

Quel est l'intérêt d'un condenseur rotatif?

 

Je réponds à ta question:

Très souvent le sujet n'est pas bien orienté pour avoir le maximum de l'effet souhaité en éclairage oblique, en faisant tourner le système tu peux optimiser l'effet de l'éclairage oblique sur la partie qui t'intéresse sans rien dérégler et rapidement.

Amitiés

Claude


  • 0

#15 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 598 messages

Posté 18 juillet 2014 - 11:05

... si ma mémoire est bonne, l'éclairage oblique est en bas... :) 

Bien que la "technique" ne soit pas parfaite, pour les frustules de diatomées, le relief produit peut être complémentaire du fond clair.

 

Amicalement, (tu as tout à fait raison, restons sérieux.)

 

Cosinus.


  • 0

#16 Claude Brezisky

Claude Brezisky

    Reptile

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPip
  • 636 messages

Posté 18 juillet 2014 - 01:58

Bonjour Cosinus,

 

... si ma mémoire est bonne, l'éclairage oblique est en bas... :)

 

 

Ou le bas blesse  :D , il est nulle part car c'est le faisceau lumineux qui est dévié par un système de tirette  sous le condenseur qui lui reste toujours parfaitement centré de plus l'ouverture du diaphragme n'est plus optimale car il faut le rouvrir en fonction du décentrage. Par apport au système de décentrage du condenseur non prévu, il n'y a pas photo, pas besoin de tout rerégler, tu pousses la tirette et tu continues en observation traditionnelle. 

Attention de ne pas abusé du décentrage parce que les images produites ne sont alors plus représentatives de la réalité, un peu comme le 3D d'Helicon focus un poil c'est bien un peu plus c'est n'importe quoi surtout pour les diatomées.

Cordialement

Claude


  • 0

#17 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 598 messages

Posté 18 juillet 2014 - 02:53

... si ma mémoire est bonne, l'éclairage oblique est en bas...

 

:)... je répondais à Tryphon et il s'agissait des clichés précédents (celui du haut ou celui du bas), par contre ton système de tirette est intéressant, je ne sais pas si il existe pour le CX41, je regarde chez Olympus ... bien que pour mon usage le morceau de Canson noir que je promène sur mon collecteur fonctionne suffisamment bien.

Cordialement

Cosinus


  • 0

#18 Claude Brezisky

Claude Brezisky

    Reptile

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPip
  • 636 messages

Posté 18 juillet 2014 - 03:58

Bonjour,

Si tu as le bonheur de pouvoir l'avoir, tu ne seras pas déçu quel qu'il soit mais surtout s'il est rotatif.

Cordialement

Claude


  • 0

#19 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 19 juillet 2014 - 07:54

Bonjour à tous,

 

Je crois qu'il y a confusion au niveau de la définition d'un éclairage oblique .

Si le condenseur reste centré, le fait d'incorporer un obturateur centré ou non, ne dévie pas la lumière du condenseur , tout au plus il ajoute de la diffraction et masque certains rayons.

 

Interrogativement..


  • 0

#20 Claude Brezisky

Claude Brezisky

    Reptile

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPip
  • 636 messages

Posté 20 juillet 2014 - 11:05

Bonjour Michel,

Le condenseur reste centré et c'est le diaphragme qui se déplace soit uniquement latéralement pour le BH soit latéralement et en plus il peut tourner autour de l'axe optique pour le Vanox ce qui permet de trouver le meilleur angle pour l'observation tout en laissant la possibilité de régler le diaphragme en fonction du décentrage pour éliminer les rayons inutiles et ainsi réduire la diffraction, c'est un peu comme si tu déplaçais un point lumineux réglable sous le condensateur (pas facile à expliquer).

Amitiés

Claude


  • 0

#21 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 598 messages

Posté 20 juillet 2014 - 06:13

Bonsoir,

Si j'ai bien compris, en promenant un diaphragme supplémentaire, décentré, sur mon collecteur... j'approche du système ?

 

P1010140.JPG


  • 0

#22 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 20 juillet 2014 - 06:30

Bonjour Claude,

Ce n'est pas si difficile que çà à expliquer, mais le vocabulaire est très variable d'une personne à l'autre.
Un diaphragme peut définir plusieurs choses , soit un obturateur (un cache) , soit un diaphragme à iris (un trou variable).
De la même manière un obturateur peut définir, un dispositif qui cache totalement la lumière ou partiellement .
Un disque (il faudrait préciser opaque) est un dispositif pour intercepter la lumière mais de forme circulaire .
Mais il y a des disques obturateurs qui n'ont pas la forme d'un disque, alors comment les désigner ?
Bon, si c'est une flèche on va l'appeler flèche, mais ces diaphragmes-obturateurs-caches-disques peuvent avoir des formes quelconques alors ? Ah Ah !

