Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

Prélèvements et risques


  • Veuillez vous connecter pour répondre
6 réponses à ce sujet

#1 Christian Aubert

Christian Aubert

    Homo sapiens bricolus

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 622 messages

Posté 16 novembre 2004 - 12:19

Bonjour à tous,

J’aimerais vous soumettre quelques questions et quelques petits soucis de père …

Voilà, comme vous le savez déjà (peut-être), j’ai débuté en microscopie il y a peu de temps, je n’ai pas de formation scientifique.
J’ai deux garçons (6 et 9 ans) qui participent régulièrement à mes/nos découvertes et manipulations simples de prélèvements (surtout aquatiques).
Je n’arrête pas de leur inculquer des notions d’hygiène pour la manipulation des échantillons (mains, bouche, risques de piqûre/coupure, etc….).
Du coup, mes enfants me posent deux fois plus de questions, du genre toujours très intelligentes : Mais que risque t’on ?
Et là, je peu vous dire que pour répondre précisément, ce n'est pas toujours facile !
En fait mes connaissances des risques se résument surtout à plusieurs voyages en Asie où l’eau « potable » est une denrée rare (je ne vous présenterai pas la panoplie des maladies possibles)…mais cette eau est destinée à boire, ce qui n’est pas le cas de nos prélèvements.
Sans être parano, j’ai beau faire très confiance à mes enfants, j’aimerais bien avoir votre avis si vous le voulez bien sur ces risques.

Pour un complément d’infos : Je/nous prélevons jamais dans des sites douteux (genre près d’une ferme ou d’une usine), uniquement dans des étangs, tourbières, rivières, loins des habitations et si possible des animaux domestiques.
Mais ..ces prélèvements restent bien sur souvent plusieurs jours à disposition.

Merci d’avance et amitiés à tous.
Christian
  • 0

#2 Jean Marie Cavanihac

Jean Marie Cavanihac

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Co-admin
  • 3 150 messages

Posté 16 novembre 2004 - 07:47

Bonjour à tous,

bonjour Chris,

qu'est ce que l'on risque : la transmission de maladies bactériennes, virales ou parasitaires (amibes) , l'hépatite A par exemple que l'on ne contracte pas qu'avec des coquillages !

Certains protozoaires et des amibes peuvent aussi franchir la barrière des espèces et se retrouver chez l'homme. On cite, aux USA, des cas de méningite incurable contractée par des nageurs dans des lacs contaminés par des amibes.
Comme dans toute contamination la quantité ingérée ou passant dans le sang détermine un risque plus ou moins grand. Les amibes sont particulièrement difficiles à éliminer sans danger pour l'hote.

C'est trés bien d'insister sur l'hygiène (lavage des mains entre autre ..) car on peut se contaminer et contaminer les objets qui contamineront d'autres personnes : c'est le gros problème des infections nosocomiales à l'hopital ou il est prouvé que la contamination est 'manu portée' car les infirmières n'ont pas le temps de se laver les mains trés souvent.

Il ne faut pas dramatiser, juste signaler que c'est une démarche de "pro " comme le font les chirurgiens, de faire attention aux procédures : de prélèvement, stockage, désinfection du matériel, ne pas manger ou boire pendant que l'on prélève ou observe ! etc... et tout se passera bien

amitiés,
JMC
  • 0

#3 Robert Rivière

Robert Rivière

    Robert RIVIERE

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 770 messages

Posté 16 novembre 2004 - 02:30

Une question qui me touche aussi, puisque moi même j'ai un gamin de 9 ans passionné aussi comme son papa.
Concernant l'hygiène de base, pas de problème, par contre que dois-je utiliser pour, par exemple, désinfecter le matériel classique, pinces etc lamelles? L'alcool est il suffisant? Otoclave? Une question bête (1 de plus ;-) ) avec quoi nettoyer les lames de verre?

