Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
* * * - - 1 note(s)

Cerodaphnia


  • Veuillez vous connecter pour répondre
3 réponses à ce sujet

#1 Michel Verolet

Michel Verolet

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Superviseur
  • 1 168 messages

Posté 29 avril 2009 - 08:28

Bonsoir
Toujours dans le prélèvement des Ilyiocriptus , ce cladocère qui appartient probablement au genre Cerodaphnia et en suivant la clé d'Amoros qui est peut être C.megops???

1.jpg

2.jpg

3.jpg

4.jpg

Michel

#2 Jean-François Cart

Jean-François Cart

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 45 messages

Posté 30 avril 2009 - 12:00

Bonjour,

c'est effectivement une espèce du genre Ceriodaphnia. La forme générale est caractéristique.
Pour ce genre la clef d'Amoros est juste, mais certains détails ne sont pas toujours évidents tant qu'on ne les a pas observés sur des animaux. (et même après)

C. megops est à exclure, voici l'aspect de son post abdomen.

DSCN1689bis.jpg


Cependant, la série de photo indique des éléments qui sont contradictoires.
La tête a des spinules que l'on rencontre chez C. setosa et C. rotunda décrit par Margaritora, mais pas à celui illustré par Alonso.
Le post abdomen avec son décrochement ressemble à celui du mâle de C. rotunda.
L'individu présenté est bien une femelle parthénogénétique.
Les touffes de soies à la base des dents du PA sont bien décrites par Alonso et Margaritora mais elle sont aussi présentes chez C. laticaudata. cependant cette dernière n'a pas de spinules sur la tête.

Donc il serait utile d'observer d'autres individus pour préciser ces détails.
Aspect de la tête, avec ou sans spinules
largeur du PA

En pratique si les autres individus ont un PA large, et des spinules sur la tête, c'est C. rotunda
Si le pa est moins large, c'est C. quadrangula.
une vue dorsale pourrait être utile pour voir la présence d'expansions latérales de la capsule céphalique.

La surveillance de la population pourrait permettre de trouver des mâles qui confirmeraient la détermination.

C. rotunda semble bien aimer les mares pauvres en oxygène.

Cordialement

Jean-François
  • 0

#3 Michel Verolet

Michel Verolet

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Superviseur
  • 1 168 messages

Posté 30 avril 2009 - 06:22

Merci Jean-François pour ta réponse
C'est bien en effet une femelle , j'avais bien observé ces petites spinules mais je pensais le critère du PA prépondérant.
Quelques photos de l'unique exemplaire que j'ai pour l'instant trouvé dans mon prélèvement.

7.jpg

6.jpg

5.jpg



#4 Jean-François Cart

Jean-François Cart

    Nucléotide

  • Membre confirmé
  • 45 messages

Posté 30 avril 2009 - 08:54

effectivement le post abdomen est très important mais sur ton échantillon il n'est pas typique, c'est intermédiaire entre deux espèces alors il faut chercher un peu plus loin. Voici une photo de C. rotunda on voit qu'il n'y a pas le décrochement qui t'a fait penser à C. megops.
Ceriodaphnia_rotunda.jpg

Le PA est plus régulier. Pour ton spécimen on peux imaginer de gommer la déformation soit en gardant la version large de rotunda soit la version étroite de C. quadrangula. Je pense qu'avec les spinules sur la tête et malgré les soies à la base des épines préanales il faudrait privilégier C. rotunda. Mais il est préférable comme souvent d'observer plusieurs spécimens.


Pour les daphnies certains auteurs estiment qu'il y a pratiquement une forme différente par mare du fait de l'isolement et de la reproduction parthénogénétique. Alors si on extrapole un peu aux autres espèces, on doit trouver des formes un peu différentes en fonction des régions. On l'a vu pour Ilyocryptus, tous les caractères ne sont pas conformes. Alors pour cette Ceriodaphnia, est-ce une population atypique, un individu aberrant au milieu d'une population normale... Tes futures pêches devraient donner une réponse, surtout si tu trouve un mâle. Attention aussi à des espèces mélangées, ne pas sortir une femelle d'une espèce et un mâle d'une autre.

J'ai fait un tour dans mes collection de photos. Ce que j'ai identifié comme quadrangula vient soit de lac oligotrophes à tendance acide du massif central ou des Vosges, soit de mares temporaire de Corse et l'aspect des différentes souches est assez différent. Les soies à la base des épine préanales sont bien visibles sur les échantillons corses, mais pas sur ceux de montagne. Ces soies ne sont pas illustrées par Flossner, ce qui pourrait indiquer qu'il y a deux espèces une de montagne et une méridionale trouvée par moi en Corse, Margaritora en Italie et Alonso en Espagne. Il n'y a plus qu'à faire une révision du genre.



Bonne journée

J-F
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!