Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
* * * * - 1 note(s)

Echiniscus quadrispinosus Richter, 1902 ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
7 réponses à ce sujet

#1 Jacques Pages

Jacques Pages

    Acide nucléique

  • Membre confirmé
  • 72 messages

Posté 22 décembre 2007 - 12:57

Bonjour à tous, Claude,

J'avais en 2005 publié l'espèce jointe sous le nom d'Echiniscus trisetosus sur mon site et récemment notre ami Claude Brezisky, que je remercie, me faisait part de ces doutes quant à la détermination, à très juste titre semble-t-il !
J'ai donc repris la série de vues et j'ai recomposé une image ci-jointe pour en refaire l'analyse avec un ouvrage de référence récent (2003) que je ne possédais pas encore en 2005.
(pour les administrateurs, les vues n'étant pas excellentes, j'ai retaillé l'image en 750 de large mais pas en hauteur pour que l'on puisse bien voir les détails).

Pour ceux qui n'ont pas cet ouvrage sur les Tardigrades Faune de France n°87, l'auteur Yves Séméria y note les différentes structures des tardigrades cuirassés ainsi :
  • Les cirres latéraux, quand ils existent, sont notés A B C D E.
  • Les cirres dorsaux, quand ils existent, sont notés Cd et Dd
  • Les épines accessoires, quand elles existent, sont notées B' C' D'
Les plaques, depuis la tête, sont notées ainsi :
  • plaque frontale
  • plaque scapulaire
  • 1ère plaque médiane 1
  • 1ères plaques paires II
  • 2ième plaque médiane 2
  • 2ièmes plaques paires III
  • 3ième plaque médiane 3
  • ici, entre la précédente et la suivante, se trouve parfois une plaque supplémentaire appelée « pseudosegmentale »
  • plaque terminale
Analyse de la clé des Echiniscidae et de la description des espèces, de leurs sous-espèces et variétés décrites dans l'ouvrage.

Clé des Genres p60
j'élimine les Genres
  • Bryodelphax qui a les plaques 1 & 2 dédoublées
  • Hypechiniscus qui a les plaques 1 & 2 dédoublées et en plus la plaque terminale est incisée
  • Bryocherus qui a les plaques 1, 2 & 3 dédoublées
  • Chornechiniscus qui a une plaque "pseudosegmentale" entre 3 et la terminale et un cirre A épais et conique
  • Pseudechiniscus qui a une plaque "pseudosegmentale" entre 3 et la terminale
  • Mopsechiniscus qui a une plaque "pseudosegmentale" entre 3 et la terminale
  • Parechiniscus dont le corps et incolore ou gris
je n'élimine pas les Genres :
  • Echiniscus dont les plaques médianes (plaques "au pluriel") ne sont pas divisées
  • la vue de dessous n'ayant pas été prise il se peut que l'ont soit en présence de Testechiniscus
Analyse de la description des espèces du Genre Testechiniscus :
j'élimine ce genre puisqu'il semble que les cirres B soient toujours présents
il ne reste donc que le genre Echiniscus

Clé des Echiniscus :
j'élimine les espèces :
  • perviridis qui ne possède que le cirre A
  • wendti qui ne possède que le cirre A
  • arctomys qui ne possède que le cirre A
  • canadensis qui ne possède que les cirres A et les dorsaux
  • militaris qui possède toujours les cirres B et Bd
ce pourrait être un quadrispinosus car B peut être absent
suite de la clé à 6
j'élimine les espèces
  • laponicus qui a une plaque terminale carénée
  • merokensis qui a une plaque terminale carénée
  • spiniger qui a une plaque terminale carénée
  • spinulosus dont tous les cirres sont des épines sauf A
  • heterospinosus car B est toujours présent
ce pourrait être un quadrispinosus car B peut être absent, et E peut être réduit à une épine
simba car Cd est une courte épine, III a une forme hexagonale
  • bisetosus qui ne possède pas d'appendices latéraux
  • trisetosus dont les plaques II et III ont une bande lisse horizontale dépourvue d'ornementation, et plaque terminale avec 2 incisions (non apparentes sur les dessins de Ramazotti)
  • inocellatus dont Cd et Dd sont des piquants et 2 ne parait pas dédoublée
  • granulatus B peu manquer mais Cd et Dd sont de robustes piquants et plaque terminale avec 2 incisions
  • mediantus car B D E manquent
  • blumi car B ne manque jamais
  • testudo car D est toujours absent
Il semble donc que ce ne soit pas un Echiniscus trisetosus comme je l'avais précédemment pensé, mais que ce soit un Echiniscus quadrispinosus dont le cirre B serait absent et E réduit à une épine.

Claude, êtes-vous d'accord avec cette analyse et êtes vous arrivé à cette détermination avec vos autres ouvrages ?

x400_DSCN3956_57_58_new_MRT.jpg


Amitiés à tous et très bonnes fêtes de fin d'année.

