Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Acritarches


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Frédéric de Ville

Frédéric de Ville

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 19 messages

Posté 13 décembre 2006 - 05:11

Bonjour à tous,

Il ne s'agit pas encore d'une observation, mais plutôt d'un prélude à l’introduction de quelques messages qui devraient suivre. Car ces organismes ne sont pas forcément connus de tous. Alors voici une petite explication sur ces microscopiques organismes que sont les

ACRITARCHES

Légende (pour ce qui va suivre):
- Ga = Milliard d’années
- Ma = Million d’années

Ce qui suit fait partie de ce que j’ai pu apprendre au cours de mes études. Il ne sera questions, dans cette introduction et dans les sujets qui vont suivre, que de spécimens du Paléozoïque inférieur à moyen (550 à 335 Ma). Et essentiellement du Devonien moyen (385-375 Ma).

Pourquoi acritarche :
--> du grec akritos (incertain ou confus), et de arche (origine).
Il s’agit d’un groupe créé par W.R. Evitt en 1963 (*) pour rassembler tous les palynomorphes qui ont été laissés de côté dans les préparations palynologiques après avoir réalisé toutes les autres identifications. C’est une sorte, je dis bien une sorte, de groupe « poubelle » dans lequel on met tout fossile mal conservé dont l’identification n’est pas possible.
Pour les classer, nous utilisons généralement des sous-groupes (d’après DOWNIE, EVITT et SARJEANT, 1963 [**]) qui sont fonction de la forme de ces micro-organismes.
Nous parlons ainsi de :
- Acanthomorphitae : Coque sphérique, appendices isolés, +- nombreux, simples ou branchus et qui rayonnent. acanthomorphitae.jpg
- Polygonomorphitae : Coque polygonale, appendices isolés, peu nombreux, simples ou branchus. polygonomorpitae.jpg
- Sphaeromorphitae : Coque sphérique, ornementation réduite ou absente. sphaeromorphitae.jpg
- Netromorphitae : Coque fusiforme (allongée), un ou plusieurs appendices à l’un ou aux deux pôles. Netromorphitae.jpg
- Diacromorphitae : Coque bipolaire, zone médiane lisse, pôles ornementés. Diacromorphitae.jpg
- Pteromorphitae : Coque sphérique, membrane équatoriale soutenue ou non par des piliers. Pteromorphitae.jpg
- Prismatomorphitae : Coque prismatique, arrêtes vives, prolongées ou non par des crêtes. Prismatomorphitae.jpg
- Oomorphitae : Coque ellipsoïdale, un seul pôle ornementé. Oomorphitae.jpg
- ... et il en existe encore beaucoup d’autres.

Définition :
Organisme unicellulaire à paroi organique.
Les acritarches se présentent comme des vésicules de tailles comprises entre 20 et 100µm (exceptionnellement 1 à 500 µm) et dont la forme, très variable, peut aller de la sphère au cube.
La surface est lisse, granulée, ou ornée d’expansions d’aspect et de disposition variés.
La cavité centrale est fermée, ou communique avec l’extérieur par un pore, une déchirure en fente ou une ouverture ronde : le pylome.

Origine
Leur origine demeure incertaine. S’agit-il d’œufs ? d’algues planctoniques ? de dinoflagellés ? de propagule d’algue benthique ? de spores ? Pour l’instant, il semblerait qu’ils aient plus d’affinités avec les algues. Mais il s’agit d’un sujet qui est encore fort discuté dans le monde de la micropaléontologie. Qui sait ? Peut-être qu’un jour, quelqu’un trouvera la réponse à cette énigme.

Distribution stratigraphique
Les acritarches font partie des premiers organismes à apparaître sur Terre. Certains d’eutre-eux sont trouvés dans des sédiments et des roches datant du Précambrien (Période allant de 3,5 Ga à 565 Ma). Mais les premiers ont été datés de 1,4 Ga.
Les dernières traces de leur existence semblent se trouver au début de l’Holocène (40.000 ans). Je dis semble car pour l’instant, rien de similaire n’a encore été trouvé actuellement dans des sédiments plus jeunes et dans la nature actuelle.
Leur présence semble toutefois beaucoup plus marquée dans l’Ordovicien et le Silurien (de 500 à 405 Ma)

Utilité
En géologie, ces organismes sont fortement utilisé pour dater des roches du Paléozoïque inférieur à moyen (de 550 à 355 Ma). Nous parlons donc ici de biostratigraphie. Il est parfois possibles d’obtenir des biozones de l’ordre de 3 à 5 Ma. Bon,… ça parait beaucoup trop long pour la plupart des personnes, mais à l’échelle des temps géologiques, c’est une broutille. Pouvoir dater une roche à quelques Ma près est très intérressant.
Ils servent également à déterminer le paléo-envirronement d'une localité dans les temps anciens, car ils sont exclusivement marins.
De plus, leur morphologie varie en fonction de leur éloignement avec le rivage, ce qui nous permet de bien établir la proximité des terres à cet endroit à une époque bien précise.

Ou en trouver ?
Générallement dans des roches et sediments d’origine marine. Il faut donc les chercher dans des calcaires, argiles. Vous en trouverez très peu dans des grès, silex et dolomie.

Comment les extraire ?
Suivre le protocole décrit ici (voir la partie 1).

Comment les observer ?
Une fois la lame mince réalisée, un grossissement minimal de 1000X (oculaire 10x + objectif 100x) avec immersion dans l’huile de l’objectif sont nécessaire pour les observer convenablement.
Il existe toutefois des exceptions, comme j’en ai eu l’incroyable chance cette année, de pouvoir en observer avec un grossissement de 15x, voir moins, tellement les spécimens que j’ai mis à jour sont énormes. Près de 600 µm rien que pour le corps central !!!! Visibles à l’œil nu !!! Des ultras géants pour les acritarches de l’époque (380 Ma). Même s’il existe d’autres très rares espèces de taille aussi importantes.


Il ne faut pas croire que tout a déjà été découvert pour ce qui est des (micro-)organismes passés. On est loin du compte. ;)


Bibliographie :

* EVITT, W. R. ; 1963 ; A discussion and proposals concerning fossil dinoflagellates, hystrichospheres and acritarchs ; Proceedings of the National Academy of Science USA ; Vol. 49 ; pp. 158–164.

** DOWNIE, C., EVITT, W. R. & SARJEANT, W. A. S. ; 1963 ; Dinoflagellates, hystrichospheres and the classification of the acritarchs ; Stanford University Publications ; Geological Sciences ; Vol. 7 ; n°3 ; pp. 3–16.
__________________________________________________________________
__________________________________________________________________

Alors à bientôt pour de nouvelles découvertes.

Microscopiquement.

Frédéric
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!