Aller au contenu


***** Bienvenue dans le forum MikrOscOpia ! *****
Photo
- - - - -

Radis : comment deviennent ils creux ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
5 réponses à ce sujet

#1 Dominique.

Dominique.

    Batracien

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPipPipPip
  • 582 messages

Posté 18 septembre 2015 - 03:42

Les radis  roses

    Comment deviennent ils creux ?

                                                

 

 

Le sujet du  jour est  un essai de réponse  à la question  fondamentale que   tout  jardinier  s’est  posée : Pourquoi  mes radis deviennent - ils  creux  et boiseux  - donc  non présentables ?

 

 Le pourquoi   on ne peut pas y répondre  mais le comment   peut  être abordé   simplement  en regardant  la structure histologique du  radis.

 Je vous propose  de suivre la croissance  du radis  au fil des  jours.

 

Le radis  a une croissance  assez rapide . Le   radis    rose  est appelé   le radis de 18 jours-   - c’est à dire qu il  est  supposé  être consommable   dans les  18 jours qui suivent son  semis ; sa durée  de  vie, en  tant que plante ,  est par contre   de plusieurs mois  .

 

Petite rappel  botanique :

 

Les plantes qui forment des tubercules vont hypertrophier  certaines parties de leur  structure -  afin d’y  accumuler des réserves, souvent des  glucides.

La pomme de terre  hypertrophie une  tige souterraine – la carotte, sa tige pivot, le navet,  la betterave, le manioc  et le radis  vont  hypertrophier l’ hypocotyle  ( ce terme qualifie la partie de l’axe d’une plantule qui se situe au –dessous du niveau  d’insertion  des cotylédons  ). Chez   le haricot que nous avons déjà rencontré – c’est l’allongement de l’ hypocotyle qui va soulever les cotylédons  hors du sol   ( l’ hypocotyle prend  chez le haricot  alors  le  nom  d’épigée ) .

 

10 éme  jour  après  le semis, l'hypocotyle est  sectionné  axialement .

Stade  2 feuilles .

 

radis texte 1 .jpg

 

 

 

 

 

grossissement  60  .

Les groupes  du Phloème primaire, séparés par du xylème s’étendent  en deux pôles en forme de croissant. Au centre apparaît un  parenchyme  médullaire  .

 

Au 14 éme jour après le semis  .

Stade 4 feuilles .

radis texte 2 .jpg

composition de 10 photos  grossissement  60

1 – Epiderme

2 – Endoderme

3 – Péricycle

4 – Fibres de phloème primaire

5 – Phloème secondaire

6 – Xylème primaire

7 – Xylème secondaire

8 – Cambium Vasculaire

9 - Cortex

L’épaississement  qui va conduire à la  tubérisation commence tôt, dés l’apparition des premières  feuilles .

Le cambium vasculaire apparaît entre  métaxyléme  et le phloème   primaire. Ce cambium  se développe latéralement  produisant du xylème  secondaire vers l’intérieur et du Phloème secondaire vers l’extérieur .

 

 

 

3 semaines après  le semis .

stade 6 feuilles .X 100

 

 

 

radis texte 3 .jpg

 

composition de 21  photos .

 

Cette  image  montre  que  le développement  intéresse surtout  la zone centrale   vasculaire  et  très modestement  le parenchyme  cortical .( périphérique . )

 

On voit que des éléments de phloème se localisent  au centre   du tissu vasculaire avec  des  tissus  xylémiens .

Le grossissement de l’ hypocotyle  se fait donc essentiellement  par division des cellules  parenchymateuses  medullaires  qui entourent les vaisseaux du xylème   et par le  développement de ceux ci .

 

Or le   xylème   c’est  le  bois  - de structure libero ligneuse  -

De  par sa constitution  le radis  a  donc  tendance  à se « Boiser » et à perdre plus ou moins rapidement  le  petit caractère craquant  que nous  aimons   bien  ressentir  - en même  temps  que la perception   du goût du pain  ,  du beurre et du sel .

 

A ce stade il est encore  consommable   mais  s ‘il  n’est pas cueilli  , il se laisse aller  à  sa nature . Il y a  une évolution    plus ou moins rapide  suivant l’ espèces   de la  zone  centrale .

