Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

Illuminateur externe


  • Veuillez vous connecter pour répondre
21 réponses à ce sujet

#1 Pierre Houssin

Pierre Houssin

    Invertébré

  • Ex membre
  • PipPipPip
  • 364 messages

Posté 03 février 2006 - 09:26

Bonjour,

pour compléter mon Carl Zeiss Jena statif L, je cherche à acquérir un éclairage externe permettant l'éclairage de Köhler.
Je me souviens qu'il a été cité sur le forum un vendeur européen sur ebay qui en vend : mes recherches ont été infructueuses sur le forum et sur ebay.
Quelqu'un peut il me rafraichir la mémoire ?
Ou me donner d'autres sources possibles.

Pour l'instant, j'utilise une led blanche montée sur flexible...
Merci d'avance

Modifié par Pierre Houssin, 03 février 2006 - 09:27 .

  • 0

#2 Marc Peltier

Marc Peltier

    AUTEUR

  • Membre confirmé
  • Pip
  • 151 messages

Posté 04 février 2006 - 09:56

Bonjour Pierre,

Je me permets de te suggérer une autre solution: faire toi-même cet illuminateur.

Je sais que le vrai bricoleur, le puriste, privilégie les solutions "c'est moi qui l'ai fait", qui lui prendront plus de temps, qui lui coûteront plus cher et qui fonctionneront moins bien que ce qu'il pourrait acheter tout fait dans le commerce ;) .

Aussi j'ai scrupule à proposer cet éclairage qui ne satisfait à aucun de ces trois critères. Heureusement, c'est pour l'instant très laid, ça me rachète...

L'optique vient d'un vieux projecteur de diapositives, l'éclairage est une simili Luxeon, il y a un diaphragme de champ à l'avant, piqué sur un vieil appareil photo, et, il faut bien le dire, ça fonctionne super bien!

IMG_0379.JPG

Amicalement,

Marc
  • 0

#3 Jean-Marc Babalian

Jean-Marc Babalian

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 972 messages

Posté 04 février 2006 - 10:03

Bonjour,

C' est superbe, et entierement d' accord,
ce qui est dommage, c' est quand on vous pose une question par Message privé, vous n' y repondiez pas !
Mes questions devaient être ininteressantes !

Cordialement
J-M
  • 0

#4 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 04 février 2006 - 11:48

Bonjour le Forum,

Le système d’éclairage des projecteurs de diapositives est très intéressant pour éclairer un microscope pourvu de miroir. Je ne l’ai utilisé que très rarement à mes débuts, par contre, j’ai a plusieurs reprises utilisé le verre anticalorique (ou rifique ?) dans un éclairage traditionnel pour utiliser la ToUcam, son efficacité était très bonne.
Petite anecdote :il m’est arrivé d’en briser un, en touts petits morceaux, simplement en le saisissant entre le pouce et l’index et maintenant j’utilise les tout petits morceaux. Je me suis interrogé sur la fragilité de ces verres (6 mm d’épaisseur quand même !) et je me suis demandé, si la chaleur ne les « cuisait » pas ?

(Je me mêle de ce qui ne me regarde pas (quoique !) , mais au sujet des réponses aux questions posées sur le Forum (ou en privé), nul n’est tenu obligatoirement d’y répondre, chacun a ses propres occupations soyons plus compréhensifs.)

Cordialement.
  • 0

#5 Marc Peltier

Marc Peltier

    AUTEUR

  • Membre confirmé
  • Pip
  • 151 messages

Posté 04 février 2006 - 05:05

Bonjour à tous, bonjour Michel,

En effet ces filtres catathermiques encaissent sans arrêt des chocs thermiques importants, et ils développent sans doute des contraintes internes qui expliquent ta mésaventure. Le verre devait être trempé sur une face.

Il m'est arrivé de casser volontairement une porte en verre trempé (pour faire une sculpture!). Un très petit coup de marteau sur un angle suffit à faire véritablement exploser le verre. On mesure alors les énormes contraintes qu'il y a dans le verre trempé : les couches extérieures compriment les couches internes, ce qui explique la très grande solidité des portes en verre, et en même temps leur très grande fragilité si un éclat vient rompre l'équilibre des forces.

