Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

MEB de Ted Kinsman


  • Veuillez vous connecter pour répondre
27 réponses à ce sujet

#1 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 06 juillet 2006 - 10:58

Traduction de l'article de Ted Kinsman

Ce court article décrit mes aventures et donne au lecteur une vue d'ensemble des procédures en cours d'exécution avec un microscope électronique à balayage. Pour plus graves lecture, j'ai proposé un texte à la fin de cet article.

J'ai été intéressé dans les microscopes depuis un très jeune âge, même un enfant comme je le montre des images d'un microscope électronique à balayage et a dit à la complexité de l'équipement a été. Je pense que de nombreux collègues microscope amateurs ont eu une expérience semblable.

Au collège J'ai été formé en microscope électronique à balayage (SEM) d'utiliser au cours d'un stage d'été. Cela m'a présenté à l'équipement et m'a donné la confiance que le matériel n'a pas été magique. Maintenant, en tant que professeur et photographe mon esprit une fois de plus tourné vers les microscopes à balayage et j'ai commencé à demander autour s'il y avait un excédent pour les machines de vente. Il s'est avéré que la connaissance de la mine a été la fermeture de son laboratoire et se préparait à la ferraille de son ancien modèle microscope à Cambridge Stereoscan 200. Cela a été une très belle machine quand il a été construit autour de 1982.

Le problème a été la machine est d'environ 2000 livres et je voulais le mettre sur mon dos porche. Le porche est de retour sur une grande dalle de ciment sur le sol et serait le lieu idéal pour un microscope sensible aux vibrations. Ma femme a dit non au fond - elle ne serait pas mis en place avec un microscope sur le porche arrière, car vous ne pouviez pas décorer autour de lui. J'ai donc pensé qu'il y avait pas moyen je pourrais obtenir de la machine. Quelques semaines plus tard, j'étais un café avec un vieil ami et a parlé de la SEM, et la façon dont je n'avais pas de place pour elle - mon ami Roger réfléchi pendant quelques minutes puis a suggéré sa salle à manger serait un endroit idéal. Comme il est célibataire, il n'a pas à se préoccuper de la décoration autour d'un grand microscope à la recherche industrielle. J'ai appelé le vendeur de retour et fait un marché pour ramasser le matériel.

Déplacement d'un grand SEM n'est pas facile. La machine est en deux parties de base - le microscope et la console de contrôle qui contient toutes les électroniques. La première étape dans le déplacement de la machine est un processus de câblage. Il s'agit de débrancher les câbles d'environ 30 fils de la terre et qui fonctionnent entre les deux parties de l'équipement. Ce processus prend environ trois heures, y compris des photos, des notes, et de l'étiquetage tous les câbles et connexions. Une fois les câbles sont déconnectés de la nécessité de pompes à vide des blocs de transport mis à les garder de se déplacer pendant le transport.

Le week-end suivant et Roger J'ai chargé le matériel dans un camion loué avec un ascenseur hydraulique pour porte de 30 mille voyage à la Maison de Roger. Nous avons eu quelques amis nous aider à décharger le matériel. Le microscope est maintenant reposer sur un plancher en bois (tapis supprimés) qui était une salle à manger. Après tout le travail difficile de déplacer la machine, nous avons pris le réconfort de savoir si nous ne pouvions pas obtenir de la machine en marche, on peut maintenant utiliser un chalumeau coupeur de le réduire à des pièces mobiles.

Le processus de fixation des câbles a pris plusieurs heures, pour découvrir l'équipement ne fonctionnait pas. Nous avons la chance d'avoir plein de schémas et le manuel de la machine, sans cela, il serait presque impossible de mettre la machine à la vie. Il s'est avéré le système de vide a un brûlé contrôle. Nous avons été en mesure d'éliminer les composants endommagés et le retour à bord de son état d'origine. À la fin de la semaine nous avons eu un système de travail à vide, mais l'électronique de contrôle de détecteurs de l'électron ne fonctionnait pas. Je me doutais qu'il avait un problème avec les câbles et soigneusement enlevé et remis en place tous les câbles de la re-câblage. La machine est venu à la vie!

J'aime comparer à tenir une SEM en cours d'exécution comme étant de même à garder une vieille voiture en marche. Il ya toujours les frais d'entretien, de réparation et de travail à faire. Dans ce cas, l'amende SEM utilisations des filaments de tungstène comme la source des électrons. Ces filaments durent environ 40 heures, et de modifier l'on prend une heure pour changer physiquement, et une heure pour régler l'électronique pour la meilleure image. Les principales pompes à vide sur cette machine sont une pompe à vide mécanique qui supprime la plupart de l'air et une pompe turbo moléculaire que les archives de haut vide. La pompe moléculaire est similaire à celle d'un l'avant d'un moteur à réaction très rapide avec des lames de la filature. Les roulements sur cette pompe besoin d'être reconstruit quelques années, et la mécanique a besoin d'une pompe de vidange d'huile tous les 6 mois.

Cette SEM a été construit in1982 qui lui fait un antique (âgés de plus de 25 ans) et a été à peu près la dernière machine conçue autour de la vidéo au format PAL. C'est la plus forte taille d'un fichier enregistré sur l'unité de film Polaroid. Le format PAL a des rendements très petits par rapport à l'image moderne de microscopes électroniques.

Pour faire une image, un faisceau d'électrons est axé sur une très petite place sur l'échantillon. Le faisceau est analysé à travers l'échantillon, tout comme le modèle dans un vieux style de verre TV. Lorsque le faisceau d'électrons frappe l'échantillon, il existe un certain nombre de phénomènes physiques qui se produisent - les rayons X, la lumière, les électrons secondaires, et le dos sont dispersés électrons émis. Chacun de ces effets peuvent donner des informations différentes et nécessite un détecteur unique. Cette machine dispose d'un détecteur d'électrons secondaire qui est un revêtement de phosphore sur un tuyau en plastique lumière qui conduit à un tube photomultiplicateur (TPM). Il est important de vérifier que la machine ne donne pas l'extinction de tout détectable rayons X lors de l'exécution à son plus haut voltage.

Lorsque le faisceau de voies à travers l'échantillon de l'électronique détecte le signal de la forme des électrons rétrodiffusés et une image se fait sur la TV tube où la luminosité à l'écran est proportionnelle à la force des électrons secondaires à ce moment-là. Ainsi, le faisceau est balayé dans l'échantillon d'une image est créée. Pour percevoir une simple image sans l'aide d'un lot de très coûteux Polaroid film (presque impossible de trouver - et est une commande spéciale à 5,00 $ l'exposition), j'ai remplacé l'appareil photo Polaroid avec un appareil photo numérique porté sur le phosphore écran. Les fichiers numériques sont en bleu, pour faire les images ressemblent à toute autre SEM coup, les images peuvent être converties en noir et blanc. J'aime la couleur bleue, si je le laisse.

