Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Chlorella


  • Veuillez vous connecter pour répondre
7 réponses à ce sujet

#1 Dominique.

Dominique.

    Invertébré

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPip
  • 363 messages

Posté 11 février 2015 - 10:36

                         Chlorella

 

                            Pourquoi  le plastique  de la  serre  est il   si sale ?

 

Dans le  jardin  l’  hiver est  arrivé  . Pourtant  sur la  toile  de la serre  il existe  toujours  de larges plaques  jaunes   verdâtres  .

Ces  plaques   colonisent doucement  la partie surtout  exposée au nord  et à l’ouest . En moins  de  3 ans  la colonisation  est assurée   (la serre fait 40  mètres carrés  au sol) -Ce qui est notable  est la pérennité de  ces colonies  que  la période  soit   humide  ou sèche  ,  chaude ou froide . Seule la couleur  change ,au printemps  la couleur est  d’un  joli  vert tendre  qui passe  au vert  sale poussiéreux  en  été  pour  revenir au  vert à l ‘automne  et tourner au  jaune  puis  plutôt au gris-vert  durant  toute la mauvaise saison  .

 

Qui est responsable de ce phénomène ?

algue texte 1.jpg

 

 

Un prélèvement  par grattage  est réalisé – examen  au 40X  fond clair .

algue texte 2.jpg

 

Ces plaques sont    en fait le lieu  de colonisation  d’une   toute  petite  structure  ponctiforme .

Examinons  quelques  clichés –  X 1000 immersion .

algue texte 3 .jpg

 

algue texte 4 .jpg

 

algue texte 5 .jpg

 

 

 



algue texte 6.jpg

 

 

C’est  donc une algue  unicellulaire  qui   couvre  ma serre   .

Le plastique  est aussi le  support  de moisissures  puisque   des hyphes très  segmentés sont  présentes .

 

 

Structure   de  cette algue

Pour  en  faire   une étude  un morceau  de plastique   de la serre  a été  mis  en milieu  humide  à16 °C  avec éclairage néon pendant  72 heures   ;En raison  de la température  extérieur  actuelle   (moins  2 °C le matin ) les algues  sont  en état  de fonction  végétative .

 

algue texte 7.jpg

 

 Suivant  cette  photo  la  multiplication  se fait par autospore   par  4 .  .

 

algue texte 8.jpg

 

Description :

Taille entre  8  et  10 µm  de diamètre .

Sphérique ou presque .

Il  n’existe  qu’un  chloroplaste  disposé soit  en  forme de disque , soit en plage  non systématisée  , soit en section   ( sur la photo  A  le chloroplaste est  divisé  en plusieurs  plages )

 Il ne semble  pas  y avoir de mucilage   autour  des algues .

 

 On se trouve donc  devant   une algue de l’ordre  des  Chloreallales .

Mais

 Le Pyrenoide , ici n’est  pas présent ;- on  ne trouve pas  cette  structure   arrondie caractéristique.

Il  est décrit dans  The fresh water  alga flora   des chlorellas  sans Pyrenoïde :

---- pour  l’espèce  minutissima  qui  normalement  est de très petite  taille  entre  1 et 3µm .

---- pour  l’ espèce miniata  qui  a  entre 3 et 15 µm  comme ici  ( reconnue comme  rare en Angleterre )  - mais  dans ce cas  le sporangium  ( sporocyste )contient entre 16 à 64  spores  - ce qui n’est pas  le cas ici  qui n’en contient  que  4  comme l’espèce  vulgaris.

 

 Normalement    le pyrenoide  est  entouré de  2 à 4   grains  d’amidon  qui  ici  semblent    dispersés dans le plaste .

