Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

Post-traitement ou pas ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
113 réponses à ce sujet

#1 Buteo

Buteo

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 541 messages

Posté 28 novembre 2018 - 12:14

Bonjour,
pour faire suite à un échange débuté ailleurs.
 
Nous avons tous constaté qu'il y a une différence entre ce que nous voyons à l'oculaire et ce que nous sort la caméra (je ne parle pas ici des apn en microphotographie, je n'en ai pas l'expérience).
Doit on se contenter de baisser les bras en accusant le matériel et par conséquent en proposant des photos juste regardables ?
 
Le post-traitement numérique vient nous aider à redresser les torts dont le numérique est lui-même responsable et nous permettre de s'approcher de l'image originelle (celle qu'on a vue au travers de l'oculaire, celle que l’œil a vue, même pas puisque l’œil organe a envoyé au cerveau une image à l'envers et on ne parle pas là des notions de couleurs, daltonismes and C°).
 
Pour les fortunés d'entre nous (ou les passionnés qui mangent des nouilles pour les 15 ans à venir) il suffit de mettre la somme dans du matériel haut de gamme et pas mal de problèmes seront estompés.
 
En post-traitement il y a les incontournables recadrages : proposer un cilié perdu dans un océan n'a pas grand intérêt.
 
Le nettoyage de la photo lui donne plus d'intérêt.
 
Les niveaux en sortie de caméra sont parfois une catastrophe. Resserrer les niveaux c'est  enlever tout ce qui n'existe pas sauf sous forme de voile blanchâtre.
 
La balance des blancs : la caméra est censée la faire ! Lightroom, par exemple, y trouve à redire et, bizarrement,en le lui demandant il nous restitue une image qui s'approche de ce qu'on avait vu à l'oculaire.
 
Quant au bruit numérique, il est conséquence de la prise de vue numérique, amplifié par le fait qu'on travaille souvent avec de faibles luminosités.Nous ne voyons pas le bruit numérique à l'oculaire et pourtant il est là sur notre image. Il faut donc le supprimer.
On peut le supprimer avec des logiciels, la contrepartie étant un lissage avec perte des détails. Or on veut les détails en microphotographie. Antinomique cette histoire !
Pour ma part, je me débrouille pour réduire 100% du bruit sur le fond et seulement 50% sur l'objet de façon à ne pas nuire à la lecture d'informations.
 
Technique dont je viens de découvrir l'intérêt en microphotographie : le HDR. Concernant le HDR, voilà ce qu'en dit Guillaume Belfiore sur :
www.futura-sciences.com/tech/definitions/informatique-hdr-17001/
 
"En photo numérique, le HDR vient combler en partie l'imperfection du capteur qui ne peut restituer toute la gamme dynamique. En clair, il manque de précision sur les noirs profonds et sur les blancs purs.
Le plus souvent, l'option HDR se traduit par la prise consécutive de trois clichés. Le premier en exposition normale, le second en surexposition pour mieux capturer les zones faiblement éclairées et le troisième en sous-exposition pour éviter la saturation sur les parties très lumineuses. Ces trois images sont alors combinées via un jeu d'algorithmes afin d'en produire une quatrième regroupant ainsi toute la gamme dynamique." (fin de citation)
 
Bien entendu toutes ces techniques nécessitent de maîtriser plus ou moins les logiciels de retouche. Le problème c'est qu'il faut s'y mettre car comme pour l'apprentissage de l'équitation toutes les difficultés arrivent en même temps. La différence avec l'équitation c'est qu'on ne tombe pas, en tout cas on se fait moins mal ! C'est aussi une aventure intellectuelle à prendre comme telle.Pour conclure je dirais que, comme en cuisine il faut respecter le produit car le but est d'arriver à reproduire ce que l'on a vu (cru voir ?). 
 
Dois je ajouter qu'en post-traitement l'application d'une échelle me semble incontournable. Je mets souvent date, localisation... ce qui me rapproche d'une démarche scientifique.
 
Cordialéthiquement
 
Buteo
 
Pour illustrer mon propos  une Archerella flavum (expression de sphaignes, tourbière en Creuse)
 
0001notesWEB.jpg   0001-1WB LevNik AutoContAutoCoulWEB.jpg
 
7-19WEB.jpg   7-19-1 Nik annotéWEB.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

  • 0

#2 Dominique.

Dominique.

    Poisson

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPipPip
  • 470 messages

Posté 28 novembre 2018 - 02:27

Bonjour

 

Bon exemple

Entre avant et après traitement  les  informations  sont identiques  - mais  je trouve la lecture du "après  traitement" nettement plus  facile.

 

Amicalement

                      Dominique


  • 0

#3 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 706 messages

Posté 28 novembre 2018 - 03:30

… d'accord avec Dominique, le traitement n'apporte aucune information nouvelle, ce n'est que de l'esthétisme… et le premier cliché se rapproche plus de ce que je vois.

 Quant au dernier cliché, je ne suis pas sûr que le fait d'isoler l'algue, d'accentuer les contours et de supprimer le bruit facilite la compréhension du sujet, j'irai même jusqu'à dire que si mon oculaire me donnait une image semblable, je trouverais mon microscope mal réglé.

 Après c'est une question de goût.

Amicalement

Cosinus.

P.S. quant au matériel, une caméra 5 Mpx. permet déjà beaucoup de choses, 1.3 Mpx. c'est insuffisant je te l'accorde.


  • 0

#4 Buteo

Buteo

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 541 messages

Posté 28 novembre 2018 - 04:51

Il n'y a pas eu d'opération destinée à accentuer les contours (même si ça pourrait se faire), Michel. Le contraste automatique peut expliquer cette impression. Tu remarqueras que sur mes photos je laisse souvent le fond, tout ou partie, car, comme toi, je pense qu'il génère plus de vie. Ceci dit, en la matière je n'ai pas d'avis tranché et me place entre l'image clinique qui me met mal à l'aise (fonds uniformes par ex. ) et l'image sauvage laissée brute de "décamérage". Après tout, nos anciens dessinaient et respectaient verticales et horizontales ; on peut tenter de faire ça pour le moins.

 

En ce qui concerne la première vue, à l'oculaire je n'ai pas cette teinte orangée, donc elle est  en surplus y compris sur l'objet : elle n'a pas lieu d'être présente. 

 

En revanche sur l'avant dernière photo il y a toutes les petites choses (des redites) qui se sont déplacées entre chaque pdv, et ça je me sens obligé de l'effacer car ça ajoute de l'inexistant.

Cordialement

Philippe


  • 0

#5 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 28 novembre 2018 - 06:28

@chacun

Je ne sais s'il n'est juste qu'une question de goût ou de préférences par rapport à un modèle qui serait conservé quelque part en tant que STANDARD universel d'une cellule observée par le biais de la microscopie et de la photographie associée

Si c'était le cas, j'aimerais la voir.

Bien sûr, il me semble que nettoyer une photographie pour rendre le discours proposé plus clair et plus précis peut s'avérer utile ou nécessaire. 

Mais il en va ici comme pour l'art. Doit-il rester brut ou accéder à l'hyperréalisme qui met en oeuvre des milliards d'informations que notre oeil ne peut enregistrer ?

Je me souviens du nombre de millions de couleurs utilisées par mon écran et de ma capacité à distinguer réellement les nuances de ces couleurs impossibles.

Un amateur de mycètes ou de mousses se promènera dans un bosquet en remarquant bien des choses qu'un observateur non averti ne soupçonnera même pas d'exister.

De la même façon, sans doute, doit on attirer l'attention du spectateur vers ce qu'il nous intéresse de partager, c'est à dire CE QUE NOUS CONNAISSONS.

Car nous ne verrons jamais ce que nous ne connaissons pas.

Or, en nettoyant une photographie de ses artefacts, nous éliminons peut-être des informations tangibles à l'interprétation de la nature de ce que nous observons, mais dont nous ignorons la valeur.

Il en est qui évidemment, exagèrent et présentent des objets microscopiques si dépouillés de leur environnement, qu'ils paraissent ne jamais avoir existé... ce qui les rend un peu plus fascinants, dans un sens.

Mais pour celui qui aime la vie telle qu'elle peut se présenter et dans la mesure où il peut la représenter au mieux, pourquoi donc rendre un cliché plus propre que ce que ne le peut Monsieur Propre ?

N'est-ce pas en quelque sorte, idéaliser en la détachant de son contexte une vie qui pourtant lui était intimement liée.

Finalement, chacun estime bien ce qu'il montre et comment il doit être montré.

De toute façon, nul ne sait comment l'autre percevra la chose.

amicalement

SDS


  • 0

#6 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 29 novembre 2018 - 09:13

Bonjour,

 

Pour une fois j'approuve sans réserves ces propos équilibrés et honnêtes.

Il faut à priori avoir une connaissance parfaite et exhaustive  du sujet pour prendre la responsabilité d'effacer des détails.

Ce qui est plus grave, c'est qu'on ne connais pas les algorithmes utilisés et sur quels critères ils se basent pour effacer tel ou tel détail.