Les électrons sont accélérés par un potentiel de 14000 volts à partir de filament. Pour prendre une image d'un spécimen de l'échantillon doit avoir tous les liquides enlevés. Cela est généralement fait à l'aide de solvants et peuvent conduire à certaines procédures assez complexes. Pour accroître le flux des électrons hors un spécimen et d'atteindre les plus fort grossissement et la résolution des spécimens doivent également être revêtu d'un métal conducteur après séchage, mais avant de pénétrer dans la chambre à vide de la SEM.

Quand je collecter des insectes ou matériel végétal premier lieu, je l'échantillon en solution à 20% d'alcool éthylique. J'aime boire du gin utiliser pour la collecte des échantillons, il est facilement accessible et moins cher que l'alcool de produits chimiques de fournir des maisons. Après quelques jours, je propose l'échantillon à travers une série de solutions d'alcool de 40%, 60%, 75%, et 95% d'éthanol avec 5% d'acétone pour supprimer le dernier bit de l'eau. Après la dernière étape, l'échantillon est placé dans un point critique-cheveux. Le premier séchoir refroidit l'échantillon à 8C, de sorte que, lorsque le dioxyde de carbone pénètre dans l'échantillon à 900 PSI, il devient liquide. L'alcool est soluble dans le CO2 liquide. Après plusieurs fois de remplissage et de vidange de l'échantillon conteneur, le conteneur est rempli pour la dernière fois et la température est portée à 44C. À cette température et très haute pression le CO2 est à la fois un gaz et un liquide à son point critique. Ce lieu particulier sur le diagramme de phase de gaz est importante en raison à ce qu'il y ait pas de différence de pression entre liquide et gaz. Comme la pression dans le conteneur (appelé BOMB - pouvez-vous deviner pourquoi?) Est libéré le reste de liquides tous les congés comme un gaz. L'échantillon est très sec et est prêt pour l'étape suivante.
De la sécheuse l'échantillon est placé dans une coucheuse par pulvérisation. Cette machine utilisations de fréquences radio à haute tension pour déchirer des atomes de métal hors cible dans une atmosphère d'argon à basse pression. Il sonne comme une machine compliquée, mais ils ont été construits depuis de nombreuses années. La pulvérisation Coater a également une pompe à vide, mais il n'a pas à obtenir un très bon vide. Considérant que l'SEM peuvent être dépassées, un système de pulvérisation fonctionnera jamais. Le prix d'un système de pulvérisation utilisé est souvent plus que l'ensemble SEM! Systèmes de pulvérisation cathodique peut utiliser l'or, le platine, le palladium, le carbone ou des combinaisons de tous. Les feuilles de métal utilisé dans un système de pulvérisation peut être très mince, et depuis un spécimen typique peut avoir une fraction de micron de revêtement métallique sur elle, les objectifs de l'or peut durer de nombreuses années.

L'une des clés de haute résolution des images est de mettre au point la machine pour la meilleure place. C'est un peu comme jouer d'un instrument de musique, il faut du temps et beaucoup de pratique. Il existe un certain nombre de variables à considérer pour obtenir la meilleure image. Un petit nombre de variables sont, de la distance entre l'objectif final et l'échantillon, la tension d'accélération du filament, la taille du faisceau d'ouverture, l'ouverture d'ajustement, d'attention, de la résolution, et de grossissement. À la fin de l'été, j'ai pu obtenir de la machine à 50000x, mais cela dépend de personne en mouvement sur le plancher en bois. La machine a vraiment besoin d'être sur une dalle de ciment. La majorité des travaux biologiques 10000x ci-dessous est ainsi même dans son emplacement actuel, beaucoup de choses peuvent être étudiées.

J'ai utilisé la machine pour obtenir une meilleure préparation de l'échantillon avec la chasse et de sujets intéressants. Cette machine est une grande plate-forme d'apprentissage et une merveilleuse façon à expérimenter diverses techniques et procédures. La véritable clé d'une grande image est un grand modèle - et de préparation est un art.

La science et l'art de la microscopie électronique à balayage peut être un ensemble de processus d'apprentissage à vie. J'ai encore beaucoup à apprendre.

J'espère qu'il y est un lecteur qui se rend compte que l'exploitation d'un microscope électronique n'est pas si complexe, et décide de faire un essai.

Commentaires de l'auteur Ted Kinsman sont les bienvenus.


  • 0

#2 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 15 septembre 2008 - 08:12

Bonjour a tous, Daniel,

J’admire d’abord l’américain Ted Kinsman. Cet enseignant et photographe a réalisé un de mes rêves : il a remis en état chez lui en simple amateur un microscope électronique à balayage !
Cela n’a pas été sans peine : il a fallu trouver un modèle d’occasion de 1982, transporter la tonne de matériel , essayer de convaincre sa femme d’avoir un MEB dans l’appartement! diagnostiquer les pannes, les réparer , remplacer la chambre polaroid par un appareil numérique…
Mais il a réussi et nous montre son installation et une dizaines de photos personnelles.
lien: http://www.microscop...p08/tk-sem.html


Cette aventure, tu t'en doutes, me rappelle de vieux souvenirs.
J'ai donc mis en route un traducteur automatique, qui pour une fois rend un texte relativement compréhensible à part quelques termes qui peuvent être facilement corrigés. ( ce que je ferais à la demande)

Ce que je voudrais faire comme commentaire, c'est que Ted Kinsman a eu beaucoup de chance dans son aventure et qu'il n'est certainement pas aussi aisé que dans son expérience de remettre en route un MEB d'occasion.

Quelques points essentiels:
La première difficulté est de trouver un microscope réparable.
La seconde est de trouver un endroit pour le stocker.
La troisième est de le remettre en route.
La quatrième l'entretien.

Pour trouver actuellement un modèle en état d'être réparé ce n'est pas facile, soit le microscope est à l'état de ferraille soit il est réparable et des firmes spécialisées les achètent pour les remettre à niveau et les revendre dans les pays à faible revenus.

Le démontage et le transport ne posent pas de problème. La petite taille de ces appareils permet de déplacer les principaux blocs (colonne et armoires techniques) sans les démonter, simplement en les dissociant. Le remontage est donc extrêmement simple.

