Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo

Microscopes métallographiques.


  • Veuillez vous connecter pour répondre
15 réponses à ce sujet

#1 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 09 février 2010 - 05:20

Bonjour à tous,

Avec un microscope métallographique,
en fond clair, les reflets sur la lamelle supérieure empècheront l'observation.
en fond noir, l'observation sera possible mais les objectifs forts ne seront pas prévus pour une observation à travers une lamelle.


On emploie souvent le terme de microscope métallographique à tort.
Un microscope Métallographique est un microscope à éclairage épiscopique conçus pour observer les métaux.

Les métaux à observer sont polis, puis le plus souvent attaqués à l'acide ce qui permet d'observer les détails de leur surface avec des parties brillantes et des parties sombres.

Il existe des microscopes biologiques à éclairage épiscopique qui ne sont pas métallographiques du tout.
Utiliser un vrai microscope métallographique pour observer autre chose que des métaux conduit le plus souvent à l'échec, on n'y voit rien du tout.
Par contre avec un microscope biologique épiscopique, on peut voir beaucoup plus de choses.
Bien sûr on peut capter les reflets d'une lamelle (à déconseiller quand même car c'est un contre sens d'utiliser une lamelle) mais la plupart du temps les éclairages épiscopiques sont munis de réglages pour éviter les reflets.
Il existe des contraste de phase et CID (Mais je n'ai pas de CID Epi) conçus pour l'épiscopie avec des mêmes réglages appropriés.

Ceci dit , je n'ai pas une grosse expérience (faute de temps) de ces éclairages mais pour l'Ultropac cela fonctionne très bien.
Et le microscope muni de l'ultropac ne saurait être appelé métallographique.

Cette réflexion vient du fait que je voulais utiliser un vrai microscope métallographique comme un Ultropac, et je n'ai rien pu en tirer sur des objets biologiques.

Cordialement.
  • 0

#2 Dominique Prades

Dominique Prades

    Modérateur Animateur

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 851 messages

Posté 09 février 2010 - 08:26

Bonsoir Michel,

Tu sais Michel, je ne suis pas très porté sur les diverses techniques.Seulement je vous fais part de ma modeste expérience.Je possède un microscope metalurgique Olympus , qui ne me sert pas à grand chose d'ailleurs.Il est équipé de 2 objectifs spéciaux, un X10 et X20.Il y a une tirette pour le fond noir sur le tube épiscopique. J'ai souvent examiné des diatomées.Avec une lame et lamelle comme la lame que j'ai présenté aujourd'hui, on y voit rien ou c'est si mauvais que cela n'en vaut pas la peine d'en parler.En fond clair sans lamelle (les diatomées étant posées comme çà dans une petite boite de pétri par exemple)c'est pas terrible non plus, par contre en fond noir (en basculant donc la tirette, là c'est vraiment pas mal, en tous cas pour l'observation (un peu moins bien pour la photo).
  • 0

#3 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 09 février 2010 - 09:03

Bonsoir Dominique,

Je crois qu'un microscope métallographique a par construction un éclairage perpendiculaire à la lame. En tout cas c'est le cas avec le Zeiss que j'ai.
Donc comme la lumière réfléchie, elle aussi l'est puisqu'elle suit le même chemin, cela fait un bel éblouissement.
Pour le fond noir,justement on évite que la lumière directe revienne vers l'oeil. Ne revient que la lumière ré émise par l'objet. On a donc un FN traditionnel totalement identique que celui utilisé en lumière transmise. Il ne doit pas y avoir de différence entre les deux FN. Ils sont bons ou mauvais selon la qualité de l'éclairage et celle de l'objectif quelle que soit la méthode.
Je n'ai pas l'expérience du FN en épiscopie.

En fond clair sans lamelle (les diatomées étant posées comme çà dans une petite boite de pétri par exemple)c'est pas terrible non plus,

C'est aussi l'expérience que j'ai des microscopes métallographiques sans lamelle.L'image est noyée dans la lumière sans contraste et définition.

Amitiés.

Une très bonne lecture.

EPI-ZEISS.jpg



.
  • 0

#4 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 09 février 2010 - 10:56

Bonsoir,

Je crois qu'un microscope métallographique a par construction un éclairage perpendiculaire à la lame.

oui c'est le cas en fond clair.C'est ce qui empèche l'usage de ce type de microscope avec une lamelle.