Une première définition a été donnée par Walter : http://www.microscop...et-filtres.html

" Un filtre est un disque transparent, clair ou coloré interposé dans le faisceau lumineux arrivant à l'objectif.
Un obturateur est un disque dont une ou plusieurs portions opaques sont dessinées pour interférer avec les parties correspondantes du champ objet.
Un diaphragme est un disque opaque limitant une zone transparente centrale ( ou excentrique). Le diaphragme peut être de dimension fixe, ou varier en continu dans le cas du diaphragme iris.

Ils sont utilisés pour projeter sur l'objet dans le champ du microscope une lumière prédéfinie dans sa forme et sa couleur en lui donnant un nouveau contraste ou de nouvelles couleurs. On utilise des disques du diamètre du porte-filtre (approx. 30 mm) "

Bon, je crois qu'il sera bon de clarifier tout çà. Tous les éléments définis par Walter, ne sont pas nécessairement circulaires , je dirais même mieux, ils peuvent avoir une forme quelconque être transparents, opaques, colorés ou non, homogènes ou pas, fixes ou mobiles....

C'est dans cette optique (universelle) que j'ai créé la Boite à Filtres.

Si quelqu'un a des définitions , plus universelles donc à proposer (genre modulateurs pupillaires), on peut essayer de trouver un compromis.

Amitiés.


Bonjour Cosinus :
 

Si j'ai bien compris, en promenant un diaphragme supplémentaire, décentré, sur mon collecteur... j'approche du système ?

 

Tu parles d'un diaphragme iris je suppose, donc d'un TROU variable, centré ou non.
Il va agir dans ce cas comme un trou et non comme un objet opaque (sauf à sa périphérie bien sûr) .
Dans l'éclairage oblique on parle surtout de pièces opaques, je me trompe ?, comme le petit bout de carton que l'on promène sur le porte filtre...

Il est donc URGENT de nous mettre d'accord sur un vocabulaire, sinon, personne ne comprend son voisin.

Amitiés.


  • 0

#23 Claude Brezisky

Claude Brezisky

    Reptile

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPip
  • 636 messages

Posté 20 juillet 2014 - 07:13

Bonjour,

Cosinus tu approches du système, pour fonctionner comme les miens, il faut que tu ouvre le diaphragme à iris (pour Tryphon ;) ) de ton microscope à fond et que tu mettes ton diaphragme à iris (pour Tryphon ;) ) supplémentaire juste dessous et le plus près possible, après tu le décentres et tu l'ouvre comme tu veux et tu as gagné, tu verras que les résultats sont surprenant.

J’espère que Tryphon va nous traduire ça en langage clair compréhensible par tous le monde.

Amitiés

Claude 

 

 


  • 0

#24 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 20 juillet 2014 - 08:10

Bonjour Claude,

 

Tu as raison, c'est entrain de mûrir...

 

A+


  • 0

#25 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 598 messages

Posté 20 juillet 2014 - 08:29

Bonsoir,

 Je ne m'avancerai pas dans la nomenclature des "modulateurs de lumière" :) , mais je viens d'essayer mon diaphragme à iris sous le condenseur; Claude, ta recette est bonne et il est plus facile de manipuler ce dispositif (dont le diamètre est réglable, de plus) que le disque noir posé sur le collecteur.

Ces deux sysytèmes sont "opposés" puisqu'il s'agit d'un disque clair et d'un disque noir, mais je crois qu'on peut parler de lumire oblique

... par diffraction...?

En tous les cas ça marche très bien.

Cosinus... et les ombres chinoises !


  • 0

#26 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 21 juillet 2014 - 07:54

Hello !

 

Donc, voici quelques unes de mes réflexions (spéculaires :) )

 

Mots  ambigus :

Certains mots ont un "sens" double, ils peuvent signifier une chose et leur complément pour ne pas dire leur contraire.

Prenons un exemple: le mot filtre et le verbe filtrer.

Pour les uns il veut dire retenir, pour les autres laisser passer.

 

Grille-ME.jpg

Si l'on considère le pas de la grille du filtre ci dessus, tout ce qui est plus petit (dans une dimension !) que le "jour" de la grille passe, tout le reste est retenu.

Le fait de filtrer, n'indique pas l' intention que l'on a , si on retient ou si on laisse passer.

En fait, on fait parfois les deux en même temps, mais pas toujours surtout en optique, mais ce qui est certain, c'est que notre culture (personnelle) fait que nous ne retenons qu'un seul de ses sens.

Alors dans un dialogue, c'est gênant .

Dans certains cas, il est impératif de préciser le sens du mot.

Par exemple, le fait de dire il faut utiliser un filtre IR ne dit pas ce que l'on veut faire de ce filtre et il y a des filtre IR qui laissent passer les IR et des filtres qui arrêtent les IR.