Le problème du local pour accueillir le microscope est un plus gros souci. En effet une grande pièce est nécessaire mais aussi des dépendances pour la préparation des échantillons et un bon atelier de mécanique est requis. Bien entendu un plancher n'est vraiment pas recommandé.
Plus un microscope électronique (MEB ou MET) est puissant et plus la plateforme qui le reçoit doit être isolée des vibrations. Pour un bon TEM, il faut une plateforme anti vibrations construite sur place. (Une dalle de béton sur lit de sable, isolée du reste de la pièce. ) Certains endroits trop proches d'une route ou voie ferrée ne conviennent pas.

La remontage n'est pas un souci du fait de la taille et de la conception modulaire

La mise en route est beaucoup plus compliquée. Il faut diagnostiquer les pannes (ici, il n'y en avait pas, si ce n'est un voyant grillé et des câbles mal branchés)
En cas de pannes, c'est une toute autre affaire !
Après les pannes, il faudra procéder à l'alignement de la colonne, c'est de la haute voltige!

Bien sur dans ce type de microscope, il y a de l'usure et des pièces à changer régulièrement.
Un filament dure quelques heures et parfois, quelques secondes quand on fait des fausses manœuvres ! Un filament coute 100 € (vendu par boites de 20) Il faut changer régulièrement les diaphragmes (une petite fortune) l'huile à diffusion coute au moins 200 € les 100 ml et ne parlons pas de l 'entretien d'une pompe turbomoléculaire, la comparaison avec un réacteur d'avion n'est pas exagérée.

La préparation des échantillons nécessite un petit labo, en tout cas une pièce distincte avec appareil à point critique et métalliseur. Ted a le premier mais pas le second.

Je ne dis pas que l'opération n'est pas faisable puisqu'elle a été faite, mais exceptionnelle.
Surtout, il faut tenir compte des frais à moyen terme qui peuvent devenir insupportables.

Cordialement.
  • 0

#3 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 16 septembre 2008 - 04:41

Bonjour à tous,
Michel,
Effectivement, je ne peux que confirmer ton avis.
Je ne prendrais pas la peine de déplacer un MEB en panne même fourni gratuitement car je serais bien incapable de le réparer.
Par contre, j’ai pu être tenté d’en acheter à des sociétés qui en vendent d’occasion, par exemple : http://www.eloise-sarl.fr/
L’investissement serait de l’ordre de 15 000 euros.
Mais j’ai renoncé suite à un témoignage d’un ami qui a préparé des diatomées pour un industriel. Celui ci avait acheté un MEB à titre personnel et il l’a revendu à cause d’un entretien trop couteux…
Cordialement
  • 0

#4 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 16 septembre 2008 - 05:48

Bonsoir Daniel et tous,


L'entretien régulier se superpose aux consommables ce sont donc des dépenses incompressibles . Mais il faut tenir compte du remplacement des pièces en cas de panne ce qui peut revenir plus cher que le prix d'achat. Ce risque de pannes est d'autant plus important que le microscope est ancien et parfois les pièces ne sont plus aprovisionnables. Résultat tout est à jeter. Le risque est donc énorme.
Il faut en plus tenir compte du fait qu'un labo se débarrasse d'un micro lorsque l'entretien devient trop important.
La meilleure solution est donc d'acheter un microscope reconditionné et garanti et de prendre un contrat de maintenance (cher) Hors contrat, le déplacement d'un ingénieur s'accompagne d'un billet d'avion, un hébergement et nourriture, les heures d'intervention plus les pièces. J'ai vu plusieurs de ces notes de frais, l'addition est assez salée . Cela devient rapidement dissuadant.
Je connais bien la société que tu cites et son dirigeant pour avoir soumissionné à plusieurs reprises sur les mêmes appareils. C'est un homme très aimable et de toute confiance.

Cordialement.
  • 0

#5 Gérard Weiss

Gérard Weiss

    Invertébré

  • Membre confirmé
  • PipPipPip
  • 333 messages

Posté 16 septembre 2008 - 10:04

Bonsoir Michel,

Ce que je voudrais faire comme commentaire, c'est que Ted Kinsman a eu beaucoup de chance dans son aventure et qu'il n'est certainement pas aussi aisé que dans son expérience de remettre en route un MEB d'occasion.


Ted Kinsman a peut-être eu de la chance, mais c'est d'abord à son talent et à sa ténacité qu'il doit cette belle réussite ! Pourquoi ne pas le reconnaitre ? Vous avez certainement croisé comme moi des gens qui ont littéralement "de l'or dans les doigts". Il n'ont parfois que des connaissances théoriques limitées, mais ils ont en contrepartie un sens aigu de la réalisation et ils sont capables de choses étonnantes. (Je crois même en avoir vu un à MikrOscOpia !) J'en avais déjà rencontré lorsque je travaillais à Snecma (entreprise concevant et fabriquant ces produits de haute technologie que sont les turboréacteurs), moi en costard-cravate et eux en bleu de travail, c'est tout dire ! Ils prenaient plaisir à parler de ce qu'ils avaient fait pour peu que l'on s'y intéresse et qu'on leur pose les bonnes questions. Moi je salue le talent lorsque j'ai la chance de le croiser.

Michel, tu as eu une bonne idée en publiant une traduction, même automatique, du document de Ted Kinsman. Tous ceux pour qui, comme moi, les langues étrangères sont un calvaire apprécieront. Ce traducteur m'intéresse. Peux-tu nous en donner les coordonnées ?

Bien amicalement,

Modifié par Gérard Weiss, 16 septembre 2008 - 11:41 .

  • 0

#6 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 17 septembre 2008 - 05:44

Bonjour Gérard, et tous,

Pourquoi ne pas le reconnaitre ?

Cette phrase pourrait résonner comme un reproche!
Ce que j'ai dit sur le sujet n'est absolument pas restrictif ! J'ai insisté sur la partie chance car ce cas de figure est exceptionnel. Et pour tempérer les rêves un peu fous .
Je parle par expérience, ensuite chacun est libre d'entreprendre comme bon lui semble.
Je ne pense pas qu'il faille toutes les qualités que tu trouves à Ted Kinsman pour remettre en service un MEB .
Il n'est pas besoin de doigts en or quand le microscope simplement dissocié en deux parties est en état de fonctionner.
Il faut simplement beaucoup de passion comme l'ont de nombreux membres de MikrOscOpia.
Le résultat, est comme l'aventure, exceptionnel pour un amateur.
Si je mets des bémols dans cette réalisation, c'est pour plusieurs raisons.
D'abord, en microscopie électronique, la difficulté augmente avec le grandissement !
Tant qu'il s'agit de grandissements de l'ordre de la macroscopie, les contraintes techniques sont minimales. C'est même bien pour cela que l'on peut utiliser, grâce une astuce, une pression atmosphérique réduite dans les microscopes environnementaux. Une faible tension d'accélération, un vide partiel est infiniment plus facile à obtenir qu'un vide poussé et une tension dépassant les 100 000 volts. Ted parle d'un grandissement de 50 000 X qu'il aurait obtenu une fois, mais ses photos ne dépassent pas les 500 X . Cela devrait remettre les idées en place.