Cordialement a tous,


Robert
  • 0

#4 Jean Marie Cavanihac

Jean Marie Cavanihac

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Co-admin
  • 3 150 messages

Posté 16 novembre 2004 - 02:44

Bonjour,

le meilleur désinfectant est sans doute l'eau de javel (fraiche de moins de 2 mois) mais pas toujours compatible avec les matériaux. (à la dilution préconisée sur la bouteille)

Pour les matériaux sensibles, l'alcool à 70 ° (pas le 90 !) est adapté. également pour les lames, mais celles ci peuvent être lavées à l'eau javellisée. Bien rincer si l'on compte les réutiliser avec des sujets vivants !

les lames neuves sont parfois poussièreuses : un trempage dans une verre d'eau contenant 2 gouttes de liquide vaisselle puis rinçage abondant les rendront claires.

attention aussi au nettoyage des objectifs ayant fait une immersion involontaire dans la préparation ! : désinfecter avec une lingette humectée d'alcool à 70 et sécher aussitôt avec une lingette sèche.

C'est trés bien que les enfants soient aussi passioonnés que leur papa ! Peut être pourra t on leur dédier un espace 'junior" où ils pourront s'exprimer (avec l'aide du papa précité au besoin !) en amorçant une démarche scientifique : poser des questions, analyser la réponse , rechercher des infos personnelles: il n'est pas exclu que les questions des enfants fassent aussi réfléchir et progresser les adultes !!

Amitiés,
JMC
  • 0

#5 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 16 novembre 2004 - 11:31

Bonjour Chris, Bonjour le Forum,

Question fondamentale pour un microscopiste que tu poses là, quel danger y a t’il à pratiquer la microscopie ?

D’abord je voudrais dire qu’il n’y a pas plus de danger à pratiquer la microscopie que dans toute autre activité humaine réfléchie.
Ensuite il faut distinguer deux catégories de risques si l’on exclue le fait de laisser tomber son microscope sur les orteils.
D’abord il y a un risque lié aux réactifs, colorants et autres produits chimiques. Nous avons signalé au cours de différents messages les risques spécifiques à certains produits, il serait bon d’en dresser une liste. Il faut relire avec intérêt les beaux articles de Walter sur les fixateurs. Mais je ne pense pas qu’un seul de nos produits de micrographie courants bien utilisé génère un risque supérieur à celui généré par le contact quotidien avec des milliers de molécules synthétiques que nous respirons, mangeons ou étalons sur notre peau. Tabac, alcool, nourriture calcinée, pollution automobile et industrielle, pesticides en tout genre sans oublier certains médicaments, nous font courir des risques bien plus considérables. Pour vos prélèvements évitez donc zones de rejets industriels à moins que vous vouliez justement étudier les effets de la pollution chimique.

Ensuite, quelle est l’importance du risque microbiologique ?
A mon avis à moins de le faire exprès, il est quasiment nul.
Certes nous sommes entourés de microbes, mais microbe ne signifie pas maladie ! Parmi la multitude de microbes dans laquelle nous vivons, une infime minorité est pathogène Les autres sont soit indifférents à notre sort soit, ils sont simplement indispensable.
Mais où peut-on rencontrer des microbes pathogènes pour l’homme ?
Ce sont les grandes concentrations humaines qui augmentent les probabilités de contact avec des individus malades et donc avec ce type de germes. Et il se trouve des lieux privilégiés, où l’on a l’habitude de rassembler les gens malades et donc de concentrer les microbes pathogènes, ce sont les hôpitaux et autres établissements de soins. On comprend fort bien pourquoi y émergent des affections nosocomiales qui sont davantage le fait de cet effet de concentration que du manque d’hygiène du personnel.
Sur le plan pratique évitez donc de prélever dans tous les lieux recevant les effluents des villes et dans une moindre mesure, ceux des élevages d’animaux.

Au moment de l’observation, portez au minimum une blouse pour protéger vos vêtements et dans certains cas plus rares des gants et des lunettes de protection.
Bien entendu ne portez rien à la bouche et ne pratiquez jamais le pipetage par aspiration buccale !
Lavez vos mains au savon, c’est encore un des meilleurs procédés.
Pour le nettoyage du matériel :
Ne récupérez pas les lamelles, vous pourriez vous tailler.
Les lames et autres objets en verre peuvent être réutilisés après désinfection et nettoyage. Un bon agent de désinfection est le chlore, mais préférez le Dakin à l’eau de Javel, il est moins irritant. Il existe toute une panoplie de désinfectants et antiseptiques, inspirez-vous des méthodes de nettoyage et de stérilisation des biberons.
Toutes les observations décrites dans ce Forum, ne sont pas dangereuses.
Si quelques observations sont susceptibles d’entraîner des risques potentiellement non nuls, elles seront soit, accompagnées des recommandations d’usage, soit, exclues.
Les préparations définitives même contenant des organismes pathogènes (lames de bactériologie par exemple) ne comportent aucun danger car les germes sont tués par fixation et coloration.
Dans tous les cas les enfants mineurs doivent être encadrés par un adulte