On laisse donc faire des logiciels avant tout conçus pour des applications artistiques, pour plaire. On est alors dans l'image de concours. (Tout à fait légitime par ailleurs si on annonce au préalable "la couleur".)

Légitimes aussi les manipulations comme les modulateurs pupillaires, le stacking ou les traitements d'images poussés aux limites des machines dans la mesure où on les cite.

Cela peut aider à certains à se représenter mentalement le sujet, mais il ne faut pas laisser croire que la "technologie" accomplit des miracles et que c'est "scientifique".

Les effets spéciaux du cinéma ne sont que les truquages d'autrefois. Et les vins sophistiqués étaient  des vins artificiels frelatés à coup de produits chimiques et de colorants comme la fuscine...  

 

La microscopie peut se décliner selon bien des formes, l'important est d'expliquer , quelle est la démarche et le but. Partager...

 

Amicalement.


  • 0

#7 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 706 messages

Posté 29 novembre 2018 - 09:58

… une diatomée "au naturel" c'est très beau, Triceratium favus,  sans doute… en vue connective.

 

triceratium favus.jpg

 

 


  • 0

#8 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 29 novembre 2018 - 01:57

@Cher savant
Les unicellulaires m'attirent à nouveau, je sens que je vais replonger dans les gouttes, retenez-moi bon sang, mes amis,

 

Cette image de Triceratium est effectivement "belle en soi", telle que vous l'avez aperçue dans votre machine.

Mais bien sûr, dans la "nature" extérieure, ces petites bêtes ne sont pas illuminées par le dessous, leur environnement de fond peut même se révéler plus pénombre

De plus, cet organisme possède une valve de silice transparente. Or sur cette image, cher savant, les contours qui dessinent la diatomée sont noirs ou foncés.

 

Je pense donc et c'est la même chose pour tous ces organismes que l'on montre par le biais du microscope en lumière transmise, que leurs formes sont contournées de noir pour les distinguer du reste de l'image.

Il s'agit là de l'OMBRE de leur épaisseur, de leur opacité à la lumière transmise.

 

Or lorsqu'on les regarde en lumière directe, oblique ou droite, ils sont transparents et leurs contours sont relatifs à la lumière qui les éclaire.

C'est donc pour cela, que, perso, je préfère rendre l'image négative: que tous les noirs deviennent blancs (ah si mes petits-enfants me lisaient, ils ne seraient pas contents)

puis comme le jaune en négatif devient bleu, il me suffit de corriger la couleur par sélection et de ramener ces bleus au jaune des gouttes lipidiques.

Ce qui donne ceci... et qui me semble être plus proche non de ce que j'ai vu, mais de ce qui est visible si on descend dans la goutte d'eau, avec une lampe de poche.

Mais tout cela, sans intention belliqueuse

 

 

tricerratum2.jpg

 

cordialement, votre SDS


Modifié par solito de solis, 29 novembre 2018 - 01:59 .

  • 0

#9 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 706 messages

Posté 29 novembre 2018 - 05:06

Tu vois Buteo, tout le monde a raison !


  • 0

#10 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 29 novembre 2018 - 05:14

@ SDS,

 

 

je sens que je vais replonger dans les gouttes, retenez-moi bon sang, mes amis,

Je n'ai aucun moyen de te retenir, mais je pense au contraire que l'on va  collectivement t'y pousser pour notre plus grand plaisir.

Comme les gouttes en question ne sont pas trop profondes, tu ne cours aucun danger de noyade. 

C'est donc tout bénéfice pour tout le monde.

 

En fait, comme tu n'as pas l'échantillon entre tes mains, tu as fait un Fond Noir artificiel et le résultat est superbe.

Il semble que le traitement d'image est, comme aurait pu le dire  Ésope, la pire et la meilleure des choses. 

 

Amicalement.


  • 0

#11 Buteo

Buteo

    Batracien

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 541 messages

Posté 30 novembre 2018 - 08:40

Je crois bien que je vais continuer ma petite route en indiquant sur mes clichés : échelle, conditions (lieu,date prélèvement et date observat°), techniques quand différentes du fond clair), voire étiquettes type rétro pour faire "joli".

Le traitement de SDS apporte  quelque chose de positif (façon de dire !) à une photo elle même intéressante.

 

Amitiés

 

Buteo


  • 0

#12 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 30 novembre 2018 - 08:58

Bonjours,

 

Je crois bien que je vais continuer ma petite route...

 

C'est le but même du forum et je remercie tous les posteurs.

Chacun suit sa route comme il l'entend, et la critique est tout aussi intéressante que l' art lui même.

Seul le respect de l'autre est exigé.

 

Bonne continuation.

 

Amicalement.


  • 0

#13 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 30 novembre 2018 - 05:23

Re saluts,

 

@buteo :

 

en indiquant sur mes clichés : échelle, conditions (lieu,date prélèvement et date observat°), techniques quand différentes du fond clair), voire étiquettes type rétro pour faire "joli".

http://forum.mikrosc...vum/#entry70578

 

Ton sujet met bien en évidence différentes déclinaison de l'enrichissement d'un cliché.

Je les trouve toutes parfaites.

Le seul point qui peut se discuter, c'est l'écriture verticale, un peu acrobatique à la lecture.

Sinon c'est parfait et la confiture est bonne. !

Le sujet lui même est très bien renseigné . En nous parlant du plateau des Mille vaches, des tourbières, de l'altitude, on rêve autant que sur le cliché lui même (qui n'est pas a priori fait pour çà.)

Il manque juste une petite chose ,  pour ceux qui ne parlent pas le latin : il faudrait dire que  Archerella flavum, c'est une "amibe". Il m'a fallu chercher.

 

Amicalement.

 

 


  • 0

#14 Jean-Luc Bethmont (Picroformol)

Jean-Luc Bethmont (Picroformol)

    Anthropoïde

  • Membre Modérateur
  • 810 messages

Posté 30 novembre 2018 - 05:51

Bonjour,

 

Quelles seraient les images d' Hubble sans le post traitement ? Elles seraient sans doute moins "sexy".

 

     Cela dit il vaut mieux avoir la meilleure image possible dès le départ avec une optique de qualité et un capteur performant mais, pour l' amateur, le budget explose  comme le dit Butéo !

     Donc le post traitement ( qui n' est qu' une suite d' opération mathématique sur les pixels) est utile comme pour mettre en avant certains détails.

     On peut considérer le post traitement un peu comme un travail de restauration d' une oeuvre dégradée.

 

Cordialement,

JL

 

 


  • 0

#15 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 01 décembre 2018 - 02:57

@JL

Effectivement, toutes ces images de l'espace et des galaxies et des nébuleuses qui fatiguent tant elles sont fausses dans notre perception, puisque nous ne pouvons pas les voir de nos yeux, nous ne pouvons donc qu'accepter les artefacts

qui sont devenus eux-mêmes des objets prépondérants.

Néanmoins, ce qui me rassure avec le traitement de l'image après prise de vue, c'est qu'il peut et il pourra de plus en plus devenir une nécessité par le biais du deep learning (apprentissage profond que mon fils utilise par exemple pour étudier les mouvements et les disponibilités de voitures d'occasion en temps réel pour un territoire comme le Luxembourg)

Si nous nous créons une base de données importante concernant par exemple une paramécie, il ne sera bientôt plus du tout difficile de reconstruire une image de paramécie faible en informations

De la même façon, le croisement des informations émanant de microscopes plus puissants que nos jouets pourront apporter bien des éléments qui viendront parfaire ces images.

Je pense que le post traitement est utile et nécessaire, mais il ne faudra pas se leurrer. Cela n'est qu'une approche statistique ou probabiliste de quelque chose que nous ne verrons jamais de nos propres yeux.

Mais au fond, nos yeux n'ont peut-être jamais vu les choses telles qu'elles sont.

Amicalement

SDS

 

exemple d'application des neuronal networks appliqués au deep learning en imagerie médicale

https://arxiv.org/pdf/1805.03300.pdf
 

Un zèbre et un zèbre

zebre1.png     zebre2.png

 

 

 


Modifié par solito de solis, 01 décembre 2018 - 03:00 .

  • 0

#16 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 02 décembre 2018 - 02:20

J'aimerais ajouter que toute cette technique qui nous permet d'interpréter personnellement ce que nous voyons, nous permet aussi de ne pas sombrer dans la disruption, dans cette tendance actuelle 

de l'ère anthropocène à réduire l'humain à ne plus avoir d'avenir... car tout est automatiquement traité pour qu'il n'y ait plus autre chose que la norme et le format.
Je n'en peux plus de recueillir des centaines d'informations relatant la fin de cette humanité que nous avons réduite par notre vulgarité à fonctionner comme des machines devenant humaines.

(En Arabie Saudite, Sophia, un robot a obtenu la citoyenneté, symbole mondial de la fin de l'humain, en Suède 2015, un père a décidé de ne pas déclarer le sexe de son enfant pour le laisser choisir à 18 ans)

Alors... post traitez les images, inventez, imaginez toujours autre chose que ce que les autres voient, imposez-le puis changez d'avis, repartez de zéro et réinventez...

sinon...

vous irez abreuver la bête du Big Data qui se repaît déjà de nos petits-enfants.