Tout cela n'a rien d'extraordinaire, ce qui l'est c'est que ce soit un amateur, qui y soit arrivé!

Moi je salue le talent lorsque j'ai la chance de le croiser.

D'abord je ne vois là aucun talent comme je viens de le dire, au moins dix amateurs de MikrOscOpia auraient obtenus le même résultat. Mais le « moi » me gène un peu car il porte en lui de nombreux sous entendus.

En fait , si tu veux dire que de très nombreuses personnes et des plus humbles, ont du talent, je suis entièrement d'accord avec toi. Je fréquente le monde paysan, ouvrier, artisan, les « petits » en bleu de travail sont bourrés de talent !

Il n'ont parfois que des connaissances théoriques limitées, mais ils ont en contrepartie un sens aigu de la réalisation et ils sont capables de choses étonnantes. (Je crois même en avoir vu un à MikrOscOpia !)

Tu peux le nommer, cela lui fera certainement plaisir!

Cordialement.

Note: Pour le traducteur, il s'agit simplement de Google.
  • 0

#7 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 17 septembre 2008 - 06:49

Je vous signale que j'ai ouvert un forum

FILMS PEDAGOGIQUES

dans lequel je rajoute régulièrement de nouveaux sujets.
Avec le film sur le Microscope Électronique à Transmission j'ai également ajouté

Dans l'oeil du microscope (2007)

qui est un film récent sur le MEB.

Ou bien cette rubrique n'intéresse personne ou bien elle est mal connue puisqu'il n'y a eu à ce jour que 13 clics dont la moitié de ma part.

A quoi ça sert que je me décarcasse !! (Je plaisante bien sûr)

Cordialement.
  • 0

#8 Marc Peltier

Marc Peltier

    AUTEUR

  • Membre confirmé
  • Pip
  • 151 messages

Posté 17 septembre 2008 - 06:33

Bonjour à tous!

Une faible tension d'accélération, un vide partiel est infiniment plus facile à obtenir qu'un vide poussé et une tension dépassant les 100 000 volts.

Là, Michel, je crois utile de relever, ta formulation pourrait laisser penser que les microscopes environnementaux posent moins de problèmes que les autres.

Ecartons les 100 kV qui, à ma connaissance, sont rarement employés dans les MEB récents, qui restent en dessous de 50 kV. 100 kV, c'est plutôt une tension de microscope en transmission (MET).

Pour les MEB, la course est actuellement plutôt aux faibles tensions d'accélération, qui ont l'avantage d'améliorer la résolution (si, si!) et de ne pas détruire les échantillons fragiles, notamment biologiques. Mais ça pose aux concepteurs des problèmes d'optique électronique qui deviennent vite très très ardus, au contraire. Dans le cas des microscopes environnementaux, il y a aussi le problème de la pénétration du faisceau dans le gaz résiduel, qui limite la distance de travail et complique la détection du signal.

Pour ce qui concerne le vide, c'est tout le contraire également! Certes, un vide partiel n'a rien à voir avec un vide poussé. Mais les microscopes environnementaux récents utilisent très souvent des sources à effet de champ, pour éviter la dispersion en énergie des électrons et améliorer le chromatisme. Or ces sources ne fonctionnent qu'en ultra-vide (10e-9 Torr ou moins), alors que l'on veut garder l'échantillon en vide partiel (~ 1 Torr). Tu vois le problème : il faut constituer un gradient de vide dans la colonne, sur dix ordres de grandeur (!), avec des diaphragmes minuscules dont la présence intéragit avec l'optique électronique d'une part, et la détection du signal d'autre part. C'est tout sauf simple! Les MEB environnementaux ont généralement au moins deux lignes de pompage, qui font chacune intervenir plusieurs technologies : Pompes à diaphragme, pompes turbo-moléculaires et pompes ioniques pour finir. Les pompes à palettes et à diffusion d'huile, qui caractérisent la génération précédente de MEB et de MET, n'ont pas les performances suffisantes, notamment à cause de la rétro-diffusion inévitable de traces d'huile dans la colonne.

Pour en revenir aux autres éléments de votre discussion, je partage l'avis que la récupération d'un MEB des années 80 n'est pas un bon plan. On peut en trouver, paraît-il, gratos. Mais, en admettant qu'il marche sans que l'on doive faire préalablement la rétro-ingénierie de la machine et sa reconstruction partielle, on se retrouvera inévitablement avec un monstre encombrant, exigeant, délicat, capricieux, éventuellement dangereux, et surtout très coûteux! C'est à dire avec les problèmes qui ont conduit à le mettre à la casse... Mais, après tout, il est permis d'aimer ce genre de défi, et d'y voir précisément une source de motivation...

Pour nous autres amateurs, tout n'est peut-être pas perdu. Il faut surveiller l'émergence d'une technologie toute nouvelle, à base de circuits intégrés silicium micro-usinés, qui permettrait de faire des MEB avec des colonnes de quelques mm de long, et potentiellement très économiques :
http://www.smalltime...e...69381&p=109
On peut toujours rêver!...
Amicalement,
Marc

Modifié par Marc Peltier, 17 septembre 2008 - 06:34 .

  • 0

#9 Gérard Weiss

Gérard Weiss

    Invertébré

  • Membre confirmé
  • PipPipPip
  • 333 messages

Posté 17 septembre 2008 - 08:50

Bonsoir Michel, Marc,

Michel :

Cette phrase pourrait résonner comme un reproche!

Holà ! Je ne fais de reproches à personne ! Je me contente d'exprimer une opinion contradictoire...

Et pour tempérer les rêves un peu fous .

Nous sommes d'accord sur ce point, bien que je vois mal un microscopiste se lancer dans une telle aventure sans avoir au moins une idée des difficultés qui l'attendent !

Marc, cette page Web relative à un projet de microscope électronique à 1000$ est intéressante. A ce prix là j'achète !