De ce fait on doit indiquer le sens que l'on donne au filtre IR 

  • soit IR STOP
  • soit IR PASS

Ce sont donc deux filtres totalement différents, je dirais même opposés.

 

Dans le cas qui nous intéresse ici, un élément interposé dans le faisceau lumineux présente exactement la même ambiguïté.

Un diaphragme peut être considéré pour ses propriétés à laisser passer la lumière ou à arrêter certains rayons.

Le fait donc de parler de diaphragme est clair dans l'utilisation standard du microscope, car il a toujours le même sens, ce qui ne l'empêche pas d'être 

ambigu, dans des utilisations non conventionnelles. Le cas courant n'étant qu'un cas particulier.

 

Dans l'utilisation qui est proposée dans un message précédent, le diaphragme ne peut pas manifestement agir en tant que agent de modification de la direction des rayons lumineux passant dans sa partie claire, , mais au contraire par le fait que sa partie obscure (ne laissant pas passer la lumière) intercepte certains rayons.

 

Vous suivez ?

 

Il est donc impératif, si l'on veut se comprendre, de définir de façon non ambiguë les éléments que nous allons utiliser dans nos montages.

 

Si l'on parle de disque pour désigner un élément qui arrête une partie du faisceau lumineux, cela exclue tous les objets opaques qui ne sont pas circulaires, il faut donc trouver un autre mot non ambigu.

C'est la même chose pour diaphragme, .

Dans un microscope électronique un diaphragme est toujours un dispositif muni d'un trou, mais un diaphragme peut être considéré ailleurs comme un élément qui sépare, et qui ne laisse pas passer . (en contraception par exemple ou en mécanique (pompe à diaphragme)

 

Je propose donc pour lever tous ces doutes, deux mots qui regroupent l'ensemble des dispositifs.

Un MASQUE (STOP)pour tout ce qui arrête les rayons lumineux.

Pour les dispositifs qui laissent passer les rayons lumineux,(PASS) je proposerais une source, mais cela peut prêter à confusion avec la source d'éclairage proprement dite, une fenêtre , le faisceau, le champ lumineux, 

 

Avez-vous une meilleure idée?

 

A+


  • 0

#27 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 598 messages

Posté 21 juillet 2014 - 08:44

... oui... le risque est de devenir hermétique en voulant être trop clair... :) mais tu as raison, surtout pour une discussion par forum interposé.

Pour revenir au "dispositif" ci dessus je crois que son avantage est qu'il combine:

- un éclairage oblique, en décentrant

- un éclairage direct, par l'orifice du "masque"

... résultat on crée un relief (éclairge oblique) sans masquer les détails (éclairage direct).

C'est de l'optique cosinusienne... -_-

Amicalement

Cosinus


  • 0

#28 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 21 juillet 2014 - 02:25

oui... le risque est de devenir hermétique en voulant être trop clair...
:
- un éclairage oblique, en décentrant

Bonjour Cosinus,

OK , je veux bien être clair pour ne pas devenir hermétique, mais c'est le genre de phrase que je ne comprends pas.
Qu'appelles-tu un éclairage OBLIQUE en décentrant ?
Qu'appelles-tu un éclairage direct par l'orifice du masque ???
Qu'est-ce qui te fais penser que tu obtiens un relief qui ne cache pas les détails ?

C'est ce genre d'affirmations qui m'a amené à clarifier le vocabulaire avec vous pour ensuite définir ce qu'est un éclairage oblique.
Seulement après çà on pourra dire si un montage X ou Y donne un éclairage oblique et qu'entend-on par éclairage oblique.

Pour l'instant je ne sais pas ce qu'est un éclairage oblique officiel et ce qu'est ton éclairage oblique.

Tout ce que l'on a ce sont des manipulations empiriques qui aboutissent à des résultats aléatoires et entièrement subjectifs.

Essayons d'abord de parler un même langage (s'il y a volonté de part et d'autre de le faire) puis d'essayer de déterminer un schéma de fonctionnement avec éventuellement une explication des phénomènes observés objectivement .

Ensuite nous pourrons dire si cela mérite ou non le nom d'éclairage oblique.

Question : Comment des rayons parallèles à l'axe optique, passant au milieu de l'orifice d'un diaphragme décentré deviendraient-ils obliques par le simple fait de ce passage ?

Oblique.JPG

 


Bien curieusement.


  • 0

#29 Claude Brezisky

Claude Brezisky

    Reptile

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPip
  • 636 messages

Posté 21 juillet 2014 - 02:57

Bonjour Tryphon,

Sans vouloir te vexer, ton dessin est complètement faux, je développerai ce soir, là je n'ai pas le temps.

