Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

Oculaires Zeiss


  • Veuillez vous connecter pour répondre
8 réponses à ce sujet

#1 Guy Breitenstein

Guy Breitenstein

    Acide nucléique

  • Membre confirmé
  • 84 messages

Posté 14 février 2008 - 09:38

Bonjour à tous,
Qui d'entre vous peut me dire si des oculaires Zeiss PK (Plan Kompens) son utilisables sans restriction avec des objectifs Leitz NPL (Normalfeld/Planobjective)?
Remerciements cordiaux
Guy
  • 0

#2 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 14 février 2008 - 11:01

Bonjour Guy,

Sous réserves de réponses de plus qualifiés que moi.
Dans Oculaire compensateur, il y a compensateur.
Cela veut dire avant tout qu’ils sont calculés pour compenser des résidus d’aberration laissés par les objectifs.
Pour être plus précis, les objectifs sont des dispositifs optiques parfois très complexes et très couteux. Alors pour des raisons d’économie, on laisse à l’oculaire la charge de corriger (compenser) certains résidus d’aberrations. (Planéité du champ ou aberrations chromatiques)
Par exemple les aberrations chromatiques sont corrigées dans l’objectif grâce à l’emploi de verres d’indices de réfraction (selon certaines longueurs d’ondes (couleurs)) qui se compensent. Si on laisse à l’oculaire corriger certaines de ces aberrations, il va de soi que c’est par rapport aux aberrations résiduelles de l’objectif.
La conclusion est donc qu’un oculaire compensateur est calculé pour un type d’objectif et j’irais plus loin en disant de la même marque.

Sur le plant théorique, un oculaire compensateur est calculé pour un objectif ou gamme d’objectifs donné.
Sur le plan pratique, dans la mesure où des fabricants différents utilisent les mêmes formules optiques pour leurs objectifs, les oculaires deviennent alors interchangeables.
Le problème est donc de savoir si les objectifs d’un type donné sont identiques d’un fabriquant à l’autre.

A vous de prendre le risque d’essayer.

Cordialement.

Je rajouterais que dans le cas où l’objectif est déjà corrigé (plan apochromatique par exemple), l’oculaire compensateur va introduire des aberrations qui n’existent pas.
  • 0

#3 Guy Breitenstein

Guy Breitenstein

    Acide nucléique

  • Membre confirmé
  • 84 messages

Posté 14 février 2008 - 02:46

Bonjour MPX,
Merci pour la qualité de cette réponse rapide ,surtout exhaustive , donc véritablement instructive en ce qui me concerne !
Bien cordialement.
Guy
  • 0

#4 Gérard Weiss

Gérard Weiss

    Invertébré

  • Membre confirmé
  • PipPipPip
  • 333 messages

Posté 15 février 2008 - 10:48

Bonsoir,

Je suis pleinement d'accord avec les propos de Michel, alors que ce sujet des oculaires compensateurs soit une vraie bouteille à encre ! En effet, la complexité des corrections optiques des objectifs et la nécessité de contourner les brevets des concurrents conduit les opticiens à commercialiser bien des variantes de doublets objectif-oculaire compensateur pourtant de même type. Comment connaitre leurs intentions ? La nécessité d'avoir des oculaires compensateurs spécifiques peut même s'étendre à certaines loupes binoculaires. J'en ai fait moi-même l'expérience avec une Reichert-Young achetée pour trois sous dans un vide grenier. Très moyenne avec ses oculaires initiaux, elle me donne maintenant d'excellents résultats, à mon avis, depuis que j'ai pu trouver sur Internet les oculaires compensateurs conçus spécifiquement pour elle. (On a bien le droit d'avoir de la chance quelquefois !)

Je ne peux donc pas apporter de réponse rigoureuse au sujet des combinaisons objectif/oculaire Zeiss/Leitz ou inversement, ma modeste expérience me conduisant seulement de ne pas risquer aveuglément mes petits sous dans cette aventure. En effet, j'ai constaté à mes dépends que des oculaires Zeiss KPL ne vont pas du tout avec des objectifs Leitz achromatiques ou plan-achromatiques car ils donnent de fortes aberrations chromatiques bien que le stigmatisme soit bon. (Plus précisément, mes objectifs Leitz achromatiques vont mieux avec des oculaires Huygens non compensateurs et mes plan-achromatiques avec des oculaires Periplan qui sont des compensateurs.)

Par conséquent, il me semble moins risqué de rester soit chez Zeiss soit chez Leitz et d'associer dans chacune de ces marques des optiques compatibles de même génération.

Mais il serait intéressant de profiter du forum pour mettre en commun nos information et expériences à ce sujet...

Bien cordialement,
  • 0

#5 Guy Breitenstein

Guy Breitenstein

    Acide nucléique

  • Membre confirmé
  • 84 messages

Posté 16 février 2008 - 10:12

Bonjour à tous et à Gérard Weiss
que je remercie vivement de nous faire partager son expérience et proposer son analyse.
Bien que déjà bien averti par mPx j'ai malgré tout e-bayé une paire d'oculaires Zeiss 6.3 PK ne trouvant pas de Périplan et vous ferait part du résultat.
A la lecture du forum j'ai vu que les oculaires 6,3 étaient prisés pour la photo.Qui peut nous donner les avantages de ce grossissement et pouquoi ce choix optique à décimale des producteurs plutot que 6 ou 7 !?
Cordialement
Guy
  • 0

#6 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 16 février 2008 - 06:04

Bonjour à tous,

Je voudrais apporter un complément de réponse à la question initiale.