Vous voyez donc que la pratique de la microscopie amateur n’entraîne aucun risque particulier en tout cas supérieur à ceux de la vie courante, et je dirais au contraire qu’il contribue par la formation d’un esprit d’observation et d’un esprit critique à améliorer sa propre sécurité.

Il est infiniment rare qu’un spécialiste des champignons s’empoisonne avec une espèce dangereuse, alors que c’est beaucoup plus fréquent chez les cueilleurs occasionnels.
Je crois qu’il en est de même avec le risque en microscopie, la manipulation d’objets biologiques, invisibles à l’œil nu, développe un esprit qui ne peut qu’être utile à la compréhension du monde qui nous entoure et de ce fait d’y mieux vivre en harmonie.

Cordialement.
  • 0

#6 André Advocat

André Advocat

    Homo sapiens microscopicus

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 3 118 messages

Posté 17 novembre 2004 - 08:19

Bonjour tout le monde
J'aimerais encore rajouter un risque,c'est le risque ...d'amende!
Les prélèvements ne sont pas autorisés partout ,ni pour tout!
Les tourbières par exemple,sont souvent (vu que ce sont des milieux en voie de disparition)protégées(Reserves naturelles,Parcs nationaux,Arrêté de Protection de Biotope,Directive habitat,...)Evidemment lors de ces protections,tout prélèvement non autorisé par le gestionnaire est interdit!
D'autre part,il y a sur le territoire français des listes de protections spécifiques de la flore et de la faune ,nationales et régionales.
De plus,le code forestier interdit en principe tout prélèvement en forêt soumise au régime forestier!(sans autorisation)

Voilà qui restreint méchamment nos terrains de jeu!!
  • 0

#7 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 19 novembre 2004 - 02:43

Bonjour tout le monde,
Bonjour André,

C’est bien de signaler ce risque là, bien réel et important. Mais nous ne sommes pas des sauvages, nous ne prélevons que de tous petits échantillons de la nature et pour la bonne cause, nous l’étudions et la faisons connaître dans ce qu’elle a de plus merveilleux et de plus fragile aussi.
Je ne pense pas qu’un garde quelconque, ne serait pas sensible à nos arguments et nous permette quelques prélèvements et ceci sans sortir son carnet à souche.
Comme tu le signales si bien, la nature est par endroit protégée, et si c’est le cas demandons la permission de faire une incursion en laissant de côté le 4x4 ou la moto verte et regardons ou nous mettons les pieds !

Cela me rappelle une anecdote : en cherchant un produit dans une « Jardinerie », je suis tombé sur un récipient cylindrique en plexiglas idéal pour recueillir certains prélèvements aquatiques. Après avoir demandé la permission au vendeur, j’ai pu remplir mon récipient de différents échantillons tombés ici ou là et notamment de magnifiques plumes d’oiseaux de toutes les couleurs. Ce fut la caissière la plus étonnée, mais quand je lui ai dit que c’était pour étude, elle me fit un grand sourire, ce qui ne m’arrive pas tous les jours.

Pour revenir à nos lieux protégés, il existe une autre catégorie de lieux dans nos campagnes, qui, s’ils ne sont pas classés en réserve naturelle, appartiennent à des propriétaires privés.
Avant d’aller investir une mare dans un pré à vaches, faites un petit tour par la ferme voisine pour demander la permission au propriétaire, il en sera tellement ravi qu’il va vous accueillir, comme vous ne l’auriez jamais soupçonné et vous raconter bien des histoires.
Je dis ça pour les gens des villes : nos paysans sont sympas, mais il ne faut pas oublier avant de ramasser des champignons, fruits sauvages ou faire des prélèvements, que vous entrez peut-être dans une propriété privée.

Cordialement.
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!