Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

Xylène


  • Veuillez vous connecter pour répondre
8 réponses à ce sujet

#1 Francis Benassi

Francis Benassi

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 20 messages

Posté 16 novembre 2006 - 07:16

Bonjour,

En lieu et place du xylène pas toujours facile à se procurer comme diluant du Baume du Canada, j'ai trouvé un diluant cellulosique à base de xylène chez Auchan au rayon bricolage sous la marque Phebus à moins de 3€ le litre, c'est impéccable et pas cher.

Amitiés à tous

Francis
  • 0

#2 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 16 novembre 2006 - 08:12

Bonjour Francis,

Voilà une information très intéressante et économique.
Un seul bémol, on ne connaît pas sont action à long terme. En effet, en fonction des autres produits contenus dans le solvant et surtout des traces de polluants, on ne connaît pas son action à long terme sur le Baume lui-même et sur les colorations. En effet le Baume du Canada est utilisé pour les préparations permanentes. Il existe souvent des incompatibilités à long terme entre médiums et colorants.
Connais-tu sa composition exacte, puis que tu dis à base e Xylène ?.

Cordialement.
  • 0

#3 Jean Marie Cavanihac

Jean Marie Cavanihac

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Co-Admin
  • 3 258 messages

Posté 16 novembre 2006 - 09:18

Bonjour,

il est difficile de connaitre la formule exacte des produits 'grand public" (et même des autres !!) les seuls composant affichés étant ceux qui sont règlementés (par exemple "contient X % de ...") .

Il existe aussi des produits anti graffitis qui portent la mention 'contient DES xylènes'

Il me semble me rappeller que l'essence de thérébentine est un distillat de la résine de pin.. donc devrait peut être dissoudre le baume (qui est aussi une résine de pin du canada) mais n'ayant pas de baume je n'ai pas essayé !

A la place du baume et de ses solvants , les utilisateurs professionnels utilisent des résines de synthèse qui sont réputées moins nocives (mais dont on ne sait pas si elles tiennent 100 ans !!)

amitiés,

JMC
  • 0

#4 Marcel Lecomte

Marcel Lecomte

    Eucaryote

  • Membre confirmé
  • PipPip
  • 280 messages

Posté 16 novembre 2006 - 09:29

Bonjour Francis,
Même remarque que Michel !
La propriété essentielle du Baume du Canada est sa longévité, son inertie et sa neutralité vis à vis des colorations.
J'ai en ma possession des préparations réalisées entre 1966 et 1968, lors de mes études, et montées au BC classique : elles sont toujours impeccables !
Y introduire un composant dont on ne connaît pas les propriétés constitue un risque essentiel, car on ne connaît pas les produits résiduels qui sont les plus néfastes.
Il existe 2 types de produits : les "grandes surfaces" et les "purs pour laboratoire" : les 1ers contiennent TOUJOURS des impuretés en quantité non négligeable qui font qu'il faut les négliger si on veut réaliser un travail sérieux. Recommencer une préparation extemporanée ne constitue pas un problème en principe ; voir dans 10 ans ou moins toutes les préparations définitives partir à vau l'eau serait beaucoup plus grave.
Exemples :
La solution commerciale de formol contient généralement 35-40 % de méthanal et est habituellement stabilisée par 10-15 % de méthanol. Le méthanal, au fil du temps, a tendance à s’oxyder en acide formique, ou méthanoïque ; des ions hydronium (H3O+), responsables du caractère acide, sont libérés. Le pKa (constante d’acidité) du couple H-COOH/H-COO- est de 3,8 ; l’acide formique est un acide faible, mais suffisant cependant pour donner à la solution de méthanal un caractère sensiblement acide. En résumé, le formol commercial usuel est souvent un mélange en proportions variables de 4 substances : formaldéhyde, paraformaldéhyde, acide formique, alcool méthylique (méthanol).
L’EAU de JAVEL ordinaire n’est généralement qu’une solution très impure d’hypochlorite de chaux ; c’est une solution aqueuse d’hypochlorite de sodium (ou hypochlorite de soude), avec un peu de chlorure de sodium et de soude pure. Pour la "rectifier",
on y introduit extempranément du carbonate de Na ou de K qui précipite la chaux ; il suffit alors de filtrer et d’utiliser le liquide obtenu !
Ces remarques sont simplement informatives et ne visent pas à vous décourager dans vos essais, dont nous attendons vivement les résultats.
M :)
  • 0

#5 Francis Benassi

Francis Benassi

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 20 messages

Posté 16 novembre 2006 - 10:16

Bonjour,
Merci pour vos précisions concernant les additifs, je me renseigne sur la composition exacte (travaillant à Auchan, je vais contacter directement l'acheteur). En attendant je vais voir comment se comportent mes préparations avec le temps.

Une nouvelle question: j'ai hérité de plusieurs kilos de colorants en poudre (bocaux sans étiquettes) d'un artiste peintre décédé qui fabriquait lui même ses peintures à l'huile et faisait également de la teinture sur tissus. Quelqu'un serait-il en mesure de me renseigner sur l'éventualité de l'utilisation comme colorant en microscopie. Si ce spécialiste existe je peux lui expédier un échantillonage complet de tous ces colorants./

Amitiés à tous et bonnes observations

Francis
  • 0

#6 Jean Marie Cavanihac

Jean Marie Cavanihac

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Co-Admin
  • 3 258 messages

Posté 16 novembre 2006 - 11:12

Bonjour Francis,

je ne pense pas que les pigments pour peinture à l'huile soient solubles dans l'eau, et de plus il s'agit le plus souvent d'oxydes de métaux lourds (donc potentiellement toxiques !)
Pour les teintures de tissus , il ne faut pas confondre la coloration des sujets (qui est sélective pour différentier les structures, justement en fonction de leur affinité pour le colorant) de la teinture dont le but est de colorer uniformément ! cependant comme il s'agit de produits solubles dans l'eau rien n'empèche de faire quelques essais par exemple sur de la pelure d'oignon. Un 'bon " signe est de voir comment la teinture réagit en milieu acide ou basique : si changement de couleur selon le Ph ce peut être un candidat pour une coloration spécifique !