Bien amicalement,
  • 0

#10 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 18 septembre 2008 - 06:20

Bonjour Marc et tous


Une faible tension d'accélération, un vide partiel est infiniment plus facile à obtenir qu'un vide poussé et une tension dépassant les 100 000 volts.

Là, Michel, je crois utile de relever, ta formulation pourrait laisser penser que les microscopes environnementaux posent moins de problèmes que les autres.

Pas du tout. Je dis bien qu'un vide partiel est beaucoup plus facile a conserver dans une enceinte qu'un vide poussé. Générer 1,5 KV ou 14 KV est bien plus facile que générer du 120 KV ( TEM)
Je ne parle pas d' ESEM il pose des problèmes différents.

....
Tu vois le problème :
....

Je connais bien tout cela.

on se retrouvera inévitablement avec un monstre encombrant, exigeant, délicat, capricieux, éventuellement dangereux, et surtout très coûteux!
....
Pour nous autres amateurs, tout n'est peut-être pas perdu. Il faut surveiller l'émergence d'une technologie toute nouvelle, à base de circuits intégrés silicium micro-usinés, qui permettrait de faire des MEB avec des colonnes de quelques mm de long, et potentiellement très économiques :


Je suis très curieux de savoir comment on pourrait faire un microscope électronique à base de circuits intégrés micro usinés !
Je ne vois pas comment (et pourquoi) on pourrait usiner un circuit intégré. Je ne vois vraiment pas le rapport entre un circuit en silicium usiné et un microscope. Peux-tu développer ce concept qui m'est totalement étranger?

Une colonne de quelques mm de long, cela ma laisse rêveur. Un microscope électronique de poche en quelque sorte. De plus à la portée de tout le monde :

On peut toujours rêver!...

Je ne te le fais pas dire.

Cordialement.

Note:

Au sujet de ton lien, je ne vois aucune explication qui pourrait justifier ton optimisme.
Je n'y vois que recherche de fonds (énormes) pour faire des recherches (lesquelles ?) sur un projet qui pourrait intéresser l' Armée et la Nasa ! On est loin de retombées pour amateurs!
  • 0

#11 Marc Peltier

Marc Peltier

    AUTEUR

  • Membre confirmé
  • Pip
  • 151 messages

Posté 18 septembre 2008 - 10:06

Bonjour à vous tous!
Le site que j'ai joint fait état des intentions de NOVELX en 2004 : sortir des MEB révolutionnaires à base de MEMS (micro-usinage du silicium avec les mêmes techniques que pour les circuits intégrés (photogravure, masques, etc...), et intégration mécanique/électronique). Ils annonçaient vouloir faire des machines si peu chères qu'ils pourraient attaquer le marché des microscopes photoniques, et les rendre obsolètes!
Depuis, ils ont abouti à un produit qui est maintenant sur la marché, mais ils ont changé de positionnement marketing. Comme les performances apparaissent comparables ou meilleures que celles des concurrents, ils vendent ça comme un microscope performant, moins cher (c'est à dire toujours hors de prix pour des amateurs).
Dommage, mais ça peut évoluer. Leur technologie porte effectivement la promesse d'une baisse drastique des prix. En gros, il s'agit de sources d'électron à effet de champ basées sur des micro-pointes micro-usinées sur silicium, et d'une optique électronique du type électrostatique, basée sur un empilement de circuits silicium également micro-usinés, avec gestion électronique intégrée. La détection est également intégrée (diode silicium à couche de passivation ultrafine). Il reste les exigences de l'ultra-vide, à cause des pointes à effet de champ, mais pour le reste, on est dans la logique de l'industrie du silicium : à partir d'une certaine quantité, le prix industriel devient négligeable, le prix de vente ne dépend que du marketing.
Novelx ne dit pas grand chose sur le système de vide utilisé. Je remarque quand même que si l'on réduit le "libre parcours moyen" des électrons à quelques mm, le vide correspondant nécessaire devient beaucoup moins contraignant. Ils gagnent peut-être aussi de ce côté... Le volume et la surface "mouillée" par le vide comptent également beaucoup. Avec des volumes de quelques cm3, ça change le problème, même s'il s'agit d'ultra-vide!

Je sais qu'il y a aussi une firme israélienne qui a un brevet sur des sources d'électron à base de nanotubes de carbone. La tension d'émission peut alors être réduite à quelques dizaines de volts, pour une imagerie à très haute résolution, et même matricielle (plus de balayage!).
A suivre, donc... le site de Novelx : http://www.novelx.co...oducts_overview
Leur machine a le volume d'une grosse cafetière, et se pose sur table. On ne peut raisonnablement pas vendre des centaines de milliers de dollars un machin plus petit! ;)
Amicalement,
Marc

Modifié par Marc Peltier, 18 septembre 2008 - 10:14 .

  • 0

#12 Dominique Voisin

Dominique Voisin

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Superviseur
  • 3 141 messages

Posté 18 septembre 2008 - 12:48

Bonjour à tous,

Pour revenir à Ted.... voici son entreprise :

Nous sommes une petite entreprise professionnelle qui a fourni la science des images de qualité depuis 1982. Actuellement, nous spécialisons dans l'imagerie techniquement difficile.

Spécialisée dans divers sujets tels que la haute vitesse photographie (1/1000.000th d'une seconde), x-ray (radiographie), l'infrarouge lointain ou d'imagerie thermique, et, plus récemment, nous avons ajouté un nouveau microscope électronique à balayage à notre laboratoire.

Nos clients sont les suivantes: New York Times, National Geographic, Discovery Magazine, Popular Science, Focus BBC, la télévision ABC, CBS Television, la télévision PBS, Discovery Channel, NBC Television, BBC, Disney Studios, (pour ne citer que quelques-uns)

En règle générale, prendre des photos en fait à des laboratoires à Rochester, NY.

Nous travaillons en étroite collaboration avec plusieurs autres professionnels. Si nous ne parvenons pas à les adapter à votre projet dans notre calendrier, nous vous renvoyons à une autre société. .

Si nos services vous intéressent, n'hésitez pas à nous contacter. Merci pour votre temps.

-- Ted Kinsman


et le lien pour son site : http://www.sciencephotography.com/

C'est très bien ce qu'il a fait, mais c'est loin d'être un génial bricoleur amateur....

Amicalement

Dominique

#13 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 18 septembre 2008 - 01:12

RE,

C'est bien le même ! ( Dans l'article que sur le site)

Je pense maintenant, que la chance qu'il a eue de trouver un microscope qui marche s'est accompagnée de pas mal d'aides extérieures et certainement beaucoup d'argent.