Et nous sommes responsables.


  • 0

#17 pablito

pablito

    Homo sapiens microscopicus

  • Co.Admin
  • 1 491 messages

Posté 02 décembre 2018 - 06:36

Et j'ajoute deux autres aspects : 

 

1. Ajouter des filtres (polarisation, lame onde, DIC, filtre bleu)... ou ajouter des moyens techniques (colorants, acides, ...) c'est aussi donner une information partielle de la réalité. 

 

2. prendre en Jpeg avec un réflex ou un APN, c'est accepter que le logiciel de traitement de l'appareil photo fasse pour nous le travail (correction des blancs, renforcement du contraste, luminosité, traitement du bruit) sont des traitements d'images fait par TOUS les APN. 

 

Cela étant, je suis très d'accord avec Philippe (Butéo), l'idéal est de donner à chaque photo le traitement qui a été fait.

 

Amicalement, Pierre


  • 0

#18 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 02 décembre 2018 - 07:36

@pablito

Je me posais la question au sujet de cette phrase

"l'idéal est de donner à chaque photo le traitement qui a été fait".

 

Serait-ce pour comparer avec les même traitements réalisés par des personnes différentes avec des matériels différents ?

SDS


  • 0

#19 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 06 décembre 2018 - 11:14

Bonjour les Amis,

 

Quelles seraient les images d' Hubble sans le post traitement ? Elles seraient sans doute moins "sexy".

 

 

Le miroir du HST a mal été fabriqué  par Perkin-Elmer . (D'autres firmes comme Zeiss n'auraient pas eu ce problème à mon avis).

C'était la panique lors de sa construction: dépassement des délais et des budgets.

En fait lors de son premier usage dans l'espace on s'est aperçu que le télescope était "myope".

Les images étaient entachées d'un flou!

Il n'en demeure pas mois que jusqu'à sa réparation, les images ont été "corrigées" par traitement informatique, mais ce n’était qu'un pis-aller.

Tout le monde le sait bien ici  le principe Le principe GIGO (Garbage In Garbage Out) doit être respecté, 

Ainsi la mission SST-61 en 1993 a réglé le problème en installant un correcteur optique le COSTAR qui a réglé définitivement le problème et plus besoin de traitement d'image.

 

Il ne faut surtout pas croire que les belles images des nébuleuses et galaxies lointaines que l'on voit dans les media sont le résultat de traitement d'images poussés.

Il n'en est rien!

Beaucoup croient que nous sommes gratifiés en astronomie de fausses couleurs comme c'est le cas avec les images de la microscopie électronique colorisées.

En fait, la lumière du ciel profond est extrêmement faible mais les "couleurs" existent bel et bien .

A l'époque de l'argentique, il fallait dans certains cas, aux plus grands télescopes de la planète, plusieurs nuits de pose pour enregistrer la pâle lueur des galaxies.

Il n’était pas question de traitement d'images et encore moins informatique.

Le plus souvent les photos étaient en niveaux de gris, mais la photo couleur existait aussi. Et les "couleurs" étaient les même qu'aujourd'hui.

Les capteurs électroniques on révolutionné la situation en augmentant des millions de fois la sensibilité des télescopes, cela ne signifie pas qu'il faille obligatoirement "traiter" les images ! Si on le fait, comme en microscopie, c'est pare-qu’on a envie de le faire.

 

Pour le traitement en microscopie, rdv dans un prochain post.

 

Amicalement.


  • 0

#20 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 06 décembre 2018 - 03:54

@Tryphon

Je ne pense pas que la couleur du ciel dont tu parles et que l'on pouvait apercevoir il y a quarante ans et qui aujourd'hui est, comme ils l'écrivent sous les photos, une interprétation artistique

Tu sais quelle est la couleur d'un coucher de soleil vu de la planète Mars ? Bleue !!!

Ce n'est pas la couleur d'un coucher de soleil sur les Pyrénées !

Et toute couleur dépend de l'atmosphère qui existe entre l'émission lumineuse et sa réception et de l'effet Rayleigh qui polarise toute source lumineuse.

Personne ne sait quelle est la vraie couleur du ciel, car elle est toujours ramenée aux interprétations et aux modélisations qui sont, je peux te l'assurer, des consensus et rien autre.

Mais tu peux continuer à rêver et faire rêver.

 

amicalement
SDS


Modifié par solito de solis, 06 décembre 2018 - 03:56 .

  • 0

#21 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 06 décembre 2018 - 06:24

SDS :

 

A aucun moment je n'ai  parlé de la couleur du ciel !

 

Par contre j'ai parlé du ciel profond qui est un terme d'astronomie et non une notion artistique.

 

"En astronomie, les objets du ciel profond sont les objets du ciel nocturne autres que ceux du Système solaire(les planètes, les comètes et les astéroïdes), les étoiles simples et les étoiles multiples. Généralement ces objets ne sont pas visibles à l'œil nu, mais les plus brillants d'entre eux peuvent être vus avec un petit télescope ou même avec de bonnes jumelles." Wikipedia

 

Cette  couleur dépend de la température des étoiles et des masses gazeuses que ces étoiles éclairent.

Même à l'oeil nu, si on n'est pas pollué par un éclairage public ou privé, on peut voir la couleur de certaines étoiles.

Antarès est orangée et sa voisine  Sigma Scorpii A est bleue...

Je ne pense pas qu'en traitant les images astronomiques on s'amuse à changer la couleur des étoiles et des nébuleuses.

 

m42.jpg

La nébuleuse d'Orion dans un  banal télescope amateur.

 

Amicalement.


  • 0

#22 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 06 décembre 2018 - 09:29

OUi, Tryphon, c'est bien ce que je dis... lorsque tu regardes ce fond de ciel avec un télescope de chez Aldi ou des jumelles de chez Ikea ou mieux...

tu ne peux pas interpréter autrement ce que tu vois comme étant le résultat de la lumière qui passe par l'atmosphère de la terre.

Ce que nous voyons n'est qu'une apparence de quelque chose que nous ne pouvons pas connaître autrement. Depuis Mars, que sera ce fond du ciel ?

C'est pour cela que je ne mésestime pas les coups de patte artistiques, mais je n'en tiens pas compte quant à la réalité de ce qui m'est donné à voir.

La nébuleuse d'Orion n'est pas comme tu me la montres, mais tu me la montres comme elle apparaît à un humain qui utilise un télescope sur terre.

J'espère que tu penses de même.

SDS


  • 0

#23 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 07 décembre 2018 - 09:53

Bonjour SDS, tous,

 

Si on va faire de l' Astronomie dans l'espace, c'est pour s'affranchir de la turbulence atmosphérique qui affecte la résolution.

Les couleurs dans le visible, elles, sont inchangées. (ou dans de si faibles proportions qu'elles sont négligeables pour les études qui sont menées).

Que ce soit avec les télescopes spatiaux, les sondes, sur la Lune Sur Mars ou ailleurs, les couleurs (qui sont en fait des fréquences) sont les mêmes.

On les utilise pour avoir une meilleure résolution ou pour travailler dans des longueurs d'ondes filtrées par l'atmosphère

On ne peut pas justifier une interprétation artistique des images  astronomiques terrestres sous prétexte que la lumière traverse l'atmosphère.

 

Amicalement.


  • 0

#24 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 07 décembre 2018 - 07:22

C'est donc bien dit, nous percevons des couleurs car nous interprétons (qualia) des fréquences

Ces fréquences subissent des interférences par les champs magnétiques, WI-fi et plein d'autres champs dont l'atmosphère

Nous ne voyons et ne verrons jamais sur terre la couleur et la forme originelles de ce que nous donnent à voir les télescopes.

Nous ne pourrons jamais qu'interpréter.

Non, l’espace n’est pas rempli de nébuleuses multicolores et de galaxies fuchsia comme on essaie de nous le faire croire depuis des années.

"Toutes les images prises par les télescopes sont en noir et blanc. En plus de ça, elles contiennent différentes erreurs", statue d’emblée à Mashable FR Mathias Jäger, porte-parole du département Hubble à l’Agence spatiale européenne (ESA).

 

Mais on peut rêver.

amicalement

SDS

 

https://www.france24...-a-voir-realite


Modifié par solito de solis, 07 décembre 2018 - 07:23 .

  • 0

#25 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 08 décembre 2018 - 10:12

Bonjour SDS tous,

 

Je ne peux que réagir avec force à ce torchon d'article publié par F24.

Où est la science là dedans, où, est la vérité.

Ce sont des racontars produits par des journalistes qui n'ont apparemment aucune formation scientifique de base, et qui déforment les faits pour produire des scoops a l'attention d'un public anesthésié par le merveilleux qu'on leur présente.

Ici , les journalistes essayent de nous faire croire que la science truque les faits, en soit disant avertissant le lecteur qu'on les trompe et par conséquent qu' eux, révèlent la vérité.