Et le microscope muni de l'ultropac ne saurait être appelé métallographique.

en fait le principe d'éclairage en fond noir des microscopes métallographiques actuels est identique à celui de l'ultropak de Leitz: l'éclairage se fait par des lentilles en anneau autour de l'objectif.
Comparez le schéma d'objectif métallographiques fond noir ici: http://www.olympusmi...eldreflect.html
avec celui de l'ultropak...

Actuellement, les biologistes n'utilisent guère des microscopes épiscopiques qu'en épifluorescence.
Pourtant quelques articles montrent des détournements de ces microscopes métallographiques sur des sujets biologiques ou sur des microfossiles, surtout depuis l'apparition de la z-ification (focus-stacking) qui permet de dépasser la limite de la faible profondeur de champ incompatible avec des sujets avec du relief.

Mon expérience épisodique depuis plusieurs années de l'usage de microscopes épiscopiques sur des sujets non polis corrobore tout à fait celle sur des diatomées de Dominique Prades:
- impossible avec lamelle en fond clair
- pas terrible sans lamelle en fond clair (certains sujets peu réfléchissants comme du papier sont néanmoins possibles)
- "vraiment pas mal" en fond noir
  • 0

#5 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 10 février 2010 - 10:48

Bonjour à tous,

Tu as tout à fait raison Daniel.

Les microscopes métallographiques sont conçus pour l'examen des métaux.
Les métaux sont polis donc le surface est rigoureusement plane et ne nécessitent pas l'emploi de lamelle.
Ce sont donc des microscopes extrêmement spécialisés.De plus ces microscopes n'ont pas la plupart du temps de sous platine et également une platine spécialisée adaptée à un type de contrôle.
Les autres microscopes à éclairage épiscopique sont des microscopes beaucoup plus universels.
La plupart du temps ce sont des microscopes biologiques auxquels on ajoute un dispositif épiscopique.
Ces dispositifs épiscopique sont très divers et beaucoup plus évolués et surtout ils ont des faisceaux réglables pour éviter les reflets.
Je pense qu'il vaut mieux désigner les dispositifs épiscopiques en général par leur nom "Episcopiques" et réserver le nom de métallographiques pour aux microscopes dédiés à la métallographie.
Je remets le lien dans lequel on voit bien la diversité des dispositifs mais il y en a d'autres.

Une très bonne lecture.

Cordialement.
  • 0

#6 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 19 février 2010 - 09:55

Bonjour,

Je mets aujourd'hui des photos de microscopes Métallographiques.
Ce sont des microscopes chinois.
En principe le statif est conçu pour des applications spécifiques.
On remarquera l'absence de sous-platine.

CP_3658XJL-201.jpg


CP_3661XLE-3.jpg


Cordialement.
  • 0

#7 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 19 février 2010 - 02:21

Bonjour à tous,
Michel,

En principe le statif est conçu pour des applications spécifiques.

je voudrais insister sur le "en principe"; connaissant les microscopes métallographiques de la série Olympus BHM.
Je voudrais signaler que leur design n'est que rarement spécifique et que
seuls l'illuminateur épiscopique et les objectifs spécifiques vont les différencier de microscopes biologique.
La platine n'est fermée que dans les modèles de bas de gamme. LEs modèles supérieurs ont une platine permettant la diascopie et une sous platine avec un condenseur (toutefois parfois spécifique et à longue distance de travail).
LEs métallurgistes doivent donc parfois étudier des matériaux par transparence, je pense dans les mèmes conditions que les pétrographes.

Pour illustrer mon propos, téléchargez ce document publicitaire en .pdf
http://www.alanwood....-2-brochure.pdf

J'en ai extrait 2 images pour donner une idée des formes de ces appareils:
voici un modèle "étudiant" BHMJ uniquement prévu pour l'épiscopie
BHMJ.jpg
et voici un modèle sophistiqué avec plus de possibilités dont la combinaison épiscopie + diascopie
BHS-M.jpg
Pour conclure, je comparerais les microscopes avec les voitures.
Il y a des catégories, comme biologique ou métallographique, de mème que citadine ou 4x4. Mais rien n'empèche de mélanger les usages: aller sur des pistes avec un modèle citadin, éventuellement en renforçant le chassis...
faire de l'épiscopie avec un microscope biologique, de préférences avec un illuminateur et des objectifs adaptés...
C'est à l'utilisateur de faire avec les possibilités de son instrument:
un 4x4 ira sans trop de difficulté en ville (en étant toutefois un peu plus difficile à garer...); un conducteur prudent ira sur des pistes avec une voiture citadine
un microscope biologique peut être utilisé en épiscopie comme un microscope
métallographique sur d'autres sujets que des métaux!

