Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

defi aux protistes


  • Veuillez vous connecter pour répondre
8 réponses à ce sujet

#1 Marius BELEMGNEGRE

Marius BELEMGNEGRE

    Acide aminé

  • Membre
  • 4 messages

Posté 08 décembre 2009 - 11:34

Bonjour les amis
comme déja annoncé dans la rubrique présentation des membres, je suis debutant en matière de monde microscopique; je suis a la recherche d'une documentation qui facilite l'accès des francophones au "langage Protistes" Plusieurs de mes camarades ont deja demissionné a cause du latin difficile d'accès aujourd'hui et je suis pas loin non plus de la demission: "sarcomastigophorasida, polymastigine, trypomastigote; leptomonas... pour ne citer que cela. Faute de documents, j'etudie beaucoup sur internet mais les recherches sont trop souvent vaine. Quel conseil pour aborder tranquillement l'etudes des protistes?
Amitié
Marius
  • 0

#2 Dominique Voisin

Dominique Voisin

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Superviseur
  • 3 141 messages

Posté 09 décembre 2009 - 09:18

Bonjour Marius,

Il faut bien appeler un chat, un chat !!!

Dans un premier temps, il est peut être utile de laisser tomber l'apprentissage de toutes les branches de la protistologie...
Moi qui m'interesse particulièrement aux diatomées, je me moque de savoir que sa position phylogénétique est

Ochrophyta
Diatomeae
Bolidophyceae
Bacillariophyta

En revanche je sais ce que c'est qu'une pénnée, une centrique, une naviculale, une Achnantes, une Craticula cuspidata... mais ça c'est petit à petit...
Du Net, des bouquins, des heures d'apprentissage, d'observation... je ne crois pas qu'il y ait un accés "tranquille" aux protistes...

Cordialement

Dominique

#3 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 09 décembre 2009 - 09:44

Bonjour,
je ne peux que prolonger la réponse de Dominique. La protistologie est difficile d'accès et ne concerne que quelques spécialistes et peu d'amateurs.

la pratique du latin n'est pas nécessaire, mais celle de la nomenclature binomiale est indispensable. Il faut l'accepter.

Il n'est pas nécessaire de suivre sans retard les évolutions de la classification qui est encore loin d'être stabilisée actuellement. Mais il faut commencer par découvrir les grandes divisions anciennes.

Il y a les informations d'internet.
Il y a aussi celles accessibles dans les livres des bibliothèques universitaires:
titres de Grassé, de Puytorac et surtout pour l'Afrique le Dragesco
"ciliés libres de l'Afrique intertropicale"
Je ne pense pas qu'il faille considèrer ces livres comme dépassés mais comme des bases à améliorer.

En parallèle des lectures, il faut bien sur observer, photographier, dessiner...

Cordialement
  • 0

#4 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 09 décembre 2009 - 10:11

Bonjour Marius,

J'avais choisi de faire un forum francophone car je savais qu'il n'était pas toujours facile de nous comprendre quand nous parlons la même langue et que les difficultés augmentaient encore quand nous essayons de traduire nos pensées d'une langue à l'autre.

Les scientifiques ont inventé en quelque sorte un langage universel en créant des mots à partir de racines venant de langues mortes comme le grec et le latin. Mortes car comme cela ces racines là sont figées, et ne peuvent donc pas évoluer au gré des modes comme dans les langues vivantes.

Il suffit donc parfois de connaitre un certain nombre de ces racines pour saisir globalement le sens d'un mot "scientifique". Mais parfois, les "créateurs de mots" nous font de petites "farces" en incluant dans le nom d'une nouvelle espèce par exemple, des racines évoquant un personnage célèbre ou pourquoi pas, sa dulcinée. (Pour lui rendre hommage en quelque sorte). Dans ce cas là, il faut connaitre le document fondateur du mot ou l'histoire de son créateur.

Dans les mots que tu cites par exemple :
- sarcomastigophora

sarco est la racine pour désigner la chair comme dans sarcophage (qui mange la chair)
masto désigne les mamelles ou ce qui en a la forme
phore qui porte.
Ce phyllum évoque donc par sa forme tout cela à la fois.

En fait on apprend qu'il comporte deux sous phylum, Mastigophora et Sarcodina donc il faut faire remonter son étymologie à ces deux groupes et on retrouve les mêmes racines.

