Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Dialux 22 EB phase et DIC


  • Veuillez vous connecter pour répondre
3 réponses à ce sujet

#1 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 18 avril 2004 - 11:34

Bonjour Le Forum et Jean-Marc,

Je suis fortement impressionné par ton DIC.
Je me renseigne sur les différentes solutions dont la tienne c'est à dire l'adaptation d'une autre marque.
Petite question pour commencer.
Certains fabricants fournissent une tourelle/condenseur avec un Wollaston pour chaque objectif. D’autres disposent le second Wollaston dans chaque objectif.
Quel intérêt y a-t-il à procéder de la sorte si ce n’est à multiplier les filtres et les coûts ?
As-tu une idée là-dessus et ne peut-on pas simplifier en utilisant deux Wollaston en tout et pour tout ?
Cordialement.
  • 0

#2 Jean-Marc Babalian

Jean-Marc Babalian

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 858 messages

Posté 19 avril 2004 - 09:07

Bonjour,

Je suis désolé, mais la description va être un peu longue !
Effectivement, comme tu le precise, il y a globalement 2 solutions pour les microscopes en 160-170-210mm:
Soit les prismes de wollaston (ou autres, il existe plusieurs techniques), sont placées dans l' objectif (Leitz), soit entre l' objectif et le revolver (nikon type optiphot, olympus), mais aussi dans un porte filtre du revolver (Zeiss photomic) voir meme avec un changement de revolver qui permet l' introduction des filtres (nikon labophot, optiphot 2).
Avant toutes choses il faut evidemment disposer de filtres polarisants.
1er : quelque soit le type precedemment cité, il est indispensable d' avoir les prismes specifiques pour chaque type d' objectif au niveau du condenseur.
Tres generalement, 3 prismes : le 10-16X, le 20-40X le 60-100X (je dispose de la tourelle avec les prismes leitz à ce niveau, c' est la meilleure affaire que j' ai fait sur Ebay, la personne qui le vendait ne savait pas ce que s' était)
Ces prismes servent à séparer le faisceau de lumiere ( dirigé dans un plan) en 2 faisceaux plans perpendiculaires l' un par rapport à l' autre et legerement déphasés. Plus le grossissement de l' objectif qui lui est attribué est important et plus le déphasage doit être faible (rapport avec l' O.N de l' objectif). Si on place un prisme 10X avec un objectif 100, on se retrouve avec un leger flou dût à une superposition d' image venant des 2 faisceaux "trop écartés". Si on fait l' inverse, on observe pas le DIC.
2eme: Chaque prisme "analyseur" situé au dessus de l' objectif sert à recombiner ces 2 faisceaux déphasés en 1 seul qui interfere. Donc en toute logique chaque objectif devrait avoir son prisme analyseur propre. Mais, en disposant d' une gamme de prisme de wollason ou nomarski assez large, on arrive à trouver un prisme unique qui recombine les 2 faisceaux de façon "optimale" pour tous les objectifs. Mais j' ai préféré choisir le prisme qui me donne le meilleur résultat pour le 20-40X. Je considere que le 10X est peu important car les contraste sont souvent bon, et le 100X est un objectif que l' on utilise peu. Mais cela marche sur tout les objectifs.
Et meme sur les 5 objectifs, sur le revolver, 3 sont en contraste de phase : donc autre avantage, je n' ai pas besoin d' avoir 2 fois chaque objectif ( 1 en ph et un en DIC)
Le Dialux 20-22 et le Laborlux S se pretent bien à cette technique, car ils disposent de ce porte filtre qui se trouve entre le revolver et la tete. Par contre Hormis pour les microscopes avec objectifs à l' infini, ou le prisme peut être placé n' importe ou, le prisme des 160-210 doit être, théoriquement, placé au plus prêt du plan focal de l' objectif (comme l' anneau de phase pour le ph). J' ai comparé le positionnement du prisme objectif en le plaçant entre l' objectif et le revolver, et la technique que j' utilise, je n' ai remarqué aucune amélioration :blink:
En conclusion, suivant mes petites experiences, l' utilisation de prisme analyseur specifique à chaque objectif ne sert qu' a optimiser le resultat du DIC, mais n' est pas un necessité absolue (il ne faut pas mettre n' importe quoi non plus!)
Je ne considere pas avoir le systeme qui donne le meilleur des resultats sur le DIC, mais ça marche. Avant sur mes autres microscopes j' utilisais depuis bien longtemps " la Fleche de Mathias", qui est une tres bonne technique à peu de frais, mais on n' a pas les nuances de couleurs et on perds de la resolution.
Suivant comment on place le prisme analyseur et le filtre polariseur on peut avoir : Le Dic "evidemment", un pseudo "fond noir", et un Rheinberg, un veritable arc en ciel !
Cordialement
J-M

Modifié par jean-marc, 19 avril 2004 - 09:10 .

  • 0

#3 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 19 avril 2004 - 10:22

Bonjour Le Forum,
Bonjour Jean-Marc,

Je suis tout à fait satisfait de ta réponse, j’ai tout compris !
Mon trouble vient du fait qu’il y a en fait plusieurs réalisations différentes mais basées sur le même principe ou des principes très voisins, et que l’on peut facilement se mélanger les faisceaux !
Mais surtout, je pensais, peut-être à tort, que l’on pouvait tout simplement générer une déviation quelconque et la compenser exactement à la sortie, uniquement par déplacement latéral d’une paire de Wollaston puisqu’ ils sont « en coin ».
En tout cas, il y a là, une source inépuisable de bricolages à effectuer.

Cordialement.
  • 0

#4 Jean-Marc Babalian

Jean-Marc Babalian

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 858 messages

Posté 19 avril 2004 - 02:38

Bonjour,

Le fait de déplacer lateralement le prisme analyseur permet de faire varier "l' ombrage" ainsi que le spectre lumineux.
Quand les prismes sont parfaitement l' un au dessus de l' autre, avec les filtres polarisant croisés, on a une bande noire centrale (pseudo fond noir). Quand on deplace le prisme analyseur d' un coté ou de l' autre on passe sur le spectre jaune rouge d' un coté, et bleu violet de l' autre (pseudo Rheinberg).
Le plus difficile est le reglage 1er du DIC, apres il n' y a plus qu' a jouer avec le prisme analyseur et le filtre polarisant du condensateur. A noter que l' on ne peut pas placer les prismes n' importe comment l' un par rapport à l' autre. Leurs cotés doivent être parralleles et leurs plans de clivage orientés d' une certaine maniere, je ne sais plus lequel, mais si ce n' est pas opposés, c' est parralleles (comme pour des prismes de Nicols) sinon le Dic ne fonctionne pas. Je pense qu' il faudra que je fasse prochainement un schema, parce que cela devient difficile à expliquer.

Je suis en train de m' amuser à réaliser un systeme à base de filtres polarisants et de filtres 1/4 d' ondes pour obtenir un eclairage entre la modulation d' Hoffmann et le DIC, c a d pour avoir un ombrage avec un éclairage pleine ouverture comme le DIC, mais facilement realisable et à pas cher du tout.
Si j' obtient de bons resultats j' en ferai part au Forum
Cordialement
J-M
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!