Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Indian Ink, China Ink ou Encre de Chine

Indian ink china ink Encre de Chine

  • Veuillez vous connecter pour répondre
11 réponses à ce sujet

#1 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 346 messages

Posté 05 août 2016 - 08:26

Mon collègue, spécialiste en diatomées me confiait l'autre jour avoir tenté une expérience avec certaines algues au laboratoire et ne pas avoir réussi par le fait de l'encre de Chine trop vieille qu'il avait utilisée.

Je me suis donc proposé de faire un petit test de coloration de milieu et non de l'objet observé avec cette encre de Chine que j'ai choisie d'excellent qualité.

Pour info, j'ai utilisé le Sennelier un peu plus coûteuse que les autres, mais d'une densité et d'une cohérence, d'un séchage exemplaire.

 

Et ?

Le but était de mettre en évidence comme on aurait pu le faire avec l'EUASTRUM de Pierre&Pablito dans son questionnement sur la polarisation influençant l'aspect photographique de cette algue.

J'ai alors parlé de la présence éventuelle d'un mucus qui entourerait la capsule cellulosique de cet organisme.

Ce mucus gélatineux et sans doute de type "oside" présente des formes sphériques ou d'autres formes en épousant de très près l'organisme qui la sécrète 

En vue de ?

Pas de réponse,

 

Cependant la mise en évidence de ce mucus est donc rendue possible par l'adjonction d'une goutte d'Encre de Chine que l'on glisse avec une pipette Pasteur ou autre entre la lamelle et la lame.

Et ... il faut alors observer assez rapidement les ciliés car ils éclatent très vite... avec patience, on peut voir le grouillement des fines particules de l'encre qui coule, épouse les différences de niveau,

fluctue d'un endroit à l'autre de la grande concentration vers la moindre etc...

 

Ce qui apparaît alors, ce sont les mucus présents ou non selon que l'organisme en fabrique ou non, et encore selon l'état vital de l'individu... 

et je pense que de nombreuses observations pourraient être réalisées par les membres du forum qui pourraient s'y prêter et consacrer un sujet à cela uniquement

au fur et à mesure des observations.

 

Je présente ici quelques images des résultats que j'ai obtenus avec divers organismes.

La qualité des images n'est pas celle des observations ordinaires puisque la lumière est plus ou moins masquée par l'encre et recouvre selon l'épaisseur de l'entre lame et lamelle

plus ou moins l'organisme observé. De même la densité de l'encre va du très concentré au dilué selon des gradients qui dépendent de l'évolution de la goutte.

Il faudrait expérimenter un peu plus scientifiquement les dosages et les dilutions de l'encre pour créer un protocole plus pratique que l'aléatoire.

 

Microcystis

mycrocystis.jpg DSCN0704.jpg

 

Pediastrum

pediastrum2.jpg pediastrum boryanum.jpg

 

 

 

 

 

 



Coelastrum

coelastrum.jpg coelastrum reticulatum.jpg

 

Desmodesmus

Desmodesmus.jpg

 

Scenedesmus

scenedesmus.jpg

 

 



Trachelomonas volvocina

 

trachelomonas volovocina.jpg

 

Trachelomonas caudata

trachelomonas caudata.jpg

 

Chlamydomonas

chlamydomonas.jpg

 

 

Spirogyra

spirogyra.jpg



Draparnalda glomerata

draparnalda glomerata1.jpg

 

draparnalda glomerat2.jpg

 

Micractinum

micractinum.jpg

 

 



Tetrabaena socialis

 

tetrabaena socialis2.jpg  tetrabaena socialis.jpg

 

Euglenide

euglenid1.jpg

 



Oocystis

oocystis.jpg

 

Ulothrix zonata

 

ulothrix zonata.jpg

 

 

On peut donc constater que les globules mucilagineux sont bien ou parfois moins bien visibles

En tout cas, des investigations seraient intéressantes à développer pour comprendre un peu mieux quand ces mucus

apparaissent disparaissent et deviner leur rôle.

 

ps; l'encre de Chine était utilisée en histologie pour mettre en évidence les phagocytes

 

On pourrait aller plus loin en utilisant en plus du BLEU DE CRESYL BRILLANT en plus de l'encre de Chine

qui mettrait en évidence (en colorant en carmin les structures de tension de ces  masses muqueuses

Je n'ai pas encore exploré ce domaine 

 

SDS

Miniature(s) jointe(s)

  • DSCN0735.jpg

Modifié par solito de solis, 05 août 2016 - 08:30 .