Je tiens à expliquer le principe avec des mots simples et sans formule, quitte à ne pas être totalement conforme à la réalité, mais à la fin j'espère que l'on aura beaucoup mieux compris le principe.

Au départ du problème, une lentille se comporte comme un prisme, c'est-à-dire qu'elle décompose la lumière.
Ainsi une lentille forme une image de l'objet pour chaque longueur d'onde (couleur) et chaque image du fait de l'indice de réfraction du verre ne sera pas focalisée sur le même plan ou sera de taille différente. Pour s'en rendre compte, si on examine une image dans un mauvais instrument d'optique ** (mal corrigé) on s'aperçoit au niveau des contours de cette image, des liserés colorés (rouges, verts, bleus etc) qui changent de couleur selon la mise au point. Cela prouve que plusieurs images de différentes couleurs se superposent et comme elles n'ont pas tout à fait la même taille, on voit sur les bords ces liserés. Mais à l'intérieur de l'image, le même phénomène existe qui dégrade sa qualité.

Or ce phénomène de dispersion est en relation avec la qualité du verre utilisé et plus exactement à son (ses) indice de réfraction. Selon la composition même du verre (sa formule chimique en quelque sorte), nous avons des dispersions différentes.

Des opticiens de génie ont eu l'idée de corriger ces défauts dus à un verre particulier, par des défauts inverses d'un autre verre différent. Ainsi en associant deux verres complémentaires nous pouvons faire en sorte que les images de différentes couleurs arrivent à se superposer pour n'en former qu'une claire et nette.

La construction d'un objectif consiste donc à corriger, le plus grand nombre de ces défauts en associant différentes lentilles de composition différente.

Seulement si l'on veut corriger tous les défauts dans l'objectif lui-même en combinant des lentilles complémentaires, cela en augmente considérablement la complexité et le coût.
Les oculaires compensateurs sont donc calculés pour fonctionner avec un type précis d'objectifs. On dit généralement que les oculaires compensateurs « marchent » avec les objectifs achromatiques. *

Là où l'affaire se corse !

Comme les objectifs modernes sont de plus en plus performants et donc de plus en plus coûteux, les grands fabricants de microscope laissent le plus souvent le soin à l'oculaire de compenser certaines aberrations résiduelles de l'objectif même si ce n'est pas un simple objectif achromatique. Il existe donc des « paires » qui ne sont pas la paire classique achromatique/compensateur, mais dont les éléments ne peuvent pas fonctionner les uns sans les autres. Ce sont des séries indissociables comme les CF chez Nikon.

En conclusion et en règle générale évitez de marier des oculaires d'une marque avec les objectifs d'une autre marque et même parfois il y a incompatibilité dans la même marque selon les séries !

Cordialement.

* En simplifiant, il existe TROIS catégories d'objectifs de microscope selon leur degré de correction de leurs aberrations (chromatique et de planéité)
Les achromatiques : Les moins corrigés (en fait ils sont déjà corrigés pour deux couleurs (bleu et rouge)
Les semi-apo (chromatiques) mieux corrigés
Les apo(chromatiques) encore mieux corrigés, parfois pour 4 couleurs.
En fait ces catégories sont assez artificielles car la construction des objectifs et la correction des aberrations dépendent de tellement de facteurs qu'il y a de très nombreuses recettes protégées par des brevets.

** La plupart des microscopes "jouets" ne sont même pas corrigés pour deux couleurs, ils ne sont même pas achromatiques.
  • 0

#7 Guy Breitenstein

Guy Breitenstein

    Acide nucléique

  • Membre confirmé
  • 84 messages

Posté 16 février 2008 - 07:07

On ne peut être plus clair. Lu et enregistré en ce qui me concerne.
Guy
  • 0

#8 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 16 février 2008 - 11:17

Bonsoir Guy et tous,

A la lecture du forum j'ai vu que les oculaires 6,3 étaient prisés pour la photo.Qui peut nous donner les avantages de ce grossissement et pouquoi ce choix optique à décimale des producteurs plutot que 6 ou 7 !?

Je ne sais pas d’où tu sors que les oculaires 6.3 sont prisés pour la photo ? Je ne me souviens pas de cette information. Il doit y avoir une raison pratique que je ne connais pas . Par contre sur le plan théorique un oculaire n’est jamais recommandé pour la photo, mais plutôt un projectif. A moins que l’on fasse de la photo en « afocal » conservant l’objectif de l’appareil.

Bon. Les oculaires de grandissement 6.3 existent pour une toute autre raison.
Nombre de dispositifs binoculaires, introduisent un grandissement supplémentaire dans le microscope (je ne sais pas d’ailleurs s’il en existe qui ne le font pas) . Il était habituel à une époque de considérer que les corps binoculaires introduisaient un grandissement de 1. 5 fois (en réalité 1.6 si on fait le calcul à l’envers) . C’est donc dans ce cas de figure pour faciliter le calcul des grossissements du microscope que le 6.3 a été inventé car associé à une tête bino il équivaut donc à un oculaire de 10 X .
C’est ainsi plus simple.

Cordialement.
  • 0

#9 Guy Breitenstein

Guy Breitenstein

    Acide nucléique

  • Membre confirmé
  • 84 messages

Posté 17 février 2008 - 02:24

Le secret de l'objectif 6.3 est enfin révélé !
Merci mPx
Guy
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!