Plus près de la microscopie, j'ai dû remplacer la lentille épaisse du collecteur de lampe de mon microscope leica, qui comportait un éclat interne dans la masse du verre, certainement d'origine thermique (lampe de 100w). Cet éclat divise en deux parties égales la lentille, mais il s'arrète juste avant la surface, sans doute parce que les couches externes ont des contraintes qui donnent des effets de trempe, et empèchent la fissure de se propager.

Une raison de plus d'utiliser désormais des LED qui ne chauffent presque pas!

Amicalement,

Marc

Modifié par Marc Peltier, 04 février 2006 - 05:06 .

  • 0

#6 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 04 février 2006 - 05:23

Bonsoir Marc,

C'est en effet une hypothèse solide.
Plus solide que le verre en question.

Cordialement.
  • 0

#7 Dominique Prades

Dominique Prades

    Modérateur Animateur

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 851 messages

Posté 04 février 2006 - 07:06

Bonsoir à tous,

Serait il logique et possible, optiquement parlant, d'installer un flash en lieu et place de la luxéon.

A bientôt
  • 0

#8 Jean-Marc Babalian

Jean-Marc Babalian

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 972 messages

Posté 04 février 2006 - 08:42

Bonsoir,

Suivant les premiers essais "mecaniques et optiques" que je realise actuellement sur ma boite à lampe, je peux te repondre à 95 % oui !

A+
J-M
  • 0

#9 Gérard Weiss

Gérard Weiss

    Invertébré

  • Membre confirmé
  • PipPipPip
  • 333 messages

Posté 04 février 2006 - 09:35

Bonsoir à tous,

Serait il logique et possible, optiquement parlant, d'installer un flash en lieu et place de la luxéon.

Bien sûr que c'est possible, mais ça pose quelques problèmes pour lesquels je n'ai pas encore trouvé de solution :
1. Comment effectuer un réglage optique selon Köhler ?
2. Comment maitriser l'exposition ?
Tout cela commodément évidemment.
De plus, même un petit flash donne, je pense, un éclairage surpuissant ! :blink:

Par conséquent, vos solutions m'intéressent beaucoup.

En ce moment, je suis en train de cogiter une transformation de mon petit éclairage externe "made home" pour utiliser une Luxeon 5W : en mode continu pour l'observation et en mode flash, c'est à dire en impulsion, pour les photos. Ca me parait jouable et la réserve de puissance lumineuse est considérable, au moins pour un éclairage à fond clair sans dispositif complémentaire de contraste. Il n'y a plus qu'à...

Ci-dessous une photo de mon éclairage que j'estimais provisoire il y a deux ans ;) . N'ayant pas les talents d'ajusteur de Marc Peltier, j'en ai réalisé la structure 3D avec des plaques de circuit imprimé en verre-époxy* et des tiges filetées de diamètre 4mm. Cette façon de faire n'est pas difficile, nécessite peu d'outillage et demande seulement de la minutie. L'alimentation est tout ce qui reste d'un micro-ordinateur Oric et le variateur est classique et réalisé autour d'un circuit régulateur de tension.
IMG_1650.jpg
Nota : Le filtre Nikon est un filtre UV à pente raide. (Les accessoires pour la photo argentique sont maintenant vendus pour trois fois rien sur eBay.) Ce filtre jaunit un peu l'image, mais je trouve que l'observation au microscope est beaucoup plus reposante avec.

(*) Ces plaques peuvent évidemment être en dural, en PVC ou autre, l'essentiel étant qu'elles soient suffisamment rigides et faciles à travailler.

Cordialement,
  • 0

#10 Jean-Marc Babalian

Jean-Marc Babalian

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 972 messages

Posté 04 février 2006 - 10:23

Bonsoir Gérard,

1. Comment effectuer un réglage optique selon Köhler ?

Il semblerai, que cela ne serait pas necessaire, si ton flash est à la place de la source (evidemment) ou legerement derriere. En plus la surpuissance d' eclairage sur un depoli, facilite la prise de vue sans trop se préoccuper de Mr Kolher.