 

 

radis texte 4 .jpg

 

 

Composition de 30 photos . X 100

La   zone  médullaire se  désertifie  de  ses  éléments  vasculaires    pour laisser place  à des cellules parenchymateuses  de plus  en plus  lacunaires

c’est à dire   que le centre  du radis «  se creuse » .

Par contre  la  zone  vasculaire   devient  très  riche en  lignine    - donc     dure   et le radis  immangeable .tellement  il  est « boisé.

 

 

radis texte 5 .jpg

 

 

Cette photo   est celle de l’évolution   d’un radis    après  2 mois ½ de croissance  - l’ hypo cotyle  est devenu  creux   par disparition du parenchyme  médullaire et dure par lignification. .La   plante   se met   à fleurir  pour  produire ses graines  -  On est passé du stade  de la  gastronomie  à celle  de la  reproduction. .

 

radis etape finale.jpg

 

 

 


 

La croissance de la plante est terminée

radis texte 6 .jpg

 

radis texte 7 .jpg

 En 1 Le fruit est appelé  Silique  Ce fruit, nettement  plus long que large est caractéristique des Brassicacées (  à  différentier d’une gousse dont l ‘organisation  interne  est différente )

 

Complément  pour les jardiniers 

 

Comment   retarder cette évolution ?

D’abord  tous les  types de radis  n ‘ont pas la même  évolution   -   personnellement  j’ai  l’impression, que  les radis ronds  sont  plus longtemps   mangeables  -  si  je les  compare avec les  espèces longues

Le développement  de l’  hypocotyle du radis   est  souvent   imprévisible    - sa tubérisation  n’est  pas  toujours  très importante  et ils restent  imprésentable  (  en tant que  jardinier  ) .

Le radis  aime l’espace  -  donc  les semer  avec  une faible densité  - il vaut mieux en semer  tous les  8 jours  d’ avril à  fin septembre .

Il  aime   l’eau   -  et l’arrosage  très fréquent  est la meilleure   technique   pour   leur  garder  une  pleine forme    enfin il n’aime  pas  la chaleur :  cet  été leur croissance  a été  difficile  - 

Ref http://ethesis.inp-toulouse.fr/archive/00002639/01/Letondor.pdf

      page 52  - étude  de l’histologie du développement  du radis

 

 

Complément  pour les petits chimistes .

 

Le radis   est une source de Peroxydase   ( Horseradish Përoxydase  en anglais ) . ce type d’ enzyme  a  pour fonction de décomposer les peroxydes  - qui sont des dérivés toxiques  de l ‘oxygéne

Experience  décrite sur le site

http://www.didier-pol.net/1PEROXASE.html

 

Résultat

coupe de radis  noir  , radis rose  et  d ‘ une pomme  ( comme temoin ) sur laquelle  on fait tomber une goutte de Gaiacol à 2 pour mille + Eau oxygénée à 10 volume  dilué avec de l ‘eau  dans le rapport 1 pour 9 .

radis texte 8 .jpg

 

On  constate  que  sur la zone  d’étalement de la  goutte la coloration devient  brune  sur le radis noir 3, le radis rose 2    –par contre la pomme ne réagit pas  1 .

 

 

Etude  de la zone   en microscopie .

radis texte 9 .jpg

Le gaïac réduit  devient orange  - Cette réaction enzymatique   domine sur la zone vasculaire  en priorité  et sur le parenchyme cortical ;  la réaction  est beaucoup  moins  puissante  sur le parenchyme  medullaire.

Cette image révèle  la répartition inhomogène des peroxydases.

 

http://christelle.larcher.free.fr/IMG/pdf/2.3.1-cinetiqueperoxydase.pdf

on peut lire

« Avant même que la notion d’enzyme ait été formulée, Louis-Antoine Planche constatait en 1810 que des  extraits de racine de diverses plantes avaient la propriété d’oxyder et donc de recolorer la teinture de gaïac1 (incolore à l’état réduit) en présence de peroxyde d’hydrogène (ou eau oxygénée, ce qui valut le nom aux

enzymes responsables, les peroxydases). Aujourd’hui, la source la plus commune de peroxydase à usage biotechnologique  est la racine de radis ou de raifort (radis noir).