 

 

. (NB :  le Pyrenoide  est un compartiment  cellulaire  présent de les  chloroplastes de beaucoup d’ algues .   Son rôle est de concentrer le carbone  par fixation de CO²  pour fabriquer  le matériel  de photosynthèse  ( rôle  identique au carboxysome  des  cyanobactéries ).   Le  CO²  est plus  facilement  disponible dans l’  air que  dans l’ eau  - où l’ on trouve  surtout  l’ ion Carbonate HCO3-   ( fonction du PH ) ;  le pyrenoïde  doit assurer   le  rôle  de mise en réserve  de Carbone  pour faire  face aux besoins du métabolisme  au bon  moment . )

 

J’ ai laissé  se développer mes  Chlorellas   directement  dans  l’ eau  ( à partir de la souche    qui couvre le plastique  de  la serre - ;   après  8 jours    pas de Pyrenoids    - Donc  il n’y en a pas quelque soit  le lieu de  croissance  ) .

 

La résistance de cette algue  à la  déshydratation  (comme  cela  se passe l’été  sur le plastique de la  serre )  est très impressionnante .

 

algue texte 9.jpg

 

Deux  aspects    1 )  à gauche milieu sec depuis  8 jours    et 2 )  à droite   4 heures après avoir ajouté de l’eau   -.L ’ algue passe   par une  phase de  rétraction  en rapport avec la déshydratation   puis  de  se réhydrate  très rapidement  dès que la pluie  revient  .

On  remarque que l’  hyphe du haut de la  photo  a subi le même processus.

 

 

Genre   Chorella

 

La photo  A   est  plus en faveur de Muriella  terrestris : cette    algue ne possède pas de pyrenoïde  ,  sa taille  est autour de  8 µm  ( ici 9 µm ) et elle  possède plusieurs plastes  pariétaux  - ici  5  pour l’ algue  de droite .

Les photos  B et C   Chlorella   (Vulgaris ?)   (L’espèce  Miniata  n’est pas reconnue dans le  Bourrelly ) .

 

La taxonomie des Chlorellas   est  en plein  remaniement  en effet  les éléments de détermination  sur les caractères morphologiques ne sont  pas suffisants  - .Le recours  est  désormais    à la biologie moléculaire   ( dixit  The Freshwater algal flora of the British isles ).

 

Domaine  Eukaryota

Regne      Plantae

Embranchement  Chlorophyta

Classe     Trebouxiophyceae

Ordre      Chlorellales

Famille    Chlorellaceae

Genre      Chlorella

Espéce    Muriella  terrestris     et   peut être  Vulgaris   .

 

      Il  est retenu 106 espéces   de Chlorella   par  Algae base .

 

                                                                       Dominique

 

 

 

 


  • 0

#2 Vardar

Vardar

    Ciliate lover

  • Membre Modérateur
  • 815 messages

Posté 12 février 2015 - 02:08

bel esprit scientifique

j'ai tout lu (un exploit pour quelqu’un souffrant d'un déficit de l'attention)


  • 0

#3 Vardar

Vardar

    Ciliate lover

  • Membre Modérateur
  • 815 messages

Posté 12 février 2015 - 05:37

Je précise: ce qui prouve l'intérêt du sujet


  • 0

#4 Dominique.

Dominique.

    Invertébré

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPip
  • 363 messages

Posté 12 février 2015 - 06:56

Merci Vardar

 

 

                         Mes  petites cultures se poursuivent – la chose curieuse est la  suivante :

                         Après  avoir dilué le produit  de grattage du plastique  dans  un  Becher   rempli  d’ eau  du  robinet ,  les algues  se développent  en formant  des colonies  plus  ou  moins grandes

algue texte extra 1.jpg

               Avec l’ utilisation du   contraste de phase   un halo   apparaît  ( différent  du halo   habituel  autour de l’ objet dû au Cp  ) ;  le trait rouge  met en évidence  la présence  d’une  substance transparente  -qui semble   prendre en masse la totalité de la  colonie ..

algue texte extra 2 .jpg

 

              Si on touche  le plastique   resté dans l’eau, le  doigt  glisse  sur la  surface    - la consistance  est manifestement visqueuse   .

               Donc  chaque  colonie  est un clone  où les  cellules se tiennent    unies  par la  présence d’ un gel  qui isole  cette colonie  du milieu .

              Cette glue  est fabriquée à l’intérieur de l’algue  - Elle est transférée à l’extérieur  par Exocytose .

