Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Les trémelles


  • Veuillez vous connecter pour répondre
6 réponses à ce sujet

#1 jmaffert

jmaffert

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 594 messages

Posté 22 janvier 2015 - 10:34

Bonjour,

 

Un petit aperçu sur les Trémelles : ce sont des basidiomycètes à consistance gélatineuse, ayant des basides cloisonnées dans leur longueur.

 

 

On rencontre fréquemment deux espèces jaunes : Tremella mesenterica et Tremella aurantia que l’on peut distinguer au microscope par la taille de leurs spores. Sur le terrain, il faut savoir que ce sont des champignons parasites d’autres champignons.

 

La semaine dernière, j’ai trouvé cela sur une petite branche d’environ 2 cm de diamètre.

 

Tremella_mesenterica 1.jpg

 

A environ 20 cm, il y avait un autre champignon : croûte grise plaquée sur l’écorce.

 

Peniophora_cinerea 1.jpg

 

L’examen microscopique de la croûte montre qu’il s’agit d’un Peniophora, qui possède des cystides métuloïdes plus ou moins enfoncées dans l’hyménium (coupe un peu épaisse…).

 

Peniophora_cinerea 2.jpg Métuloïdes.png

 

On pouvait bien voir ses basides, mais pas de spores. La détermination Peniophora cinerea reste donc légèrement incertaine.

 

Peniophora_cinerea 3.jpg

 

L’autre Tremelle jaune de nos régions, Tremella aurantia, est elle parasite de Stereums, comme Stereum hirsutum très commun. Les Stereums ont l’hymenium lisse (pas de lames ou de tubes) comme les Peniophora, poussent aussi sur le bois,  mais ne sont pas plaqués sur le support . Ils ont un dessus (poilu dans ce cas) et l’hymenium est sur la surface inférieure. Au microscope, ils n’ont pas de cystides.

 

Stereum_hirsutum.jpg

 

 

 

 

 

 

 



Un examen microscopique de la tremelle permet d’observer divers éléments détaillés sur la photographie. Les dimensions de la spore, environ 12 x 9 µm sont en accord avec la détermination Tremella mesenterica, que l’on pouvait faire sur le terrain en voyant le Peniophora à proximité et pas de Stereum.

 

Tremella_mesenterica 2.jpg

 

Voici deux photos de Tremella aurantia en compagnie de Stereum.

 

Tremella_aurantia 4.jpg

Cette trémelle peut sembler différente de la première car elle est plus mature. En fait elle sont indiscernables macroscopiquement

19 novembre 2006  Bois de Beynes (Yvelines)

 

Tremella_aurantia 5.jpg

Exemplaires desséchés récoltés le 28 décembre 1984 dans le massif des Maures (Var) sur un tronc de chêne-liège calciné après un incendie. On voit bien les Stereum

 

Les deux trémelles jaunes sont les plus courantes. On trouve aussi de temps à autre une trémelle brune, assez grosse : Tremella foliacea.

 

Tremella_foliacea.jpg

Exemplaire trouvé le 28 novembre 2010 dans le bois de Beynes. Elle était gelée.

 

Toutes les microphotos ont été prises avec un 40x ON 0,95.

 


  • 0

#2 Dominique.

Dominique.

    Invertébré

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPip
  • 374 messages

Posté 22 janvier 2015 - 10:01

Bonsoir Jmaffert

 

Dans le  bois  derrière  la maison   j’ ai déjà rencontré ce  petit  amas gélatineux  mous et  flasque  jaune  doré  sans  m’y arrêter  particulièrement .

 

Quel colorant as - tu  utilisé dans la troisième lame ?

Quelle  différence  fais- tu entre conidie   et spore ?

 

 

Merci de nous éveiller

 

 

Amicalement

                                    Dominique


Modifié par doc27330, 22 janvier 2015 - 10:09 .

  • 0

#3 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 184 messages

Posté 23 janvier 2015 - 10:04

Bonjour Jérôme,

 

Passionnants champignons, que je rencontre fréquemment chez moi à la bonne saison.

J'en avais justement rencontré un il y a trois jours en faisant un peu de béton.

Je suis donc allé le photographier à l'instant, mais il s'est un peu "ratatiné".

J'en rencontre un autre, encore plus fréquemment exclusivement sur le genévriers.

Il est très abondant et il possède de nombreuses "cornes" .