2. Comment maitriser l'exposition ?


Il faut regler l' APN en mode manu (temps d' exposition) avec le declenchement du flash en synchro (il faut un cable entre l' APN et le flash)

J' espere pouvoir mettre des photos d' ici 2 semaines de ce que j' annonce.

A part cela tu bricole pas mal du tout !

A+
J-M
  • 0

#11 Christian Aubert

Christian Aubert

    Homo sapiens bricolus

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 622 messages

Posté 04 février 2006 - 10:36

Bonsoir Gerard et tous,

En ce moment, je suis en train de cogiter une transformation de mon petit éclairage externe "made home" pour utiliser une Luxeon 5W : en mode continu pour l'observation et en mode flash, c'est à dire en impulsion, pour les photos

J’y ai pensé aussi (et testé "à la main") car je cherche toujours quelques possibilités pour limiter un maximum les vibrations de mon reflex.
J’avais imaginé réaliser cela avec un Pic ou autres micro-processeurs, mais je n’ai plus la passion de l'électronique et le courage de plancher sur un montage + programmation (la faute à la microscopie !)
Donc je suis aussi très intéressé par toutes formes d’innovations et de conseils dans ce sens ...

Amitiés

Modifié par Christian Aubert, 04 février 2006 - 11:10 .

  • 0

#12 Jean de Corcelles

Jean de Corcelles

    Auteur

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 580 messages

Posté 05 février 2006 - 08:22

Bonjour à tous !


Moi aussi je suis en train de cogiter un système d'adaptation de flash sur mon L3000. J'en suis aux essais!
Dès que cela sera opérationnel, je vous en ferai profiter !

Bonne journée !
Jean :)
  • 0

#13 Marc Peltier

Marc Peltier

    AUTEUR

  • Membre confirmé
  • Pip
  • 151 messages

Posté 05 février 2006 - 12:13

Bonjour à tous,

Le sujet est un peu devenu "Flash externe", ce qui m'amène à vous proposer cette idée:

Dans la plupart des APN ou RN modernes, le flash est sous le contrôle du processeur de l'appareil, et l'énergie lumineuse qu'il émet est dosée en fonction des mesures faites sur le capteur en temps réel, tout au moins en mode automatique.

Il y a donc un grand avantage à utiliser le flash même de l'APN ou du RN, et non pas un autre, même asservi. En effet, seul de déclenchement du flash secondaire est asservi, la coupure de l'éclair ne l'est pas (ou peut-être dans des systèmes professionnels ou scientifiques hors de propos). Or c'est cette coupure anticipée qui est la clef des très courtes expositions que nous recherchons.

Oui, me direz vous, mais l'appareil photo ne peut pas être à la fois d'un coté et de l'autre du système optique, dans la boîte à lumière et derrière l'oculaire!

Que si! Il suffit d'étirer l'appareil photo! ;)

Il faut utiliser une fibre optique qui guidera la lumière du flash jusqu'à la position idoine dans le système de Köhler. L'APN photographiera alors le champ illuminé par son propre flash, et ses automatismes n'y verront … que du feu.

J'ai amorcé l'application de cette idée en macro, comme le montre cette image :

IMG_0056.JPG

Un morceau de plexiglas poli intercepte la lumière du flash, et la guide à proximité du sujet (Sans ce guide la monture de l'objectif porterait ombre, et le flash serait inefficace). La fibre optique coudée guide la lumière auxiliaire orangée émise par l'appareil avant la prise de vue quand la lumière naturelle est insuffisante pour faire les mesures.

Ca marche très bien, tous les automatismes sont conservés et on peut faire des prises de vue macro à 1/1 à main levée ! C'est même bien trop efficace avec une bande de plexiglas, j'ai du mettre du scotch noir partout pour limiter le flux lumineux conduit aussi près du sujet. En fait, une autre fibre optique comme celle utilisée pour la lumière auxiliaire suffirait.

