Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Les tardigrades, nos ancêtres venus de l'espace ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
8 réponses à ce sujet

#1 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 347 messages

Posté il y a une semaine

Des tardigrades pourraient-ils provenir de l'espace ?
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin - 27/11/2017 Revue Les automates intelligents

 

space.gif

 

 

 

 

 

 

 

Les raisons et les modalités de l'apparition de la vie sur Terre, il y a environ 4,5 millions d'années, soit peu après la formation de la planète, restent encore mystérieuses.
Plus précisément, s'agit-il d'une synthèse entre éléments chimiques déjà présents, dont la cause resterait à élucider, vu que le phénomène n'est plus observable aujourd'hui ? S'agit-il au contraire du transport d'éléments biologiques déjà existant sur d'autres planètes et apportées dans l'atmosphère terrestre par une catastrophe survenue précédemment dans le système solaire, ou plus simplement par les flux de poussières spatiales que la planète traverse régulièrement ?
Cette dernière hypothèse vient d'être ré-étudiée, comme le rapporte l'article "Space Dust Collisions as a Planetary Escape Mechanism" publié par la revue Astrobiology, étude dirigée par le Pr Arjun Berera de l'University of Edinburgh School of Physics and Astronomy.

Il pourrait s'agir de particules biologiques se trouvant dans les nuages de particules spatiales qui entrent tous les jours dans l'atmosphère, dont la masse cumulée peut atteindre dix tonnes par jour. Dans le sens inverse, de la Terre vers l'espace, une autre hypothèse suggère que des bactéries terrestres se trouvant en haute atmosphère - soit au dessus de 150 km d'altitude - pourraient entrer en collision avec des particules de poussière cosmique. La collision dégagerait assez d'énergie pour les propulser dans l'espace, d'où elles pourraient apporter des formes de vie terrestre sur d'autres planètes.

Ce ne sont pas seulement des bactéries qui pourraient être propulsées vers d'autres planètes, mais des graines de plantes et même de petits animaux microscopiques dits "tardigrades". 
Les tardigrades ou tardigradas ont montré qu'ils pouvaient survivre à de très basses températures, en dessous de – 460 ° F, proches du zéro absolu. A l'inverse, ils peuvent supporter pendant plusieurs minutes des températures de 300° F. Ils peuvent également supporter des pressions très basses proches de celle du vide, ainsi que des doses élevées de radiation.
Plus curieusement, ils peuvent se passer d'eau et de nourriture pendant plus de 30 ans, en se desséchant presque totalement. Plongés à nouveau dans l'eau, ils se réhydratent.

Dans ces conditions les chercheurs ont montré qu'ils pouvaient voyager à des distances considérables, proches des dimensions de la galaxie. Ils auraient donc eu les plus grandes chances d'y rencontrer des planètes habitables, où ils pourraient reprendre vie et ensemencer celles-ci. Au bout de quelques milliards d'année, selon les lois de l'évolution terrestre, ils pourraient y donner naissance à des animaux supérieurs, voire à de quasi-humains. Evidemment, en sens inverse, le même phénomène aurait pu apporter sur Terre l'équivalent de bactéries et tardigrades extraterrestres.

Questions

Nous pourrions faire remarquer qu'aujourd'hui encore, l'on devrait constater la présence dans l'atmosphère terrestre ou sur Terre de tels organismes biologiques extraterrestres. Mais ce n'est pas le cas. 
Peut-être est-ce dû seulement à l'extrême difficulté de les observer, vu l'abondance et la diversité de la vie sur la planète ?

Même si l'hypothèse était fondée, il resterait à expliquer comment, aux origines de la galaxie, de tels organismes biologiques auraient pu se former à partir d'une matière non biologique. On retrouverait à une échelle cosmologique la question que l'on se pose déjà, sans trouver de réponses, concernant l'apparition de la vie sur Terre, à supposer que celle-ci ne soit pas d'origine extraterrestre.

Abtract de l'article :
It is observed that hypervelocity space dust, which is continuously bombarding Earth, creates immense momentum flows in the atmosphere. Some of this fast space dust inevitably will interact with the atmospheric system, transferring energy and moving particles around, with various possible consequences. This paper examines, with supporting estimates, the possibility that by way of collisions the Earth-grazing component of space dust can facilitate planetary escape of atmospheric particles, whether they are atoms and molecules that form the atmosphere or larger-sized particles. An interesting outcome of this collision scenario is that a variety of particles that contain telltale signs of Earth's organic story, including microbial life and life-essential molecules, may be “afloat” in Earth's atmosphere. The present study assesses the capability of this space dust collision mechanism to propel some of these biological constituents into space.

