Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Hors des sentiers battus


  • Veuillez vous connecter pour répondre
5 réponses à ce sujet

#1 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 042 messages

Posté 18 juin 2016 - 08:43

Bonjour,

 

En réponse à une question posée dans un autre sujet , j'avais fait une réponse que je ne retrouve plus, alors j'ouvre un autre sujet.

La question était :

 

<<Je ne comprends pas comment je peux disséquer une drosophile, même sous loupe binoculaire>>

Notre savant Cosinus avait répondu pertinemment et  non sans humour :

<<avec un "écrabouillotome"...>>

 

Voyons voir cela d'un peu plus près.

 

Il y a deux façons de voir le monde. 

 

Superficielle :

  • Voir la superficie des choses, c'est la "macroscopie" des photographes . On peut même reconstituer la profondeur de champ qui fait d'autant plus défaut qu'on s'approche du sujet . Pour cela on utilise des techniques d'empilement d'images (focus stacking) Mais on reste toujours en surface !
  • Utilisation de la Loupe et de la Loupe Binoculaire
  • On peut utiliser la microscopie "épiscopique", c'est à dire quand on éclaire le sujet "par dessus". 
  • Quand on est plus fortuné ou bien si on travaille dans un laboratoire équipé, on peut utiliser un Microscope Electronique à Balayage. Avec une grande précision, mais toujours en surface.

En profondeur :

 

Cette methode permet de voir l'intérieur des objets que l'on observe et de ce fait on est à même de mieux en comprendre le fonctionnement .

  • Ce sont en médecine les techniques d'imagerie comme la radiologie, scanner et autres IRM
  • La microscopie photonique conventionnelle par transparence grace aux microscopes dits "biologique" (je n'ai pas dit Bio.
  • La microscopie Electronique en transmission.

 

Les insectes, sont des animaux à squelette externe, et de ce fait les parties internes sont protégées et dissimulées à notre regard.

On serait donc tenté de s'arrêter à leur aspect extérieur.

Or, nous avons pour la-plupart d'entre nous, des microscopes de type biologique, pourquoi ne pas en profiter pour examiner l'intérieur des insectes ?

 

Comment ?

 

  • La première methode qui vient à l'esprit est la dissection.
    Du fait de ce squelette externe, la dissection traditionnelle est assez délicate! Il faut user d'autres méthodes comme la  dilacération ou parfois, simplement l'écrabouillage ! Elle permet  d'observer, pourvu qu'on fasse la lacération dans du sérum phy, les tissus vivants, surtout en contraste de phase.

    Je redonne le lien de la vidéo qui montre une des méthodes :  http://www.jove.com/...ypti-mosquitoes
    Et une vidéo :

 

  • Voisine de cette première existe la methode du frottis. On étale le contenu de l'insecte sur une lame pour en faire un frottis et on le colore selon les techniques traditionnelles.

 

  • Il existe une autre methode, peu exploitée chez les amateurs, c'est celle de la "coupe à la paraffine".
    Quand on parle de coupes à la paraffine, on pense immanquablement aux coupes de tissus humains ou animaux parfois végétaux, mais jamais aux coupes d'insectes. 
    Il y a des projets qui consistaient à couper un être humain en tranches fines pour constituer une grosse base de données pour les étudiants et les médecins. C'est une oeuvre immense!
    Mais une mouche ou un moustique coupé de la même manière, c'est à la portée d'un amateur.
    Il s'agit bien entendu de vraies coupes à la paraffine après une vraie inclusion, pas un enrobage !!

 

Mais il n'y a pas que les insectes qui peuvent bénéficier de ses méthodes.

On peut l'appliquer aux vers par exemple.
 

De plus, dans les domaines peu explorés : 

Il est intéressant d'observer les ovocytes d' Ascaris . L'Ascaris a été pendant longtemps le sujet privilégié des étudiants en biologie  parce qu'on le trouvait partout avant l'automobile, dans le crottin de cheval !