 

Non, l’espace n’est pas rempli de nébuleuses multicolores et de galaxies fuchsia comme on essaie de nous le faire croire depuis des années

 

 Leur verdict est clair, Non, ce que l'on nous présente est mensonge dit la phrase.

Le scoop étant publié, les esprits frappés et déformés par cette contre vérité (que les images sont arbitrairement colorées), voilà ce que peut dire enfin l'auteur :

 

Les images spatiales ne sont donc peut-être pas aussi réelles que prévu mais rassurons-nous, elles collent tout de même beaucoup à la réalité. .

 

Mais le mal est fait !  Ce qui va rester dans les esprits, c'est le titre, pas cette petite phrase !

 

Les FAITS :

 

Les couleurs n'existent pas dans l'univers, ce sont des créations de notre cerveau.

Le cerveau traduit des fréquences  lumineuses en couleurs virtuelles.

Ensuite, comme je l'ai expliqué ici, notre cerveau projette une image virtuelle sur les objets qui semblent être colorés.

 

Deuxième acte

Aucun instrument scientifique ne voit en couleur ! Ce que je disais au sujet du traitement d'images est que nos appareils photos et cameras, sont conçues pour nous faire plaisir et nous faire croire ce que nous croyons naturellement en ajoutant artificiellement des couleurs aux images.

 

Il faut donc oublier la croyance selon laquelle ce que nous voyons (les couleurs) est vrai, puisque une machine (un capteur d'image quelconque ) voit comme nous. Ce qui est faux !

Si le capteur "voit" comme nous, c'est parce-que nous avons fait en sorte qu'il en soit ainsi .

En croyant cela nous nous fourvoyons en créant une référence circulaire.

 

Le problème initial était de savoir si la vision colorée du ciel profond était conforme à la réalité (ce qui est le cas) ou bien si tout était faux , artificiellement fabriqué pour séduire les consommateurs. (ce qui est faux)

 

Même si les couleurs sont virtuellement fabriquées par le cerveau elles ne sont pas complètement "désincarnées" ou dématérialisées.

A chaque fréquence correspond une couleur !

 

Le problème est de savoir si ces couleurs sont les mêmes dans l'espace ou au sol.

J'affirme que OUI à quelques infimes différences près.

 

Les couleurs qui sont choisies arbitrairement devant la machine à café, c'est du délire journalistique !

Les télescopes spatiaux et toutes les cameras spatiales sont accompagnées de spectrographes nombreux et variés !

La base de l'astronomie stellaire est la connaissance du spectre des étoiles et des nébuleuses qu'elles éclairent parfois et par là leurs couleurs!

 

Si nous voyions avec nos yeux et notre cerveau, directement dans l'espace, nous verrions les même couleurs.

Je rappelle que la lumière des galaxies est très faible et qu'il suffit de remplacer notre pupille de 7mm de diamètre par une pupille beaucoup plus grande (un miroir de télescope par définition achromatique ) pour voir les couleurs du ciel profond, ce que font tous les astronomes au sol et éventuellement dns l'espace.

 

 

En référence une des  3 camera su HST la camera grand champ WFC-3

 

Le site sur la camera ; http://www.stsci.edu/hst/wfc3

 

Les capteurs de la camera : http://www.stsci.edu...gn/at_a_glance/

 

Amicalement.


  • 0

#26 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 08 décembre 2018 - 01:39

Je ne suis pas tout à fait en accord avec ce que Tryphon vient d'écrire.

Un spectre de fréquences n'est pas un spectre de couleurs, c'est un spectre d'énergie électromagnétique.

L'interprétation des couleurs est fonction de notre éducation visuelle.

Si nous étions une vache ou un singe, un chat ou un planaire nous ne sélectionnerions pas les mêmes fréquences à traduire en "couleurs"

Et la réalité des objets stellaires est que leur émission de fréquences est bien plus vaste que le spectre visible.

Donc si mon chien regarde Orion, il n'y verra pas la même chose que moi et il me dira qu'il a raison.

Ce en quoi je ne lui donne pas tort.

Quant à dire alors qu'Orion nous offre sélectivement certaines couleurs, c'est évidemment de la bande dessinée illustrée pour les tout petits.

Que tu dises, la vraie couleur perçue par l'humain pourrait être, dans cette base de données d'une image astronomique qui avoisine les 200 Gb, comme ceci ou comme cela, c'est une chose

 

Dire que Orion POSSEDE ces couleurs est une aberration. Voilà la différence. Elle est linguistique. Ce qui est perçu t'appartient. Ce qui est d'Orion, lui appartient.

 

Voilà la Nebuleuse du Crabe présentée selon différentes illustrations, toutes relevant de filtres particuliers de son Spectra

diff nebuleuse crabe.JPG

 

Laquelle tu choisis pour dire qu'elle est la vraie couleur ?

Aucune bien sûr puisqu'elles ne sont chacune qu'un aspect de l'INTERPRETATION

 

 

 

 

 

 

SDS


Modifié par solito de solis, 08 décembre 2018 - 01:45 .

  • 0

#27 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 08 décembre 2018 - 02:23

Un spectre de fréquences n'est pas un spectre de couleurs, c'est un spectre d'énergie électromagnétique.

 

Pourquoi vouloir à tout prix me faire dire ce que je ne pense pas et ne dis pas.

Non, je n'ai JAMAIS dit qu'un spectre d'étoile (ou de tout autre objet lumineux) est un spectre de couleur, mais qu'à chaque fréquence la nature innée et non culturelle de nos aires visuelles attribue une couleur virtuelle ( = qui n'existe pas) .

J'ai, écris cela des dizaines de fois et non ce que tu dis.

 

Quand je dis inné, cela veut dire que ce n'est pas culturel (acquis) ?

Certaines mutations génétiques font que certains ont une structure chimique de la rétine différente de la norme statistique des humains et ne fabriquent pas dans leur cerveau les même couleurs que les autres.. (Suivez mon regard)

Et ceci est encore plus vrai pour les animaux que tu cites, ils n'ont pas le même génome . Ce n'est pas culturel du tout, mais câblé dans nos neurones par la génétique.

Mais tout cela tu le sais.

 

Quant à M1 (la nébuleuse du crabe) bien entendu si tu captes ses émissions dans une bande qui n'est pas perçue par l'oeil, (IR ou UV ou même radio) et que tu veilles en même temps la présenter en couleurs comme sur ton exemple, tu seras bien obligé de la représenter en FAUSSES couleurs, totalement arbitraires !

 

Cela ne prouve pas que dans le visible, les couleurs sont tout aussi arbitrairement choisies. Non.

 

Amicalement.


  • 0

#28 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 08 décembre 2018 - 05:51

Je préfère ne plus entériner. Il n'y a pas pour l'oeil humain; de couleur qui existe de façon absolue !

 

Les enfants des tribus Candoshi ne voient pas les couleurs de l'arc-en-ciel, non pas parce que génétiquement ils auraient des anomalies,

mais parce qu'il n'existe pas de mots dans leur langue pour attribuer un nom à ces couleurs qu'ils perçoivent sans y prêter attention !

La perception des couleurs n'est pas que génétique (si elle l'est ce dont je ne suis pas encore certain) elle est aussi CULTURELLE.

 

J'ai toujours eu cette sensation d'uniformisation et de modélisation du monde à la lecture de bien des braves gens qui sont passés par ici depuis que ce site merveilleux existe.

Et je regrette vivement cette tendance à laquelle je ne peux m'accoutumer et qui m'était jadis insupportable.

Maintenant, ça va.

Merci

 

 

à lire éventuellement

https://web.stanford...-frontcover.jpg


  • 0

#29 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 08 décembre 2018 - 06:35

La perception des couleurs n'est pas que génétique 

 

C'est à mon tour de te dire que tu confonds la perception des couleurs par les voies optiques (cérébrales) qui sont à 100% innées, génétiquement programmées, avec l'enrichissement qu'en fait le cerveau (le mental si tu préfères)  qui est très largement influencé par la culture (l'acquis).

Une image perçue par la vision est enrichie de couleurs mais de bien d'autres choses. Certains projettent sur les araignées, les serpents ou les souris, des tas de choses qui ne sont pas incluses dans l'image physique. C'est la culture.

Si dans une culture, il n'y a pas de nom pour le bleu, cela n'empêchera pas de le voir, mais il sera peut peut-être ignoré.

Tous les chercheurs de champignons (et toutes sortes de chercheurs ) savent qu'on peut passer dix fois devant un magnifique spécimen sans le voir...

 

J'ai entendu dire qu'une ethnie (les Pygmées, je crois) , ont 200 mots pour nommer le vent... C'est le phénomène culturel inverse des Shapra avec leurs couleurs de l'arc en ciel.

 

En fait je crois depuis le début que nous disons avec des mots différents, une culture différente, les mêmes choses.

 

Amicalement.


