Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Levures


  • Veuillez vous connecter pour répondre
8 réponses à ce sujet

#1 Marcel Lecomte

Marcel Lecomte

    Eucaryote

  • Membre confirmé
  • PipPip
  • 279 messages

Posté 26 janvier 2009 - 12:21

Bonsoir les amis,
J'ai eu le plaisir, il y a quelques jours d'être contacté par un voisin de "MikrOscOpia" qui habite à quelques km de chez moi : Alain HERMAL.
Il m'a branché sur les levures gtâce à Saccharomyces cerevisiae au départ, et maintenant, voilà un sujet de plus qui me passionne ... déjà que depuis quelques semaines, je baigne dans les moisissures et les boîtes de Pétri qui défilent entre mon incubateur et le grenier.
Se pose évidemment le problème de la détermination ! Si quelqu'un possède des clés génériques ou spécifiques scannées, je suis preneur.
Voici deux photos à titre de cadeau.

Aspergillus_sp201008__3bis_.jpg


Saccharomyces_cerevisiae63xPapo_2_0bis.jpg





Bien à vous
ML :o))

J'ai oublié de vous préciser qu'il s'agit d'une culture d'Aspergillus sp. et d'une préparation de Sacchatomyces cerevisia colorée au Lugol.
ML
  • 0

#2 olevoux

olevoux

    Invertébré

  • Membre confirmé
  • PipPipPip
  • 328 messages

Posté 26 janvier 2009 - 05:45

Bonjour Marcel,

Je ne peux pas t'aider mais le premier cliché soulève pour moi une question :

Comment doit-on interpréter ces rayons plus sombres de croissance de la culture ? Des strates en cercles concentriques auraient été plus compréhensibles pour moi (variation de condition de température, humidité, en même temps que la culture croit,...). Est-ce un effet du substrat nutritif ?

Merci
  • 0

#3 Marcel Lecomte

Marcel Lecomte

    Eucaryote

  • Membre confirmé
  • PipPip
  • 279 messages

Posté 26 janvier 2009 - 10:34

Bonsoir Olivier,
Je suis incapable de te répondre ... en effet, avec plusieurs Penicillium, j'ai le type de croissance que tu évoques (voir image ci-jointe); par contre, avec cet Aspergillus, dont j'ai fait une dizaine de boîtes différentes, j'obtiens toujours le même faciès, avec ce rayonnement en étoile.
Mais je ne connais pas son nom spécifique.
J'utilise cing milieux : du Sabouraud + chloramphénicol, du Sabouraud + 4% dextrose agar, de l'agar + pomme de terre, du malt agar et de l'agar pur avec auréomycine.

Penicillium_sp.201008__1bis_.jpg


Bien à toi
M
  • 0

#4 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 27 janvier 2009 - 10:52

Bonjour à tous, Olivier, Marcel,

Bravo Marcel pour tes cultures.
Je vois déjà que tu as des milieux spécifiques, tu es donc bien avancé dans tes études.


Comment doit-on interpréter ces rayons plus sombres de croissance de la culture ? Des strates en cercles concentriques auraient été plus compréhensibles pour moi (variation de condition de température, humidité, en même temps que la culture croit,...). Est-ce un effet du substrat nutritif ?


De même qu'il existe un polymorphisme dans la forme des bactéries de la même espèce, la forme des colonies (et c'est valable pour les moisissures et levures) dépend à la fois de l'espèce et du milieu .
Une même espèce peut avoir des colonies de formes différentes en fonction de la nature (consistance, composition, température, aérobiose ou non etc) .

Je ne vois pas ce qui pourrait entraîner une croissance concentrique plutôt qu'une autre forme. La culture sur milieu artificiel n'a rien à voir avec le développement de "ronds de sorcières" nous sommes à une toute autre échelle et les lois ne sont pas les mêmes.

Cordialement.
  • 0

#5 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 27 janvier 2009 - 11:11

Se pose évidemment le problème de la détermination ! Si quelqu'un possède des clés génériques ou spécifiques scannées, je suis preneur.


Vaste question.

Nous sommes habitués dans le macromonde à déterminer les espèces en fonction de critères essentiellement morphologiques.
Dans le monde de la microbiologie, il en va tout autrement.

Les bactéries(mais aussi, les champignons et levures microscopiques) se distinguent par leur forme et leur classification se fait souvent à partir de cette forme.
Mais malheureusement, il existe un polymorphisme important et un microbe peut changer de cathégorie morphologique en fonction du milieu dans lequel il vit.

Le diagnostic bactériologique ne se fait donc presque jamais au microscope.
C'est la raison pour laquelle de nombreuses techniques auxiliaires ont été développées pour valider un diagnostic.