Dans ma pratique, ayant acquis plusieurs appareils dans la gamme BH, ils ont des accessoires interchangeables, mais je les ai spécialisés:
- un BHs est biologique
- un BHc est pétrographique (platine tournante, analyseur et polariseur)
- un BHM est métallographique (illuminateur et objectifs spéciaux)

J'appelle ce dernier ainsi pour rester fidèle aux qualificatifs d'origine olympus, mais c'est pour moi un microscope épiscopique biologique!

Cordialement
  • 0

#8 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 19 février 2010 - 03:39

Bonjour ADN25fr et tous,

Je sais bien, je ne suis pas encore trop naze, qu'il y a des microscopes dits universels qui servent à faire à peu près tout.
Je sais bien qu'il y a des des microscopes dits biologiques munis de dispositifs de polarisation et d'autres épiscopiques permettant d'examiner les métaux.
Je sais bien aussi qu'il y a des véhicules automobiles grand tourisme qui peuvent transporter dans leur malle des matériaux de construction (et même des utilitaires transformés en laboratoire mobiles de microscopie :rolleyes: ).
Mais si on veut transporter des sables des graviers des blocs, du ciment et des échafaudages il vaut mieux acheter un camion.
Si on veut faire de la pétrographie par exemple on va acheter un microscope polarisant qui n'a rien à voir avec un microscope biologique adapté à la polarisation.
De même dans l' Industrie, quand on veut faire de la métallographie ou du contrôle (Wafers par exemple) on utilise des microscopes métallographiques comme je le montrais dans mon message précédent.
De plus ces microscopes n'ont pas besoin de sous platine puisqu'ils travaillent en épiscopie.
Et de plus comme les échantillons à observer sont souvent de taille spécifiques, les statifs sont adaptés.
Donc, un microscope métallographique est un microscope conçu pour la métallographie A ne pas confondre avec un microscope biologique adapté à la métallographie.
Ce sont donc des microscopes spécialisés.
Je ne l'ai pas signalé, mais très souvent dans les chaines de contrôle, les surplatines sont équipées de passe échantillons, hautement spécialisés(loaders), et souvent plus gros que le microscope lui même.

loader sat (1).JPG


Cordialement.
  • 0

#9 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 19 février 2010 - 06:42

Après avoir fait remarquer qu'il n'y a pas une si grande différence entre bien des microscopes biologiques et bien des microscopes dits "métallographiques", suite à ton message précédant, je ne peux m'empècher de réagir sur les usages actuels de ces microscopes "métallographiques"

un microscope métallographique est un microscope conçu pour la métallographie

quand on veut faire ... du contrôle (Wafers par exemple) on utilise des microscopes métallographiques


Je me demande depuis quand les tranches de silicium (Wafers) font partie des métaux??

En fait, comme tu le proposais dans un précédant message, ces microscopes "métallographiques" regroupent les microscopes épiscopiques utilisés pour l'étude de différents matériaux et actuellement surtout pour le controle des galettes de semi-conducteurs.

L'abus de langage est répandu dans les documentations et parmi les utilisateurs.
Je connais ainsi un archéologue qui utilise des microscopes "métallographiques" (un inversé pour des grosses pièces, des normaux pour les petits échantillons) pour étudier des traces d'usures sur des silex préhistoriques.
C'est loin des surfaces des métaux polies et tout autant des matériaux semi conducteurs...

Retenons que pour ces microscopes métallographiques, il y a un sens large répandu: microscopes épiscopiques destinés en priorité à l'étude de matériaux
et un sens restreint que tu souhaites faire adopter: microscopes utilisés en métallographie.
  • 0

#10 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 19 février 2010 - 08:30

Re,

Je recommence !


On emploie souvent le terme de microscope métallographique à tort.
Un microscope Métallographique est un microscope à éclairage épiscopique conçu pour observer les métaux.


