Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Puccinia malvacearum


  • Veuillez vous connecter pour répondre
10 réponses à ce sujet

#1 6le20

6le20

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 11 messages

Posté 06 mars 2016 - 12:57

Bonjour à tous

 

il ne s'agit pas d'une demande de détermination, mais comme je ne peux poster dans la section idoine, je mets ici cette observation.

 

Puccinia malvacearum Bertero ex Mont. 1852

Basidiomycota / Pucciniomycetes / Pucciniales / Pucciniaceae

 

Rencontrée active au Doul à Peyriac-de-Mer (11) le 26 février 2016.

 

Sujet dont l'histologie a été magnifiquement traité par Bernard sur naturaliste.net et par Marcel Lecomte, ici même, sur MikrOscOpia.

 

Puccinale opérant tout son cycle sur un seul hôte (contrairement à ce que l’on trouve ça et là sur le net), infestant plusieurs genres de Malvaceae : Abutilon, Alcea, Hibiscus, Lavatera, Malva, Malvastrum, and Sphaeralcea.

 

Puccinia malvacearum-Macro-Peyriac-02 2016-LG.jpg

 

 

Téliospores : 15-16 x 80-90 µm

Puccinia malvacearum-Tel-Peyriac-02 2016-LG.jpg

 

 


  • 0

#2 Dominique.

Dominique.

    Invertébré

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPip
  • 378 messages

Posté 06 mars 2016 - 06:37

 Bonsoir

 

 Jolie observation .

 Mais tu  as seulement fait un prélèvement sur la face inférieur de la feuille   -  Tu as mis en évidence les Téleutospores   ( syn. Teliospores ) – forme de résistance  pour passer l’hiver .

Un prélèvement dans les sores de la face supérieur  aurait mis en évidence  les Urédospores  - dont la présence semble attestée par la  couleur orangée .

 

Y a t il quand même  chez Puccinia malvacearum un passage  par les  stades :

Spermaties - Trichogyne  - Ecidiospore  qui normalement chez les rouilles  se développent  sur un hôte intermédiaire .

 

Le stade Basidiospore venant de la germination sur le sol d’une Téleutospore .

 

Amicalement 

                       Dominique


  • 0

#3 6le20

6le20

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 11 messages

Posté 07 mars 2016 - 07:23

Bonjour tous, bonjour Dominique.

 

J'ai fait ce premier prélèvement dans le pétiole de la feuille. Ce matin j'ai refait une observation sur des sores de la feuille elle-même et n'ai trouvé que des téleutospores.

Apparemment un passage au froid peu provoquer la formation des basides... j'ai donc mis une chambre humide au frigo pour voir...

 

 

Pour illustrer ces propos très spécialisés, un mot du cycle des Puccinales.

Ce genre cosmopolite comprend dans les 4.000 espèces toujours parasites, généralement inféodées à une plante spécifique ou deux quand il y a hôte intermédiaire, plus rarement trois (parfois deux plantes ou plus (de la même famille) servent d’hôtes intermédiaires). (Rouille à hôtes intermédiaires multiples postée ici Melampsora allii-populina).

 

Ici le mycologue doit se faire botaniste, car le meilleur moyen d’identifier le champignon est de déterminer correctement la plante !

Le cycle des Pucciniales est complexe avec ou sans hôte intermédiaire. (Cycle de Puccina graminis ; open source modifiée)

Puccina_graminis_cycle.gif

 

Durant ce cycle le champignon devient macrospiquement visible au stade écidie et urédie (comme c'est le cas pour l'espèce spécialisée dans les malvacées évoquée ici).

 

 

Petite remarque historique.

En 1911, Eriksson publie une monographie sur cette puccinale et pose les base de la théorie du mycoplasme qui fit couler beaucoup^d'encre en son temps. Cette théorie posait l'hypothèse que le champignon pouvait en certaines circonstances se réfugier à l'intérieur des cellules de la plante hôte pour en ressortir l'infester lorsque les conditions lui devenaient favorables.

Cette théorie tombée dans l'oubli connaitra une seconde jeunesse avec la recherche sur le HIV.

(Eriksson, 1911 : Der Malvenrost ; seine Verbreitnng. Natur und Entwickelungsgeschichte. (Kong). Svenska Vetcnskapsakademiens Handlingar, Band xlvii, No. 2..)

 

 

 

 

 


  • 0

#4 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 215 messages

Posté 07 mars 2016 - 09:32

Bonjour Sylvain,

 

Bravo pour le niveau et le sérieux de tes recherches!

 

Comme mon niveau est insuffisant, en cette matière précise, je ne vois pas le rapport entre un champignon et un virus. (HIV)

 

Cette théorie tombée dans l'oubli connaitra une seconde jeunesse avec la recherche sur le HIV.

 

En bactériologie humaine et animale je connais des exemples de bactéries qui restent silencieuses au sein d'organes et qu'on peut difficilement détecter , mais dont on devine la présence grâce à des tests immunologiques. Non traitées ces formes silencieuses de maladie peuvent un jour reflamber.

On connait des Protistes qui vivent au sein de cellules (GR), mais généralement les bactéries ne n'infectent pas les cellules.