Amitiés

Claude


  • 0

#30 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 598 messages

Posté 21 juillet 2014 - 03:04

...Je vais te donner mon explication "cosinusienne", mais je te laisserai ensuite me ramener dans le droit chemin, car je n'ai aucune compétence pour argumenter :( .

 - les rayons du milieu ne sont pas déviés... et donnent l'éclairage direct, celui d'un éclairage bien règlé.

 - les rayons périphériques sont déviés ... par diffraction...? sur les bords de l'orifice du diaphragme et donnent un éclairage oblique, celui d'un éclairage mal règlé par le décentrement.

... à toi, merci.

Amicalement

Cosinus.


  • 0

#31 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 21 juillet 2014 - 03:12

Bonjour Claude, 

 

Tu ne me vexes pas du tout je suis là pour comprendre.

Mon dessin est peut être différent du montage expérimental décrit, mais c'est bien ce que j'ai compris.

Un trou  même décentré ne peut pas dévier la lumière qui le traverse et la rendre oblique.

Bien entendu nous ne sommes pas dans le cas d'un pinhole qui produirait une image de diffraction.

 

Amitiés.



Re Cosinus,

 

- les rayons périphériques sont déviés ... par diffraction...?

 

Alors là si tu me parles de diffraction, c'est tout autre chose !

 

Mais comme je le disais, ta diffraction, est-elle bien responsable de ce que tu observes ou bien c'est autre chose ?

La diffraction produite par les bords du trou est-elle suffisante, comparée à la grande quantité d'ondes non diffractées, pour produire un effet observable ? 

Pour avoir une image de diffraction, disque d' Airy, il faut un très petit trou.

Est-on dans ton montage dans le cas d'un éclairage rasant (donc oblique) ou dans un phénomène de diffraction?

Ou bien y a-t'il derrière un autre phénomène comme la strioscopie par exemple ?

 

A+


  • 0

#32 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 598 messages

Posté 21 juillet 2014 - 04:41

mais je te laisserai ensuite me ramener dans le droit chemin, car je n'ai aucune compétence pour argumenter :( .

 

... d'autre part je ne renonce pas à m'instruire, mais je m'absente quelques jours...et j'espère bien savoir en rentrant, pourquoi mon "diaphragme baladeur" me donne des ombres portées et du relief à mes diatomées.

Amicalement

Cosinus.


  • 0

#33 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 21 juillet 2014 - 05:33

Re,

 

Je n'ai pas plus de compétence que toi et je n'ai rien à t'enseigner.

Nous sommes là pour essayer de comprendre et pour cela, il vaut mieux parler le même langage.

Pour ce qui est de vexer, j'espère que la vérité, ou les erreurs involontaires, ne vexent personne .

Nous ne sommes pas (en tout cas c'est mon cas) dans un rapport, enseignant enseigné ou détenteur de la connaissance et ignorant, droit chemin et fausse route, mais personnes de bonne foi qui cherchent le bon chemin pour se comprendre et s'améliorer.

 

Donc, si j'ai tort, je suis autant ravi que si j'avais raison car cela me donne une occasion de plus pour comprendre.

Dans notre histoire, si ton montage (à condition que je sois capable de le comprendre) apporte du "relief" mesurable à tes diatomées , cela devient  un fait.

Reste à lui attribuer la bonne cause pour le rendre  reproductible et comprehensible.

Par contre, s'il y a en plus des ombres portées, elles cachent nécessairement des détails et le résultat s’apparente plus à un artefact qu'à un procédé objectif.

 

Bon retour parmi nous.

Amitiés.


  • 0

#34 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 598 messages

Posté 21 juillet 2014 - 06:13

...je ne trouve rien de mesurable dans ce "relief" observé, mais il m'aide à comprendre les volumes des ces diatomées. Ce bricolage n'a rien de très rigoureux et le résultat est très subjectif, je te l'accorde, mais il est reproductible. Personnellement j'en suis au stade de "la constation expérimentale amateur" et sans parler d'enseignement une explication m'instruirait... mais je n'en perdrai pas le sommeil :) .

Cordialement

Cosinus... le curieux !


  • 0

#35 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 22 juillet 2014 - 05:39

Annexe:

Je donne ici le shéma de l'Eclairage OBLIQUE circulaire COL.



La lumière arrive de manière incidente  tout autour de l'objet.
Cet éclairage ne produit pas d'ombre dans une direction privilégiée, je dirais même pas d'ombres du tout.
Un éclairage oblique peut être partiel, mais il  y a des Ombres Portées qui cachent nécessairement des détails, tout en favorisant la visibilité dans une direction au détriment des autres, par exemple quand les détails sont périodiques (diatomées par exemple).
 

PJcol1.jpg

 

http://www.microscop...ec02/pjcol.html



.