 


  • 0

#2 Jean-Marc Babalian

Jean-Marc Babalian

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 865 messages

Posté il y a une semaine

Bonjour Solito,

 

Je trouve ce sujet extrêmement intéressant, et je partage le raisonnement scientifique de la naissance de la vie, entre vie extra-terrestre et synthèse terrestre.

Cependant, si on considère le tardigrade seul (pas les bactéries), 30 ans ou même 100 ans, ne sont pas suffisants pour passer d'un système planétaire à un autre avec une vitesse de comète, même sur des systèmes très proches.

 

Si en plus on fait rentrer les statistiques de possibilités de rencontre, il faudra compter en millions d'années (ce qui reste petit à l'échelle de l'univers)

Donc acides aminées, protéines, virus, voir bactéries, je dis oui pourquoi pas, tardigrade, je reste septique.

A moins qu'ils soient venus accompagnant clandestinement un moyen de transport un peu moins "conventionnel" et plus rapide  :)

 

JM


  • 0

#3 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 215 messages

Posté il y a une semaine

Bonjour,

 

On a découvert a certains tardigrades , pas tous, des propriétés de survie impressionnantes, ce qui a fait réfléchir certains, et  fait rêver d'autres.

Les mystères alimentent notre curiosité scientifique ou nos fantasmes selon nos prédispositions .

Chacun est libre d'imaginer des épopées extra-terrestres, sans autre argument que le " pourquoi pas?"

Et il y a les chercheurs dans leurs laboratoires.

Les Tardigrades sont des êtres vivants bien réels composés des mêmes briques que tous les autres êtres vivants de la planète et à ce titre on peut les comparer entre eux.

 

 
La dernière version du génome d' Hypsibius dujardini , la version 3.1.5, est en cours d'analyse [1] avant d'être officiellement publiée . Elle a été assemblée par des membres du laboratoire d'Arakawa et du laboratoire de Blaxter utilisant des données de PacBio [2] et des données de séquence d'Illumina.
 
 
 
Je crois qu'on peut dire que les Tardigrades s'intègrent dans la chaîne du vivant Terrestre, et n'en sont pas l'origine.
Qu'ils puissent voyager dans l'espace reste à prouver  et qu'ils l'ont fait aussi, mais cela ne résous pas les modalités d’apparition de la Vie,  
Cela ne fait que déplacer ailleurs le problème dans des contrées où l'on ne peut pas aller expérimenter.
Alors contentons nous d'abord d'épuiser les hypothèses les plus simples, celles que nous avons sous la main.
 
Amicalement.

  • 0

#4 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 347 messages

Posté il y a une semaine

Toujours en passant

si on considère uniquement la vie organique (ce qui est bien sûr, limiter les formes de vie qui sont tout autres)

les tardigrades seraient sans doute les derniers habitants organiques de cette terre, si elle était soumise aux radiations violentes,

à la sécheresse et à la déshydratation etc... la molécule de sucre tréhélose a longtemps été considérée comme la plus importante de leurs molécules

pour passer d'un organisme vivant à un état de vitrification à froid... l'enrobage de toutes ses cellules et autres composants biologiques par la polymérisation

de ce sucre leur permettant ainsi une cryptobiose dont nous vérifions la validité même après 30 ans puisque le tardigrade peut "revivre".

Or, aujourd'hui, alors qu'on pense utiliser deux organismes vivants pour des voyages intergalactiques à des vitesses considérables

que ne pourraient supporter des organismes humains ou autres plus gros et plus complexes:

soit à dire= les tardigrades et certains nématodes Caenorhabditis elegans qui ont les mêmes propriétés que les tardigrades,

on a mis en évidence que ce n'est pas ce sucre qui conditionne d'abord l'organisme, mais ses propres protéines, nommées IDPs

(Intrinsically Disordered Proteins) et ce au départ des gènes de leur ADN

 

Ces gènes peuvent être transférés dans d'autres organismes vivants et par le biais de leur expression sous forme de protéines adéquates,

confèrent à ces organismes cette même capacité de résister à la déshydratation (un humain peut résister 100 heures sans eau, pas plus)

On pourra ainsi conserver dans des endroits sensibles comme les déserts, des levures ou des médicaments actifs mais sous une forme léthargique.

Mais aussi les envoyer vers des planètes lointaines où ils pourraient se réveiller et se multiplier... pour recréer une civilisation comme la nôtre (je rigole)

 

tardigrades "gelés"

tardigradesu.jpg

 

 

 

Pour revenir à ce génome des tardigrades, il est avéré que lors de leur passage par la dessiccation, les tardigrades voient (question de parler)

leur ADN fragmenté.

Ils ont cette capacité de combiner les pièces du puzzle pour se reconstruire !!! et même d'utiliser des pièces étrangères (transfert horizontal)

pour assurer leur résurrection.

