Aller au contenu


***** Bonne année 2017 avec MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

La fécondation chez les angiospermes


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Loïc Boudinet

Loïc Boudinet

    Acide nucléique

  • Membre confirmé
  • 99 messages

Posté 16 novembre 2005 - 07:27

La fécondation chez les angiospermes:

Tout d’abord un petit rappel:
Les angiospermes sont des plantes dont les ovules sont enfermes dans un ovaire clos.
Ils possèdent deux embranchement qui sont les monocotylédone et les dicotylédone .
La pollinisation s’effectue soit par pollinisation anémogame c’est a dire par le vent, soit par pollinisation entomogame c’est a dire par les insectes.
96% des angiospermes ont des fleurs hermaphrodites mais l’auto-polynisation est dans la plupart des cas impossible, il y a donc besoin d’une pollinisation croisée.
Et nous allons donc voir les mécanismes mis en place pour empêcher cette auto-pollinisation qui serait désavantageuse pour l’évolution et l’adaptation de ces plantes.

Les mécanismes les plus simples sont:
La protogynie et la protandrie:
La protogynie est le fait que les organes reproducteurs femelles viennent a maturité avant les mâles.
Et la protandrie est donc l’inverse: mâle puis femelle.
Des particularités morphologiques:
Présence d’un gros stigmate mais de petits pollens et sur une autre fleur présence d’un petit stigmate mais de gros grains de pollens ce qui oblige donc une fécondation croisée.
Et cela est qualifie dans ce cas d’auto-incompatibilite hétéromorphe.

Il existe aussi l’auto-incompatibilite homomorphe qui s’adresse donc a des fleurs de morphologie identique et qui est présente chez plus de la moitie des angiospermes et qui implique un contrôle génétique des grains de pollens au niveau des stigmates.
Et cela est compose de deux sous systèmes d’auto-incompatibilite homomorphe
Le système gamétophytique ou il y a rejet du pollen lorsqu’un allèle du génome de la plante que nous appellerons S ici est le même que celui porte par le grain de pollen.
Le système sporophytique ou cette fois si il y a présence des deux allèles du parent mâle dans le pollen et il y a rejet quand l’un des deux allèles du parent male exprime dans le pollen est le même que l’un des deux allèles du pistille. Mais dans ce cas la il faut aussi tenir compte des relations de dominance et codominance entre ces allèles et il y a donc en fait rejet du pollen que lorsque le parent mâle du pollen et le pistille expriment le même gêne actif.
La protéine impliquée dans l’application de cet auto-incompatibilite est une ribonucléase proche de celle des champignons et qui est donc capable de dégrader des ArN pollinique et est présente dans le mucilage des tissus de transmission du pistil.

Voila j'espère que mon premier article vous aura plus.
Prochainement: La germination du pollen
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!