  • 0

#36 Claude Brezisky

Claude Brezisky

    Reptile

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPip
  • 636 messages

Posté 22 juillet 2014 - 11:52

Bonjour Tryphon,

Ton dernier schéma, il me semble que c'est celui du fond noir, pour en revenir à l'oblique, le décentrage s'effectue par le diaphragme situé sous le condenseur donc réglable comme un traditionnel et qui est en plus est mobile dans une direction pour le BH et dans toute les directions pour le Vanox. Le principe est donc d'alimenter la lentille du condenseur avec une lumière variable en diamètre et en position ce qui amène des possibilités de réglages infinies permettant un résultat pratiquement parfait si évidement on reste dans le raisonnable des effets qui autrement rentre dans de l'art et plus dans du scientifique (je vais me faire massacrer :) ).

Je ne peux pas faire de photo car mon labo est en travaux.

Amitiés

Claude 


  • 0

#37 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 22 juillet 2014 - 04:00

Bonjour Claude tous,

 

Je précise que le dernier schéma est celui donné par l'auteur (Paul James) de son éclairage COL dont il est le promoteur. Voir le lien.

Bien entendu cet éclairage se rapproche du FN mais aussi du CP dont il est largement inspiré.

Si je le donne , c'est pour montrer ce qu'est un rayon "oblique" 

Un rayon oblique ne peut être donné que par un dioptre, et non par un trou.(Diaphragme iris).

Un trou, laisse passer le rayon qui le traverse.

S'il est orthogonal, il reste orthogonal, s'il est oblique, il reste oblique la diffraction ne joue pas à ce niveau.

Il faut signaler que dans tout masque, quelle que soit sa forme, il existe un effet de bord, mais ce type d'éclairage n'est pas basé sur la diffraction et je pense que l'effet de bord n'a pas d'influence.

 

Pour ton diaphragme mobile, j'ai bien compris son principe de fonctionnement, mais cela ne donne pas l'explication de son rôle dans le faisceau.

Le premier schéma présenté (fait à la main) est pour dire que le diaphragme en lui même n'a aucune capacité d'incliner les rayons (obliques= inclinés).

Le second schéma (celui du COL) est pour montrer que les lentilles du condenseur peuvent bien entendu incliner des rayons.

Tout se joue donc au niveau de la position (Sa HAUTEUR) du diaphragme ou tout autre modulateur (Cut ou Pass) dans le schéma optique du condenseur.

 

Bien entendu on peut toujours faire des essais par tâtonnement, mais  on peut essayer longtemps, si on n'a pas le vrai schéma de principe coté, car ce que l'on voit est terriblement similaire à des artefacts.

 

Ce qui est toujours le cas, c'est qu'on essaye de reproduire des systèmes existants sur des microscopes ou des systèmes donnés par des amateurs (James Mathias) sans connaitre les valeurs nominales.

Les auteurs se contentent de donner des schémas approchés ou incomplets.

 

Alors quand on me dit, qu'il suffit de mettre un trou mobile et de diamètre variable, quelque part sur un porte filtre sous un condenseur , je n'en conclue pas que l'on a nécessairement un éclairage oblique.

On n'a qu'un TRUC ininterprétable faute de données chiffrées sur sa réalisation mécanique et optique.

 

Ensuite si  l'on interprète les images obtenues comme une amélioration de la réalité, cela  devient une question de goût et non une amélioration réelle de l'image qui permet d'en retirer des informations réelles supplémentaires . 

 

Pour ce qui est de l' Art ou du Scientifique, personne ne doit être massacré, mais il est plus sympa d'annoncer la couleur.

C'est dans cette optique qu'il existe maintenant un forum Art-Micro , sans aucune prétention scientifiques, juste pour le plaisir.

 

 

C'est aussi pourquoi je souhaitais dans ce post, que l'on définisse le vocabulaire avant de nous donner les moyens de modéliser et quantifier son système personnel, bricolé, ou inspiré...

 

Amitiés.

 

 

 

 

 


  • 0

#38 Claude Brezisky

Claude Brezisky

    Reptile

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPip
  • 636 messages

Posté 23 juillet 2014 - 08:33

Bonjour Michel,

Les systèmes que j'ai sur mes 2 microscopes ne sont pas des bricolages mais des accessoires d'origine OLYMPUS qui valent certainement cher ou même très cher, pour leur rôle, à mon avis, il permet d'alimenter une seule partie de la lentille inférieure du condenseur de façon réglable et donc d'occulter la lumière sur le reste de la lentille inférieure pour permettre l'éclairage oblique du sujet et ainsi faire ressortir des détails qui sont masqués ou mal définis par l'éclairage transmis traditionnel.

Je pense en pouvant me tromper que la lentille supérieure est quand même totalement illuminée quand on joue raisonnablement du système c'est à dire quand on ne joue pas avec les limites extrêmes de l'éclairage. 