Jacques
  • 0

#2 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 22 décembre 2007 - 02:13

Bonjour Jacques,

Bravo pour cet excellent travail !
J’ai rajouté le lien direct qui pointe sur ton article qui parle du sujet.
Ne te fais aucun souci pour le format de la photo, c’est parfait ainsi.
Ton sujet mérite d’aller dans l’ Encyclopédia si tu le désires à moins que tu attendes des commentaires.

Amitiés.

Michel.
  • 0

#3 Claude Brezisky

Claude Brezisky

    Reptile

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPip
  • 650 messages

Posté 23 décembre 2007 - 10:07

]
Bonsoir Jacques et à tous amis microscopistes,

Claude, êtes-vous d'accord avec cette analyse et êtes vous arrivé à cette détermination avec vos autres ouvrages ?


Je viens de voir ton sujet, je ne crois pas que ton identification soit bonne car:
• La taille est trop grande environ 500 microns au lieu de 280 pour Y. Séméria et L. Cuénot.
• Les cirres latéraux E sont des filaments longs.
• Les cirres B sont en principe présents.
• Il est oculé (yeux rouges)
Il a aussi d'autres détails qui ne cadrent pas (les plaques scapulaires et terminales, Cd et Dd ne sont pas égaux) .
Quelles sont ses dimensions?
Peut tu faire un agrandissement des griffes de la 4eme paire ?
Peut tu faire un plan de l'appareil digestif?
Peut tu faire un plan de l'appareil buccal?
Peut tu voir si les yeux sont noirs, rouges ou absents?
As-tu vu la ponte ?
Comme vous pouvez le constater l'identification des Echinisciens est très difficile car très souvent les longueurs des appendices latéraux, leurs présences ou leurs absences ne sont que des évolutions du type qui garde le même nom ou quelquefois change.
Les macrobiotes (non cuirassés) sont un peu plus aisés à identifier.
J'espère que nous allons arriver à identifier ton tardigrade avec les éléments supplémentaires que tu vas nous donner.

Etant en plein dans les trés gros travaux de restauration de mon mas, je ne peux plus utiliser mes microscopes et j'en suis malheureux, mais dés le mois de mai j'espere que j'aurais intégré mon laboratoire (15 m²) dont je ne manquerai pas de vous faire parvenir quelques photos.

Cordialement
Claude
  • 0

#4 Jacques Pages

Jacques Pages

    Acide nucléique

  • Membre confirmé
  • 72 messages

Posté 25 décembre 2007 - 06:23

Bonsoir Claude, le Forum,

ci-dessous la 4ième paire, je ne peux faire mieux que ce que j'ai sur le disque dur !

x400_DSCN3946_R.jpg

et 2 plans de l'appareil buccal

Modifié par Jacques Pages, 25 décembre 2007 - 06:28 .

  • 0

#5 Jacques Pages

Jacques Pages

    Acide nucléique

  • Membre confirmé
  • 72 messages

Posté 25 décembre 2007 - 06:31

appareil buccal

x400_DSCN3947_R.jpg
  • 0

#6 Jacques Pages

Jacques Pages

    Acide nucléique

  • Membre confirmé
  • 72 messages

Posté 25 décembre 2007 - 06:35

un autre plan

x400_DSCN3948_R.jpg

Peux-tu quand même, dire à quelle espèce tu pense ? le genre au moins est-il correct ?
Amitiés
Jacques
(PS mes envois sont bloqué à 250 Ko d'image ! je pensais que c'était 1 Mo. Réponse ailleurs bien sûr ! un sujet par sujet !)
  • 0

#7 Claude Brezisky

Claude Brezisky

    Reptile

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPip
  • 650 messages

Posté 25 décembre 2007 - 09:32

Bonsoir Jacques et Joyeux Noel à tous,

Peux-tu quand même, dire à quelle espèce tu pense ? le genre au moins est-il correct ?


Allez je me lance, je pense qu'il s'agit de Echiniscus gratulatus (Doyère, 1840) décrit dans la faune de france N°87 à la page 75, mais décrit beaucoup plus précisemment par Cuénot dans la faune de france n° 24 page 42 et 43.

