Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Dryopteris filis-mas : prothalle


  • Veuillez vous connecter pour répondre
7 réponses à ce sujet

#1 patrice dx

patrice dx

    Batracien

  • Membre Modérateur
  • 519 messages

Posté 15 juillet 2008 - 10:41

voici un dessin représentant l'état de développement des spores de Dryopteris filis-mas. Le prothalle commence nettement à se constituer, au terme de quelques semaines de culture in vitro. Pour le moment la sporée est placée sous boite de petri, sur un carré de papier absorbant déposé sur un lit de terreau. Le tout est maintenu en milieu humide. Pas de moisissures apparemment et une activité bactérienne réduite, mais il y a des protozoaires : amibes, ciliés (colpodes, hypotriches)

prothalle2.jpg



prothalle0001.jpg


cordialement
  • 0

#2 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 15 juillet 2008 - 01:37

Bonjour Patrice et tous,

J’avoue que je suis un peu « jaloux » de tes observations.
En effet, cela me rappelle trop mes leçons de Sciences Naturelles de 5 ème (Les fougères).
J’avais mon premier microscope depuis un an mais je n’avais pas le matériel (verrerie) ni la technique pour faire germer des spores de fougères. Alors cette carence n’a fait qu’aviver ma passion, et mon envie d’un microscope plus performant.

Je suis donc curieux de détails sur ton expérience.
J’ai en gros compris le principe de ta culture. Dis-moi si je me trompe :
Un papier absorbant humidifié sur un lit de terreau sert de berceau au prothalle dans une boite de Pétri.
Pour les amibes, je comprends, mais comment as-tu dans ces conditions des ciliés ?
Peux-tu nous donner plus de détails et pourquoi pas, des photos de ta culture ?
Mais aussi et surtout, comment-fais-tu tes observations ?
Au microscope ? Enlèves-tu les prothalles de leur milieu de culture pour les observer ? Cela ne risque t'il pas de détruire les rhizoides? Pour voir les noyaux, je suppose que tu utilises bien un microscope.
Cela m’intéresse beaucoup.

Cordialement.
  • 0

#3 patrice dx

patrice dx

    Batracien

  • Membre Modérateur
  • 519 messages

Posté 15 juillet 2008 - 07:25

Au collège, en 1967, les cours de botanique nous étaient donnés par un passionné, un bryologiste reconnu... (Maurice Onraedt (1904-1998), dont j'ai retrouvé récemment son nom cité dans l'un ou l'autre référence bibliographique, il a étudié notamment les bryophytes, hépatiques surtout, de Madagascar)... c'est dire que rien ne nous était caché de la reproduction des cryptogames. Comme membre des "jeunesses scientifiques", j'avais accès, avec quelques autres élèves, à son labo ... j'ai donc réouvert quelques livres de botanique pour reprendre des obs. sur les bryophytes... par ex, j'ai déniché récemment des Merchantia polymorpha, mâles avec leurs anthéridiophores... les premières obs m'ont permis de découvrir les anthéridies et d'observer les anthérozoides; Mais ce qui me manque c'est un microtome (et l'habileté manuelle) pour ne pas trop charcuter mon specimen

Pour la méthode d'observation. la sporée est bien répartie sur mon papier absorbant, mis sur terreau humide...la boite de pétri est fermé (avec maintien de l'aération) de sorte que l'atmosphère y est saturé d'humidité... je ne sais si c'est ce qui convient le mieux. Je suppose que les ciliés proviennent du terreau, repris d'un pot de fleur. Le procédé est prévu pour tenter d'observer les premières phases du développement... par la suite, je mettrai la culture à l'air libre, une terrine ou une assiette profonde devrait suffire.

Le prélèvement ? : en raclant ou en prenant un petit fragment de papier-tissu qui est dilacéré sur la lame, pour tenter d'isoler autant que possible des prothalles de ce substrat de fibres cellulosique. on peut aussi tenter d'aspirer à l'aide d'une pipette. Les prothalles sont encore microscopiques (on peut discerner des zones vertes à l'oeil nu et on peut déjà les discerner au microscope de poche.