Il est dommage de  ne pas pouvoir mettre en  évidence  ce mouvement  Vésiculaire  à travers la  membrane plasmique  mais c’est du  domaine  de Tryphon  et de son microscope électronique  .

 

 

 

             En conclusion  :  C’est  la confluence de la multitude de  ces colonies  qui va  doucement  couvrir les mètres carrés du plastique de la serre .

 

                         Amicalement 

                                                            Dominique

 

 

 


Modifié par doc27330, 13 février 2015 - 05:55 .

  • 0

#5 Gilles BILLARD

Gilles BILLARD

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 19 messages

Posté 08 mars 2016 - 04:04

Bonjour,

Le moteur de recherche m'a amené sur le sujet de Dominique traitant des Chlorella (je ne sais pas mettre de lien)

La lecture de l'article m'a épatée tellement je n'y connais rien.

J'ai eu l'impression de lire des évidences pour l'auteur alors que je ne sais même pas comment on différencie une algue d'une autre.

Et c'est bien là tout mon drame; Je me suis mis en tete de cultiver des algues pour nourrir de petites betes que j'ai en élevage et voir lesquelles sont les plus adaptées a leur survie aux premiers stade et leur croissance par la suite..

J'ai donc acheté des souches de "spiruline" (Arthrospira platensis) et de Dunaliella et les produits pour reconstituer le milieu de culture (je ne sais toujours pas mettre de lien) et j'ai collecté ce qui me semble être de la Chlorella.

Mais quelle Chlorella et comment faire pour l'identifier ?

Telle est ma question.

++

 


  • 0

#6 Dominique.

Dominique.

    Invertébré

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPip
  • 363 messages

Posté 08 mars 2016 - 07:23

Bonsoir

 

 

L’identification des chlorella est  très  difficile :2 références

  --Les algues d’eau  douce de P Bourrelly

  --The  Freshwater  alga  Flora

 

 Mais ce sont d’énormes  ouvrages difficiles  à pénétrer .

 

Le plus souvent on reste au niveau de Chlorella .

 

Dans ton cas  cela n’a pas grande importance  de savoir  le nom   binominal .

L’important  est que    tu ne fasses pas de confusion avec les Microcystis qui  développe une hepatotoxine létal pour les  animaux   -  ( mais au microscope l’aspect  est très différent ) .

 

Amicalement

                                     Dominique


  • 0

#7 Gilles BILLARD

Gilles BILLARD

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 19 messages

Posté 09 mars 2016 - 01:44

Hello,

Oui Dominique, tu mets bien le doigt sur mon problème. Ce n'est pas tant de trouver l'espèce ou la SSP exacte de telle ou telle Chlorella, mais de savoir si ce que je cultive est bien une chlorelle alimentaire et non pas une autre algue toxique (et idem pour les Dunaliella). A telle enseigne que j'ai tué un élevage d'artémias que je nourrissait avec grand succès sur  une culture d'algues inconnues issues des marais de Guérande et que j'ai tenté de nourrir avec une algue qui, comme les tiennes provenait des parois vitrées de ma serre; Dès le lendemain, plus une seule crevette survivante.

Alors, plus généralement, j'aimerais connaitre les grandes lignes des clefs d'identification des algues, ou tout au moins la manière de s'y prendre pour rechercher a identifier.

++


  • 0

#8 Dominique.

Dominique.

    Invertébré

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPip
  • 363 messages

Posté 09 mars 2016 - 03:24

Bonjour Gilles

 

 

Une solution  pas trop onéreuse

Tu fais l’acquisition  du livre : 

Das leben im  Wassertropfen

de Strreble et Krauter    Edition Kosmos

 

 Tout est en allemand mais  les dessins  sont très nombreux et remarquables .

 Section Grünalgen    .Tu as une première approche .

 

Ensuite  tu vas sur le site

http://protist.i.hosei.ac.jp/

 Tu  obtiens  le nom    .Mais pour savoir si l’ algue est alimentaire  ou pas  toxique ou pas  , la base ne donne pas  ces caractéristiques .

 

Amicalement

                           , Dominique

 

 

d


  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!