La peroxydase est une enzyme d’oxydo-réduction qui oxyde un substrat réduit (RH2) en un produit oxydé ® grâce à l’action de l’eau oxygénée (H2O2). Elle fait donc partie des oxydases »

 

 

 

1 Gaïac : bois qui fournit une résine à la base de la teinture de gaïac utilisé comme réactif traditionnel pour la recherche des oxydases  et peroxydases. http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaïac

(préparation par le pharmacien  qui fournit  une solution à 2% ) )

 

                                                              Dominique


Modifié par Dominique., 18 septembre 2015 - 03:44 .

  • 0

#2 Jean-Luc Bethmont (Picroformol)

Jean-Luc Bethmont (Picroformol)

    Homo sapiens microscopicus

  • Membre Modérateur
  • 1 027 messages

Posté 21 septembre 2015 - 12:41

Bonjour Dominique,

La prochaine fois que je recolterais des radis au jardin je ne les regarderais pas de la même façon !
Je me suis posé une question: est ce qu'il existe une variété de radis génétiquement modifié qui ne deviendrais pas creux?
Encore une question technique: tu fais des panoramas d' assemblage de plusieurs dizaines d' images comment fais-tu ? Manuellement ou bien de façon automatique?
Cordialement,
JL
  • 0

#3 Dominique.

Dominique.

    Batracien

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPipPipPip
  • 582 messages

Posté 21 septembre 2015 - 10:39

Bonsoir  jean- luc

 

Il y a  des radis  qui  ne semblent  pas  creuser   - Ce sont les radis  ronds  - Ont- ils été génétiquement  modifiés  ou  simplement  sélectionnés  avec patience  je  ne saurais  le  dire. ?

 

Pour  assembler  les images , j’utilise  le  logiciel  ICE de Microsoft, il est gratuit  dans  sa version  de base  et il  est remarquable.

Je termine  un article sur la  betterave  rouge   -(  je suis  toujours  fourré dans le  jardin en ce moment  )  - et pour avoir  une vision  complète des coupes  du collet   de la betterave   et de la racine pivot    j’ai du  assembler  un grand  nombre  d’images ( parfois plus  de 50) . Le logiciel fait  cela à  merveille  mais  lors de ta prise de photos   tu dois  bien  superposer les  prises   sinon  il te  fabrique des trous  noirs.

La difficulté n’est pas  là ;

Ice  fait des photos qui ont   plus de 8000 pixels de largeur   -  et tu ne  peux pas les utiliser  directement –

Il est donc  nécessaire  de passer par le logiciel  Photo filtre  7  ( lui aussi  gratuit )   qui  a  la  propriété d  ‘ accepter les   grosses photos  et de les réduire  -  on lui demande  de passer de 8000 à 800 de largeur   ( il calcule  automatiquement la  hauteur  ) ; A ce moment là  Microcartouche  et Gimp  accepte ta  photo  et la traite  sans  problème  -
 

 

Amicalement

                      Dominique .

 

 

d


  • 0

#4 Tryphon T

Tryphon T

    oooOooo

  • Membre confirmé
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 14 884 messages

Posté 22 septembre 2015 - 10:12

Bonjour Dominique,

 

Encore Bravo !

 

Les radis, produits de consommation courante par le passé étaient surtout produits à l'échelle locale et même familiale le plus souvent.

C'est la sélection par les jardiniers amateurs et maraîchers, qui a abouti aux espèces consommées actuellement. 

Il était souvent question de "Lune" quand les radis étaient creux !

L'étude histologique peut nous dire, comment se transforment les tissus des radis, parfois même avec des mots très savants, mais ne nous dit pas le pourquoi. 

La sélection des jardiniers a abouti à des variétés qui ne deviennent pas creuses, peut être en éliminant la cause du phénomène sans la connaitre : génétique ,dans le sens où certaines variétés se vident de manière programmée, ou dans le sens ou ces variétés résistent à un agent extérieur responsable du phénomène : conditions particulières de culture (trop d'eau, pas assez, au bon ou au mauvais moment, stress météorologique , chaleur, coup de froid, vent), infection microbienne ou virale, insectes modifiant la biologie de la plante  (1).

 

Et encore Bravo, pour le volet peroxydase , peu connu du grand public ! 

 

Amicalement.