A l'époque où se sont généralisés les microscopes métallographiques, les Wafer n'existaient pas.
Si on a utilisé les microscopes métallographiques pour certains autres usages, c'est parce qu'ils convenaient parfaitement!
On ne peut réfuter le terme de microscope métallographique sous prétexte qu'on l'utilise pour examiner des semi-conducteurs (qui se comportent optiquement comme des métaux) ou du matériel lithique préhistorique * entre autres usages.

Mais le sujet n'est pas là!

J'ai entamé ce sujet pour dire que de nombreux utilisateurs de "vrais" microscopes métallographiques ont été (moi compris!) très déçus par d'autres utilisations que les surfaces réfléchissantes.
Cette déception vient de la conception optique même des vrais microscopes métallographiques.
Exemple la surface d'une feuille végétale, alors que les microscopes biologiques épiscopique y parvenaient très bien!

Retenons que pour ces microscopes métallographiques, il y a un sens large répandu: microscopes épiscopiques destinés en priorité à l'étude de matériaux
et un sens restreint que tu souhaites faire adopter: microscopes utilisés en métallographie.


Non! On ne peut pas étendre, comme tu le prétends, à tous les microscopes utilisant un éclairage épiscopique la dénomination de métallographique!

EPISCOPIE n'est pas synonyme de METALLOGRAPHIE !

Je ne veux rien faire adopter du tout!
Il y a des microscopes qui ont été conçus à la demande des métallographistes pour des usages métallographiques et des microscopes dits Biologiques qui ont été équipés de dispositifs épiscopiques pas nécessairement pour usage métallographiques.

Petit détail concernant les platines percées des soit disant microscopes métallographiques.

LEs métallurgistes doivent donc parfois étudier des matériaux par transparence, je pense dans les mèmes conditions que les pétrographes.


Il te faudra me dire comment on fait des coupes dans les métaux, et avec quoi?
Et surtout pour quoi faire?
Etant donné que les métaux ne sont pas transparents !

Les métaux ont tous une particularité en commun: ils ont des électrons libres, des électrons qui ne sont pas liés aux atomes.
Lorsque le champ électrique de la lumière atteint la surface du métal, les électrons libres se mettent aussitôt à osciller sous l'effet de ce champ.
Le métal se comporte comme s'il avait une bande de résonance couvrant tout le visible.
Les particules en volume absorbent tout le visible, et les particules en surface réfléchissent tout le visible.


Cordialement.




*Cahiers du quaternaire N°9
  • 0

#11 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 19 février 2010 - 11:15

je poursuis donc.

J'ai entamé ce sujet pour dire que de nombreux utilisateurs de "vrais" microscopes métallographiques ont été (moi compris!) très déçus par d'autres utilisations que les surfaces réfléchissantes.

Dominiques Prades a déja répondu:

Je possède un microscope metalurgique ...en fond noir ...c'est vraiment pas mal

Mon expérience est simillaire:
Les objectifs fond noir des microscopes métallographiques sont utilisables avec des sujets non polis et non réfléchissants.

Je ne veux rien faire adopter du tout!

Moi non plus!
je constate simplement des usages langagiers dans des documents publicitaires entre autres.
Le mème sens pour "microscope métallographique" est utilisé quoique avec des guillemets par l'auteur de ce cours universitaire dans son introduction.
http://prn1.univ-lem...in_M11G2_1.html
"Quelques méthodes sont maintenant très “classiques” et les dispositifs pour les mettre en œuvre sont proposés par tous les grands constructeurs de microscope, tant pour l'observation par transmission (diascopie, microscopes dits “biologiques”) que pour l'observation par réflexion (épiscopie, microscopes dits “métallographiques”). "

Il te faudra me dire comment on fait des coupes dans les métaux, et avec quoi?
Et surtout pour quoi faire?