Pour la hauteur du diaphragme, elle est fixe puisque elle se trouve à l'endroit optimum calculée par le fabricant pour le condenseur.

Je ne pense pas qu'OLYMPUS est étudié cet accessoire pour pouvoir faire de l'art microscopique, mais pour apporter quelque chose à l'utilisateur professionnel car ce ne sont pas des microscopes de supermarché, le prix du neuf étant très dissuasif pour un amateur surtout pour le Vanox.

Amitiés

Claude


  • 0

#39 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 23 juillet 2014 - 09:33

Bonjour Claude,

Avant d'allumer l'ordinateur, je me disais que j'allais dire à Claude (donc te dire) que tu avais un système d'usine, calculé pour ton microscope pour lui apporter un plus.
D'un autre côté, je suis même persuadé que c'est un système breveté, c'est à dire décrit de A à Z.

Donc pour moi, c'est clair! Il y a des systèmes proposés par des fabricants historiques calculés par des opticiens physiciens , comme le Heine et bien d'autres, et ensuite, il y a des bricolages.

Je dis depuis le début que ce genre de montage ne s'improvise pas et qu'il faut d'abord comprendre ce qui se passe réellement et ce que l'on fait et non que l'on croit faire , se basant sur des similitudes visuelles !!! Le jugement de l'oeil est trompeur s'il n'est pas rectifié par l'analyse rationnelle...

Je ne pense pas qu'OLYMPUS est étudié cet accessoire pour pouvoir faire de l'art microscopique


Il faut bien me lire ! Je n'ai jamais dit cela, mais au contraire que l'on peut rechercher un côté agréable (très subjectif) à ses observations sans pour autant comprendre ce que l'on fait.
Et j'ai dit que dans ce cas, ce n'était pas du tout scientifique, jusqu'à preuve du contraire.

Et qu'il fallait annoncer la couleur sinon, certains comme moi, se chargeront de le faire.

 

J'ai dit aussi qu'il fallait définir les termes, car déjà un éclairage " oblique" n'a pas le même sens pour tout le monde, alors que sur le plan optique, il n'y en a qu'un.

Amitiés.


  • 0

#40 Claude Brezisky

Claude Brezisky

    Reptile

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPip
  • 636 messages

Posté 23 juillet 2014 - 02:54

Rebonjour,

Je ne vois pas comment l'éclairage oblique peut être défini facilement, le résultat lui, peut l’être plus facilement.

Fais une proposition car je ne sais pas par où commencer.

Amitiés

Claude


  • 0

#41 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 23 juillet 2014 - 05:09

Re, Claude,

Je crois qu'on peut se mettre rapidement d'accord sur la définition de l'éclairage oblique. Il n'y a pas plus simple.
Par contre c'est plus difficile de décrire les différents procédés utilisés empiriquement par les uns et les autres.

D'abord, essayons de définir un éclairage qui n'est pas oblique:

L'éclairage qui n'est pas oblique est un éclairage NORMAL. Normal voulant dire, puisque nous sommes en optique (géométrique) , ORTHOGONAL.
Orthogonal voulant dire qui est comme l'angle droit. (90°)
L'éclairage Normal étant donc, l'éclairage dans lequel les rayons arrivent sur la préparation en faisant un angle droit, c'est à dire parallèles à l'axe optique du microscope.

TOUS les autres éclairages, qui n'arrivent pas parallèles à l'axe optique sont des éclairages OBLIQUES.
Le meilleur exemple de l'éclairage oblique est le Fond Noir. Mais c'est un éclairage oblique particulier puisque les rayons (obliques) sont tellement obliques qu'ils n'entrent pas dans l'objectif.
Un éclairage oblique se caractérisera donc par l'angle que font les rayons par rapport à la normale (90°)., et par leur origine.
Un éclairage oblique circulaire appelé COL éclairera sur 360° (donc symétrique) autour de l'objet ne formant aucune ombre portée privilégiée.
On peut dire que le Fond Noir est un cas particulier de l'éclairage COL.
Mais on peut bien évidemment imaginer un fond noir qui ne ferait pas 360°, nous aurions un fond gris asymétrique, puisque certains rayons pénétreraient dans l'objectif.
Et par la même occasion imaginer un COL non Fond Noir , asymétrique, comme la Flèche de Mathias.

Tout l'art du microscopiste "orthodoxe" (pour rappeler l'orthogonalité) est de centrer son microscope et de rendre toutes ses lentilles et éléments passifs (optiquement) parallèles entre eux et perpendiculaires à l'axe optique, c'est la "collimation".

