Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Galles du poirier rouille grillagée du poirier


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Dominique.

Dominique.

    Anthropoïde

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 887 messages

Posté 20 octobre 2022 - 09:59

Galles  du poirier

Ou  rouille grillagée du poirier

 

L’automne est la période propice  pour récolter les galles. A déjà été présenté

Galle du hêtre : https://forum.mikros...l=+galle +hêtre

Galle de la ronce : https://forum.mikros...l=+galle +ronce

Galle  du saule : https://forum.mikros...aprea/?hl=galle

 

Une  autre galle   est souvent  trouvée sur la feuille  du  poirier

Dans  ce cas il s’agit  d’un grand poirier .Autrefois   ils étaient  rencontrés   dans les cours de vielles fermes   - ces grands poiriers  servaient à  faire un poiré   ( cidre de poire )  de grande qualité.

poirier galle texte 0.jpg

 

La feuille vue  par-dessus, au mois de mai, présente  des taches  de rouille

 (Taches orangées).

poirier galle texte 1.jpg

 

 

 

La feuille vue  par-dessous  au mois de septembre   permet de découvrir une  formation boursouflée  d’où sortent des filaments en forme de pinceau ;l’ aspect est celui d’une galle  ( formation créée  à partir des cellules modifiées de la feuille) qui dans ce cas portera le  nom d’ écidie.

poirier galle texte 2.jpg

poirier galle texte 3.jpg

L’histoire de la rouille  du poirier  est complexe  ( hétéroxénie ) le parasite doit passer par  deux hôtes  différents : le poirier  qui  est un angiosperme  et le genévrier  ou  le thuya qui sont des  gymnospermes.

 

A l’automne   et durant l’hiver les basidiospores issues du thuya ou du genévrier  vont se poser sur la face supérieure des feuilles, transportées par le vent

Au mois de mai -  juin apparaissent de petites pustules noirâtres : les spermogonies.

 

Ces spermogonies vont contenir des spermaties, très petites cellules unicellulaires

Qui en fonction de  leur valence + ou --  vont s’appareiller.

 

Cette observation  pose une difficulté  par rapport au schéma théorique :

poirier galle texte 4.jpg


En A , cette  photo met en évidence des spores sur la face supérieure de la feuille dans les protubérances  que forment les  spermogonies mais  ici cette spore ne ressemble pas à des  spermaties  qui sont   , selon la définition ,de très petites cellules  allongées de entre 4 et 7 µm de longueur   et entre 1,8 et 2,3 µl de largeur     et qui ne sont vues qu’ au printemps .L’ aspect   sur les photos  est celui de la présence  d’ urédospores plutôt  rondes et de couleur noire  qui n’ auraient pas évolué  depuis leur  migration  du premier hôte .—étrange -?

En bleu  probable hyphe de pénétration vers la face inferieure de la feuille.

A fort grossissement :

poirier galle texte 5.jpg

 

Le cycle  se poursuit par le développement  d’un mycélium à deux noyaux  (dicaryon)

Ce mycélium migre vers la  face  inferieure de la feuille en juillet – aout.

 

Cette migration s’accompagne  d’une considérable modification de la morphogénèse des cellules  de la feuille  qui se place en lignes serrées    pour former des conceptacles appelés  les écidies.

poirier galle texte 6.jpg

A – zone du développement   de la mycose.

B – Filaments  de Pseudiosporium.

C – Parenchyme   avec la modification  de son architecture de base.

poirier galle texte 7.jpg

 

Cette photo montre  bien  la transformation pathologique des cellules de la  face  inferieure de la feuille    qui normalement  sont de type épithélium  et ici deviennent   de type parenchymateux avec formation de colonnes. (coupe  un peu  en dehors  d’un écidie partie basse de la photo  ).

 

Dans un second temps apparaissent des filaments  formés   toujours à partir des cellules de la feuille .Ce sont  ces filaments  qui  vont se prolonger en dehors du conceptacle (, filaments appelés Pseudoperidium) d’où le nom de rouille grillagée.

poirier galle texte 8.jpg

 

Au fond  (donc partie  haute  du réceptacle) se forment  des  ecidiospore binucléées. ( A )  . Les  ecidospores ont été  rejetées  vers l’extérieur – il  en reste quelques-unes accrochées  aux pseudoperidiums.

poirier galle texte 9.jpg


A – Conidiophores

B – Ecidiospores

poirier galle texte 10.jpg

 

Ces ecidiospores  sont des cellules  globuleuses  plus ou moins ovales, elles  semblent avoir une double paroi ; elles mesurent

poirier galle texte 11.jpg

A – Pores germinatifs .

 

En automne  le  pseudoperidium se désagrège, les écidies s’ouvrent et vont se   disperser   ( dispersion par le vent ) .

 

Les ecidiospores vont alors  contaminer  les thuyas  ou  les genévriers   .à la fin de l’hiver. Sur les jeune rameaux  de l’arbre vont apparaitre des pustules    dans lesquelles  vont se développer des Téleutospores.   Au printemps les pédicelles des téleutospores vont s’agglutiner  pour développer  une formation bien visible : les cornicules  de 5 à 10 mm de long.

La téleutospore a deux noyaux. Elle voit ses deux noyaux fusionner qui vont  subir alors  une méiose pour donner une baside cloisonnée portant 4 basidiospores haploïdes  qui  dispersées iront  contaminer   un poirier  sur la face supérieure de  la feuille … et le cycle  recommence ….

 

Le responsable  de cette pathologie est   un champignon du nom de :

Gymnosporangium sabinae

Existe  aussi   Gymnosporangium confusum

                       Gymnosporangium clavariifome

 

 

Conclusion

 Une feuille  normale va  donc développer  des modifications considérables dans son architecture   du fait  de  la présence d’un champignon  qui synthétise  une ou des  molécules  ( Nature ? ) Ces molécules ont donc le pouvoir  de modifier la lecture de certaines  bandes d’ ADN du génome  de la feuille de l ’ arbre .

 

Références :

Ref :http://www.papillons...php?f=36&t=8117

 Ref : http://www.cercle-my...sabinae low.pdf

La rouille du poirier a déjà été traitée  sur le site de MikrOscOpia : ( du point du vue de la https://forum.mikros...rouillerouille et non de la galle )

 

                        Dominique .

 

 


  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!