  • 0

#2 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 184 messages

Posté 05 août 2016 - 09:06

Bonjour,

 

J'adore cet article de "vraie" microscopie !

 

Je voudrais ajouter mon grain de sel.

Je ne fais appel qu'a ma mémoire qui est un peu fanée, (je n'ai pas ma documentation sous la main), mais je pense qu'il y a confusion sur le terme encre de Chine.

L'encre de Chine traditionnelle qui sert à la calligraphie est une chose et l'encre de Chine à usage microscopique en est une autre.

Les buts recherchés ne sont pas les mêmes et  la composition de l'encre de Chine est différente.

L'utilisation de l' encre de chine peut être faite de différentes manières, chacun étant libre, mais a mon avis la meilleure est celle qui se rapproche de celle de la nigrosine en laissant sécher le frottis, pour mettre en évidence les capsules ou les cils.

 

http://forum.mikrosc...grosine/?p=3685

 

Amicalement.


  • 0

#3 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 346 messages

Posté 06 août 2016 - 10:14

Salut

Les références utilisées pour introduire cet article concernant l'encre de Chine, citent bien l'encre de Chine (Indian INk) et non la nigrosine, dérivé de l'aniline

Si l'effet peut -être semblable, ce qu'il reste à prouver, l'aniline est très toxique (cancer des yeux) et est donc dangereuse à manipuler tandis que l'encre de Chine (particules de carbone et gommes et autres diluants)

est non-toxique puisqu'elle peut être ingérée en tant que médicament pour certaines pathologies bien bénignes.

Il serait amusant de comparer les deux de toute façon et éventuellement de comparer aussi le mouvement brownien de leurs fines particules

Tout comme il serait intéressant puisque des essais sont réalisés en histologie, d'essayer des pigments "modernes" tels les acryliques dilués (de bonne qualité pour que les particules tendent vers les nanosize)

 

Une nuance à apporter et à vérifier contre la nigrosine

Celle-ci pénétrerait dans les organismes morts et l'encre de Chine, non

pour preuve l'euglénide dans la série des photos ou d'autres photos que j'ai encore de capsules vides de Trachelomnas caudata qui ont conservé leur mucus et qui ne sont pas teintées par l'encre.

 

Ici une photo d'un Hydracarina bien crevé qui n'est pas pénétré par l'encre de Chine

hydra.jpg


Modifié par solito de solis, 06 août 2016 - 10:43 .

  • 0

#4 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 184 messages

Posté 06 août 2016 - 10:55

Salud,
 

J'entends bien, mais l'encre de Chine pour bactériologie n'est pas l'encre de chine des calligraphes. 


Si j'ai parlé de la nigrosine, c'est parce qu'elle a le même usage que l' encre de Chine, à savoir produire un masque qui n'est pas une coloration négative . Je me demande d'ailleurs ce que pourrait bien être une coloration négative à part d'inverser les couleurs avec un logiciel de retouche.

Les références utilisées pour introduire cet article concernant l'encre de Chine

Pour produire un masque, il faut remplir tout l'espace qui entoure l'objet à visualiser avec une substance, quelconque pourvu qu'elle soit suffisamment opaque pour produire un contraste entre les parties transparentes de l'objet et le fond, et dont les "grains" soient suffisamment fins pour remplir touts les vides qui entourent l'objet.

La nigrosine a été utilisée pour les mêmes propriétés que les particules de carbone en solution comme c'est le cas pour l'encre de Chine.

 

 


est non-toxique puisqu'elle peut être ingérée en tant que médicament pour certaines pathologies bien bénignes.

Quant à la non toxicité de l'encre de chine, j'ai les plus grands doutes. Le fait que certaines "médecines" la fasse ingérer à ses malades, ne constitue pas une preuve qu'elle n'est pas toxique, loin de là.

 

Les encres de tatouage : http://blog.surf-pre...gers-tatouages/

E 151 Noir de carbone : http://www.additifs-...es.net/E152.php

 

En fait, il y a un danger chimique quand la substance employée est reconnue comme telle, mais il y a aussi un danger physique chaque fois qu'une particule est suffisamment fine pour pénétrer à l'intérieur de la cellule où elle peut occasionner des dégâts par sa simple présence ou susciter des réactions inflammatoires ou immunologiques.

Et parfois, il y a les deux à la fois ( particules fines industrielles , diesel et autres m..)

 

Celle-ci  (la nigrosine) pénétrerait dans les organismes morts et l'encre de Chine, non

Oui certes, mais il faut tenir compte du protocole.