Les "mastigotes" sont des formes évolutives des trypanosomes. Mot issu de la classe des Mastigophora (qui porte des phora = qui porte)

Les préfixes peuvent varier avant le "noyau" mastigote.

choano= entonnoir (du nez)
a= Amastigote veut dire (a privatif) qui n'a pas de cil ou de flagelle.
opisto = derrière, en arrière
pro= avant
epi = sur, dessus
trypo trypa = du grec trupanon trépan (Comme dans trypanosome trypa = trépan (pour percer) et soma = corps)

Voici trois liens :
Un sur les Protistes en général.
http://www.microscop...GEMENT/DRAG.pdf
Un sur l'etymologie
http://pot-pourri.fl...ook/etymons.pdf
Un sur les trypanosomes.
http://horizon.docum...23-25/31123.pdf

Cordialement
  • 0

#5 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 09 décembre 2009 - 11:07

Re,

Pendant que j'écrivais, des réponses sont apparues donc ma réponse ne tenait pas compte de celles-ci.

la pratique du latin n'est pas nécessaire, mais celle de la nomenclature binomiale est indispensable. Il faut l'accepter.

En toute amitié, je ne suis pas d'accord avec cela. Ma réponse précédente au contraire ne va pas dans ce sens!
Connaitre les racines des mots permet d'avancer beaucoup plus rapidement dans les études ! Je n'ai pas dit qu'il fallait apprendre le latin, et le grec .
J'ai pratiqué cette méthode pendant mes (lointaines) études et cela m'a énormément servi, je dirais même donné un avantage.
Par exemple beaucoup de personnes croient que d'avoir un diabète concerne le sucre. Dia veut dire à travers.
Ainsi cette maladie concerne des substances qui ne sont pas réabsorbées par les reins et se retrouvent anormalement dans les urines.
C'est le cas du sucre dans le diabète sucré, mais cela peut être également le cas du phosphore dans le diabète phosphoré...
Le gros avantage de connaitre les racines des mots est de mieux comprendre , de mieux retenir et éventuellement détecter un mauvais usage du mot et dans ce cas ne pas le prendre à la lettre.
Je le redis donc, sans apprendre pour autant le grec ou le latin (mais il n'y a pas que ces langues qui ont donné des mots à la langue française!) connaitre les préfixes (et suffixes dans une moindre mesure) permet très souvent de décoder certains mots que l'on ne connait pas.
Si je sais que gastro se rapporte à l'estomac (gastéropode par exemple) et que je sais que stomato se rapporte à la bouche, je sais tout de suite à la première rencontre avec le mot gastrostomie qu'il s'agit d'une intervention chirurgicale qui va faire communiquer l'estomac avec l'extérieur par une sorte de bouche. Par contre , à ne pas confondre, une gastectomie sera une ablation de l'estomac et si on remplace l'estomac par un utérus nous aurons une hystérectomie.
En jouant comme cela avec les racines qui constituent les mots surtout quand ils sont issus du domaine scientifique, on peut très facilement décoder ces mots même quand ils sont nouveaux pour nous.
Faire ce petit effort qui consiste chaque fois que l'on entend ou lit un mot nouveau, d'aller voir dans un dictionnaire sa signification, mais aussi son étymologie n'est pas inutile, mais au contraire productif.
De plus, nous avons maintenant toutes les ressources d'Internet pour le faire. Nous devrions de ce fait le faire plus souvent.
Je me souviens du temps des encyclopédies (Britannica ou universalis chez nous) où il fallait aller chercher dans des volumes d'index, puis ensuite aller chercher dans le corps de l'ouvrage (au moins douze volumes) les mots recherchés, ne sachant pas a priori si la direction de recherche était la bonne.
L'effort actuel demandé est sans commune mesure. Une recherche dans la version "numérique" de ces encyclopédies (idem sur le Net) décuple notre efficacité.
Dans plupart de nos travaux d'amateurs on peu se dispenser comme le dit Dominique de toutes ces nomenclatures pour mieux se consacrer à l'essentiel de notre passion, mais dans le cadre d'études sérieuses je ne vois pas comment on peut y échapper.

Personnellement je m'étais fait un petit lexique des préfixes les plus courants, mais il arrive très vite un moment ou ce lexique s'intègre à nos algorithmes de lecture et où le décodage de ces mots se fait automatiquement que cela en devient un plaisir.

Cordialement.

Jean-Marie Cavanhiac avait donné un autre lien d'un Lexique.
  • 0

#6 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 09 décembre 2009 - 01:42

Bonjour Michel,
les débats sur la langue sont souvent passionnés!
Ils refletent des positions philosophiques.
J'ai vu il ya peu sur tela botanica des débats longs sur l'orthographe de mycorrhizes ou sur le mot macrophytes!!