Pour les champignons je ne pense pas non plus qu'ils puissent vivre dans les cellules animales sans les tuer.

Mais comme tu parles du HIV, c'est un autre problème !

On reste toujours dans le domaine animal et HIV est un Virus (pas un champignon), et les Virus composés essentiellement de molécules codantes (ADN ARN)

ne peuvent se reproduire que s'ils se mêlent au code génétique de la cellule hôte. Et on sait que nombre de virus peuvent rester silencieux à l'intérieur d'un code génétique et resurgir (flamber) lors d'un stress amenant une baisse des défenses immunitaires de l'organisme. Comme par exemple le VZV (virus Varicelle Zona)

Un stress plus de 50 ans après une varicelle (VZV) infantile  , peut entraîner l'apparition d'un zona  (VZV) chez un adulte. Et chose remarquable: un anti-stress peut le faire disparaître !

 

Je ne vois  pas comment un champignon pourrait rester muet à l'intérieur d'une cellule végétale.

 

Amicalement.


  • 0

#5 6le20

6le20

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 11 messages

Posté 07 mars 2016 - 09:44

Salut Tryphon

 

j'avoue n'avoir pas été chercher plus loin.

La théorie du mycoplasme a été abandonné après plus d'une décennie d'âpres discussions intercontinentales, mais elle est citée en biblio à la fin du millénaire  concernant le HIV.

 

L'intrication des champignons dans les plantes va très loin (endomycorhyzes) mais je ne pense pas effectivement qu'elle atteigne le niveau cellulaire.

 

Ceci dit, les bactéries n'ont peut-être pas le privilège de l'ingestion coopérative...


  • 0

#6 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 215 messages

Posté 07 mars 2016 - 10:38

"Salutatoi" aussi,

Je ne connais pas "la théorie du mycoplasme" mais des tas de théories fumeuses concernant le pléomorphisme à la sauce Béchamp (il parait qu'en cherchant Béchamp, on trouverait Béchamel!)

Par contre, il existe bien des bactéries appelées mycoplasmes elles sont du genre Mycoplasma . Ce sont de petites bactéries sans membrane à l'origine d'infections gynécologiques , pulmonaires ... non sensibles aux antibiotiques.
Amicalement.


  • 0

#7 jmaffert

jmaffert

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 598 messages

Posté 07 mars 2016 - 06:43

Bonsoir,

 

effectivement, dans les endomycorhizes, le mycélium rentre dans les cellules végétales, contrairement aux ectomycorhizes où le mycélium s'insère entre les cellules, sans y pénétrer.

 

Aucune idée sur les cellules animales.

 

Cordialement


  • 0

#8 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 215 messages

Posté 07 mars 2016 - 06:48

Je pense qu'il y a une différence de taille entre une ramification d'un champignon qui pomperait le contenu d'une cellule végétale et un virus dont la partie codante est incorporé dans l'ADN d'une cellule animale et le détournant pour sa propre reproduction.

 

Amicalement.


  • 0

#9 6le20

6le20

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 11 messages

Posté 07 mars 2016 - 07:41

Je pense qu'il y a une différence de taille entre une ramification d'un champignon qui pomperait le contenu d'une cellule végétale et un virus dont la partie codante est incorporé dans l'ADN d'une cellule animale et le détournant pour sa propre reproduction.

 

Amicalement.

Et non Tryphon, dans l'endomycorhize le  champignon pompe très raisonnablement des sucres tout en donnant des minéraux, c'est une coopération qui dure et non une prédation...


  • 0

#10 jmaffert

jmaffert

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 598 messages

Posté 07 mars 2016 - 08:21

Tout à fait exact. Certaines espèces de plantes, comme les orchidées, ne peuvent pas vivre sans un champignon associé. Le mycélium apporte aussi souvent de l'eau.

 

mycorhizes-545x524.jpg

 

Cordialement


  • 0

#11 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 215 messages

Posté 07 mars 2016 - 09:28

Oui, c'est bien connu, mais est-ce que le champignon pénètre dans la cellule ou échange avec elle à travers des membranes ?

 

Wikipédia nous dit :

endomycorhize \ɑ̃.do.mi.ko.ʁiz\ féminin

  1. Symbiose entre la racine d'une plante et une colonie de champignons, les hyphes de ces derniers (leurs filaments) s'infiltrant à l'intérieur des cellules racinaires, dans l'espace intracellulaire.

En fait cette description est très ambiguë ! Si un champignon (mycélium) pénètre à l'intérieur d'une cellule végétale, celle-ci meurt.
 

 

450px-Coupe_mycorhizes.jpg

 

En réalité l' arbuscule ou la vésicule ne sont  pas dans la cellule ! 

L'hyphe perce la membrane EXTERNE  de la cellule végétale mais ne traverse pas la membrane plasmique, elle est repoussée, invaginée. Et les échanges se font à travers des membranes, il ne peut pas en être autrement.

Nous sommes dans une configuration astronomiquement opposée à celle d'un virus qui s’intègre au génome de la cellule.

 

Amicalement. 

 

 


  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!