  • 0

#30 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 08 décembre 2018 - 07:34

Avant que de se ruer sur le cerveau, accorder un peu plus d'importance au fait que les YEUX perçoivent (reçoivent) des informations lumineuses qu'ils trient bien avant que le cerveau par ses voies optiques lentes et rapides n'envisage un traitement d'informations en vue d'une action ! Si l'inné est une réalité pour certaines configurations de perception, ce n'est pas là une généralité. Le formatage culturel est puissant, mais encore l'intention de voir, par rapport à une mémoire

Tu ne peux pas voir des choses dont tu ne te souviens pas ou qui n'ont jamais existé pour toi  dans ton panel perceptuel ! tu ne verras que ce que le programme visuel, la mémoire, l'intention et la fonction de réceptivité des rétines qui est conditionnée et génétiquement et psychologiquement te permettent d'apprécier comme étant un objet se détachant sur un fond, dont l'importance est tout aussi grande que l'objet lui-même.

Mais encore, tu pourrais voir des choses (blindsight) alors que tes zones corticales visuelles ont été endommagées !

Bref... tu as raison, on discute pour ne pas porter de gilet rose.

 

Mais dans l'ensemble on est bien d'accord avec le fait que le traitement des images est un conditionnement qui commence dès la perception partielle ou totale par le système visuel

et qu'il est singulier: il appartient au voyeur et non à un collectivité.

Dès lors, le post-traitement pour moi n'est qu'un ajout supplémentaire à ce qui est de toute façon une interprétation d'une réalité inaccessible.

Et que ceux qui revendiquent une pureté de perception avec des machines hautement performantes et qui critiquent l'utilisation "artistique" de l'image comme étant un péché

se jettent la première pierre. Pardon, la première éponge.

 

Bien à toi et merci

SDS


  • 0

#31 Jean-Luc Bethmont (Picroformol)

Jean-Luc Bethmont (Picroformol)

    Anthropoïde

  • Membre Modérateur
  • 810 messages

Posté 10 décembre 2018 - 07:12

Bonjour à tous,

 

Ce sujet fait coulé beaucoup d' encre (Pélikan :) ) et comme le flacon n' est pas encore vide voici mon point vue.

 

       Un fichier image contient une information. Si l'on veut transmettre cette information à quelqu' un on peut se dire que si je change la valeur d' un seul pixel cette information transmise ne sera pas le reflet exact de la réalité (de l' image obtenue par le capteur).

      Maintenant si l' on a un texte à transmettre que je le recopie en faisant quelques fautes d' orthographe celui ci sera toujours intilligible. En plus si l'on met des majuscules en début de ligne, met en gras certains mots pour les faire ressortir etc... on aura modifier le texte d' origine mais sa lisibilité en sera améliorée.

      Tout cela pour dire qu' il y a post-traitement et post-traitement bref il faut refléchir au cas par cas.

 

      Ensuite je me pose toujours la question suivante: comment quantifier la qualité d' une image de manière objective (contraste, rapport signal/bruit, entropie ?) afin de comparer les traitements appliqués à une image ?

 

      Sinon je suis tout à fait d' accord quand, concernant le recadrage, Tryphon pose la question du choix de l' objectif. Il est plus judicieux d' utiliser l' objectif x100 que l' objectif x40 si, avec ce dernier, la taille du  sujet photographié ne représente qu' un dixième du champ observé. De même entièrement d' accord avec Jean-Marie sur le fait de mettre tout en oeuvre en amont de la prise de vue pour qu' elle soit la meilleure possible pour limiter le post-traitement.

 

      Enfin voici un post-traitement non destructeur qui améliore la qualité de l' image (diminution du bruit) c' est l' addition d' image.

      Exemple sur une image de Melosira (objectif x40). Les images ont été enregistrées en format bmp à la prise de vue puis comprimées en jpg dans les mêmes conditions chacunes; aucun autre traitement.

 

Première image  une seule prise de vue:

 

lelosiraunique.jpg

 

Deuxième image: moyenne de la valeur des pixels après addition de 100 prises de vue 

 

melosira40.jpg

 

Cordialement,

 

Jl

 

 


  • 0

#32 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 10 décembre 2018 - 10:54

C'est tout à fait comme lorsque l'on regarde un cercle

Ce cercle qui soit pixellisé ou non, en haute résolution ou non, se donne à penser être un cercle

Pourquoi ?

Parce que nous possédons quelque part dans notre mémoire perceptuelle, ce qui ressemble à un cercle, SOUS TOUS SES ASPECTS

(comme un A par exemple que nous pouvons reconnaître quelle que soit la police utilisée pour le dessiner...)

Nous pouvons même deviner un cercle qui tourne sur lui-même alors que nous ne voyons lorsqu'il tourne que des ellipses!

Ce qui permet cela n'est autre que la répétition de la perception qui vient s'ajouter à d'autres plus anciennes.

Il en va de même pour ce post-traitement non dénaturant.... La seconde image est une répétition de la première

Laquelle va-t-on mettre en mémoire ?

AUCUNE DES DEUX.

Mais elles vont s'ajouter aux autres perceptions des diatomées Melosira que nous avons croisées et qui s'ajouteront à celles que nous croiserons un jour

 

Ce que nous retenons n'est pas SCIENTIFIQUE hormis le fait qu'il s'agit bien de SCIENCE. Science signifie savoir, connaître.

Nous avons accru la Base de données en notre conscience en ce qui concerne les Melosira mais cela ne servira qu'à encombrer notre mémoire.

En effet, nous oublions que nous regardons et voyons les choses POUR NOUS PREVENIR d'UN DANGER.

La vie s'impose et non les savoirs pseudo-scientifiques.

La force de vie, à l'aperçu de cette image de diatomée n'y voit aucun danger. Elle se fout alors de savoir si les artefacts sont naturels ou si l'image est véritablement conforme à la réalité de la diatomée.

Ainsi le Post-traitement apporte-t-il dans ce cas-ci et merveilleusement, l'information nécessaire au classement mental de cet objet.

MAIS IL NE SERT DE RIEN POUR LA VIE DE L'ORGANISME...qui a perçu et aimé cette petite chose siliceuse.

Sinon l'idée que c'est là un peu mieux, que c'est un peu plus parfait.

L'erreur fondamentale de l'humain conditionné par la civilisation est de croire que nous tendons vers la perfection.

Or, la vie et la nature ne cherchent pas la perfection, mais l'ADAPTATION pour la survie.

SDS


  • 0

#33 Jean-Marc Babalian

Jean-Marc Babalian

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 990 messages

Posté 10 décembre 2018 - 10:58

Hello,

 

Je pourrais faire un parallèle avec la mécanique quantique, lorsque l'on dit que "le fait d'observer modifie l'état et l'objet observé"

Donc, même si on ne fait aucun traitement sur un objet observé, est ce bien la vérité vrai que l'on observe ?

 

Je prends un exemple que j'observe souvent, la paramécie :

  • Elle vie dans l'obscurité, on l'éclaire avec des éclairages puissant pour l'observer.
  • Elle a une forme complexe tridimentionnelle, on la place (souvent) entre lame et lamelle en modifiant sa géométrie
  • Elle se mue dans un environnement 3D, on la force à se déplacer en 2D
  • Elle est éclairée par des lumières naturelles (faibles), on applique des techniques augmentant les contrastes et les couleurs pour mieux en distinguer les détails (CP, FN, DIC), même le fait de fermer un diaphragme en fond clair, modifie l'observation et le résultat.
  • Un capteur et son algorithme associé sera légèrement différent d'un autre capteur
  • Un observateur et sa sensibilité (scientifique, artistique, physiologique...) prendra volontairement (ou pas) les photos, différemment d'un autre observateur.

Avec tous ce paramètres, et je dois en oublier des tas, ce que j'observe est la réalité, ou une approche de la réalité ?

 

Est ce qu'un traitement d'image appliquée à cette paramécie est "le paramètre " qui va modifier le plus l'image et la vérité ? je n'en suis pas sûr !

 

Je suis pour le traitement d'image, je l'utilise en permanence et j'avais même donné un de mes process. Inutile de dire qu'il y en a ou pas. Personne chez nos collègues microscopistes n'est assez dupe pour se poser la question quand on voit une image terne avec des débris partout, ou une image claire contrastée avec des couleurs saturées. 

Quant aux personnes lambda, elles trouveraient anormales que l'on présente une photo "moche" non photoshopée (et pourtant je déteste les pubs avec les actrices photoshopées, facile à voir par ailleurs)

 

Si le traitement déplaît à certains, il a au moins l'intérêt de rendre les images plus attrayantes et plus attractives à la personne non initiée.

 

Je dirai même qu'il vaut mieux faire un traitement d'image pour qu'elle soit plus attrayante, et que l'on s'y attarde plus. Dans le cas contraire, on pourrais passer sur une image qui possède des tas d'informations intéressantes.

Une chose essentielle : conserver les originaux des photos traitées. Cela permet de vérifier si les informations présentes sur l'image traitée sont bien présentes sur l'originale.

 

A+

 

JM


  • 0

#34 Jean Marie Cavanihac

Jean Marie Cavanihac

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Co-Admin
  • 3 362 messages

Posté 11 décembre 2018 - 10:15

Bonjour
Un autre traitement qui améliore sans dénaturer est l'étalement de l'histogramme des valeurs de luminosité de l'image. Bien sûr si la prise de vue est faite dans des conditions optimales, son action est inutile !

