Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

Episcopie fond noir - fond clair


  • Veuillez vous connecter pour répondre
10 réponses à ce sujet

#1 jmaffert

jmaffert

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 577 messages

Posté 30 décembre 2015 - 05:37

Premiers essais en épiscopie

 

Matériel utilisé :

 

Microscope Leitz Orthoplan

Tourelle pour épiscopie fond clair / fond noir

Objectifs 5x à 80x en M30 avec canal externe annulaire pour fond noir

Eclairage par lampe quartz  12V 50W

Caméra 16 Mpixels utilisée en 4 Mpixels. Pas de projectif. Images plein champ de la caméra, ce qui est loin du plein champ du microscope, réduites par logiciel pour avoir une taille informatique réduite.

 

1         Surface métallique

 

Surface de deux pièces de monnaie, une bien usagée, l’autre presque neuve, observées avec un objectif 10x, en fond noir et en fond clair.

 

usée FN.jpg

 



usée FC.jpg

 

 



neuve FN.jpg



neuve FC moins lumière.jpg

 

 

Les parties les plus claires (réfléchissantes) en fond clair sont les plus sombres en fond noir car la lumière d’éclairage ne rentre pas dans l’objectif. Les deux images sont un peu comme un négatif et un positif, mais pas tout à fait car cela dépend si les reliefs sont en creux ou en bosse.

La pièce plus neuve est plus lisse et plus réfléchissante en fond clair et plus sombre en fond noir. La plus grande partie des différences d’intensité entre clichés est gommée par le réglage de la caméra.

 

 

2         Surface de l’hyménium d’un Hymenochaete

 

Voici l’aspect macroscopique du champignon :

 

Hymenochaete_rubiginosa 5.jpg

 

La photo fait une dizaine de centimètres de large. L’hyménium est lisse à l’œil nu. En regardant de plus près, l’hyménium est parsemé d’ « épines » qui sont des cystides : dans ce cas, cellules à paroi épaisse de couleur brune de dimensions 40-60 x 5-7 µm.

 

Photo au 10x fond noir et fond clair :

 

Hymeno FN.jpg

 

Hymeno FC.jpg

 

 

On voit bien les nombreuses épines qui dépassent de l’hyménium.

 

Trois remarques :

- l’appareil photo, réglé en automatique, ne rend pas compte de la différence d’intensité lumineuse, très sensible à l’œil. Le fond noir est beaucoup moins lumineux.

- il y a une coloration différente que je ne m’explique pas (traitement de surface des optique du canal d’éclairement ? variation de couleur due à l’intensité reçue par l’appareil photo ??)

- la photo ne rend pas non plus la perte de contraste considérable perçue par l’œil en fond clair où on a l’impression d’une image noyée dans le brouillard

 

Photos prises avec l’objectif 32x :

 

 

 



Hymeno FN 32.jpg

 

Hymeno FC 32.jpg

 

Observation plus facile à l’œil, en faisant varier la mise au point…

 

Les mêmes cystides en diascopie, pour comparaison :

 

Hymeno1.jpg

 

3         Spores de Scleroderma bovista

 

C’est une utilisation assez marginale, car les spores sont faciles à voir en préparation entre lames et lamelle, en diascopie.

 

Le champignon :

 

Scleroderma_bovista 1.jpg

 

 

Le capillitium et les spores au 5x. On peut deviner les spores qui sont noires. Ce qu’on regarde est posé sur du verre et illustre bien le « fond noir » : s’il n’y a pas d’objet, la lumière de l’éclairage ne revient pas dans l’objectif et le fond est noir. Seuls les objets diffractants sont visibles.

 

Les spores font 10-12 µm de diamètre, épines non comprises.

 

Spores FN 5.jpg

 



La même chose au 32x et au 80x, toujours en fond noir :

 

Spores FN 32.jpg

 

Spores FN 80.jpg

 

Dans ce dernier cas, on ne voit qu’une spore, dont on devine la réticulation.

 

Les mêmes photos en fond clair :

 

Spores FC 32.jpg

 

Dans cette photo, on voit que la lame de verre, réfléchissante, est blanche.