J'ai écrit des matériaux. Il n'est pas question d'y faire des coupes. Recherche comment font les pétrographes avec les roches pour les observer par transparence!!!
Le mème site indique ces usages en polarisation: "La technique permet par exemple de contrôler des pièces moulées en polyamide ou en polyoxyméthylène dont la cristallisation doit être régulière sur l'ensemble de la pièce. On peut la trouver aussi pour des contrôles de membrane pour dialiseur en acétate de cellulose. "

En résumé:
Le fond noir des microscopes métallographique est utilisable pour d'autres sujets que les métaux.
Le terme de microscope "métallographique" désigne en fait actuellement très souvent des microscopes utilisés pour l'étude de matériaux dans l'industrie.
Certains usages de ces microscopes "métallographiques" se font en diascopie sur des matériaux non métalliques.
  • 0

#12 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 20 février 2010 - 10:00

Bonjour à tous,

Pour ne pas polluer un sujet de Dominique sur les "Diatomées en épiscopie", j'ai entamé un exposé intitulé Microscopes métallographiques.
Dans cet exposé, j'avais l'intention de montrer pour quelles raisons on ne pouvait pas assimiler un microscope dit biologique muni d'un dispositif épiscopique, (voir plus spécialisé appelé dispositif "métallographique") à un microscope dédié à la métallographie et conçu comme microscope métallographique.
Un microscope de type Biologique ou de type Universel comportant un dispositif "Métallographique" n'en devient pas pour autant un microscope métallographique Il reste un microscope Biologique ou Universel.
Dans un cas c'est le dispositif qui est "Métallographique" (quand il n'est pas simplement épiscopique) dans l'autre cas c'est le microscope qui est métallographique.
C'est exactement la même chose avec un dispositif polarisant.
Je comptais mettre l'accent sur ces différences et non entrer dans une partie de ping-pong interminable.
Je clos donc la partie en répondant aux dernières objections et je recommence mon exposé.

Dominiques Prades a déja répondu:

Dominique ne m'a pas répondu pour la simple raison que je n'ai même pas participé à son sujet et n'avais pas encore entamé ce sujet.

Les objectifs fond noir des microscopes métallographiques sont utilisables avec des sujets non polis et non réfléchissants.

Ceci n'a reien à voir avec le sujet présent.

LEs métallurgistes doivent donc parfois étudier des matériaux par transparence, je pense dans les mèmes conditions que les pétrographes

.Les métallurgistes étudient les métaux les métaux étant bien entendu des matériaux, mais ils n'en deviennent pas pour autant transparents.Alors, la platine percée ne sert à rien dans un microscope métallographique.

Recherche comment font les pétrographes avec les roches pour les observer par transparence!!!

Je connais bien le sujet, j'espère cet été présenter quelques travaux qui dorment.

On peut la trouver aussi pour des contrôles de membrane pour dialiseur en acétate de cellulose. "

D'abord dialyseur s'écrit avec un Y! Et cet exemple n'a rien à voir, mais rien du tout, avec les microscopes métallographiques.On peut en reparler quand tu veux.

Membrane de dialyseur en acétate de cellulose.

Image041-F.jpg


Cordialement.
  • 0

#13 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 20 février 2010 - 01:25

Bonjour,
si tu n'acceptes pas les avis d'autres personnes, je renonce à te convaincre sur ces points.

Je te suggère simplement d'en discuter avec les auteurs du site que j'ai indiqué en référence et à qui il faut faire remarquer le problème orthographique sur leur page (la citation était entre guillemets)

Ce sont Hervé SAUER et Joëlle SURREL -
H. SAUER : Institut Optique Graduate School -
J. SURREL : Telecom Saint-Etienne et IUT St Etienne
  • 0

#14 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 20 février 2010 - 03:06

Daniel,

si tu n'acceptes pas les avis d'autres personnes

Je suis entrain d'écrire un sujet sur les microscopes métallographiques. Et ce sujet n'est pas fini.
Je suis loin d'avoir exposé la totalité de ce que j'avais à dire.
Aie la patience d'attendre la fin.
Tu donneras ton avis autant que tu le voudras, mais je trouve dommage que chaque fois que j'émet une opinion qui n'est pas en accord avec ce que tu pense, tu doives contrer systématiquement tous mes propos.
On se croirait revenu à une époque pas si lointaine où l'on m'interrompait incessamment, comme le roquet,si bien que mes sujets ne ressemblaient plus à rien.

tu n'acceptes pas les avis d'autres personnes

Combien de fois j'ai entendu cela dans d'autres bouches?
Mais qui n'accepte pas l'avis des autres? Et on pourrait continuer longtemps. Et arrête de faire croire que je suis intolérant.