Amitiés
JMC
  • 0

#35 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 11 décembre 2018 - 10:41

@SDS

Ton raisonnement sur le fonctionnement de la perception des formes est tout à fait correct à l'échelle où tu te places.

Ce fonctionnement commence avec les premières images qui se forment sur la rétine du nouveau né. La plupart du temps, c'est le visage de la mère qui apparaît et une association se fait entre les sensations ressenties par l'enfant comme la faim la satiété, et les images de la mère, forme du visage, sourire anxiété et plein d'autres choses. 

Ceci grâce à de puissants algorithmes génétiquement programmés (câblés) . C'est la génétique (l'inné) qui prépare le terrain à l'acquis (la culture, le vécu).

L'histoire de Victor, l 'enfant loup de l' Aveyron, nous en apprend beaucoup sur ces mécanismes.

Le cerveau (inné)  ou le mental (l'acquis) aura toujours tendance à comparer des formes acquises comme le cercle à un symbole qui s'est créé pour le représenter.

Ce que fait , ou tente de faire, le traitement d'image, c'est de rapprocher les formes vues en d'autres formes qui se rapprochent de ses symboles. Les idéaliser.

Pourquoi vouloir à tout prix modifier ce que l'on voit sous prétexte qu'il y a des outils artistiques créés pour çà?

La meilleure justification serait de vouloir  faire correspondre un maximum ce qui est sur la photo avec ce que l'on voit à l'oculaire du microscope.

En fait, si on fait du monitoring en temps réel, c'est à dire que l'on règle son appareil de prise de vue, directement sur l'écran de sortie final, il n'y a plus de retouche à faire, dans ce cas ce serait pure tricherie.

Mais cela n’empêche pas de régler la camera (idem pour le microscope) en fonction de critères subjectifs dictés par notre vécu personnel.

 

Le cercle :

Pour revenir au cercle, le cercle  ne sera cercle qu'à une certaine échelle.

A l'échelle UN , il sera nécessairement pixelisé. Que ce soit avec une camera électronique, un film argentique ou avec notre rétine.

Supposons que le cercle que nous voyons et que nous identifions comme un cercle soit en fait une roue dentée dont les dents sont plus petites que le pouvoir séparateur de l'oeil mais de taille suffisantes pour être saisies par le capteur.

Comme les dents sont plus petites que le pouvoir séparateur de l'oeil, nous ne les voyons pas et nous nous croyons autorisés à modifier ce cercle pour en renforcer le contraste ou la taille etc.

A partir de là quelle que soit l'échelle du zoom le cercle restera un cercle.

Mais à l'échelle du pixel de la photo, les dents existent bel et bien.

Le traitement d'image aura détruit cette information !

Tous les enseignements que l'on peut tirer à partir d'une image de cercle sont totalement différent d'une roue dentée.

On peut facilement monter un protocole avec des exemples réels qui illustre ce phénomène !

 

De même quand on n'utilise pas toutes les ressources des objectifs (utiliser l'objectif qui a la plus forte résolution) on se prive de détails (informations) sous prétexte que c'est plus compliqué en immersion ou qu'au 40 X l'image est plus jolie, plus brillante etc...

 

La science :

Certes, la science peut être assimilée à des connaissances , mais pas que... Ce n'est pas le simple fait de savoir et de connaitre.

Si la science n'était qu'une collection de données (DATA) nous ne pourrions pas en faire grand chose.

La science c'est avant tout une methode pour collecter les données  et les données ne sont valables que si elles ont été obtenues par une methode dite pour l'occasion scientifique.

La methode scientifique repose sur des protocoles expérimentaux  rigoureux acceptés par tous, l'analyse critique des résultats , la tentative d'obtenir ces résultats par d'autres méthodes etc.

 

En effet, nous oublions que nous regardons et voyons les choses POUR NOUS PREVENIR d'UN DANGER

Ceci est une vision réductrice de l' Homme, tout comme le fait de dire que nous ne vivons QUE pour transmettre nos gènes ! 

Mais nous sortons de la microscopie pour entrer dans la philosophie.

 

Amicalement.


  • 0

#36 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 11 décembre 2018 - 12:16

@ Jean_Marc.

 

Merci pour ton opinion.

C'est important de s'exprimer, même (et surtout) si on ne pense pas comme les autres.

 

Un observateur et sa sensibilité (scientifique, artistique, physiologique...) prendra volontairement (ou pas) les photos, différemment d'un autre observateur.

 

Je dirais même plus, la sensibilité peut être différente d'un individu à l'autre, parce qu'elle dépend du vécu de chacun, on est dans le domaine du subjectif.

La sensibilité scientifique ça n'existe pas !

La science n'est pas du domaine de la sensibilité bien qu'on puisse étudier scientifiquement la sensibilité.

Elle fait tout pour être objective. C'est à dire qu'on lui a retiré tous ses aspects subjectifs 

Mais je comprends ce que tu veux dire.

 

Pour ce qui est de la mécanique quantique, c'est un peu osé.

On nous dit que le simple fait de regarder un sujet l'influence.

Ce ne serait valable qu'à l'échelle sub-atomique . On part de l'idée que le photon étant très gros par rapport à ce que l'on veut observer , il perturbe grandement le sujet.

Si on voulait regarder les atomes, c'est à dire utiliser la lumière, on perturberait l'expérience.

A notre échelle, c'est tout différent, regarder un paysage ne le modifie pas et regarder dans un microscope n'influence pas le sujet.

Une paramécie sous un microscope, qu'on la regarde ou pas, cela ne ne change rien pour elle.

 

Certes  la pression de la lumière exercée par un grand nombre de photons a bien une action sur la matière mise en évidence dans les radiomètres mais c'est infime.

 

radiometre.JPG

Radiomètre

Une paramécie ne vit pas dans l'obscurité. 

On peut voir des paramécies dans les gouttes d'eau piégées à la base des feuilles de certaines plantes, et ceci en pleine lumière naturelle.

Par-contre certaines lampes halogènes émettent beaucoup de chaleur qui influence bien entendu les paramécies et peut les faire cuire.

Mais cuite ou pas cuite, la paramécie que l'on observe, c'est toujours la réalité .

Mais peu importe.

Chacun exerce la microscopie comme il l'entend et il n'est pas interdit de critiquer dans un sens comme dans l'autre tant qu'on respecte l'autre.

 

Amicalement.


  • 0

#37 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 11 décembre 2018 - 05:59

Voilà deux images qui amènent l'étonnement

La première à gauche est ce qui est perçu par le sensor

La seconde la reconstruction d'une image d'un visage qui ressemble à quelque chose de connu

Le système de déblurring est GOGGLE et ses Database

 

deblur.JPG

 

Peut-on dire que le post traitement n'apporte pas d'informations ? OU qu'il s'agit de croyance, de religion (comme la science) ou d'esthétique ou de joliesse ?

Si tu fermes un peu les paupières et que tu regardes l'objet image de gauche, tu peux voir l'objet de droite s'y dessiner

 

Cependant, cela reste pour moi deux images, qui n'ont rien à voir avec la réalité de la personne.


Modifié par solito de solis, 11 décembre 2018 - 06:01 .

  • 0

#38 Jean-Marc Babalian

Jean-Marc Babalian

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 990 messages

Posté 11 décembre 2018 - 11:39

Salut Tryphon,

 

Evidemment mon raisonnement et ma démonstration étaient plus celui d'un microscopiste qui fait des photos, que celui avec une réelle démarche scientifique non subjective (mais est ce possible ?). Mais je pense que nous sommes très nombreux dans ce cas.

Cependant la question de départ était post traitement ou pas. Des réponses pourraient être différentes en fonction du type d'objet que nous observons, et tu comprendras que pour moi il est plus facile de traiter cela par l'expérience que par une théorie empirique.

Enfin, le parallèle avec la mécanique quantique était un peu osé, mais c'était pour appuyer l'exemple.

 

Cdlt

 

JM


  • 0

#39 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 12 décembre 2018 - 06:44

Bonjour SDS, tous,

 

Merci pour le partage, cet exemple est significatif.

C'est l'exemple même de l'escroquerie intellectuelle ,de foutage de g...

 

D'abord ce qu'il faut dire, c'est que c'est une publicité pour Google :  http://www.lessentie...elisee-25579966

Et comme dans toute "bonne publicité", le but est de vendre et tous les moyens sont bons pour mettre en évidence les arguments positifs (arguments de vente) et de cacher ceux qui sont négatifs. Publicité n'est pas science, même si les techniques de vente (force de vente) sont techniquement au point.

Dans l'exemple, nous partons d'une image qui fait 8 X 8 pixels (il y a donc 64 informations différentes) en une image qui en fait 32 X 32 pixels c'est à dire que les informations sont multipliées par 16.

Quel esprit normalement constitué peut croire qu'un "traitement d'image" peut créer ex nihilo de l'information, 16 fois plus qu'à l'origine. ?

 

Dois-je développer ? Il me semble que non, la croyance ne se justifie pas, contrairement à la science .

Mais on ne sait jamais , alors , allons-y.

