Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****

Tranchette à deux lames de Mr W D


  • Ce sujet est fermé Ce sujet est fermé
2 réponses à ce sujet

#1 Visiteur:JOUBERT DANY *

Visiteur:JOUBERT DANY *
  • Visiteur *

Posté 02 avril 2007 - 05:41

Bonjour, nouveau sur Internet et pas très doué en informatique, je n'ai pas été fichu d'insérer des images!...




UTILISATION D’UN « MICROTOME » ARTISANAL
A DEUX LAMES
--------


Etudiant depuis longtemps essentiellement les russules, la constitution de coupes fines ne m’est pas souvent nécessaire.
En effet, les coupes radiales de la cuticule, à cause de la longueur des hyphes primordiales et des dermatocystides sont souvent incomplètes et n’apportent rien, ces éléments étant souvent décapités.
Il n’y a guère que dans la recherche des cystides faciales et l’étude de leur forme précise qu’une coupe fine transversale des lames est souhaitable, mais dans la plupart des cas une coupe à main levée est suffisante pour apprécier la constitution hyméniale, au moins dans les sinus.

Mais en mycologie il y a des genres où les coupes à main levée sont difficiles et où l’utilisation d’un petit microtome n’est pas toujours efficace, je pense en particulier aux espèces de consistance molle ou très molle, gélatineuse, ou possédant un revêtement visqueux ou au contraire aux espèces coriaces
comme les croûtes.

Etant depuis peu connecté à Internet, c’est avec beaucoup plaisir que je découvre les merveilleuses photographies microscopiques des sites spécialisés et j’ai été vivement intéressé par les différents articles sur la « tranchette » de Mr Walter Dioni.
J’ai utilisé (et utilise encore parfois) cette tranchette il y a bien longtemps, ( vers 1990).et il est possible que les modifications que j’y avais apporté à l’époque vous intéressent.
.

Le principe de base est bien là : Deux lames jointes et un mouvement longitudinal permettent rapidement d’obtenir des coupes
Malheureusement, le système atteint vite ses limites à cause de l’épaisseur même des lames, car pour donner des coupes fines, les lames doivent être très rapprochées.
Le problème provient du fait que même collées l’une contre l’autre,chaque lame mesurant 100 microns d’épaisseur, les tranchants de deux lames, pour des lames aiguisées des deux côtés, seront encore espacés de 50+50=100µm !
Si en botanique, une coupe de 100µm d’épaisseur est suffisamment mince, les superbes photos le prouvent, en mycologie une coupe de cette épaisseur est la plupart du temps bien trop importante pour être exploitable. Si en plus, cette coupe est réalisée sur exsiccatum, après regonflage on va avoir affaire à une coupe trois ou quatre fois plus épaisse sinon plus donc inutilisable.
Par ailleurs, quand les lames sont jointes, il n’y a plus de place pour le prélèvement et le système ne fait plus qu’un trait de coupe grossier et non deux. (Même inconvénient qu’avec un emporte-pièce bouché!).

J’avais réalisé il y a bien longtemps un petit appareil tout à fait classique, mais ce problème, m’avait ennuyé et je ne pouvais réaliser que des coupes relativement épaisses.

Le premier modèle :





J’ai fini par détourner ce problème en agissant à la fois sur l’épaisseur de l’entretoise (1 millimètre au lieu de 50 ou 100 micros !) et en jouant facilement sur la courbure des lames grâce à leur souplesse relative, par l’ajout un fin rebord à l’intérieur des deux mâchoires enserrant les lames.
(En réalité, les lames ne forment pas un angle si brusque au niveau supérieur de l’entretoise, elles s’arrondissent régulièrement jusqu’à la partie supérieure des mâchoires.).




Ceci efface d’un seul coup les deux inconvénients majeurs de l’appareil :

1°- La finesse de la coupe, n’est plus limité par l’espacement des biseaux dû à l’épaisseur des lames.
2°-Le frottement contre les biseaux est fortement diminué voir nul.

De plus, le petit réservoir naturel situé a l’arrière de ces derniers permet souvent de faire plusieurs coupes de suite et de les récupérer tous à la fois après démontage, à l’aide d’une pince a épiler ou une aiguille lancéolée mouillée pour la coupe de spécimens fermes ou dans une goutte d’eau pour les espèces molles ou fragiles.
La difficulté réside dans l’usinage des deux mâchoires munies de deux petits rebords.
Mais en fait, les dimensions des rebords peuvent être variables à partir du moment où ils sont égaux et bien situés juste l’un en face de l’autre. Il importe seulement qu’ils soient réguliers et suffisamment saillant.

