Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

Flash et stabilité


  • Veuillez vous connecter pour répondre
4 réponses à ce sujet

#1 Jean de Corcelles

Jean de Corcelles

    Auteur

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 580 messages

Posté 09 février 2006 - 11:32

Bonjour à tous !

Comme nous sommes plusieurs actuellement sur le sujet flash et vibrations intempestives lors du relevé du miroir, pour les RN évidemment , mais aussi pour les autres, car les vibrations, qui passent souvent inaperçues, sont la source de flous sur les images, surtout bien sûr pour les objectifs forts…
Comme j’ai fait pas mal de petits travaux mûrement étudiés et réfléchis dans mon labo pour adapter mon L3000, je me permets de vous montrer ce que j’ai réalisé (en détail !) en espérant qu’éventuellement cela pourra vous servir et vous donner des idées…

Planche 1


Fix_Flash_1.jpg




Photo 1/1 : Le support est constitué d’ un plaque de latté mélaminé de 20mm sur lequel est vissée une potence en chêne de 45x 45 elle-même fixée contre le mur grâce à une grande équerre métallique. A l'avant, un support récupéré sur un vieux support de flash, raidi par une jambe de force en alu de 2mm me permet de fixer mon RN à deux hauteurs différentes.

Photo1/2 : Le détail d’une fixation

Photo1/3 : L’appareil fixé en ce que j’appelle la " position haute", c'est-à-dire sur le tube photo zoom fourni en option avec le microscope, qui donne un grossissement variable de 2,5 à 4 x. En plus de sa fixation vissée sur le tube j’ai ajouté une sécurité sur l’arrière de l’appareil ,au pas Kodak ,indiquée par la flèche jaune sur la photo1/4 . A moins d’un tremblement de terre ( peu probable à Corcelles !) ,je suis donc tranquille sur la stabilité et je peux faire un pied de nez au père Richter et à son échelle ! Après avoir fait une fois pour toutes une mise au point précise sur le RN, un oculaire spécial introduit dans le tube gauche du microscope et ajustable avec le réglage dioptrique permet d’avoir une concordance parfaite de mise au point . De plus cet oculaire indique précisément le champ couvert.


Planche 2


Fix_Flash_2.jpg



Photo 2/1 : Le RN fixé en "position basse", c'est-à-dire à la sortie de tube trino, ce qui permet d'avoir l'intégralité du champ. Dans cette position ( photo2/2) le RN est approché à 1 ou 2 mm du tube trino et complètement désolidarisé mécaniquement du microscope. Vibration =0 !

Photo2/3 : Le support woodware (!) pour le verre incliné à 45 °

Photo 2/4 :Le flash en place sur son petit support perso !

Planche3




Fix_Flash_3.jpg



Photo 3/1 : Le flash ( Canon Speedlite 430EX ) une vraie merveille de technologie, n'est pas connecté par câble à l'EOS350D, mais est en mode "Slave"déclenché par un éclair infrarouge envoyé par un transmetteur dont la portée est de l' ordre de 20m, donc pas de problème de déclenchement dans mon cas!! Finement paramétrable par incréments de 1 ( de 1/1 à 1/64 ), le 1/64 est suffisant, ce qui garantit un éclair de très courte durée…

Photo3/2 : Le tableau de commande du transmmetteur IR (Canon Speedlite tramsmitter ST-E2)

Photo 3/3 : Pour le déclenchement, au choix par le déclencheur électrique manuel , ou par le logiciel qui contrôle toutes les fonctions de l'appareil et donne le résultat immédiat de la prise de vue.

Si j'ai pu vous intéresser... :)


Bonne journée à tous / amitiés Jean
  • 0

#2 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 09 février 2006 - 12:15

Bonjour Jean, et tous,

Vraiment très intéressant ton montage, très ingénieux et complet !
Mais je ne serais pas moi-même si je ne posais pas certaines questions ...*

Je suppose que les vibrations causées par le rabat du miroir ne se manifestent pas uniquement quand on utilise un Flash ?
Je pense que ce montage a une portée beaucoup plus générale.
Il faudrait expliquer ce phénomène de vibrations, tout le monde ici n’est pas photographe.(ou physicien)
J’ai cru comprendre ** que justement le flash avait pour but de figer le mouvement et donc d’éliminer le « bougé ».

Comment fais-tu pour assurer le parallélisme entre le capteur et le microscope, tous les maçons savent que les murs ne sont pas perpendiculaires au sol et les mécaniciens que les équerres n’en sont pas réellement ?

Dernière question qui n’a rien à voir ( !) comment fais-tu la mise au point ?

Cordialement.


* Les questions sont d’ordre général et cet article n’est qu’une occasion qui m’est fournie de les poser. Et pas exclusivement à Jean.
** Je joue ici le rôle de Candide.
  • 0

#3 Christian Aubert

Christian Aubert

    Homo sapiens bricolus

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 2 622 messages

Posté 09 février 2006 - 01:02

Bonjour à tous,
Jean et Michel,

Décidément cet hiver est profitable aux nouvelles réalisations :)
J’ai aussi une question à propos des vibrations :

Dans cette position ( photo2/2) le RN est approché à 1 ou 2 mm du tube trino et complètement désolidarisé mécaniquement du microscope. Vibration =0 !

Je pense que ton modèle d’appareil est mieux conçu que le mien.
En effet, même si je désolidarise complètement mon RN du microscope, les vibrations de l’appareil lui-même sont préjudiciables aux forts grossissements.
C’est pour cette raison qu’avec un flash j’utilise toujours le mode « Flash sur le second rideau » en éteignant ou en atténuant un max l’éclairage principal.
C’est pour la même raison aussi que je travaille sur mon temporisateur de Led.
Comme à nous tous nous possédons plusieurs modèles de RN, je pense qu’il serait intéressant de les comparer sur la base d’un même test (de vibrations).