Je crois qu'une fois de plus tu te trompes sur mes intentions.
MikrOscOpia ne doit pas être un forum anarchique où celui qui parle le plus fort ou se gargarise le mieux à raison.
il y a des critères plus scientifiques.
J'essaye d'y apporter autre chose que la loi de la nature (jungle).
D'abord ouvre tes oreilles et essaye de comprendre ce que je veux dire, ensuite tu diras ce que tu as à dire, et si nous ne sommes pas d'accord, nous en resterons là en toute camaraderie.
Voilà comment je vois les choses!

Je te suggère simplement d'en discuter avec les auteurs

Je ne vois pas, mais vraiment pas, ce qu'ils viennent faire ici.
Et je ne vois vraiment pas quels de leurs propos pourraient te donner raison.
Je n'ai pas trouvé dans le site dont tu parles et que je connais bien, de référence aux microscopes métallurgiques.
Quant à la faute que j'avais déjà relevée, ce n'est pas bien grave, on ne va pas leur envoyer un courrier avec le mot souligné en rouge.
Mais je ne pouvais pas, ayant utilisé des dialyseurs pendant 35 ans, ne pas le signaler.

Cordialement.
  • 0

#15 Michel

Michel

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 8 671 messages

Posté 22 février 2010 - 08:13

Bonjour Daniel,

Dans ton sujet : http://forum.mikrosc...t=0 ,tu as très bien illustré les possibilités de ton matériel.
C'est un honneur que tu te sois donné la peine de faire ces clichés.

Cependant, il reste un gros problème d'incompréhension!
Tu as la chance d'avoir un système épiscopique (on appelait cela dans le temps un " Illuminateur vertical" !) de bonne qualité, mais il ne faut pas faire de ton expérience personnelle une généralité.
En tant qu'administrateur responsable du forum, je me dois de mettre en garde et je pense particulièrement aux débutants sans expérience, contre certains pièges.
J'ai essayé de montrer ce qu'était un microscope métallographique.
Malheureusement tous les microscopes métallographiques sur le marché de l'occasion n'ont pas un Fond Noir comme tu sembles le croire.
J'en ai acheté deux qui n'en avaient pas (et je ne suis pas le seul!)
Ces microscopes sont INUTILISABLES en dehors de la métallographie.

Je pourrais développer ma position (je ne manquerais pas de le refaire en ce qui concerne d'autres pièges!) mais je vais profiter du beau temps pour couler du béton.

Cordialement.
  • 0

#16 adn25fr

adn25fr

    Purgatorius

  • Ex membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 786 messages

Posté 22 février 2010 - 10:00

Bonjour Michel,

il reste un gros problème d'incompréhension!...
il ne faut pas faire de ton expérience personnelle une généralité...
Malheureusement tous les microscopes métallographiques sur le marché de l'occasion n'ont pas un Fond Noir comme tu sembles le croire.



Je crois que nous différons surtout dans la façon de présenter les notions.
C'est vrai qu'en pédagogie, il faut simplifier pour être compris et éviter les erreurs. Mais les mots peuvent avoir différents sens selon le contexte (comme microscope métallographique...) Et surtout, au niveau adulte, je pense que mème les débutants doivent éviter les généralisations hatives. Au contraire, pour progresser, il faut être capable de penser aux exceptions à des règles enseignées basiquement.

Loin de moi l'idée que tous les microscopes métallographiques ont un fond noir :D
mais il faut savoir que cela existe!

J'ai constaté comme d'autres testeurs les problèmes de reflets en fond clair épiscopique qui rendent le matériel inutilisable hors métaux polis; mais lorsque samedi j'ai vu cette superbe image au 20x de Ch. Krebs, j'ai du réviser mon opinion. http://www.photomacr...opic.php?t=9094
Il indique travailler en polarisation. Cela doit consommer énormément de lumière... Mais il faut essayer et ne pas dire "ce n'est pas possible"

Il pleut malheureusement sur Privas ce lundi de vacances scolaires.
Entre le montage d'un meuble pour ma compagne et des scans de diapositives stéréo pour une prochaine rencontre de photographes du SCF, j'aurai du temps pour des essais sur mes microscopes et du travail avec CombineZM...

En fait ces techniques d'épiscopie ne sont utilisables pour donner de bonnes images que depuis l'arrivée du stacking. C'est entre autres parce qu'il maitrise bien la z-ification que les images de Ch.Krebs nous étonnent.
C'est dans ce domaine que j'aimerais bien avoir des retours d'expériences d'autres forumistes.

Cordialement
  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!