Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
* * * - - 1 note(s)

ZOOBOTRYON / Amathia verticillata


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Jean Marie Cavanihac

Jean Marie Cavanihac

    AUTEUR-MODERATEUR

  • Co-Admin
  • 3 803 messages

Posté 27 août 2022 - 11:06

Il existe plusieurs espèces de bryozoaires marins (littéralement à partir du grec Bryo : mousse et Zoos animal) dont certaines possèdent des loges calcaires  contenant les individus (ou Zoïdes) mais l’observation ci dessous explore une autre espèce qui ne possède pas de structure calcaire, donc reste molle et  assez transparente pour voir l’anatomie interne des spécimens.

Il s’agit ici d’un bryozoaire cnenostome  zoobotryon verticillatum (toujours du grec : zoos : animal et botryos : grappe de raisin ). Plus connu sous le surnom de bryozoaire spaghetti car il ressemble assez aux vermicelles asiatiques ! Image de l’échantillon :

 

echantillon.jpg

 

Bizarrement sur le net on trouve beaucoup de photos de ces buissons d’individus sur des sites de plongée par exemple mais très peu d’images microscopiques  des zoïdes eux mêmes. Donc allons documenter cet aspect d’autant qu’il s’agit de spécimens faciles à prélever et qui se conservent plusieurs jours pour leur étude.

Quand on parle de buissons ce n’est pas une image ,les colonies peuvent atteindre 30 cm de diamètre voire 1 m et dans les ports peuvent causer des dégâts sur les prises d’eau en les obstruant ! Ils se développent rapidement lorsque l’eau de mer atteint les 22 degrés ce qui a été le cas cette année pendant plusieurs semaines.

  Buisson à 80 cm de profondeur et site du prélèvement, à droite sur une coque.

 

buissons.jpg

 

On y distingue deux types d’individus :  Les autozoïdes chargés de nourrir la colonie et un autre type : les kénozoïdes qui forment un stolon  servant de support aux autozoïdes

Voyons le détail d’un autozoïde : à droite détail du lophophore à 8 branches couvertes de cils qui ramènent les particules nutritives vers la bouche située au fond du cône formé par ces branches. ( Cliquer sur les images )

 

autozdoc.jpg

 

On voit sur l’image commentée à gauche, le système digestif qui forme un « U » se repliant au fond de la loge avec la partie descendante depuis la bouche qui comprends le pharynx, l’œsophage, et ce qui tient lieu d’estomac :un gésier capable de casser les diatomées et le cardia qui débouche sur l’intestin en partie remontante. Celui ci se termine par l’anus situé à l’extérieur du lophophore au niveau de la bouche ce qui les classe dans les ectoproctes. Il est d’ailleurs assez amusant de voir le mouvement de déglutition de l’œsophage lorsque qu’une particule est ingérée ! Un montage de trois images illustre ce processus

 

zoobo3.jpg

 

Le lophophore peut se rétracter dans le corps de l’individu au travers de l’ouverture grâce à un muscle dont on distingue les fibres attachées au bas du zoïde dans ces individus rétractés. (flèches sur l’image ) . L’extension du lophophore se fait par contraction de muscles circulaires dans la paroi de la loge, qui par la pression induite, éjectent celui ci.

 

Photo-1428.jpg

 

Le second type de zoïde est le kénozoïde qui comporte moins de détails mais on y distingue une structure centrale le funiculus (latin : cordon) qui relie chaque kénozoïde .Ce dernier est sous pression et si on le perce la structure devient flasque.

 

Photo-1495.jpg

 

Sur cette image on voit qu’un réseau de cellules relie le funiculus aux bases de chaque zoïde . Vraisemblablement ce réseau sert au transport et au partage des nutriments.

Au point (nœud) ou deux branches de kénozoïdes se séparent on observe une structure dite « rosette » reliant les funiculus de chacune des branches, son rôle est mal connu et elle est difficile à observer : en voici une tentative !

 

Photo-1487.jpg

 

suite


Les kénozoïdes portent des bourgeons qui deviendront de futurs autozoïdes  (image qui m’évoque toujours les œufs extraterrestres dans Alien !) . Le mode de reproduction est peu documenté, en tous cas je n’ai rien observé à ce sujet. Mais voir référence ci dessous .

 

Photo-1466.jpg

 

 

En dehors du problème causé par le volume des colonies, il y a également la capacité de filtration des autozoïdes qui vient en concurrence des mollusques filtreurs pour la capture du plancton.

Point positif , cependant, les colonies servent aussi d’abri pour les poissons juvéniles et  portent souvent d’autres espèces comme ces caprelles (à gauche) qui s’y agrippent ou ce petit nudibranche trouvé sur le spécimen, qui broute sur les stolons !

 

nudibranche.jpg

 

Références :

http://lanwebs.lande...zoobotryon.html

https://doris.ffessm.fr/ref/specie/520
ANDRÉ Frédéric, HARMELIN Jean-Georges, PEAN Michel in : DORIS, 21/03/2021 : Amathia verticillata (delle Chiaje, 1822),

https://platewatch.n...erticillata.pdf

Classification :
https://www.marinesp...tails&id=851581

Reproduction :
https://link.springe...435-019-00438-4


Une étude intéressante quand au protocole utilisé  pour déterminer la capacité de nutrition :

https://www.tandfonl...30.1968.9515230

--- Commentaires sur ce sujet : ici https://forum.mikros...taires/?p=80486


Modifié par Jean Marie Cavanihac, il y a 4 semaines.

  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!