 

Spores FC 80.jpg

 

 

Très peu de différence entre fond clair et fond noir pour cette vue, car cette spore est « en l’air » et le fond n’est pas visible.

 

Des spores du même champignon en diascopie :

 

Scleroderma_bovista 3 bis.jpg

 

Sur des objets réfléchissants, les observations en fonds clair et noir sont complémentaires.

 

En observation d’objets peu réfléchissants, le fond noir apporte une bien meilleure qualité d’observation, bien plus grande à l’œil qu’en photo (Réglage de contraste automatique ??), au détriment de la luminosité qu’il faut pousser à fond.

 

Cordialement

 

 

 


  • 0

#2 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 598 messages

Posté 30 décembre 2015 - 06:52

Bonjour Jérôme,

Très bons clichés...

Tu écris:

Caméra 16 Mpixels utilisée en 4 Mpixels

 

Cette réduction est-elle une simple réduction du champ avec la même résolution (fichier moins lourd), ou s'agit-il d'une manipulation du logiciel (même champ avec des photo sites "regroupés") ... ? Que devient le poids du fichier ?

Amicalement

P.S. chez Imagine Source on diminue le champ mais la résolution reste la même... et le poids diminue.

 


Modifié par savant Cosinus, 30 décembre 2015 - 06:54 .

  • 0

#3 jmaffert

jmaffert

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 577 messages

Posté 30 décembre 2015 - 07:24

C'est le même champ, capté en 4 Mpixels au lieu de 16 Mpixels, par un processus interne à la caméra dont j'ignore le fonctionnement (récupération d'un pixel sur 4 ou fusion de 4 pixels jointifs ou ...?). Avantage : quand on travaille en 4 Mpixels, la caméra délivre 4 à 5 images par seconde alors qu'en 16 Mpixels il n'y a qu'1,3 image par seconde d'où une mise au point pénible. En fait quand je veux prendre une image en 16, je fais le cadrage et la mise au point en 4, puis je commute et je prends la photo en 16 (choix sur l'ordinateur). Il faut dire que mon ordinateur n'a que de l'USB 2 et pas de l'USB 3, comme la caméra. On verra quand je changerai l'ordinateur...

 

Dans ma précédente communication, j'avais montré que ce mode donnait un mauvais résultat quand on regardait les pixels, mais ici, comme j'ai de toutes façons réduit une image de 4 Mpixels à moins d'1 Mpixel, après enregistrement, je n'ai pas fait le difficile.

 

Les images en.png font 4,5 Mo en mode 4 Mpixels et 25,4 Mo en mode 16 Mpixels. En mode .jpg, les images en 4 Mpixels font entre 1,3 et 2,1 Mpixels (la compression dépend de la complexité de l'image).

 

J'espère avoir répondu à ta question.

 

Amicalement


  • 0

#4 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 598 messages

Posté 30 décembre 2015 - 09:25

Oui, merci.


  • 0

#5 Jean-Luc Bethmont (Picroformol)

Jean-Luc Bethmont (Picroformol)

    Reptile

  • Membre Modérateur
  • 672 messages

Posté 31 décembre 2015 - 09:14

Bonjour Jérôme,

Ta manip est intéressante car , pour moi, il est difficile de faire de bonne photos en épis copie surtout avec des sujets qui diffractent beaucoup.
Il faudrait peut-être mettre un diffuseur devant l' éclairage ( genre papier calque) et utiliser le mode HDR; c' est à dire combiner au moins 3 photos prises avec des temps de pose différents pour minimiser la surexposition.
Cordialement,
JL
  • 0

#6 jmaffert

jmaffert

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 577 messages

Posté 31 décembre 2015 - 11:58

Voici le système épiscopique que j'utilise :

Episcopie.jpg

 

En mode fond noir, un obturateur bloque l'éclairage au centre et un miroir elliptique annulaire (MAE), en noir, envoie la lumière par un canal annulaire incorporé dans la monture de l'objectif. En bas un prisme envoie la lumière obliquement sur l'objet. Si l'objet est uniquement réfléchissant, aucune lumière n'entre dans l'objectif. Si l'objet est diffusant (ou diffractant), la lumière entre dans l'objectif et l'objet est visible.