Du côté de la boîte à lumière, l'extrémité de la fibre optique devrait éclairer un petit morceau de dépoli convenablement diaphragmé pour que ce dépoli joue le rôle du filament dans le système de Köhler. Si l'extrémité polie de la fibre était mise directement à la place du filament, les rayons qui en sortiraient seraient plus ou moins parallèles, ce qui donne de tout autres conditions de diffusion dans le système optique.

On peut imaginer de reproduire juste à l'emplacement du filament l'astuce du verre à 45° utilisée par Jean entre autres, pour utiliser simultanément la Luxéon et le flash. Mais il y a une difficulté géométrique qui est que l'angle de diffusion de la source vers la lentille collectrice est souvent de l'ordre de 120°, en tout cas toujours supérieur à 90 °, ce qui fait qu'un miroir à 45°, semi transparent ou pas, ne pourra jamais éclairer convenablement toute la lentille collectrice. Je vous laisse faire le petit dessin qui vous en convaincra. Il faudrait utiliser un angle d'attaque inférieur à 45°, qui ne donne presque plus de réflexion totale sur un verre clair. Il faut alors utiliser un vrai miroir mobile qui masquera la LED, ce qui diminue beaucoup l'intérêt de la formule.

Pour ma part, je pense réaliser une tirette dans la boite à lumière qui mettra au foyer soit la LED, soit le dépoli éclairé par la fibre optique venant du flash de l'APN, avec un parcours de 90 cm environ. Mais ce n'est pas pour tout de suite, j'ai peu de temps en ce moment.

Pour finir, et pour faire plus simple, je voudrais signaler qu'il est possible d'utiliser la Luxéon comme flash ! Elle admet en effet des surintensités très importantes, à condition qu'elles soient très brèves. Le seul problème est de ne pas faire fondre la puce. Un transistor MOS FET utilisé en interrupteur, commandé par un générateur d'impulsion réglable, fournirait de très courtes impulsions de lumière directement depuis la Luxéon. Et tant que nous y sommes, pourquoi pas un éclairage stroboscopique pour figer et analyser le mouvement des cils des vorticelles et des stentors. J'y pense depuis longtemps…

Amicalement,

Marc
  • 0

#14 Gérard Weiss

Gérard Weiss

    Invertébré

  • Membre confirmé
  • PipPipPip
  • 333 messages

Posté 05 février 2006 - 12:41

Bonjour à tous, bonjour Christian et Jean-Marc,

J’avais imaginé réaliser cela avec un Pic ou autres micro-processeurs, mais je n’ai plus la passion de l'électronique et le courage de plancher sur un montage + programmation (la faute à la microscopie !)

Faute avouée est déjà pardonnée... :lol:

Je ne connais rien à la programmation des microprocesseurs. Je pensais simplement utiliser un timer très banal, genre 555, commandant une porte à transistors. Il y aura éventuellement un second timer pour empêcher la production d'éclairs trop rapprochés (disons au pif 200 ms environ) qui risqueraient de griller la Luxeon.

(il faut un cable entre l' APN et le flash)

Tout à fait d'accord. Je ne vois en effet que deux façon de déclencher le flash :
- soit par un cable reliant l'APN au flash (encore faut-il que l'APN comporte une prise flash) ;
- soit par voie optique.

Malheureusement, la solution du déclanchement optique oblige à utiliser le flash intégré de l'APN avec deux inconvénients :
- on prend à chaque fois un éclair dans la figure ;
- l'APN n'est plus opérationnel pendant le délai de rechargement de son flash, soit 5 à 10 s environ par expérience.

Nous sommes plusieurs à nous intéresser à ce sujet. Souhaitez-vous que je mette le projet en ligne avant toute réalisation afin que nous puissions en discuter ? A plusieurs, le résultat n'en sera que meilleur ! (Laissez-moi seulement le temps de le dessiner, car tout est dans la tête pour le moment. :blink: )

A+
  • 0

#15 Christian Aubert

Christian Aubert

    Homo sapiens bricolus

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 622 messages

Posté 05 février 2006 - 12:43

Bonjour Marc,

On peut imaginer de reproduire juste à l'emplacement du filament l'astuce du verre à 45° utilisée par Jean entre autres, pour utiliser simultanément la Luxéon et le flash. Mais il y a une difficulté géométrique qui est que l'angle de diffusion de la source vers la lentille collectrice est souvent de l'ordre de 120°, en tout cas toujours supérieur à 90 °, ce qui fait qu'un miroir à 45°, semi transparent ou pas, ne pourra jamais éclairer convenablement toute la lentille collectrice.