Comme tu peux le constater à la lecture de ton ouvrage (faune de france N°87 ), lors de tes observations, il faut en compléments des photos noter les éléments indispensable à la détermination des Echiniscus :
Le lieu de la récolte (mousses, lichens, rochers, arbres, nord, sud etc...)
La taille
La couleur générale.
La présence, la situation,la forme et la couleur des yeux.
Les plaques dorsales leurs formes et leurs ornementations (photos sur plusieurs plans)
Les appendices latéraux présences, situations, formes, longueurs Les appendices dorsaux présences, situations, formes, longueurs, clava.
Les pattes présence de collerettes avec le nombre de dents, le nombre de griffes, la forme avec ou sans éperon, sa situation, sa forme.
L'appareil buccal avec les cirres et les papilles céphaliques.
La ponte si possible ( trés importante dans la détermination)
Comme tu le vois, avec les photos (bien que trés belles), il m'est trés difficile d'etre completement sur, d'autre part, ne suis pas la préparation décrite dans le livre car la glycérine a pour effet sur les macrobiotus une rétractation immédiate suivi de l'enkistement (tonnelet), pour les échiniscus le résultat est un peu meilleur.

Je ferais un article détaillé avec ce que j'ai lu et mes expériences personnelles sur les tardigrades, dés que je serais dans mon nouveau laboratoire et que mes microscopes seront réinstallés, c'est à dire lorsque les travaux de rénovation de mon mas seront fini en mai ou juin.

J'espere que tu seras satisfait de ma réponse.
Amitiés

Claude
  • 0

#8 Jacques Pages

Jacques Pages

    Acide nucléique

  • Membre confirmé
  • 72 messages

Posté 27 décembre 2007 - 05:45

Merci Claude pour ces précisions.
L'individus à été récolté le 5 Février 2005 dans une mousse (Grimmia pulvinata) sur une dalle de gneiss horizontale exposée au sud au hameau de La Gineste commune de Rosis (34) altitude 538 m dans les montagne de l'Espinouse (autremenent dit : devant ma porte !)
Ci-dessous, pour information, le dessin de Cuénot cité par Claude (Faune de France n°24).
Echiniscus_granulatus_dessin_Cuenot.jpg
et la description de Cuénot :
"258 µ de long (fig. 23); rouge, à yeux rouges. L'ornementation des plaques, bien visible surtout sur les plaques impaires, dessine des polygones réguliers, il y a une petite zone de ponctuations à la base de chaque pied; le bouclier terminal n'est pas franchement caréné, Quand l'animal a le maximum d'appendices, il présente des filaments A,. B, Cet D, ce dernier étant toujours très long; un petit piquant E (ou spicule) est inséré dans les incisures du bouclier terminal; Cd et Dd sont de longs piquants courbes, de dimensions à peu près égales. La manchette du pied IV a au moins une douzaine de dents inégales; les griffes internes portent un éperon oblique, visible surtout au pied IV: il n'y a rien sur les griffes externes. - Ponte dans la mue (fig .. 24) de 3 à 5 oeufs bruns, ovoïdes ou sphériques de 55 à 62 µ de diamètre .. La larve à deux griffes (fig.25),.telle qu'elle sort de l'œuf, a 112 µ de long et.ne possède que les filaments A et D et le spiculo E,j Cd et Dd sont alors très courls; le jeune à 4 griffes apparaît après une mue et a toujours les mêmes appendices; après ,la mue suivante, C apparait et le Tardigrade est apte à reproduire.
L'espèce est très variable: normalement Cd et Dd Sont de longs piquants .courbes, .mais ils peuvent devenir courts, comme chez un spinulosus; une fois Dd manquait totalement. L'adulte complet a les 4. filaments A, B, e, D et un court spicule E; B manque très souvent sans que je puisse décider si c'est le fuit d'animaux incomplètement adultes, ou si c'est une forme à 3 filaments. comme le mutant trifilis de testudo. Une fois E était bifide d'un côté seulement. En France, espèce assez répandue dans Mousses et Lichens; Spitsberg, Irlande, Ecosse, Taunus. - Bien que DOYÈRE n'ait pas donné de figure, sa description est suffisamment claire pour qu'on puisse identifier son espèce, qui a, dit-il, des piquants dorsaux Cd et Dd comme spinulosus, de longs filaments latéraux A, C, D, un spicule E et une sculpture très régulière et serrée; il est évident que MURRAY, THULIN et MARCUS attribuent le nom de granulatus à une autre forme que celle vue par DOYÈRE, car chez leur espèce, Cd est un long et vrai filament et non pas un piquant; elle diffère encore du vrai granulatus DOYÈRE par la présence constante d'épines sur les griffes externes des pieds, et l'inconstance du spicule E. L'Echiniscus crassus RICHTERS(Islande), non figuré et décrit sans précision, n'est guère reconnaissable, mais ce que MURRAY représente sous ce nom (provenance Irlande) est très probablement un granulatus, l'adulte de 400µ présente des filaments A, B, e, D (le spicule E n'est pas signalé, mais il est parfois très petit et difficile à voir), et des épines Cd et Dd; la cuirasse a une sculpture hexagonale, et la larve à 2 griffes est en tout semblable à celle de granulatus."

Amitiés,
Jacques
(merci Michel pour le lien)
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!