 

Dans un pixel de l'image de gauche, il y a une information , et une seule !

Cette information est codée  comme le pixel est un pixel coloré on peut décomposer la couleur en 3 primitives RVB mais l'ensemble de ces paramètres constitue une information qui caractérise le pixel.

Dans la mémoire de l'ordinateur, c'est uniquement cette information qui figure , je ne cesserai pas de le répéter, un pixel est une information, il est virtuel, il n'existe donc pas physiquement , il n'a donc aucune dimension.

Si on veut matérialiser cette information il faut lui donner une taille, mais cette taille est totalement arbitraire.

On peut donc augmenter arbitrairement cette taille, la structure uniforme du pixel sera toujours la même et correspondra à l'information qui le caractérise.

Si on zoome sur un pixel, on crée un agrandissement à vide. Cela veut dire qu'aucune information nouvelle n'est ajoutée.

Au passage, je re signale qu'un pixel ne peut pas être flou !!!!! Il est toujours net.

 

Comment passer d'une information unique à 16 informations différentes comme c'est le cas dans l'image droite?

Pixel.JPG

 

C'EST TOTALEMENT IMPOSSIBLE ! A moins de CROIRE que l'on  voit  vraiment un visage dans l'image de gauche alors qu'elle n'y est pas? 

C'est croire à la multiplication des pains, et là on est dans la croyance, dans la religion, pas dans la science.

 

Alors comment à fait Google ?

 

C'est simple , il suffit de lire.

 

Grâce aux principes du machine learning, le logiciel de Google va tenter de deviner quelle pouvait être la photo d'origine en se basant sur des images similaires en haute résolution qui ont été compressées.

Google compare des images qu'il a en mémoire à l'image de gauche et propose celle qui pourrait correspondre.

C'est ce que fait ton cerveau (ou ton mental) quand il croit voir un visage dans l'image de gauche alors qu'il n'y en a pas. 

Cette illusion est d'autant plus forte qu'un visage qui pourrait correspondre est situé juste à côté.

 

 

Peut-on dire que le post traitement n'apporte pas d'informations ? OU qu'il s'agit de croyance, de religion (comme la science) ou d'esthétique ou de joliesse ?

Non, d'abord ce n'est pas du traitement d'image dans le sens employé depuis le début dans le forum et ensuite Google le dit bien :

 

" le logiciel de Google va tenter de deviner quelle pouvait être la photo d'origine en se basant sur des images similaires "

 

La science ce n'est pas de la divination.

 

 

 

Google.JPG

 

Ça, c'est de l'enfumage, du mensonge . C'est prendre les lecteurs pour des gogos.

Et c'est malheureusement l'image que certains journalistes donnent de la science.

"C'est de la science, c'est prouvé !" On entend cela trente fois par jour dans les  pubs.

De grâce réveillez-vous! La science mérite mieux que çà.

 

 

Amicalement.


  • 0

#40 scrophulaire

scrophulaire

    Procaryote

  • Membre confirmé
  • Pip
  • 171 messages

Posté 12 décembre 2018 - 07:06

Bonjour,

 

Je vous donne mon point de vue. Je ne comprend pas toutes cette polémique.

L'homme sait depuis bien longtemps qu'il n'existe pas une réalité, mais une réalité spécifique à chaque être. C'est réalité se sont accru par l’électronique (camera) ou des théories (univers parallèle.). C'est pourquoi depuis des millions d'année, l'homme essai de créer des langages, des tables, des classifications, des étalons... pour qu'on puissent se comprendre. Je rappelle que les sciences sont basée sur des étalons complétements arbitraire (le KG...) et d'ailleurs qui vont changer bientôt.

 

Qu'il y est traitement ou pas, l'importance est que l'on parle de la même chose quand on montre une image selon des critère pré-établit par des "scientifiques, linguiste...".

Si je vous dis que dans cette image il y a un lapin laoin.jpeg j’espère que l'on va me croire malgré que l'image à eu des traitements.

 

Par contre si je change les référentiels,  que je vous dis que cette image est un spermatozoïde spermato.jpeg , je pense qu'il va y avoir un grand débat.

 

Par ailleurs, la question est tous autres, si nous devons définir les critères d'une nouvelle chose ou d'un nouvelle être. En effet, là, il faut trouver des critères pour que ma réalité perçus soit comparable à la réalité perçus des autres. Les transformations de langage, d'image aura de l'influence. Mais je ne pense pas que beaucoup d'entre nous ne soit dans cette positions.

 

 

Salutations


  • 0

#41 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 12 décembre 2018 - 07:52

Bonjour Scrophulaire,

 

Je vous donne mon point de vue. Je ne comprend pas toutes cette polémique.

 

 

Ce que je voudrais te dire, c'est que pour moi, il n'y a AUCUNE polémique.

Nous avons ici un bel exemple de ce qu'est la Science d'un côté, et les blablabla pseudo philosophiques de l'autre.

Tu peux parler à l'infini sur la relativité de la réalité et donc de la validité de la science cela ne changera rien aux faits.

La gravitation universelle, même si on ne sait pas ce qu'elle est réellement, a pour conséquence que si tu laisses tomber une enclume sur tes pieds, tes pieds auront très mal.

Ceci est un fait constaté : tout ce qui monte (dans l'atmosphère) redescend et quand tu es dessous, ça fait mal.

La science, c'est cela, la prise de conscience de FAITS ? Après on peut philosophie à l'infini, cela ne changera rien, les faits sont têtus.

 

Pour l'explication concernant les pixels et la manipulation des pixels, voir mon message précédent que je vais compléter.

 

Amicalement.

 

 

@ Jean Marc, 

 

Je suis bien d'accord avec ton dernier message.

Post traitement ou pas ? 

Chacun fait ce qu'il veut, comme il le sent.

Mon rôle est d'apporter mon point de vue en éclairant le débat.

 

Amicalement.


  • 0

#42 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 12 décembre 2018 - 01:37

Tryphon,

tu insistes toujours sur des FAITS

sans tenir compte de ce qui relève l'existence des faits: observations, expériences, analyses, synthèses, comparaisons, discrimination... tout cela faisant intervenir le mental humain toujours SUBJECTIF

La science est une CROYANCE et non une impériosité qu'elle se veut telle. La science est modale, elle est temporaire et tu dois l'avoir oublié, un de ses critères FONDAMENTAUX est 

d'ACCEPTER DE SE CORRIGER ou DE SIGNALER SES ERREURS. 

En cela, la science ou les sciences, évoluent dans un sens qui appartient aux humains qui la ou les conduisent et non selon une LOI UNIVERSELLE !!!

Ce qui ramène à l'éthique dans l'idée que ne pas accepter l'universalité de la science serait un péché, une erreur, un mensonge, une aberration etc...

 

Quant aux blabla pseudophilosophiques, je pense que tu n'es pas ferré en la matière pour pouvoir les aborder. D'ailleurs tu les évites.

 

Ton éclectisme visuel est non pas aveugle, mais borgne.

Tu défends un point de vue qui est pour toi à la limite du moral et de l'éthique. Et tu tentes toujours de ne pas l'imposer en l'imposant.

Et tu dis cela :

"Mon rôle est d'apporter mon point de vue en éclairant le débat"

 

Mais tu l'éclaires selon ton cône de lumière (ceux qui sont habilités à la mécanique quantique voient ce dont je parle)

 

Quant au subterfuge ou à l'enfumage intellectuel dont tu parles, au sujet de Google, je reste persuadé que tu n'as pas compris ce que signifiait une DATA BASE qui sous-tend la reconstruction d'une image floue

pour obtenir des détails. Tu ne tiens pas compte des centaines de milliers d'images qui servent à la reconstruction probabiliste 

en me montrant la valeur d'un pixel et l'information qui peut s'en dégager...

 

Ce n'est pas un pixel que tu dois envisager mais la matrice des informations de tous les pixels.

 

 

Bien amicalement

SDS

 

ps: Si je n'étais pas psychiatre, je pense que j'aurais fui depuis longtemps ton cher et délicieux forum


Modifié par solito de solis, 12 décembre 2018 - 01:39 .

  • 0

#43 savant Cosinus

savant Cosinus

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 706 messages

Posté 12 décembre 2018 - 04:32

Bonjour,

 

ps: Si je n'étais pas psychiatre, je pense que j'aurais fui depuis longtemps ton cher et délicieux forum

 C'est bien là le risque de ce forum, sous prétexte de répondre à des questions simples, on  entraine le lecteur dans des débats fort sinueux (au point qu'ils ne mènent nulle part) et  qui ne peuvent que décourager les pauvres microscopistes que nous sommes.

 Je suis désolé, mais il s'agissait de post traitement d'image et nous voilà partis à refaire "la Science".

 … je sais, personne n'est obligé de lire… mais à force de ne pas lire…

 … je sais c'est pour nous éclairer, nous enrichir, vaste programme bien éloigné à mon avis de simples échanges entre passionnés de microscopie.

Non je n'est pas envie de tirer MikrOscOpia vers le bas, simplement éviter qu'il ne se perde vers des sommets inaccessibles.