 

Il serait amusant de comparer les deux de toute façon et éventuellement de comparer aussi le mouvement brownien de leurs fines particules

La nigrosine donne des résultats bien meilleurs que l'encre de chine , car c'est une solution alors que l'ncre de Chine est une suspension.

Pour le mouvement brownien, c'est raté pour la nigrosine.

 

 

Reste que les  substances masquantes  constituent une voie  très intéressante , avec le Fond Noir,  dans l'étude des capsules, cils , flagelles, spores et autres structures souvent masquées par la lumière directe et le peu de gradient de contraste .

 

Bravo pour ce sujet et ces observations !

 

Amicalement.


  • 0

#5 Jean Marie Cavanihac

Jean Marie Cavanihac

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Co-Admin
  • 3 261 messages

Posté 06 août 2016 - 11:23

Bonjour

Dans les substances supposées non toxiques l encre de séche pourrait elle étre utilisée?

Amitiés
JMC
  • 0

#6 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 184 messages

Posté 06 août 2016 - 11:33

Bonjour Jean-Marie,

 

Oui, tout à fait, l'encre de seiche elle est utilisée comme encre, la sépia  (d'où est tirée le nom de la couleur).

Pour la microscopie, il faudrait bien la concentrer.

On peut utiliser bien des substances (en tout cas essayer !) pour confectionner des masques à lumière comme le brou de noix...

 

Amicalement.


  • 0

#7 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 346 messages

Posté 06 août 2016 - 12:18

@All
revenez donc à moins de généralités concernant la coloration positive ou négative des sujets observables
Il s'agit ici de mettre en évidence le glycocalyx ou les mucopolysaccharides qui entourent certaines algues et ensuite en observer les textures et ramifications internes
Ces études se font dans le cadre des observations de stations d'épuration sur du matériel VIVANT et non sur des coupes à pH 1 par exemple si l'on utilisait le bleu d'Alcian ou fixées

 

Le screening des Cryptococcales en pahtologie sidéenne utilise en 2016 l'encre de Chine et parfois de l'encre de Chine à laquelle est additionnée un peu de nigrosine.

En traitement des eaux/Step, Les productions de mucus polysaccharides produites sont mises en évidence par l'encre de Chine ajoutée par gouttes dans les masses de flocs.
http://www.environme...ide_coating.htm

LE brou de noix ou le café, le sang mêlé à l'urine pour écrire ses mémoires en prison, pourquoi pas, mais pour mettre en évidence les mucopolysaccharides, faudrait essayer

La nigrosine, mélange aux dérivés d'aniline mettrait en évidence les mucopolysaccharides ACIDES.
Et les autres ?

Mucopolysaccharides: Molécule polyosidique formée d'un enchaînement de nombreux disaccharides comportant une hexosamine.

Hormis le kératane-sulfate, constitué de galactose et de N-acétyl-glucosamine-6-sulfate, tous les mucopolysaccharides contiennent des acides uroniques. P. ex., le dermatane-sulfate contient de l'acide L-iduronique et de la N-acétylgalactosamine-6-sulfate. Les principaux mucopolysaccharides sont l'acide hyaluronique, les chondroïtines-sulfates, l'héparitine-sulfate, qui sont des constituants de la substance fondamentale des divers tissus conjonctifs, ainsi que l'héparine. 
Les mucopolysaccharides sont habituellement liés à des protéines par l'intermédiaire d'une courte séquence glycanique (bêta-galactosyl-3-galactosyl-4-bêta-xylosyl) attachée à une sérine de la protéine constituant le protéoglycane.

 

amitieusement

 

india ink.JPG

 

ink screening.JPG

 

 

 


Modifié par solito de solis, 06 août 2016 - 12:40 .

  • 0

#8 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 184 messages

Posté 06 août 2016 - 02:37

@toi,

 

revenez donc à moins de généralités concernant la coloration positive ou négative des sujets observables

 

Je vois maintenant que c'est dans le cadre d'une étude sérieuse.

Seulement, de deux choses l'une.

Soit il s'agit d'un test de routine , une technique officielle utilisée dans un cadre bien précis d'un protocole de recherche. Auquel cas, il faut s'y référer et ne pas en changer une virgule.

Soit, il s'agit de recherche scientifique et dans ce cas, il faut essayer de trouver quelle est la meilleure méthode pour atteindre le but fixé.

Nulle part dans les références citées il n'est indiqué la nature de l'encre de Chine (Marque) (1) et il est même fait allusion à des mélanges notamment avec de la nigrosine.

Il s'agit donc ici de recherche et toutes les idées sont à exploiter.