Maintenant, si c'est pour vendre des photos, l'entreprise peut se montrer rentable. Par contre si c'est pour faire de la science, j'ai quelques doutes sur l'utilité d'une telle aventure.
Dernière hypothèse, celle de l'amateur passionné, je n'y crois maintenant beaucoup moins.

Il n'en demeure pas moins que cela fait rêver!

Cordialement.

Cela me rappelle un photographe célèbre qui s'était fait offrir un MEB qu'il avait a son domicile et qui a été un des premiers à diffuser ce genre de photos.
  • 0

#14 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 18 septembre 2008 - 02:14

Bonjour,
Merci Dominique pour ce complément d’information intéressant sur Ted Kinsman.
Je réagis sur sa catégorisation en « non amateur » car il y a une certaine ambiguité dans le terme.

Le lien permet de se rendre compte de son métier et c’est manifestement un photographe scientifique professionnel avec différentes branches d’activités : fluorescence, photographies UV et infrarouge, MEB, séquences accélérées, photographie au flach haute vitesse...

La traduction automatique a bugué sur des fautes de frappes à mon avis :

En règle générale, prendre des photos en fait à des laboratoires à Rochester, NY.
Nous travaillons en étroite collaboration avec plusieurs autres professionnels. Si nous ne parvenons pas à les adapter à votre projet dans notre calendrier, nous vous renvoyons à une autre société.


Je propose :
"Normalement, toutes nos images sont réalisées dans nos laboratoires à Rochester , NY.
Nous travaillons en relation étroite avec plusieurs autres professionnels. Si nous sommes incapables d’adapter votre projet à nos systèmes, nous vous mettrons en relation avec une autre compagnie."

Cela montre que pour éviter de sous-traiter, il a du s’équiper de matériels de prise de vue spécialisés et le MEB en est un prolongement. On peut considèrer l’achat de son MEB comme un achat professionnel puisqu’il va en vendre des images. Mais sa démarche d’utilisation d’un appareil mis au rebut serait accessible à un amateur passionné (et toutefois financièrement bien pourvu ! !)

Il s’est présenté dans son article comme « teacher and photographer » et il semble qu’il n’est pas spécialisé ou formé spécialement en microscopie électronique donc on peut le ranger parmi les amateurs dans ce domaine. Il n’est vraisemblablement pas non plus médecin radiologue mais il réalise des images de radiographies …En professionnel de la photographie !
C’est à mon avis un travail utile et complémentaire de celui des scientifiques qui n’ont pas toujours le temps d’adapter leurs images pour la vulgarisation.
Plusieurs photographes français ont eu cette démarche en microscopie optique (Nuridsany, Martin…)

Pour finir, à mon avis le « génial bricoleur amateur » n’existe que dans l’esprit du public si on considère qu’amateur veut dire sans formation scolaire. Il y a des artisans bons « bricoleurs », les photographes nature par exemple sont souvent contraint à des bricolages sympathiques dans des domaines techniques, mais les meilleurs « bricoleurs » que je connaisse du point de vue de l’inventivité, sont ingénieurs ou universitaires…

(Par ailleurs, en sciences naturelles , les « amateurs » ont de beaux jours devant eux avec la désaffection de l’université pour la recherche de terrain dans ce domaine!)

Modifié par adn25fr, 18 septembre 2008 - 02:18 .

  • 0

#15 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 18 septembre 2008 - 03:57

Re Daniel,

Ton analyse me convient .
Mais on peut encore être amateur même en ayant acheté son matériel et en se faisant aider dans certaines opérations de maintenance au moment ou on prend en main le fonctionnement de la machine à partir de notices ou de renseignement sur internet sans passer par un centre de formation. Mais surtout l'amateur est celui qui aime ce qu'il fait. En fait on confond souvent amateur et autodidacte .

Je ferais un petit rectificatif, mais il ne change rien aux conclusions. Un radiologue (Médecin radiologue comme tu dis) ne fait pas de radiographies, mais il les interprètes et propose un diagnostic au médecin qui les a prescrites. Celui qui fait les radios est un manipulateur.
Ma conclusion, amateur peut-être je ne sais pas s'il aime plus ce qu'il fait que ce que cela lui rapporte, bricoleur, certainement , mais de génie, je ne vois pas le génie là dedans.
Quoi qu'il en soit on peut tous rêver d'avoir un tel engin à la maison !

Cordialement.
  • 0

#16 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 19 septembre 2008 - 08:47

Bonjour Marc et tous,

Marc, nous basons nos discussions sur des mots qui peuvent être interprétés de différentes façons en fonction de notre culture et notre personnalité.
Mais ces mots, en l'occurrence, sont des traductions * et sont issus de notices publicitaires **
Ils sont donc encore plus que tous autres sources potentielles d'incompréhension mutuelle et parfois de conflits.
Mon but , avec ce préambule est de désamorcer toute polémique en réaffirmant que les différences de vue peuvent certes provenir de conceptions radicalement différentes, ce qui est normal dans un débat sur un forum, mais également d'interprétations différentes de mots sensibles.
Mon but est donc de faire avancer la connaissance dans la plus grande bonne foi possible en excluant tout conflit personnel.

Tu commences à nous parler de MEMS (Micro-Electro-Mechanical Systems) *** qui ne sont que les fameuses Nanomachines ! Nous pourrions avoir des discussions à l'infini sur l'utilité de ses nanomachines mais cela risque de dépasser le cadre de notre forum. Ce que je voudrais simplement dire, c'est que je ne partage pas l'enthousiasme et l'optimisme général à leur sujet. Le grand public s'enflamme à leur sujet pour plusieurs raisons. D'abord on part de l'idée que la miniaturisation qui a été largement positive en micro électronique peut se prolonger à l'infini. Il y a pourtant des limites que les physiciens connaissent bien mais cette idée reçue leur est grandement favorable.
Tant qu'il s'agit de miniaturiser un circuit électrique qui n'a pour rôle en fait que de représenter une fonction la miniaturisation est synonyme de gain de place de rapidité et d'économie. Un calculateur n'a pas besoin d'être gros pour calculer ! L'erreur fondamentale de raisonnent est de croire qu'il en est de même pour tout ce qui touche la puissance. Par puissance j'entends la production de travail.
Cela peut être l'affichage sur un écran, je ne verrais pas comme un progrès de réduire à l'échelle microscopique la taille d'un écran d'ordinateur ou un clavier! Cela peut être la mise en mouvement d'une bobine de haut-parleur ou la production de travail par un moteur.