 

Si les tardigrades intègrent la chaîne du vivant organique, on ne doit pas oublier les Euglènes qui sont tout autant étranges et mystérieux et

encore tant d'autres organismes vivants, dont nous ne connaissons que très peu de leurs capacités génétiques

(pour rappel, 90 % des bactéries de notre biome intestinal possèdent un génome INCONNU)

 

a+


Modifié par solito de solis, il y a une semaine.

  • 0

#5 Jean-Luc Bethmont (Picroformol)

Jean-Luc Bethmont (Picroformol)

    Purgatorius

  • Membre Modérateur
  • 710 messages

Posté il y a une semaine

Bonjour Solito,

Cette idée de panspermie revisitée peut paraître séduisante mais je ne suis pas convaincu par le fait qu' un organisme qui a déjà évolué puisse en quelques sorte "régresser" puis évoluer de nouveau dans d' autres directions pour donner des animeaux supérieurs.
Il y a quand même une flèche du temps dans le mécanisme évolutif.
D' autre par l' évolution est aussi contrainte par l' environnement.
Enfin comment un tardigrade, une bactérie ou autre micro organisme aussi vaillant soit-il pourrait il survivre sans un minimum de son environnement habituel ?
Cordialement,
JL
  • 0

#6 Buteo

Buteo

    Poisson

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPip
  • 411 messages

Posté il y a une semaine

Question bête :

à quels impératifs les incroyables capacités des tardigrades (ont elles répondu) répondent elles sur notre planète, quelles qu'aient été (ou sont) les conditions qu'elles a imposées au vivant (températures, pressions ...).

Et Darwin n'est plus là pour s'étonner avec nous ! 

 

Buteo


  • 0

#7 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 215 messages

Posté il y a une semaine

Au contraire, bien vu !

Quand on raisonne, on raisonne (normalement) dans tous les sens. En avant, en arrière, en diagonale...

On peut se dire, que si les tardigrades résistent à des conditions extrêmes, c'est qu’elles ont été sélectionnées et que ces conditions ont bien existé sur terre.

Je crois qu'on peut répondre non à toutes ces objections.

Prenons la température.

Le risque pour la cellule est que quand il gèle, son eau gèle aussi et l'on sait que les cristaux de glace vont désorganiser la cellule et la tuer.

La cellule (certaines bien sûr) ont "inventé" des "antigels" par sélection naturelle et elles résistent au gel.

Si en plus, les cellules et ont trouvé le moyen de se débarrasser de l'eau qui ne sert plus à rien car le métabolisme s'est ralenti au maximum, alors peut-être que l' antigel dans ces conditions est encore plus efficace.

Alors, sur terre a t il existé des moins  460 Fahrenheit ? (238 Celsius) probablement pas, mais cela ne change rien.

Une fois que l'antigel est trouvé ce sont les propriétés de cet antigel qui fixent les limites de la résistance au froid de la cellule, même si ce froid n'existe pas.

Pareil pour les radiations ionisantes. Quand une parade est trouvée pour réparer l' ADN, ce sont les capacités de réparation de cet ADN qui comptent pas l'origine des radiations. Il ne faudrait donc pas croire que parce-que tel être vivant est capable de vivre près ou dans un réacteur nucléaire qu'il existait des centrales nucléaires (bien qu'il en existe des réacteurs nucléaires naturels) au début de l' Evolution.

 

Amicalement.

 

Je retourne à mes moutons.


  • 0

#8 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 347 messages

Posté il y a une semaine

@picroformol

 

tout comme en mécanique quantique lorsqu'on prend le temps en compte, on sait que l'on génère de l'incertitude

Alors même si la vie suit une flèche du temps (discutable dans la mesure où le temps vécu est plus important que le temps cosmologique, très relatif aussi)

on peut penser qu'évolution ne signifie pas continuité cause-conséquence

En fait je ne peux qu'épouser toutes les théories sans m'arrêter sur une seule

 

temps evolution.JPG

 

https://books.google...=gbs_navlinks_s

 

@everyone

merci pour les interventions


  • 0

#9 Buteo

Buteo

    Poisson

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPip
  • 411 messages

Posté il y a une semaine

Bien vu Tryphon T, ça se tient... en gros si tu as besoin d'enfoncer une punaise, t'inventes le marteau. Le marteau peut enfoncer la p'tit' punaise et, AUSSI, la grosse pointe. Si quelqu'un trouve le marteau il se dit : "m'enfin cet homme devait avoir à enfoncer des grosses pointes" alors que... non !

Pour ce qui est du texte proposé par SDS... m'a mis la tête à l'envers et l'a bien du mal à se remettre à l'endroit !

Amitiés

Buteo


  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!