Mais avant d'y arriver, tout microscopiste fait sans le savoir de l'éclairage oblique.
Le meilleur exemple est celui de TOUS les effets d'éclairage que l'on obtient quand on utilise un microscope à miroir plan et concave, même si on utilise l'éclairage de Köhler.
Comme le miroir d'éclairage est mobile selon deux axes orthogonaux, on peut obtenir TOUS les angles d'éclairage possibles et imaginables et les effets sont parfois surprenants !

Pour conclure l'éclairage "normal" d'un microscope est l'éclairage NORMAL et TOUS les autres éclairages sont des éclairages obliques, qui est avant tout sont des déréglages du microscope !

Toutefois, comme la pensée unique (éclairage Normal) est source de stagnation et d'ennui, il est bon d'aller taquiner les éclairages obliques, mais en sachant que beaucoup sont des hérésies totales, alors que certains cas particuliers sont au contraire des manières tout à fait acceptable d'éclairer autrement l'objet microscopique.

La différence entre les deux (l'hérésie et le cas recevable) est l'explication et la mesure de ce que l'on fait.

A partir du moment où on peut chiffrer l'erreur que l'on fait dans un "calcul", une observation, ou dans un raisonnement, on peut utiliser ce raisonnement pour raisonner juste !

Tryphon le tryphonné . (Tryphonné se dit d'un angle qui n'est ni droit ni oblique ! )


  • 0

#42 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 24 juillet 2014 - 09:32

Bonjour les absents,(1)

 


- les rayons périphériques sont déviés ... par diffraction...? sur les bords de l'orifice du diaphragme et donnent un éclairage oblique, celui d'un éclairage mal règlé par le décentrement.

 

Sur le schéma suivant, j'ai représenté plusieurs cas de figure.

D'abord, il y a DEUX objectifs 

  • O1 est un objectif moyen, les rayons obliques ni normaux ne pénètrent pas, c'est l'éclairage FN
  • 02 est un objectif plus faible les en éclairage oblique.

Trois rayons différents.

  • En bleu, un rayon normal
  • En vert un rayon normal stoppé par un masque
  • En rouge , un rayon oblique.

J'ai représenté deux diaphragmes iris (ou pas)

  • D1, un diaphragme centré
  • D2 un diaphragme décentré ou excentré au choix
  • D3 j'ai rajouté un troisième diaphragme excentré rien que pour le plaisir.

 

Oblique-15.jpg

 

Ce qui rend oblique l'éclairage, ce ne sont pas les diaphragmes, mais la rencontre d'un rayon avec un dioptre.

Ce dioptre dévie le rayon normal (orthogonal) qui pour lui est incident en rayon réfléchi,  qui n'est autre que le rayon oblique..

 

Dans ton bricolage, c'est la monture de ton diaphragme qui sert de Masque (stop) et joue le rôle du masque central de l'éclairage COL, du FN et du CP (Même combat  :) !) Mais il n'a aucune forme et position rationnelle, c'est du bricolo, contrairement à des systèmes plus pro.

 

(1) comme cette jolie introduction risque d'en vexer plus d'un, je précise que je pense à notre cher Cosinus qui nous dit partir quelques jour.

Tout çà pour dire que nous pensons à lui.

 

 

Voici un Masque appelé MOON de la Boîte à Filtres qui produit un éclairage COL variable et coloré.

MOON-60.JPG

 


  • 0

#43 Claude Brezisky

Claude Brezisky

    Reptile

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPip
  • 636 messages

Posté 24 juillet 2014 - 08:43

Bonsoir Michel,

 

Tu as tout faux sans vouloir te vexer parce que les rayons ne sont pas du tout bloquer au centre comme pour le fond noir comme tu le montres et ne passent pas non plus à coté du condenseur car le diaphragme que l'on déplace ne peux pas sortir de sa glissière (d'ailleurs se serait très mauvais pour les lamelles composant le diaphragme qui sont d'une extrême fragilité), toute la lumière passe obligatoirement à travers le condenseur qui lui reste parfaitement centré.

Je me permet de dire cela parce que nous avons dit que nous essayons de définir ce procédé qui n’amène contrairement au COL aucune coloration.

Amitiés

Claude


  • 0

#44 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 25 juillet 2014 - 07:03

Bonjour Claude, tous,

 

Sans vouloir te vexer non plus, (j'espère que nous sommes au dessus de çà) je crois que nous ne parlons pas de la même chose.

J'ai l'impression que tu parles uniquement de ton système alors que j’essaie d'expliquer à TOUS ce qu'est l' éclairage oblique.

 

Notre ami Cosinus absent, nous indique, que pour imiter ton système, il a installé un diaphragme iris sur son collecteur, (ce que j'ai cru interpréter sur la photo de son montage)

 

Je lui ai indiqué qu'un diaphragme ne pouvait pas dévier la lumière, je ne sais pas ce qui est faux là dedans, ou alors il faut me dire pourquoi.