Les microproceseurs et les systèmes a base de microprocesseurs ont déjà leur technologie qui peut être déplacée vers la Nano . Que l'on appelle cela des Micro processeurs ou de Nano processeurs, cela ne change rien si ce n'est un progrès ce seront toujours de processeurs c'est à dire des structures capables d'exécuter un processus (entre parenthèse logique) . Calculer une somme dans un immense ordinateur de plusieurs tonnes ou dans une nano structure, donnera le même résultat.
Avec les Micro machines et les Nano machines nous changeons entièrement de concept. Une machine par conception sert à produire un travail . Une nano pelle mécanique creusera un nano trou et pour faire le même trou dans le sol qu'une pelleteuse, des maillards de nano pelles n'y parviendront pas (la physique est la physique) et surtout même si leur prix unitaire est bas, elles couteront en énergie pour les fabriquer qu'une simple pelle mécanique.
Je suis émerveillé par les prouesses de technologie déployées pour produire un nano moteur qui fonctionne, mais je ne vois toujours pas à quoi on pourrait l'utiliser? Manque d'imagination, je ne pense pas. ATTENTION, n'en concluez pas que je suis contre la réalisation de tels projets !!!
C'est le propre de la recherche fondamentale et je suis 100% pour !
Je suis septique car en recherche fondamentale, il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. On nous a fait le coup avec le Téléthon ou avec les fameux nanosomes. Le Téléthon était sensé développer des traitements génétiques dans lesquels on allait demain réparer l'ADN, et sauver de nombreux enfants si ce n'est tous les enfants. On leur a surtout acheté des fauteuils roulants. Les fameux nanosomes allaient révolutionner la médecine en apportant les médicaments au cœur des cellules (comme d'ailleurs les nano machines!) On ne les utilise qu'en cosmétologie dans les crèmes de « beauté »! Là encore, je ne dis pas que les entreprises comme le Téléton sont inutiles, bien au contraire, j'ai même mis pendant plusieurs années la bannière du Téléton sur le site Microscopies.com. Il faut de l'argent pour les équipes de chercheurs, mais arrêtons de mentir aux gens. Je ne suis pas contre, je mets des nuances.

Revenons à notre microscope électronique à base de Nanomachines. Je ne parlerais plus des processeurs, leur principe est acquis.


Ils annonçaient vouloir faire des machines si peu chères qu'ils pourraient attaquer le marché des microscopes photoniques, et les rendre obsolètes!
... mais ils ont changé de positionnement marketing.

Cela illustre bien l'exagération lord de la pêche aux crédits et la triste réalité une fois que le produit est fabriqué.
Je n'ai pas entendu à l'époque cet argument de vouloir rendre obsolète la microscopie photonique, je me serais vigoureusement élevé contre cette utopie. La microscopie photonique couvre des domaines totalement différents que ceux du MEB qui est lui même ne peut en aucune manière remplacer le MET ! Le MEB regarde la surface des objets pas leur intérieur. Il y a la même différence entre la photographie d'un corps humain par exemple et sa radiographie ou son scanner.
Alors vouloir rendre obsolète la microscopie photonique me laisse perplexe. Peut-être un jour... que je ne verrais certainement pas.

Comme les performances apparaissent comparables ou meilleures que celles des concurrents, ils vendent ça comme un microscope performant, moins cher (c'est à dire toujours hors de prix pour des amateurs).


Je m'excuse, ne pas comprendre. C'est le seul sur le marché (en fait ils sont deux) et tu parles de concurrents au pluriel.
J'ai bien lu au contraire que les performances étaient bien en deçà des performances des MEBs classiques. Quant au prix je ne le connais pas. Si ce que tu dis était le cas, il n'y aurait déjà plus de MEB classiques ou bien tous les constructeurs proposeraient leur modèle nano.

Dommage, mais ça peut évoluer. Leur technologie porte effectivement la promesse d'une baisse drastique des prix


Dans tes rêves! (Comme dit ma fille) Ton souhait est en contradiction avec les lois du marché.
Un microscope électronique n'est pas un téléphone portable ou une montre à quartz. Il y a combien d'amateurs qui font de la microscopie classique, durablement, malgré les baisses des couts des microscopes (depuis ma jeunesse) et l'avènement de l'informatique et d'Internet? Un NanoMEB dans tous les foyers, ce n'est pas pour demain. Et si on on s'adresse aux professionnels, je n'ai jamais vu que le prix des microscopes pro diminuaient. C'est comme pour les automobiles, on s'arrange toujours pour rajouter des gadgets ou de nouveaux modèles pour les vendre toujours plus chéres(Capitalisme).

à partir d'une certaine quantité, le prix industriel devient négligeable, le prix de vente ne dépend que du marketing.


Mêmes remarques que précédemment le marketing, se bases sur les lois du marché pas uniquement la fabrication de masse, il faudrait pour cela fabriquer les microscopes « comme des petits pains » et trouver des clients. Mais surtout renouveler souvent les produits, donc en avoir un usage intensif. Je n'y crois pas beaucoup. Il faudrait qu'un large public s'intéresse à la recherche scientifique ou à l'observation microscopique plutôt qu'au foot ou à la « starac » c'est pas gagné!

Pour toutes tes considérations technologiques (émission des électrons etc) je suis à 100% en phase avec toi et TRES intéressé !
C'est une aventure formidable que nous vivons !
Mais qui s'intéresse à cet aspect technologique à pars nous?

Amitiés.

*La communication humaine dans une même langue pose de sérieux problèmes certains mots peuvent avoir des significations différentes et parfois opposées. La traduction est source d'incompréhension supplémentaires. Par exemple, un petit problème lors d'une traduction a eu des conséquences considérables après la seconde guerre mondiale. Le plan Marshall prévoyait une aide alimentaire aux européens . Un fonctionnaire français passa commande de plusieurs bateaux de blé aux américains car nous manquions de farine pour notre pain et nous reçûmes des centaines de tonnes de maïs destiné aux poules... En effet la traduction de blé en corn ou en wheat dépend essentiellement du contexte. Des méprises ont été souvent beaucoup plus tragiques.

