Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

Algorithmes et Data


  • Veuillez vous connecter pour répondre
4 réponses à ce sujet

#1 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 992 messages

Posté 06 janvier 2019 - 02:32

Bonjour,

Dans le cadre d'une théorie du complot, on peut souvent entendre des personnes accuser les DATA et les Algorithmes de menacer nos libertés fondamentales.
Ce ne sont pas les DATA ou les ALGORITHMES qui sont en cause, mais bel et bien des personnes qui veulent les utiliser pour nuire.
Mais les algorithmes et les data dans l'immense majorité des cas ne sont pas "nuisibles" bien au contraire.

Voyons par un exemple ce qu'est un ALGORITHME et des DATA.

Supposons que je veuille informatiser la rotation d'un revolver de microscope.
Il faut d'abord beaucoup réfléchir aux moyens et à la methode à employer pour arriver à ce but.

Pour les moyens, nous choisirons un montage mécanique mû par un moteur (PAP en l’occurrence), lui même commandé par un programme autonome hébergé dans un Microcontrôleur.
Dans un premier temps nous établirons le prototype mécanique et Electronique qui nous permettra de tester notre programme de commande.
Nous établirons aussi un programme simple qui fera avancer le revolver d'un nombre de pas correspondant au rang du bouton de commande parmi 6 boutons puisque le revolver porte 6 objectifs.

Le montage mécanique :
 

Reglage courroie-11.jpg


On remarquera le micro-contrôleur en vert, la carte de puissance en rouge et les 6 boutons de commande.
C'est un montage qui permet en outre d'ajuster la tension de la courroie afin de déterminer les côtes de l'usinage définitif.

Le premier algorithme de travail.

On part d'un "clavier" de 6 boutons, chacun correspondant à un objectif.
Pour amener chaque objectif dans sa position d'observation, on fera tourner le moteur d'un certain nombre de pas à déterminer.
Pour cela, il faut d'abord décoder le clavier.
On y arrive en découplant chaque bouton pression par une résistance qui va appliquer une tension électrique à un convertisseur analogique/digital (CAN) contenu dans le microcontrôleur.
La réponse digitale du contrôleur sera une valeur comprise entre 0 et 1023 .

En analysant les valeurs données par le CAN, à l'appui de chaque bouton, on peut dresser une courbe et établir des limites de sécurité autour de chaque valeur enregistrée.
Ce sont là une partie des DATA (données) du programme.

Une série de TESTS sur la sortie du convertisseur permet d'exercer une ACTION en fonction de chaque cas de figure.
Ici on fera tourner le moteur de 100 pas X par le rang du bouton sur le clavier.

Fin du premier Algorithme de travail.

Si on traduit cet algorithme en ordinogramme voilà ce que cela donne.
 

Révolver-1.png


Si on code cet algorithme, voilà ce que cela donne
 

Revolverl-List.JPG

 

Algorithme de travail plus élaboré.

Maintenant que le système fonctionne parfaitement, on peut rendre opérationnel le montage.
Il ne suffit plus cette fois de faire tourner le moteur d'un nombre de pas proportionnel au rang de l'objectif, mais de passer d'un objectif quelconque (par exemple le 2 ) à un autre objectif quelconque (par exemple le 5.)

L'algorithme sera le suivant :

Aller à partie du N°2 au N° 1 en enlevant 200 pas au moteur.
Puis faire avancer le moteur de 500 pas.
Procéder de même pour n'importe quel autre objectif.

On peut imaginer un autre algorithme qui consiste à faire la différence entre les deux positions et ajouter la différence au premier objectif.
Il n'est plus besoin de passer par zéro !

Seulement si nous sommes au 4 et que nous voulons aller au 3 , on peut faire un tour complet en enlevant 100
Ou bien faire tourner pour l'occasion, le moteur à l'envers.

Toutes ces solutions, ce sont autant d'algorithmes différents.

Maintenant, nous allons rendre le programme "intelligent".
Déjà, nous avons introduit un petit peu d'"intelligence" en faisant tourner le moteur à l'envers pour choisir le chemin le plus court,
Mais, à la réflexion, on peut faire mieux.
En effet, l'objectif N° 6 étant l'objectif à immersion, il faut tenir compte du dépôt de la goutte d'huile d'une par et de l'autre il faut éviter de passer par la case N°° 6 lors des changements d'objectifs pour éviter de souiller une autre préparation.
Il faudra donc soit éviter de passer par le 6 pour une simple rotation du revolver.
Soit dé-focaliser l'objectif au moment du passage.
A l'usage, on a l'impression que le microscope est devenu intelligent car il s'adapte à ce qu'on lui demande en tenant compte de particularités qu'il n'est pas censé "connaitre ".