Les premiers bactériologiste se fondaient donc sur la forme de la bactérie, mais très rapidement on s'est aperçu de nombreuses erreurs si on ne tient compte que du critère morphologique.
Sont donc apparues les considérations tirées de la forme des colonies en culture, des réactions colorantes (coloration de Ehrlich, Gram) les réactions des colonies vis a vis de substances contenues dans le milieu de culture (Propriétés fermentatives) croissance ou non dans des milieux spécifiques, inoculation aux animaux, réactions immunochimiques et enfin analyse génétique. (Sans oublier le diagnostic clinique pour les espèces pathogènes ).

L'examen au microscope n'est donc bien souvent qu'un examen de contrôle !

Microbiologiquement.
  • 0

#6 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 27 janvier 2009 - 03:22

Bonjour à tous,
Bravo à MArcel pour ses cultures de moisissures.

Je possède sur le sujet un livre acheté "pour voir" chez un bouquiniste.
Il comporte des clefs dichotomiques. Je ne l'ai pas testé. A priori, les critères sont morphologiques à 2 niveaux: macroscopiques forme des colonies et microscopiques autour de la forme du mycélium, des sporanges et des spores.
il date de 1939 mais donne une vision globale de ce qui était connu à l'époque:
NAUMOV N.A. 1939, "clef des mucorinées" encyclopédie mycologique Lechevalier

Je ne connais pas de scan mais des bibliothèques mycologiques doivent renfermer cet ouvrage.

Cordialement
  • 0

#7 Daniel Crabbé

Daniel Crabbé

    Procaryote

  • Membre confirmé
  • Pip
  • 193 messages

Posté 27 janvier 2009 - 08:53

Bonjour Marcel,

Je ne peux pas t'aider mais le premier cliché soulève pour moi une question :

Comment doit-on interpréter ces rayons plus sombres de croissance de la culture ? Des strates en cercles concentriques auraient été plus compréhensibles pour moi (variation de condition de température, humidité, en même temps que la culture croit,...). Est-ce un effet du substrat nutritif ?

Merci


Bonsoir Marcel, bonsoir Olivier,

Ces rayons plus sombres semblent être en dépression. Est-ce que cela ne correspond pas tout simplement à une surface "fripée" due à la consommation et à le déshydratation du milieu de culture sous-jacent (voir si le milieu de culture se creuse).
Une autre hypothése est que la colonie se développe et présente une certaine cohérence (comme une nappe). Comme elle se développe aussi bien vers l'intérieur (qui n'est pas extensible ;) ) que vers l'extérieur, la "nappe" est obligée de se friper.
J'espère que je me suis fait comprendre :blink:

Il faudrait y placer des repères comme pour mesurer le déplacement des glaciers ou des failles géologiques :D

Cordialement.

Daniel
  • 0

#8 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 27 janvier 2009 - 09:26

Bonsoir,

Dans ma réponse précédente, je répondais davantage au titre du sujet Levures et en même temps au sujet similaire "Une énigme pour moi" , dans lequel on voit des levures, qu'à la détermination des moisissures!
Bien entendu les moisissures sont beaucoup plus "morphologiquement" évoluées que les levures .

Le problème est qu'il y a plusieurs sujets dans le sujet Levures et Moisissures ce qui ne peut entraîner que de la confusion.

Cordialement.
  • 0

#9 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 28 janvier 2009 - 11:13

Bonjour Olivier, et tous,

Des strates en cercles concentriques auraient été plus compréhensibles pour moi (variation de condition de température, humidité, en même temps que la culture croit,...)


Je voudrais aller plus loin dans la réponse que j'ai donnée.

Tu disais que les cercles concentriques auraient été plus compréhensibles pour toi évoquant des variations des variations environnementales de la culture!

Justement dans une culture microbienne (dans le sens de microbe en médecine, c'est à dire incluant aussi les levures et moisissures) les milieux sont homogènes, de composition reproductible et la mise en étuve bactériologique leur assurant un taux d'humidité et une température « relativement » constante .
Quand je dis relativement, c'est à dire que la température se maintient dans une fourchette très étroite.

Donc tout cela n'a rien à voir avec les conditions de croissances en « cercles concentriques » des champignons dans la nature par exemple.
Dans la nature, le terrain est extrêmement hétérogène et les conditions climatiques extrêmement changeantes, et ceci de manière cyclique, ce qui pourrait expliquer, beaucoup plus aisément qu'en laboratoire, la croissance en cercles.

Pour revenir au polymorphisme déjà évoqué, je voudrais dire qu'il existe bien sûr quand les conditions de développement (cultures ou organisme) sont différentes d'une observation à l'autre. C'est à dire si on change de milieu de culture.
Au contraire (et pour qu'il n'y ait pas de confusion), les milieux de cultures industriels qu'utilise Marcel, sont faits pour assurer une reproductibilité maximale des cultures et éviter au maximum le polymorphisme! Donc, à partir de là on peut se baser davantage sur la forme d'une colonie pour avancer dans la détermination de l'espèce.

Cordialement.
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!