Une chose est sûre, bien que je trouve formidable ces reflex numériques par leurs possibilités extraordinaires, je ne conseillerais jamais à un débutant d’aborder la microscopie de cette manière … à moins d’avoir un passé de photographe et/ou être très bricoleur.

Bravo Jean pour tes réalisations !
Amitiés :)

Modifié par Christian Aubert, 09 février 2006 - 01:09 .

  • 0

#4 Jean de Corcelles

Jean de Corcelles

    Auteur

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPip
  • 580 messages

Posté 10 février 2006 - 11:07

Bonjour Christian et Michel, Bonjour à tous


je ne conseillerais jamais à un débutant d’aborder la microscopie de cette manière … à moins d’avoir un passé de photographe et/ou être très bricoleur.

Evidemment, tu as parfaitement raison...

Je suppose que les vibrations causées par le rabat du miroir ne se manifestent pas uniquement quand on utilise un Flash ?

Bien sûr, j'avais oublié de le préciser, c'est même là que le phénomène ne se manifeste pratiquement pas, du moins chez moi, puisque quand le flash se déclenche, le miroir est relevé. Sur le 350D, le miroir est particulièrement bien amorti ( au déclenchement on entend un bruit plus "pneumatique" que mécanique ( c'est subjectif ! ), et d'autre part il est plus petit que dans un reflex 24x36 ( il y a un rapport de 1,6 ) où certains miroirs produisaient un bruit et une " secousse " importants ( le T90 en particulier ). J'ai remarqué aussi que quand l'appareil est fixé par là où il doit l'être ( l'écrou de pied ) on risque moins de vibrations que quand il est en quelque sorte " suspendu " par l'objectif ou son système de fixation

Comment fais-tu pour assurer le parallélisme entre le capteur et le microscope

Partant du principe que ma table est très stable et de niveau ( elle l'est réellement !), que la platine du microscope l'est aussi ( voir photos ), je me sers donc d'un niveau, posé sur le reflex.

comment fais-tu la mise au point ?

Tout simplement en regardant dans le viseur du RN, le dépoli étant d'une extraordinaire finesse ; je le fais toutefois avec l'aide d'un viseur d'angle, plus pratique, mais qui aussi agrandit l'image, possède une pastille de microprismes et un réglage dioptrique extrêmement doux et précis : dans les cas "difficiles ", j'ai aussi une loupe rabattable qui grossit 10 fois le centre de l'image. Il y a évidemment une petite différence de MAP entre l'observation bino et ce qui apparaît sur le dépoli.
Lorsque j'utilise le tube photo-zoom, je fais la même chose, mais lorsque j'ai fait la mise au point "une fois pour toutes " avant une séance d'observation-photo, j' utilise l'oculaire spécial livré qui délimite le champ et permet d'avoir une mise au point super précise en jouant sur le règlage dioptrique de l'oculaire gauche du microscope. Bien sûr, on ne regarde qu'en monoculaire, mais ce n'est pas une grande contrainte , et ce qu'on voit dans cet oculaire est exactement ce qui se trouve sur le capteur.


niveau_1.jpg



reflex_bas_3.jpg




Bonne journée / amitiés / Jean :)

Modifié par Jean de Corcelles, 10 février 2006 - 11:13 .

  • 0

#5 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 10 février 2006 - 01:26

Bonjour le Forum,
Cher Jean,

Magnifiques illustrations ! Je me doutais que tu utilisais un niveau, mais ma question était plutôt comment régler le parallélisme. Vis de réglage ? (Si tant est que le niveau est vérifié)
Bon certains vont encore penser que je pinaille !
Pour la MAP, je ne crois pas que le dépoli soit « extrêmement » précis, mais c’est le résultat qui conte ! Pour ma part, je n’ai jamais pu faire une MAP correcte à partir d’un dépoli ! C’est là qu’intervient l’habileté de l’opérateur.

Au sujet des vibrations, il faudrait préciser que quand le miroir percute son support lors du relevage, il y a deux choses qui peuvent vibrer, entraînant un flou.
-- Il y a le sujet lui-même (qui vibre) par transmission des vibrations à la platine.
Dans ce cas bien entendu le fait de désolidariser l’appareil du microscope va réduire le problème.
-- Le deuxième élément à vibrer est le capteur lui-même avec l’ensemble de l’appareil photo.
Il faut donc dans ce cas, après avoir relevé le miroir, attendre un certain délai d’amortissement avant de déclancher l’obturateur.
.
En annexe du sujet voici l’intérieur d’une bague Nikon réalisée de manière à amortir les vibrations du boîtier.
Chaque vis est isolée par un silent-block .
En prime une photo, (ma première) prise à main levée sur la sortie du microscope, mais sans mettre en œuvre la bague anti-vibration Il me faut encore faire un peu de mécanique pour l’utiliser.
La photo du détail montre que le Canon 300D, tenu à la main , il n'y a pas plus de bougé que sur un cliché classique de paysage.

Cordialement.


 

Bague Nikon amortie par Silent-blocks

Silent_block.jpg


Simples saletés sur une lame.

JEAN__0013_R_Decouoe.jpg

10 X DIC Nikon TMD (Image réduite)


Détail à 100%

Detail_2T1F_3.jpg

Canon 300D tenu à la main.


  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!