Toutes ces solutions, ce sont encore de nouveaux d'algorithmes.

J espère qu'après cette petite discussion, vous n'aurez plus peur des algorithmes des data ou que l'intelligence artificielle ne va pas vous manger, à moins que l'auteur du programme ait tout fait pour le vouloir
Dans tous les cas, c'est l'homme qui est responsable, pas la machine et encore moins les data les algorithmes ou l'IA.

Pacifiquement.


  • 0

#2 jmp76

jmp76

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 32 messages

Posté 07 janvier 2019 - 02:55

Bonjour,

 

Juste pour expliquer ce qui fait peur aux gens et aux scientifiques:

 

Dans le cadre d'une théorie du complot, on peut souvent entendre des personnes accuser les DATA et les Algorithmes de menacer nos libertés fondamentales.

 

La peur se développe car avec les IA on n'est plus sûr de maîtriser les algorithmes qui s'auto génèrent. Doit on d'ailleurs encore appeler cela algorithme quand les processus mis en jeu peuvent conduire à la reconfiguration de matériels complexes   (usage de FPGA)

 

Un coup d'oeil à cette page fera découvrir les inquiétudes des scientifiques: https://information....ent-l-enfer-de-

l-evaluation-automatisee-explique-par-une-278536

 

Les Hommes seront-ils assez prudents pour éviter les dérives?  Faut-il laisser l'option "plus de dollars" piloter ces reconfigurations? Faut-il introduire des options "bonheur des familles" ... ?   

 

Bonne lecture!   Cordialement


  • 0

#3 solito de solis

solito de solis

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 728 messages

Posté 07 janvier 2019 - 03:20

@jmp76

Bien annoncé et il me semble, plus qu'important
 

une phrase d'Eric Sadin:

Nous vivons un drame aujourd'hui, parce que la technique n'existe plus, il n'existe plus qu'un monde de la recherche techno-scientifique inféodé par le monde économique.
Cela induit que les chercheurs qui autrefois étaient constitués de pluralités et de singularités, avec des personnes aux tropismes et intérêts divers,
​répondent aujourd'hui dans leur immense majorité à des cahiers des charges définis par des cabinets de marketing ou des bureaux de tendances en vue de répondre à des intérêts strictement privés.

 

 

Bienvenue aux dictatures électroniques.

 

@Tryphon

tu es un être gentil et doux... tu ne vois pas la réalité de ce qui se trame, bien que tes algorithmes adaptés à tes idées soient très beaux,


Modifié par solito de solis, 07 janvier 2019 - 03:21 .

  • 0

#4 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 992 messages

Posté 07 janvier 2019 - 04:14

Bonjour,

 

Vos deux réactions sont très saines et enrichissantes.

Comme il faudrait beaucoup de temps pour vous donner la mienne sans tomber dans les clichés simplistes, je vous promet que je rajouterais un petit peu d'assaisonnement au débat un peu plus tard.

Je dois d'abord compléter mon algorithme de reconnaissance de position des diatomées sur une lame...

 

Amicalement.


  • 0

#5 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 13 992 messages

Posté 07 janvier 2019 - 04:38

C'est ainsi qu'une enseignante très appréciée de sa direction, des parents d'élève et de ses élèves, est licenciée après que le logiciel lui a donné un score très faible. 205 autres enseignants de l'Etat de Washington D.C sont alors congédiés avec elle. L'enseignante s'occupait d'une majorité d'élèves en grande difficulté, la machine, voyant les mauvaises notes de ces derniers, lui a infligé un score très faible, synonyme de licenciement dans le système mis en place…

 

 

Cela me rappelle une expérience personnelle.

Comme j'avais impressionné mon Directeur par mes inventions , il y a pas mal de décennies, celui-ci m'envoya chez IBM pour passer des tests très savants, dont celui de QI.

La conclusion était que j'étais un parfait idiot, totalement nul, un moins que rien donc.

Depuis je considère tout cela comme de la foutaise ou plutôt, des "tests de conformité à un système de pensée dominant" dont je ne veux pas faire partie.

Depuis, je me méfie beaucoup de ceux qui ont beaucoup de diplômes et des QI de plus de 140 ...

 

Modestement.


  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!