 

Traditionnellement l 'encre de chine pour bactériologie est utilisée pour mettre en évidence la présence ou l'absence de caractéristiques qui permettent de signer la présence d'un germe et donc de débuter rapidement un traitement. (Examen simple, fiable et rapide )

Par exemple Cryptococcus neoformans. dans le LCR. Il y a  aussi d'autres usages en bactériologie.

 

Ici, il semblerait que la recherche ne concerne pas uniquement la présence ou l'absence de structures mucilagineuses autour d'un organisme, mais en plus d'en connaitre la nature.

Tous les "bricolages" me semblent avoir de  intérêt, jusqu'à trouver le meilleur.

Mais la technique la mieux appropriée me semblerait être l'immuno-fluorescence.

 

Amicalement.

 

(1) Une encre de chine destinée à la calligraphie n'est pas une encre de Chine pour la microscopie, ni pour le tatouage.

L'encre de Chine est une suspension de particules fines de produits carbonisés (historiquement du bambou), donc de ce fait pas très homogène ni calibrée.

De plus, comme ces particules sont en suspension dans l'eau, une fois séchée, ces particules ne seront pas suffisamment fixées au support et disparaîtront avec le temps.

De ce fait on ajoute dans l'encre de chine une colle , traditionnellement , colle de poisson, puis gomme laque ( issue de Kerria lacca  : Kerria à laque )

De ce fait la colle, indispensable en calligraphie, n' aucun intérêt en bactériologie/microscopie et est même nuisible.

 

 


  • 0

#9 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 346 messages

Posté 06 août 2016 - 03:12

@C'est bien ce que je disais

 

c'est de l'expérimental car si la plupart des ouvrages concernant les algues microscopiques renseignent l'encre de Chine et non l'immuno pour mettre en évidence les mucopolysaccharides,

c'est qu'il y a une raison ou des raisons dont je ne connais pas le contenu. BIen que oui, l'immuno concerne les protéines et non les "oses" ou alors il faudrait que les mucus gélatineux fixassent des anticorps primaires pour qu'intervienne une réaction de fluorescence comptable.

 

En dermatopathologie que tu as du approcher sans doute, sont utilisées diverses colorations  ou teintures (stains)

 

stain.JPG

 

on ne parle pas là d'encre de Chine, ni de nigrosine, et pourtant on cite les mucopolysaccharides (neutres et acides)

 

C'est sans aucun doute, selon, mes références, un domaine à explorer tout comme des protocoles à expérimenter et à valider

 

Sujet de thèse en exemple.

Variations du diamètre de la couche mucilagineuse de Gonium socialis en fonction de divers facteurs physico-chimiques et biochimiques

 

etc..

 

 

 

 

 

 


  • 0

#10 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 184 messages

Posté 06 août 2016 - 04:32


 


BIen que oui, l'immuno concerne les protéines et non les "oses" ou alors il faudrait que les mucus gélatineux fixassent des anticorps primaires pour qu'intervienne une réaction de fluorescence comptable.

 


Tu as grandement raison, je croyais que la "capsule" mucilagineuse était limitée par une membrane.
Mais alors, il y a des réactions chimiques colorées spécifiques comme le PAS.

 

 


 

 

et non l'immuno pour mettre en évidence les mucopolysaccharides,c'est qu'il y a une raison ou des raisons dont je ne connais pas le contenu

 

Bon ok, 

J'étais resté aux oses mais ce sont en fait des mucopolysaccharides  et il n'y aucune raison de ne pas pouvoir les utiliser comme base pour la fabrication d'anticorps .

Ce n'est pas parce qu'on ne le fait pas en clinique courante que ce n'est pas possible.

Bien des substances peuvent être reconnues par des organismes comme des antigènes et entre autre les mucopolysaccharides  .

Elles peuvent entrer dans reconnaissance du non-soi.

Y a plus qu'à.

 

 

Amicalement.


  • 0

#11 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 184 messages

Posté 07 août 2016 - 06:50

Oublions le Test immuno-fluorescent, il coûterait trop cher et ce n'est pas sympa pour les animaux de laboratoire qui le produiraient.


  • 0

#12 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 346 messages

Posté 08 août 2016 - 09:22

Les références de cet ouvrage sur les algues dulçaquicoles pour celui qui peut le trouver

Beaucoup de photographies d'algues traitées par l'encre de Chine s'y trouvent, mais aucune procédure précise pour la formule de l'Encre, le dosage ou la durée de contact avant photo

 

alg0.jpg

 

alg1.jpg

 

 

 

 

 


  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!