Un trou (de cette taille) laisse passer les rayons, qu'ils soient obliques ou orthogonaux sans les dévier (on n'est pas en physique quantique)

S"il y a quelque chose qui est actif dans ce montage, c'est la MONTURE du diaphragme (sa partie physique, pas le TROU) qui se comporte comme un MASQUE et intercepte donc la lumière comme tout masque. Je ne parle pas des effets de bord ! (C'est tout autre chose).

 

Donc, à partir du moment où un masque intercepte la lumière, nous avons la possibilité de ne récupérer que les rayons obliques (en fonction de sa position), mais uniquement dans la mesure où ces rayons obliques sont produits par une optique (miroir ou lentille)  (pas par un trou qui en est bien incapable), les autres  rayons  étant interceptés par le masque.

 

Nous avons donc, selon les caractéristiques de l'optique et la position du masque (et sa forme) soit un éclairage FN, soit un éclairage COL, soit un éclairage oblique asymétrique, soit un mélange de tout çà.

 

Amitiés.


  • 0

#45 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 27 juillet 2014 - 09:12

Bonjour à tous,

 

 

Comme je le disais, l'éclairage COL est un éclairage OBLIQUE circulaire, c'est à dire que les rayons obliques arrivent tout au tour de l'objet (360°).

Pour obtenir ce type d'éclairage, il faut un anneau lumineux (bien calculé par rapport à l'objectif) du même type que les anneaux de phase.

 

On peut donc obtenir un COL avec une tourelle de condensateur  pour contraste de phase en utilisant un objectif plus faible que l'objectif de phase prévu normalement pour cet anneau.

De plus on n'est pas obligé d'utiliser un objectif de phase, il est même recommandé de ne pas l'utiliser.

 

J'ai retrouvé une ancienne photo, déjà publiée que les anciens reconnaîtront. (1)

 

Il s'agit d'un montage de diatomées de Dominique Pradès .

La photo est obtenue avec un anneau de phase et un objectif normal.

En réglant la hauteur du condensateur, on fait varier l'incidence des rayons et donc l'impression de relief.

Toutefois, si on exagère trop, le champ éclairé devient , non plan à la suite d'aberrations sphériques avec formations d'anneaux et de disques plus sombres.

Les couleurs également sont modifiées. 

Ici la photo n'a subi aucun trucage (Post traitement)

 

Donc, il s'agit ici d'un compromis.

 

Diato-3.jpg

Cliquez-moi svp.

Aux oculaires, les diatomées ont l'air de se détacher du fond et flotter dans l'espace, ce que ne peut pas rendre la photo...
 

Amitiés dominicales.

 

(1) Si je recherche de vieilles photos, et n'en produit pas beaucoup de nouvelles, c'est à cause de problèmes de vue, et j'en suis désolé.


  • 0

#46 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 598 messages

Posté 28 juillet 2014 - 06:42

Bonjour,

 De retour, (tout va bien, merci), je lis avec intérêt vos post et schémas... au risque de m'enfoncer, mon bricolage "façon Claude-Olympus" ne dévie pas les rayons... d'accord, mais le fait de n'éclairer qu'une partie du condenseur (avec des rayons orthogonaux) fait que ma diatomée ne recoit pas un éclairage uniforme, mais "latéralisé" ... donc des rayons obliques ?

 Le condenseur fonctionne en concentrant l'éclairage sur l'objet, mais ici il fonctionne comme un dioptre incomplet (non plus circulaire mais qui ressemblerait à une portion de camembert ( Aïe Aïe Aïe !), à la façon d'un COL incomplet (mon Dieu :rolleyes: ) puisqu'il n'est pas éclairé sur toute sa circonférence... ?

Cosinus... qui est conscient de s'aventurer un peu loin...!


  • 0

#47 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 28 juillet 2014 - 07:04

Bonjour Cosinus, 

Heureux que tu sois de retour.

 

Tu as tout compris ! Ce n'est pas le TROU du diaphragme qui dévie les rayons, mais la monture qui arrête certains rayons .

Au final, certains rayons passent et d'autres sont arrêtés.

C'est au niveau du condensateur que les rayons sont déviés ou non.

Seul un dioptre (lentille ou miroir) peut dévier les rayons.

En déplaçant un masque sous le condensateur, on sélectionne certains rayons au détriment d'autres... qui seront déviés ou non en fonction de leur angle d'incidence par rapport à la lentille qui est courbe.

 

Amitiés.

 

Sur le schéma de dessus, on voit bien que le rayon Rouge , devient oblique au moment où il rencontre la face de sortie de la lentille.

 

(Ceci dit, c'est un schéma qui ne prétend pas être rigoureusement exact mais qui explique un principe)


  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!