J'ai le mème plaisir que toi à décrypter les origines des mots et à en utiliser le sens pour les mémoriser.
Mais les linguistes savent bien qu'il y a parfois des étymologies aberrantes...
Faut il apprendre l'arabe, le russe ou l'hébreu pour apprendre les mots correspondants...
je n'ai pas dit que la connaissance des racines grecques ou latines était inutile mais je prétend qu'elle n'est pas indispensable.

Pour reprendre 2 de tes exemples, beaucoup de gens sauront ce qu'est le diabète (au sens de diabète sucré que l'usage a rendu implicite) et auront une idée de ce qu'est un gastéropode. Beaucoup moins en donneront l'étymologie qui n'est donc pas indispensable à l'apprentissage du sens.
A l'opposé, la connaissance de l'étymologie du mot macrophyte ne va pas te permettre d'en connaitre le sens en jargon de botaniste spécialisé...

Comme l'a dit Dominique, je crois que nous ne pouvons pas faire l'économie de l'apprentissage d'un lexique spécialisé dans le domaine de la microscopie comme dans celui des protistes. Mais c'est acquis progressivement au fil des lectures...

C'est vrai aussi qu'il faut commencer par un domaine; par exemple celui des flagellés parasites...
  • 0

#7 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 09 décembre 2009 - 02:30

re, Daniel,

Je ne voudrais pas que le sujet dérive, c'est à dire qu'il soit tiré, vers des rivages qui sortent du cadre du forum, bien que la conversation soit, bien entendu, très agréable.
Je m'en tiendrais donc à la recherche des racines des mots sur lesquels semble buter Marius.
Je disais que moyennant un petit effort (constituer un petit lexique de racines) facilité par le bon usage d'Internet (bien plus démocratique que d'aller dans une bibliothèque universitaire), le stress engendré dans les études à la vue de tous ces mots a priori barbares, ne doit pas décourager l'étudiant.
N'ayant jamais fait de grec de latin de chinois ou d'autres langues plus classiques, je m'en suis très bien sorti grâce à ce petit lexique (que j'enrichi au gré de mes lectures) et qui fait partie de mes outils d'analyse des mots de manière tout à fait transparente, sans aucun effort.

La question posée, était bien celle-là !

Pour macrophytes, je te le concède le choix du nom n'est pas bien parlant (grandes plantes par opposition à celles qui ne sont pas visible à l'oeil nu: ok, mais pour désigner des plantes aquatique il manque une notion.) aurait-il fallu introduire la notion d'eau et dire Macroaquaphytes!,
Mais pour les mycorhizes qui signifie champignons-racines, peu importe si ce sont réellement des champignons, et peu importe l'orthographe, car l'association des deux racines (du mot) forme un concept nouveau (au moment de la découverte) même si ce concept a évolué avec le temps.
Je trouve cette boite à outils (lexique des racines) très intéressante pour comprendre et pour former, pour ceux qui ont la chance d'innover, des mots scientifiques partageables par tous, quelle que soit notre langue maternelle.

Cordialement.
  • 0

#8 Jean Marie Cavanihac

Jean Marie Cavanihac

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Co-Admin
  • 3 194 messages

Posté 09 décembre 2009 - 03:30

Bonjour à tous,

c'est vrai que les racines constituent un "jeu de construction" qui permet de retrouver le sens de mots inconnus (surtout hors de leur contexte) . Mais toute discipline un peu pointue développe ensuite ses propres concepts qui sont plus précis que l'assemblage de racines !
je remets en document joint un petit résumé de celles ci (Grecques et Latines)

amitiés,
JMC

Fichier joint  grec.doc   416 Ko   499 téléchargement(s)
  • 0

#9 Marius BELEMGNEGRE

Marius BELEMGNEGRE

    Acide aminé

  • Membre
  • 4 messages

Posté 11 décembre 2009 - 03:20

chers amis
Merci pour l'interêt portée a mon inquiétude; je ne m'y attendais pas; je pense avoir trouvé dans vos differents apports une clé de comprehension et aussi d'approche; j'ai commencé avec quelques amis a batir un petit lexique en partant du cours sur les protiste animaux et cela nous aide enormement; merci aussi pour les differents liens internet;
c'est merveilleux et je trouve plaisir a faire connaitre microscopies.com aux autres etudiants et aux professeurs.
Amitié
Marius
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!