Le réglage de l’épaisseur des coupes et de l’orientation des biseaux peut être obtenu de deux façons (en plus de l’épaisseur des rebords):

-la première solution est d’agir sur l’épaisseur de l’entretoise, mais il n’est pas facile d’obtenir quelques microns de plus ou de moins par l’addition ou le retrait d’une entretoise suffisamment fine et malgré tout relativement rigide. (Cette solution n’est en fait pas la meilleure.)
-La deuxième solution consiste à régler l’épaisseur des coupes en agissant sur la courbure des lames, (donc sur leur angle de coupe) et ceci tout simplement en faisant varier la largeur, (la hauteur si l’on regarde le schéma vert ci-dessus) et non plus l’épaisseur de l’entretoise(qui doit être rigide, en laiton ou en aluminium par exemple).

Il est important que les faces internes des deux biseaux soient au minimum parallèles voir même un peu divergentes vers l’intérieur du microtome afin de minimiser au maximum le frottement du métal sur le fin fragment prélevé, en évitant ainsi sa détérioration.
En théorie, si le matériel est usiné avec suffisamment de précision on doit pouvoir obtenir rapidement sans paraffine ou moelle de sureau…des coupes d’une extrême finesse.

Lors de la fabrication, il est important de faire des mâchoires suffisamment épaisses en leur milieu( plus que sur l’exemplaire présenté pour éviter la légère déformation due en partie à l’effet ressort des lames mais surtout au serrage de la vis centrale,.sinon, en serrant les deux mâchoires, les tranchants des deux lames risquent d’être plus rapprochées au centre qu’à leurs extrémités ( en fait, ce n’est pas forcement un inconvénient car on sait ainsi que l’on obtiendra des coupes un peu plus épaisses en périphérie.

Utilisation :

Il faut s’en servir à la manière d’un couteau à pain,(c’est à dire avec un mouvement longitudinal) et non pas comme une couteau à beurre( avec un mouvement essentiellement vertical).et en appuyant assez faiblement, quasiment pas sur une Trémelle et beaucoup plus fermement sur un Stéreum (même avec un couteau tranchant un mouvement seulement vertical sur une baguette de pain va dans un premier temps seulement l’aplatir alors qu’en faisant glisser la lame, on obtient une coupe bien plus franche).
Quand l’appareil est bien réglé, (vérifier à la loupe que les deux tranchant ne se touchent pas!) on peut ainsi faire plusieurs coupes d’affilée en les répartissant plus ou moins sur la longueur des lames, puis les récupérer en ouvrant l’appareil.

Avantages :
-Facilite et Rapidité des coupes obtenues
-Finesse des coupes qui sont ainsi facilement exploitables (si l’appareil a été fabriqué avec suffisamment de soin.
-Possibilité de faire des coupes sur des espèces gélatineuses ou visqueuses sur lesquelles une coupe à main levée est quasiment infaisable.
-Pas besoin d’adjuvant (paraffine, moelle de sureau).
-Pas ou peu de détérioration du spécimen étudié.
-Coût quasi nul de l’appareil en espérant que des anciennes lames à deux tranchants seront toujours commercialisées !


JOUBERT Dany
BOURGES 18000
FRANCE



--------------------
  • 0

#2 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 03 avril 2007 - 08:14

Bonjour Dany,

Je vois que vous êtes un passionné de mycologie, un fin microscopiste et un habile expérimentateur.
Vos excellentes questions et vos non moins excellentes propositions méritent pour une efficacité maximum une inscription au forum.
Je vois là, l’unique solution pour un enrichissement réciproque. Le dialogue sera ainsi possible avec Walter ainsi qu’avec de très compétents microscopistes mycologues.
Malheureusement ici dans cette cession publique, les photos ne sont pas acceptées à cause des trop grands risques de dérive possible.

A bientôt je l’espère dans le forum.

Cordialement.
  • 0

#3 Visiteur:Nicolas *

Visiteur:Nicolas *
  • Visiteur *

Posté 02 mai 2007 - 05:32

bonjour Dany,

j'ai lu ce post il y a peu de temps et je doit dire que le petit système amélioré que tu as mis au point m'intéresse tout particulièrement.
pour faire bref, je travail sur la coupe de nodule racinaire de légumineuse. c'est un organe trés petit, plutot mou. les coupes que je réalise jusqu'à présent ne sont pas satisfaisante à mon gout. j'aimerai beacoup essayer de réaliser ton petit montage, malheuresement je n'ai pas eu accés au photos que tu as essayé de poster.
est il possible de me communiquer quelques photos de ton système? j'en serait trés content. (mon mail: lapinkulta50@hotmail.com)

merci d'avance

Nicolas
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!