Donc avec mon système http://forum.mikrosc...?showtopic=2486 , selon toi les miroirs ne seraient pas à 45° ???
En tout cas tout le champ est éclairé, c’est certain …

Pour le temporisateur Luxeon, si j’ai le courage je ressortirai mes puces Basic-Stamp.

A+
  • 0

#16 Gérard Weiss

Gérard Weiss

    Invertébré

  • Membre confirmé
  • PipPipPip
  • 333 messages

Posté 05 février 2006 - 01:02

Bonjour à tous, bonjour Marc,

Tu viens d'envoyer ton message pendant que j'écrivais le miens. :lol:

...il faut utiliser une fibre optique qui guidera la lumière du flash jusqu'à la position idoine dans le système de Köhler. L'APN photographiera alors le champ illuminé par son propre flash, et ses automatismes n'y verront … que du feu.

Astucieux et beaucoup plus simple que la solution que j'ébauchais dans mon message ci-dessous ! Toutefois, cette solution nécessite une manipulation physique pour remplacer à chaque usage la source de lumière continue par le flash. Avec la Luxeon, il n'y a plus qu'une seule source lumineuse et donc plus de manipulations à faire.

. ...il est possible d'utiliser la Luxéon comme flash ! ...Et tant que nous y sommes, pourquoi pas un éclairage stroboscopique pour figer et analyser le mouvement des cils des vorticelles et des stentors. J'y pense depuis longtemps…

Bonne idée. Le flash étant réalisé, il suffit alors de le commander par un trigger !

A+
  • 0

#17 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 05 février 2006 - 02:51

Bonjour à tous,

Au sujet du flash électronique, si vous le jugez trop encombrant pour pouvoir facilement le placer dans le trajet optique, il existe une solution élégante.
Par contre il faudra un peu bricoler sous la loupe ou la loupe bino, car c’est tout petit. (CMS!)

Il s’agit d’une LED Flash ,
la Luxeon Flash :LXCL-PWF1
et son driver de chez Maxim :
MAX1577Y &
MAX1577Z.



. ...il est possible d'utiliser la Luxéon comme flash ! ...Et tant que nous y sommes, pourquoi pas un éclairage stroboscopique pour figer et analyser le mouvement des cils des vorticelles et des stentors. J'y pense depuis longtemps…

Je n’en vois pas trop l’intérêt puisque le Flash fige déjà le mouvement. A quoi cela servirait-il de synchroniser le mouvement des cils avec l’éclair du flash par trigger ? Pour obtenir l’immobilité apparente des cils ? Ou pour voir leur mouvement au ralenti ? Dans ce cas il faut faire de la microcinématographie, ce qui a déjà été étudié et demande un gros appareillage. De plus cela ne présente pas beaucoup d’intérêt à mon goût par rapport au travail pour y arriver.
Mais ne sommes nous pas aussi ici pour faire des choses qui paraissent impossibles ou inutiles ? A vous de voir.

Cordialement.
  • 0

#18 Marc Peltier

Marc Peltier

    AUTEUR

  • Membre confirmé
  • Pip
  • 151 messages

Posté 05 février 2006 - 02:57

Re-bonjour!

En réponse à Christian, un petit croquis.

flash1.jpg

A gauche, l'angle sous-tendu par la lentille collectrice est inférieur à 90°, tout va bien, les deux sources sont l'image l'une de l'autre dans le miroir.

A droite, l'angle est très ouvert, c'est un système moderne energétiquement efficace, mais la source latérale ne peut plus éclairer toute la collectrice... De plus, si son image doit se superposer à la source principale (Köhler!), cette source est physiquement dans le faisceau lumineux principal.

Blêêêême!