Amicalement 

Cosinus… qui a honte de ne pouvoir suivre et qui n'a pas d'éponge sous la main… et qui n'est pas psychiatre ! B)

 


Modifié par savant Cosinus, 12 décembre 2018 - 04:36 .

  • 0

#44 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 12 décembre 2018 - 04:34

'je reste persuadé que tu n'as pas compris ce que signifiait une DATA BASE...

 

Cela pourrait être un peu vexant, mais je programme quotidiennement depuis 1980.

En français, une base de données, cela fait moins savant  que data base, et cela parle mieux aux français._

Une base de données est une collection de données. Tout le monde peut créer sa propre base de données  et ces données tout le monde peut les organiser comme il veut.

J'ai commencé à stocker mes premières données sur K7 audio (interface Kansas City)

Mais il existe des logiciels spécialisés qui font cela très bien . J'ai commencé à utiliser les logiciels dédiés ( SGBD)  en  84 avec Archive (Sinclair QL)  puis 4 ème dimension sur Mac.

Actuellement, le forum est sous MySql.

Je crois savoir ce qu'est une base de données.

Une base de données ne fait pas de traitement d'images.

Google qui stocke des montagnes de données sous forme d'image utilise des programmes (algorithmes) qui comparent une image proposée avec les images déjà  stockées.

Si aucune image stockée ne ressemble à l'image proposée, il ne va pas en créer une pour te faire plaisir il ne trouvera rien.

Cela n'a strictement rien à voir avec un traitement d'image.

 

Amicalement.


  • 0

#45 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 12 décembre 2018 - 04:46

Bonjour cosinus,

 

on  entraine le lecteur dans des débats fort sinueux (au point qu'ils ne mènent nulle part

 

Désolé cosinus, si tu es bon observateur, tu auras constaté que je m'efforce, tout en répondant aux objections qui me sont soumises, de remettre les discussions sur les rails de la microscopie.

Imagines que personne ne relève les erreurs des autres ou que chacun poste dans son coin sans se soucier des autres posts, le forum serait-il plus utile?

 

Je je suis particulièrement bavard sur ce sujet, ce n'est pas pour satisfaire une je ne sais quelle manie de vouloir avoir le dernier mot (je sais, beaucoup le pensent), mais parce que le traitement d'images est très mal compris , parce qu'on ignore la-plupart du temps ce qui se passe au fond de l'image, qu'on évite même de le regarder parce qu'on ne le comprend pas.

 

Amicalement.


  • 0

#46 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 12 décembre 2018 - 05:53

OK, laissons tomber.

De toute façon, tout cela n'est que discours et langages qui ne mènent à rien, puisque c'est le propre du mental de ne conduire qu'à rien.

Jouons avec le post-traitement, avec les bases de données qui même si elles correspondent à des images restent des DATA.

Et abandonnons-nous au destin de cette race cul-de-sac.


  • 0

#47 scrophulaire

scrophulaire

    Procaryote

  • Membre confirmé
  • Pip
  • 171 messages

Posté 12 décembre 2018 - 07:07

Tryphon

 

je me suis peut être pas bien exprimer. Quand , je dit polémique je parle de traitement ou pas d'image.

 

Ce qui est important, et que si on fait un traitement d'image, il doit être adapter à qui on le présente.

Dans un cercle d'artiste, tous est permis en couleur ou en forme...

Si je présente une diatomée à un spécialiste, la pris de vue et le traitement sera différent, voir je l’appellerais avant pour analyser comparer l'image.

 

Tous simplements.

 

A+


  • 0

#48 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 715 messages

Posté 12 décembre 2018 - 07:59

Je me demande quel spécialiste diatomiste sera à même de dire quelles diatomées il a vues de ses yeux, sans préparer l'échantillon par de l'acide fluorhydrique ou autre (traitement artistique ?)

Les diatomées vivantes ne les intéressent que si peu ! Et pourtant.

C'est vrai qu'aujourd'hui ils ne se penchent même plus sur les lames, mais sur les résultats génétiques.

 

La diatomée n'est pas son frustule qui n'est qu'un squelette chimiquement et thermiquement manipulé.


Modifié par solito de solis, 12 décembre 2018 - 08:00 .

  • 0

#49 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 862 messages

Posté 13 décembre 2018 - 09:27

Bonjour scrophulaire, tous,

 

Tryphon

 

je me suis peut être pas bien exprimer. Quand , je dit polémique je parle de traitement ou pas d'image.

 

Je te rassure tout de suite, j'ai bien compris ta démarche et je ne dis pas qu'il ne faut pas faire de traitement d'image, mais qu'il faut s'interroger sur ce qu'on fait , comment et pourquoi.

 

Je te rassure aussi, il existe bel et bien des spécialistes des diatomées.

Il se trouve que les diatomées sont très prisées par les microscopistes amateurs parce qu'elles présentent des formes soit disant harmonieuses. 

Il y a aussi des amateurs qui les observent sur le vivant.

Tout ceci est du domaine de l'amateur.

 

Je te rassure aussi, il existe bel et bien des spécialistes des diatomées, ce sont de vrais biologistes et qui ne font pas que collectionner des objets aux formes géométriques.

 

Ma première recherche sur Internet avec les mots Diatomées et CNRS me donne le résultat suivant : https://www.google.c...chrome&ie=UTF-8 , il n'y a que l'embarras du choix.

On y étudie leur biologie, leur métabolisme, leur capacité à fixer du carbone, ou celle de produire de l'énergie, 

 

C'est sûr que si l'on recherche avec diatomées et naturalisme , on trouvera tout autre chose.

Cela dépend de ce que l'on cherche et ce qu'on a envie de trouver.

 

Amicalement.

 

 

Suite à une étroite collaboration avec une équipe de recherche internationale, des scientifiques de l'Institut de biologie de l'Ecole normale supérieure (IBENS, CNRS/ENS/Inserm) apportent du nouveau dans l’histoire évolutive des diatomées marines. Dans un article publié le 12 mai 2011 dans Nature, ils montrent que celles-ci utilisent le cycle de l'urée afin de métaboliser efficacement le carbone et l’azote présents dans leur environnement. Cette observation inattendue bouleverse notre façon de positionner les diatomées par rapport aux végétaux et aux animaux dans le grand schéma de l’évolution.


  • 0

#50 JML

JML

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 49 messages

Posté 13 décembre 2018 - 10:59

Bonjour,
Si vous me permettez de donner un avis sur le post traitement, et en dehors de toutes considérations philosophiques face auxquelles je ne peux argumenter, ce sera celui-ci:
Il faut savoir ce que l'on fait lorsqu'on applique une opération, un filtre, à une image. Le but est en principe de chercher l'amélioration d'un ou plusieurs paramètres qui permettront une meilleure interprétation et/ou compréhension.
A ce titre, toutes les opérations n'ont pas la même importance, et ne présentent pas des intérêts ou risques équivalents.
Par exemple, un recadrage n'est pas un vrai post traitement, car on n'agit sur aucun paramètre. C'est du "découpage" a des fins uniquement qualitatives sur la présentation de l'objet; simplifions en disant que c'est artistique.
Le deblurring présente plus haut n'est pas un vrai deflouage, et il y a "tromperie sur la marchandise". Il est présenté comme un sur échantillonnage qui permet de faire apparaître de l'information. C'est miraculeux, mais ça ne marche pas comme ça. En fait, il faut lire les images dans l'autre sens, et on a l'illustration du binning. On regroupe les pixels entre eux, et on fait un compromis sur la resolution au bénéfice de la sensibilité ou de la vitesse d'acquisition.
Il existe beaucoup de filtres et d'opérations applicables à une image: partis les plus courants, il y a toute la gamme des filtres médians, Hugh pass, LOL pas, stretching, Fourier.....
Quand je dis qu'il faut savoir ce que l'on fait, cela veut dire comment fonctionne le filtre. Par exemple un filtre median, en fonction de sa force, va supprimer le bruit de fond statistique d'une image, mais va faire perdre un peu de resolution.
Un filtre qui joue sur le gamma et le stretching ne va pas modifier la resolution, mais va permettre d'agir sur la dynamique de l'image, et va permettre dans des conditions favorables de visualiser des détails dont les niveaux de gris trop proches n'autorisent pas une discrimination simple. En gros on peut modifier la dynamique (le contraste en première approche) dans les valeurs de gris qui contiennent l'information. En compliquant un peu, on peut appliquer des traitements linéaires ou non-linéaires.
D'autres traitements du type érosion-dilatation peuvent être intéressants s'il s'agit de déparer des objets contigus, a des fins de comptage par exemple. Dans ce cas les paramètres morphologiques peuvent être affectés.
La liste est longue, jusqu'aux traitements de deconvolution en fluorescence qui permettent une amélioration de la resolution et du ratio signal/bruit.
En conclusion, il est important de savoir:
- qu'il existe des possibilités de traiter une image
- l'intérêt et les limites ou les risques de ces traitements
- quel type de paramètre physique on veut améliorer

Quand on assume tout ca, on fait ce que l'on veut.

Bien cordialement
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!