NB : il n'est nécéssaire de colorer de façon sélective que dans 10 % des observations et peut être moins !!

amitiés,
JMC

Modifié par Jean Marie Cavanihac, 16 novembre 2006 - 11:20 .

  • 0

#7 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 16 novembre 2006 - 11:50

Bonjour à tous,
Bonjour Marcel,
Bonjour Jean-Marie,

Comme le dit Marcel, une des bases de la chimie repose sur la pureté des produits.
Cette pureté dépend du mode de fabrication du produit, mais également de sa manipulation.
Ce qui fait le prix d’un produit chimique est son degré de pureté. Cette pureté est obtenue lors d’opération de purification. Cette purification peut être obtenue par filtration, distillation, neutralisation... Ces opérations coûtent cher. Mais plus un produit est pur, et plus il est difficile de le maintenir pur dans le temps. Un produit chimique n’est jamais neutre vis-à-vis d son environnement, il entre donc en réaction avec tout ce qu’il touche.
Par exemple l’alcool absolu ne le reste jamais longtemps, dès qu’il entre en contact avec l’atmosphère, il absorbe son humidité. Quand on parle d’eau dans le grand public, on pense à H2O, mais tout le monde sait qu’il existe des eaux plus ou moins pures. Pour purifier de l’eau de nombreux moyens technologiques sont employés et donc une eau très pure coûte cher, mais surtout, plus une eau est pure, et plus elle aura un pouvoir dissolvant et donc la fâcheuse propriété de se polluer. Mais il ne faut pas oublier que même un produit très pur sur le plan chimique, peut être pollué par la poussière dès que l’on ouvre le flacon ou par la poussière déposée sur le matériel en contact avec lui. Un produit pur ne le reste donc pas éternellement.
Bien entendu toutes ces considérations sont en rapport avec la microscopie. Par exemple une contamination d’un produit chimique lors d’une manipulation peut aboutir à une erreur de diagnostic. (Poussières, spores, pollens, diatomées) Et une impureté du produit peut provoquer des réactions imprévisibles ou néfastes.
En Microscopie Electronique, ses considérations sont infiniment plus importantes ce qui aboutit à des degrés de pureté souhaitables et un prix des produits sans aucune mesure avec ceux destinés à la microscopie photonique.

Sur le plan pratique pour des préparations temporaires le mieux est d’expérimenter et peut-être qu’en utilisant des produits « industriels » moins chers, les résultats seront équivalents. Mais pour des préparations permanentes, fiez-vous plutôt à l’expérience des préparateurs anciens, (et célèbres).
Certaines préparations bien faites n’ont pas bougé depuis des décennies, alors si vous voulez prendre le risque de perdre au bout de dix ans (ce n’est pas beaucoup !) un spécimen rare ou une préparation précieuse, a vous de voir.

de colorants en poudre (bocaux sans étiquettes) d'un artiste peintre

Attention, il ne faut pas confondre colorants pour la microscopie et peintures pour artistes.
Les colorants pour la microscopie sont des produits purifiés, qui entrent en réaction chimique avec l’objet que l’on veut colorer. (pas de peindre) .Il y a de fortes chances que tes pots contiennent plutôt de pigments que des colorants.
Les peintures sont constituées de pigments colorés (minéraux broyés, charbons, produits organiques) mélangés dans un liant. La peinture est faite pour couvrir une surface. Ce n’est pas le cas des colorations en microscopie.

L’essence de térébenthine, comme le dit Jean-Marie, est obtenue par distillation sèche de la térébenthine.
La térébenthine est la résine récoltée dans de petits pots de terre en saignant les pins. (Comme on le voyait autrefois dans les Landes)
Il ne faut donc pas confondre la Térébenthine avec l’essence de térébenthine.

Cordialement.
  • 0

#8 Francis Benassi

Francis Benassi

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 20 messages

Posté 16 novembre 2006 - 04:12

Bonjour à tous
et merci pour tous vos précieux conseils, je vais sacrifié quelques oignons sur l'autel de la microscopie et si j'obtiens des résultats intéressants je les publierai, pour les solvants il est vrai que je cuisine un peu et que je fais surtout des préparations temporaires. Pour ce que je désire garder je suivrai vos conseils en utilisant que de "vrais" produits.
Amicalement
Francis
  • 0

#9 Gérard Weiss

Gérard Weiss

    Invertébré

  • Membre confirmé
  • PipPipPip
  • 333 messages

Posté 16 novembre 2006 - 11:09

Bonsoir à tous,

J'ai entendu parler d'un produit récent, moins ou pas toxique, susceptible de remplacer le xylène en microscopie.
Quelqu'un aurait-il des informations plus précises à ce sujet ? Ce solvant peut-il être vendu aux particuliers comme moi n'ayant aucune relation avec un laboratoire ?

Cordialement,
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!