Amicalement,

Marc
  • 0

#19 Jean-Marc Babalian

Jean-Marc Babalian

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 972 messages

Posté 05 février 2006 - 07:46

Bonsoir,

Si la conversation part sur le flash externe, et la façon de le placer et de vouloir absolument respecter l' eclairage de Kolher, allez voir ce lien, la simplicité de montage, et les photos de la personne !
Enfin ce que j' en dit :lol:

Charles Krebs

B)

A+
J-M
  • 0

#20 Marc Peltier

Marc Peltier

    AUTEUR

  • Membre confirmé
  • Pip
  • 151 messages

Posté 05 février 2006 - 09:20

Bonsoir Jean-Marc,

C'est sûr, on peut faire d'excellentes photos avec ou sans flash sans se soucier des conditions de Köhler. On a toute liberté d'éclairer de toutes les façons orthodoxes ou non, et d'excellents résultats sont là pour le prouver. Loin de moi tout purisme absurde!

Si je m'intéresse en la circonstance à l'exactitude de la superposition du flash et de la source principale, c'est parce que c'est le seul moyen d'espérer avoir sur la photo au flash les mêmes détails qu'on avait vus aux oculaires, le petit reflet qui révèle, l'ombre portée qui met en valeur... Si les sources ne sont pas exactement au même endroit, tout est changé, ce qui ne veut pas dire rien ne va plus!

Amicalement,

Marc
  • 0

#21 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 05 février 2006 - 11:41

Bonsoir à tous,

J’ai une petite intuition qui me dit que l’on doit pouvoir utiliser le flash d’une manière radicalement différente de l’éclairage de Köhler, mais si l’on veut maîtriser parfaitement l’image finale à partir de ce que l’on voit directement à l’oculaire, il vaut mieux respecter scrupuleusement le réglage de Köhler.
Les deux points de vue ne sont pas opposables mais dépendent du but recherché: la simplicité ou la rigueur.
En tout cas quelle que soit la stratégie adoptée, ce mode de prise de vue n’a pas fini de nous étonner.

Amicalement.
  • 0

#22 Jean-Marc Babalian

Jean-Marc Babalian

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 972 messages

Posté 06 février 2006 - 12:20

Bonsoir Michel, Marc,

Je ne veux pas contredire la théorie, bien mal m' en prendrai, et j' aime trop cela (les theories), cependant, je vous presente mon cas , qui doit être similaire dans certains de vos microscope, car cela depend des collecteurs. On passe de la théorie à la pratique ! :)

Voici ma boite à lampe 12V 100W Leitz modele 102Z :)
les petits boutons servent au centrage de la lampe dans l' axe optique et le réglage du miroir concave arriere. Le gros bouton à droite sert au reglage de la premiere lentille collectrice, en la faisant translater suivant l' axe optique.

Light3.jpg

Voici une vue de l' interieur, ce n' est pas la meme lampe et la source presente est au mercure, quoi qu' il en soit les mecanismes internes sont identiques.

02_1_b.jpg

Donc cette lentille se rapproche ou s' eloigne de l' ampoule. Cela a pour effet de faire varier l' intensité de l' eclairage d' environ 15-20% . Je doit preciser egalement qu' un dépoli se trouve apres: ma lampe eclaire un dépoli (et meme 2). Le fait de faire varier la position de cette lentille et donc de l' eclairage, reviendrai au meme que si je placait ma source (et pourquoi pas un flash) derriere sa position originale.
Tout cela pour en arriver sur le fait que la translation de cette lentille n' entraine pas une obligation de modifier la hauteur du condenseur (le reglage est indentique) et la qualité d' image en Haute définition (je passe les détails) n' est pas altéré du tout, à part une baisse de l' intensité lumineuse evidemment, précisée precedemment.

Si de toute maniere, vous voulez prendre le détail qui tue sur une paramecie en mouvement à 500X, je doute de la petite alteration des détails dû à un leger déreglage de l' eclairage de kolher soit le parametre le plus important. Le flash est à mon avis utile pour figer des animaux en mouvement, pas pour resoudre la diatomée qui n' a jamais été cracké ! :)

A+
J-M

Modifié par Jean-Marc Babalian, 06 février 2006 - 12:22 .

  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!