** La recherche aux états unis est tributaire de budgets votés par le congrès. Une des préoccupations majeures des laboratoires de recherche et des équipes de chercheurs est avant tout de convaincre les hommes politiques qui ne sont pas nécessairement compétents en recherche de pointe de débloquer des crédits pour bien sûr la bonne cause.
Ainsi on voit fleurir aux états unis pléthore de films pseudo scientifiques qui se rapprochent plus de la propagande que de thèses scientifiques. On y exagère énormément les retombées positives sans jamais parler des inconvénients. Certains de ces films publicitaires frôlent le délire, délire aggravé par une traduction hazardeuse quand on les retrouve sur nos chaines satellitaires On a bien l'impression que l'on nous prend pour des gogos et que l'on veut à tout prix nous vendre un produit.

*** http://www2.cnrs.fr/...journal/841.htm
  • 0

#17 Marc Peltier

Marc Peltier

    AUTEUR

  • Membre confirmé
  • Pip
  • 151 messages

Posté 21 septembre 2008 - 07:31

Bonjour Michel,
Ben, on est d'accord!...
Amicalement,
Marc
  • 0

#18 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 21 septembre 2008 - 07:35

Bonjour à tous,


Hier à 19 h 50 sur TF1, à une heure donc de très grande écoute, une PUB pour un microscope électronique à balayage environnemental ! Présentée par Thierry Berrod, lui même !
"La passion de l' image" nous montrait l'appareil, un ESEM de Philips, avec plusieurs séquences animées sur les acariens et autres nématodes .
En fait c'était un publi-reportage de Samsung pour son nouveau téléviseur !

Ouf , un instant , j'ai cru que nous entrions dans l'ère du « un MEB pour tous » *!

Cordialement.


* Avec plein de smileys coquins et souriants !


untitled.jpg


  • 0

#19 Dominique Voisin

Dominique Voisin

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Superviseur
  • 3 141 messages

Posté 23 septembre 2008 - 04:16

Juste pour le "fun"....

Vu sur ebay France aujourd'hui...

http://cgi.ebay.fr/w...t...A:IT&ih=020

et en plus c'est pas cher !!!

Amicalement

Dominique

#20 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 23 septembre 2008 - 06:08

Woaouh ..... !

C'est le moment ! Celui là il ne faut pas le rater.

Qui s'y lance ?


  • 0

#21 Gérard Weiss

Gérard Weiss

    Invertébré

  • Membre confirmé
  • PipPipPip
  • 333 messages

Posté 23 septembre 2008 - 08:55

Bonsoir,

Michel :

Celui là il ne faut pas le rater. Qui s'y lance ?


Désolé mais ma femme ne veut pas en entendre parler dans son salon ! :lol:

Bien amicalement,
  • 0

#22 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 30 septembre 2008 - 12:22

Je regarde la fin de la vente en direct!

Plus que 40 minutes et 500 € i***t( 0 )

- 30 mn toujours à 500 € i***t( 0 )

- 15 mn toujours à 500 € i***t( 0 )

-5 mn 505 € a***m( 105

- Prix Final : 1.060,00 EUR

Enchérisseur : mapi5( 105)


Historique des enchères


v***l( 1 ) 1.050,00 EUR 30-Sep-08 15:46:57 Paris

i***t( 0 ) 1.001,00 EUR 30-Sep-08 15:46:47 Paris

i***t( 0 ) 700,00 EUR 30-Sep-08 15:46:35 Paris

mapi5( 105) 600,00 EUR 30-Sep-08 15:40:44 Paris

i***t( 0 ) 600,00 EUR 30-Sep-08 15:46:22 Paris

i***t( 0 ) 500,00 EUR 30-Sep-08 11:35:51 Paris

mapi5( 105) 500,00 EUR 30-Sep-08 14:36:41 Paris

9***n( 1 ) 321,00 EUR 29-Sep-08 16:29:58 Paris

9***n( 1 ) 301,00 EUR 28-Sep-08 22:09:01 Paris

i***t( 0 ) 300,00 EUR 30-Sep-08 08:51:11 Paris

9***n( 1 ) 201,00 EUR 28-Sep-08 22:08:05 Paris

i***t( 0 ) 200,00 EUR 30-Sep-08 08:49:44 Paris

9***n( 1 ) 151,00 EUR 28-Sep-08 22:07:32 Paris

i***t( 0 ) 115,00 EUR 30-Sep-08 08:45:45 Paris

d***a( 353) 111,25 EUR 29-Sep-08 20:08:40 Paris

9***n( 1 ) 110,00 EUR 28-Sep-08 22:05:57 Paris

d***a( 353) 102,00 EUR 27-Sep-08 15:00:36 Paris

9***n( 1 ) 100,00 EUR 26-Sep-08 11:23:53 Paris
  • 0

#23 Dominique Voisin

Dominique Voisin

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Superviseur
  • 3 141 messages

Posté 30 septembre 2008 - 01:14

C'est dommage que maintenant on ne puisse plus savoir qui a encheri, c'était plus rigolo de croiser des "copains" sur ebay....

Quelqu'un connait ce Mapi5 ??

Je lui ai envoyé un message histoire de tenter un contact

amitiés

Dominique

#24 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 30 septembre 2008 - 02:05

Tu as bien fait Dominique (Salut en passant !)

Cela m'a l'air d'être un habitué. J'ai pu voir qu'il avait fait des achats pas nécessairement en rapport avec la microscopie!

Si tu en sais un peu plus!

A +
  • 0

#25 Emoptics

Emoptics

    Nucléotide

  • Membre
  • 14 messages

Posté 17 avril 2017 - 06:39

Bonjour à tous

Emoptics.com
  • 0

#26 Jean-Marc Babalian

Jean-Marc Babalian

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 1 803 messages

Posté 17 avril 2017 - 07:18

Messages à supprimer et personne à bannir du forum !

Mon message est à supprimer aussi après !

 

JM


  • 0

#27 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 12 870 messages

Posté 17 avril 2017 - 08:20

Oui, c'est un peu maladroit dans un forum amateur 100% non commercial.

Je ne pense pas que achetions en masse des ME , cette pub ne va pas fausser la concurrence. :)

Par contre nous pouvons apprendre beaucoup, de professionnels qui sont avant tout de grands spécialistes, dans la mesure où ils participent aux débats.

 

Amicalement.


  • 0

#28 Emoptics

Emoptics

    Nucléotide

  • Membre
  • 14 messages

Posté 17 avril 2017 - 09:08

Bonjour

 

effectivement ma demarche est benevole.

je suis pret à débatre et à échanger sur le domaine.

 

 

je ne suis pas un fabriquant ni un distibuteur, juste un passionné qui a décidé depuis peu d'en faire mon métier.

 

Salutations


Modifié par Emoptics, 17 avril 2017 - 09:09 .

  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!