D'ès que j'en voie un je le photographie, malheureusement le vent est froid ce matin et je n'ai pas trop envie de me promener dans les bois.

 

Amicalement.

 

Champi-1.jpg


  • 0

#4 jmaffert

jmaffert

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 594 messages

Posté 23 janvier 2015 - 10:12

Bonjour,

 

La première et la troisième lames ont été colorées avec du rouge congo, mais je ne me souviens plus si c'était du congo ammoniacal ou du congo SDS. La deuxième est colorée à la phloxine qui colore l'intérieur des cellules en rose.

 

Les conidies ou conidiospores sont des spores asexuées (mitose) contrairement aux basidiospores (ou ascospores), sexuées (deux ou quatre "sexes"), qui sont le résultat d'une méiose (division des chromosomes). Les basidiomycètes ont principalement des basides, mais certains génèrent aussi des conidies, ce qui est le cas des trémelles.

 

"Conidies" et "spores" sont souvent utilisés à la place de conidiospores et basidiospores, plus correct.

 

Amicalement


  • 0

#5 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 184 messages

Posté 23 janvier 2015 - 10:32

Re,

 

""sexuées (deux ou quatre "sexes")""

 

Cette expression me plait bien ! 

Je pense que tu as mis entre guillemets "sexe" pour dire que ce ne sont pas réellement des sexes puisque habituellement ils sont au nombre de deux.

Peux tous nous expliquer les mécanismes de cette reproduction à 4 sexes (différents bien sûr) ?

Je pense que cette notion n'est pas très développée et mérite plus de visibilité.

 

Amicalement.


  • 0

#6 jmaffert

jmaffert

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 594 messages

Posté 23 janvier 2015 - 03:51

Ton champignon sur genévrier, n'est pas une trémelle, mais une rouille, un Gymnosporangium, avec un cycle de vie assez complexe. Voir par exemple sur ce site : http://cemachampi.bl...ar-jacqu.html..

Explication sur les sexes va suivre.

 

Amicalement


Modifié par jmaffert, 23 janvier 2015 - 03:53 .

  • 0

#7 jmaffert

jmaffert

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 594 messages

Posté 23 janvier 2015 - 06:45

Les noyaux des cellules ont par convention 2N chromosomes. Dans les plantes et animaux sexués, une paire des chromosomes fixe le sexe. Les cellules reproductrices n'ont que N chromosomes et l'union d'une cellule mâle et d'une cellule femelle donnera naissance à une cellule à 2N chromosomes qui, après multiplication, donnera naissance à un nouvel individu, d'un sexe donné chez beaucoup d'animaux, ou hermaphrodite comme beaucoup de plantes.

 

Les champignons n'ont pas de sexe et leur appareil reproducteur "sexué" est parfaitement symétrique sans que l'on puisse trouver des organes mâles ou femelle. Cependant on retrouve la création de cellules à N chromosomes qui doivent s'unir pour donner naissance à un nouvel individu capable de se reproduire. Chez les basidiomycètes, cette opération a lieu dans les basides.

Les champignons les plus courants sont bipolaires, c'est à dire qu'après une méiose du noyau de la baside, il y a deux noyaux qui ne contiennent que la moitié des chromosomes. Dans une baside à quatre spores, la méiose est suivie d'une mitose (duplication du noyau). Il y a donc deux spores de polarité ("sexe") A1 et deux spores de polarité A2, à N chromosomes. Quand les spores germent, elles donnent naissance à un mycélium stérile à N chromosomes. Il faut que deux mycéliums de polarités ("sexe") différentes se rencontrent pour qu'il y ait passage d'un noyau d'un mycélium à l'autre et création d'un mycélium fertile à 2N chromosomes.

 

Il existe des champignons tétrapolaires (quatre sexes !), par exemple certains Coprins.

Dans ce cas, il faut considérer deux gènes A et B ayant chacun deux "sexes différents" : A1, B1, A2, B2. les quatre spores présentes sur la baside auront quatre polarités différentes : A1B1, A2B1, A1B2, A2B2, qui donneront naissance à quatre types de mycéliums. Seule la conjonction de deux mycéliums ayant la totalité des gènes pourra être fertile : par exemple A1B1 avec A2B2 ou A2B1 avec A1B2. D'où ma remarque sur les "quatre sexes".

 

Les conidies conservent les 2N chromosomes de l'individu de départ et donneront directement un individu (mycélium) complet quand elles germeront (unisexe !).


  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!