On peut prélever avec une aiguille le contenu des vésicules séminales des Lombrics qui contiennent en plus des lignées spermatiques, de nombreuses grégarines.

En pipettant le contenu cloaqual des batraciens, on peut observer des formes extraordinaires de Ciliés ! Ne pas oublier au passage par la mare, d'observer la circulation du sang dans les branchies de têtards.

 

Et bien d'autres choses pourvu qu'on sorte des sentiers battus...

 

Amicalement.

 


  • 0

#2 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 606 messages

Posté 18 juin 2016 - 09:17

Bonjour,

Devant le succès de la méthode, je me dois de vous dévoiler le matériel...

 

P1020075 (800x600).jpg

 

L'idée de prendre un marteau pour écraser une mouche n'est pas nouvelle, toutefois il faut noter le génie de l'équipe de MikrOscOpia qui a pensé à associer la méthode au microscope et de ce fait a donner naissance à "La nouvelle histologie"...

Amicalement

P.S. je m'absente quelques jours pour présenter nos travaux au "Congrès des médecins légistes"... ça peut les intéresser !


  • 0

#3 Buteo

Buteo

    Invertébré

  • Membre confirmé
  • PipPipPip
  • 380 messages

Posté 18 juin 2016 - 11:27

Cosinus,

je peux te prêter une ou deux tronçonneuses (pas affûtées ça va de soi !)

Buteo


  • 0

#4 pablito

pablito

    Homo sapiens microscopicus

  • Co.Admin
  • 1 242 messages

Posté 18 juin 2016 - 12:36

Tryphon.

 

Bon, c'est sûr, c'est chouette de voir au microscope.

C'est sur, le microscope permet aussi de voir dedans (aussi, mais pas que, et une aile de papillon ou de guêpe, c'est chouette comme observation au début, j'y reviendrai dans un post)

 

Mais sous Microscopie, l'article qui traite des coupes à la paraffine, pour un amateur, c'est dur.

3 bains dans l'alcool jusqu'à absolu, 3 bains dans le toluène jusqu'à absolu, des colorations d'une complexité rare avec des produits totalement interdits à la vente aux particuliers.... je suis pas prêt de faire cela dans mon salon.

 

C'est très différent de la polarisation, car si Cosinus veut en faire, pour quelques Euros sur internet, il achète des films plastiques polarisants et il transforme son microscope en polarisant. Pas de coût, pas de difficultés, cela reste du niveau amateur.

 

Pierre


  • 0

#5 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 042 messages

Posté 18 juin 2016 - 01:48

Bonjour Pierre,

 

 des colorations d'une complexité rare 

Non, les coupes ce sont les coupes, c'est vrai, c'est assez compliqué, mais on n'a pas trouvé mieux, et les colorations, ce sont les colorations.

Les colorations citées correspondent aux coupes à la paraffine effectuées en médecine dans le diagnostic, on n'est pas obligé de pratiquer les mêmes colorations pour une coupe d'insecte.

 

La polarisation, c'est pareil, c'est un peu compliqué si on veut identifier des minéraux, et puis il faut  aussi une platine tournante, mais si c'est juste, pour donner de la couleur, c'est vrai que çà ne coûte pas bien cher

 

Amicalement.


  • 0

#6 Jean-Luc Bethmont (Picroformol)

Jean-Luc Bethmont (Picroformol)

    Reptile

  • Membre Modérateur
  • 689 messages

Posté 18 juin 2016 - 06:36

Bonjour,

 

Pour compléter les infos de Typhon et, sans utiliser "l' écrabouillotome" :) , on peut approcher l' histologie en observant par exemple:

-les cellules de l' intérieur de la joue (raclage)

- des fibres musculaires  après dilacération

- le sang par frottis

- certains organes (foie, rate) à l'aide de calque de l' organe  sur une lame

 

Cordialement,

JL


  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!