 

(1) j'ai trouvé il y a quinze jours dans mon bois de chêne, une petite "pomme" tombée d'on ne sais où.

Je dis pomme car la forme et l'odeur m'ont fait penser à une petite pomme , genre pomme de pommiers redevenus sauvages.

J'ai laissé mûrir la chose et au bout d'une semaine, elle est devenue toute molle et plutôt couleur grenat foncé.

L'odeur de pomme était devenue plus forte et la peau poisseuse, comme couverte de sirop.

J'ai donc ouvert la chose pour constater s'il y avait un noyau au des pépins.

Je n'ai rien trouvé qu'une masse informe sans structure, comme une prune très mure . 

Mon observation, faute de temps,s'arrête là.

Alors un fruit apporté par des oiseaux , mais quel fruit? ou une galle provoquée au détriment du chêne par quelque insecte ?

Tout cela pour dire que les insectes ou parfois des virus (?) ont l'étrange propriété de contrôler le code génétique de certaines plantes qu'ils parasitent, soit pour en faire un abri, soit, une réserve de nourriture... 

J'en ai plusieurs exemples tous les ans chez moi, mais jamais je n'ai vu ce genre de "pomme".

Alors je pensais à cette possibilité chez le radis, car parfois, on y trouve dans ces cavités, de petites fourmis.

 

Une toute petite remarque "wwwebienne" :

" Avant même que la notion d’enzyme ait été formulée, Louis-Antoine Planche constatait en 1810..."

 

 

On retrouve la même phrase (copiée/collée) chez Didier Pol et chez Cristelle Larcher ! 

Mais aussi dans Wikipedia, (Tchul ? ) ( Jean-Louis Mucchielli ?? )

Lequel a copié l'autre ? 

On trouve aussi des références à :  "Louis-Antoine Planche constatait en 1810" dans

http://www.sante-tn....u-du-radis-noir

http://www.betterwor...1159458553.aspx

 



Nb : si les commentaires "dérangent" je peux les séparer du sujet principal qui est dans la partie Encyclopédie. 


  • 0

#5 pablito

pablito

    Homo sapiens microscopicus

  • Co.Admin
  • 1 607 messages

Posté 24 septembre 2015 - 06:35

Très intéressant, Dominique, as usual.

 

Tu cites différents tubercules, mais ils ne jouent pas le même rôle.

La pomme de terre ou la betterave font du stockage racinaire un moyen de survie pour l'hiver, le stockage de réserve est réalisé en fin de cycle annuel.

Le radis a un stockage très différent.

Il s'agit, pour une plante fragile, et frêle, de stocker de l'eau et des réserves qui permettront une bonne floraison et fabrication de graines, même en cas de secheresse temporaire.

Le radis devient donc creux à l'utilisation de ces réserves. C'est pour cela, tu as raison de le souligner, que le meilleur moyen d'éviter est pour le jardinier d'arroser tout le temps (en goutte à goutte ou au moins deux fois par jour en cas de sécheresse) pour qu'ils restent gonflés et commestibles.

 

Pierre


  • 0

#6 Dominique.

Dominique.

    Batracien

  • Membre AUTEUR
  • PipPipPipPipPip
  • 582 messages

Posté 24 septembre 2015 - 08:50

Bonsoir Pierre et Pablito

 

 

Ton hypothèse et intéressante  mais  je ne suis pas  certain  qu’elle  recouvre  toute la réalité. ( mais certainement  une partie ) .
Quand  une plante   se déshydrate   la cellule  ne se détruit   pas  - elle  perd son eau  et cela  lui donnent  un aspect très particulier  - appelé plasmolyse . La   perte de  d’eau  est responsable d ‘une rétraction  du vacuome (  ensemble des vacuoles ) ;   Il y a  un relâchement de la paroi squelettique qui fait que  la cellule a alors tendance à se déformer : à  ce plasmolyser  - mais pas  à disparaître.

Cependant    on  a  bien  l’intuition  que derrière le processus physiologique  ici exposé  l ‘eau  a  un grand rôle.

 

Amicalement

 

                Dominique

 

 

d


Modifié par Dominique., 24 septembre 2015 - 08:52 .

  • 0




N'oubliez pas de consulter notre Magazine en ligne ... MIK-MAG!