Les dessins résultent d'une observation au bino (objectif 10x et 40x contraste de phase), sur lamelle en phase aqueuse.

pour la culture in vitro des fougères : cela semble être une pratique courante en horticulture : voici un lien expliquant la méthode :

http://www.jardin-mu...olopendrium.htm

amitiés,

Modifié par patrice dx, 15 juillet 2008 - 07:35 .

  • 0

#4 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 16 juillet 2008 - 07:19

Bonjour Patrice,

Avec ton lien je comprends mieux pourquoi et comment tu peux prélever des prothalles pour les observer, c’est parce qu’il y en a profusion ! Quelle merveille, c’est sûr, je vais m’y mettre !
Je m’imaginais au contraire que tu en avais un seul ou au maximum deux ou trois.
Dans ces conditions, il aurait été dommage de les sacrifier pour les observer. Telle était mon interrogation car cela n’était pas évident à comprendre d’emblée.
Pour les ciliés là je continue à m’interroger.
Comment peux-tu avoir des ciliés dans ta culture ? Pas d’où ils viennent car cela n’a pas d’importance, il y en a partout dans l’air sous forme enkystée dans tout débris végétal, mais où ils vivent ? Dans le papier, dans le terreau ? Pour les amibes, cela ne pose pas de problème mais les Ciliés, je ne comprends pas bien.

Cordialement.
  • 0

#5 patrice dx

patrice dx

    Batracien

  • Membre Modérateur
  • 519 messages

Posté 16 juillet 2008 - 12:02

Bonjour Patrice,

Avec ton lien je comprends mieux pourquoi et comment tu peux prélever des prothalles pour les observer, c’est parce qu’il y en a profusion ! Quelle merveille, c’est sûr, je vais m’y mettre !
Je m’imaginais au contraire que tu en avais un seul ou au maximum deux ou trois.
Dans ces conditions, il aurait été dommage de les sacrifier pour les observer. Telle était mon interrogation car cela n’était pas évident à comprendre d’emblée.
Pour les ciliés là je continue à m’interroger.
Comment peux-tu avoir des ciliés dans ta culture ? Pas d’où ils viennent car cela n’a pas d’importance, il y en a partout dans l’air sous forme enkystée dans tout débris végétal, mais où ils vivent ? Dans le papier, dans le terreau ? Pour les amibes, cela ne pose pas de problème mais les Ciliés, je ne comprends pas bien.

Cordialement.


Bonjour Michel,

A mon avis, le meilleur moyen de recueillir des spores de fougères est de déposer une fronde (sporanges vers le bas) sur une plaque de verre propre, et de la laisser tranquille au sec pendant quelques temps ... on a alors une belle sporée qui épouse la forme de la feuille. Il suffit ensuite de racler à l'aide de fine spatule ou de frotter à l'aide d'un mouchoir en papier...

pour les ciliés : le terreau - débris végétaux - me semble être un bon milieu pour les infusoires et comme il est relativement gorgé d'eau, les colpodes et autres ciliés ont toute la place pour nager dans l'eau intersticielle, après tout ils déambulent parfaitement sous la lamelle... il y a aussi des petits vorticelles. J'ai quand même eu l'impression que ces ciliés étaient plus présents près ou sur le papier que dans les échantillons de terreau prélevés au fond de la boite... c'est possible que la zone de culture de prothalle soit un milieu plus oxygéné et que cela attire les ciliés. Ceci dit, il ne sont pas (encore) très nombreux.

Amitiés

Patrice

Modifié par patrice dx, 16 juillet 2008 - 12:05 .

  • 0

#6 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 16 juillet 2008 - 04:01

Parfait Patrice,

Ton terreau est saturé en eau.

Cordialement.
  • 0

#7 patrice dx

patrice dx

    Batracien

  • Membre Modérateur
  • 519 messages

Posté 16 juillet 2008 - 08:20

voici :

DSC08596crop.jpg

DSC08596dim.jpg

Modifié par patrice dx, 16 juillet 2008 - 08:21 .

  • 0

#8 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 16 juillet 2008 - 08:24

Magnifique,

On voit bien toute la difficulté de l'expérience.

Cordialement.
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!