En mode fond clair, l'obturateur est escamoté, la lame semi-transparente verte envoie de la lumière vers le bas à travers l'objectif et laisse passer la lumière provenant de l'échantillon en retour. Si l'échantillon est fortement réfléchissant, il y a beaucoup de lumière réfléchie et on distingue moins les détails diffusants.

 

En épiscopie utilises-tu un de ces deux modes ? ou un troisième qui serait un éclairage direct par le côté, comme quand on utilise une loupe binoculaire ?

 

Quand tu dis "diffractent beaucoup" est-ce bien de la diffusion ? ou de la réflexion ?

 

Quand tu dis "mettre un diffuseur devant l'éclairage", où serait ce diffuseur ?

 

Combiner plusieurs photos avec des temps de pose différents est une bonne idée s'il y a beaucoup de dynamique dans l'image (zones très claires et très sombres), mais n'améliorera pas le contraste s'il y en a peu.

 

Enfin, quels genres d'objets veux-tu regarder en épiscopie ?

 

Amicalement


  • 0

#7 jmaffert

jmaffert

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 577 messages

Posté 04 février 2016 - 03:21

Suite d'essais en épiscopie.

 

J'ai ajouté du contraste interférentiel par réflexion à mon microscope : éclairage avec polariseur, traversée deux fois du prisme de Wollaston et observation à travers un analyseur croisé avec le polariseur. Objectifs 5x : un Zeiss Jena fond clair/ fond noir  ∞ ON 0,1

 

 

et un Leitz ∞  ON 0,09 muni d'un prisme de Wollaston. Objet métallique (pièce de monnaie). Aucun déplacement de l'objet

 

Observation fond clair :

 

FC 1.jpg

 

Observation fond noir :

 

FN 1.jpg

 

Observation en contraste interférentiel :

 

ICR 1.jpg

 

Comme déjà montré précédemment, les rayures sont vues différemment en fond clair et en fond noir.

 

Le contraste interférentiel met en évidence deux "dunes" qui sont l'extrémité de dessins de la pièce, c'est à dire non pas une différence  de réflectivité, ce qui est la fonction essentielle du fond clair, ni la diffraction par les bords des rayures, très visibles en fond noir, mais une différence "d'altitude", donc de longueur de marche des rayons lumineux, qui se traduit en différence d'intensité sur l'image

 

Cordialement

 

 


  • 0

#8 sciroccoblow

sciroccoblow

    Procaryote

  • Membre confirmé
  • Pip
  • 176 messages

Posté 04 février 2016 - 03:38

Bonjour,

Un prisme doit être fixé à la base de l'objectif, mais ou places-tu le second?

Il me semble qu'avec une lame de POL ICR tu n'as pas besoin de deux prismes

cdt
  • 0

#9 jmaffert

jmaffert

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 577 messages

Posté 04 février 2016 - 03:51

Il n'y a qu'un prisme, traversé deux fois, à l'aller et au retour.

 

Cordialement


  • 0

#10 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 04 février 2016 - 05:41

Bonjour,

Un prisme doit être fixé à la base de l'objectif, mais ou places-tu le second?

 

Le brevet originel de Georges Nomarski  (brevet CNRS) concerne le contraste Interférentiel différenciel en épiscopie .
Il ne comporte qu'un seul prisme de Nomarski, traversé deux fois par la lumière. Le cisaillement est donc rigoureusement compensé .
En diascopie, on a été obligé d'ajouter un second prisme qui n'est pas nécessairement un prisme de Nomarski, souvent un Wollaston mas pas que.
D'où l'éternelle confusion dans la dénomination des prismes pour le DIC

Amicalement..


  • 0

#11 sciroccoblow

sciroccoblow

    Procaryote

  • Membre confirmé
  • Pip
  • 176 messages

Posté 04 février 2016 - 09:26

:ph34r: Je m'excuse j'avais mal lu ;)


  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!